Aeternia Tome 2, L’Envers du Monde – Gabriel Katz

aeternia-t2-lenvers-du-mondeRésumé : C’est l’heure du duel décisif entre les deux camps qui s’entredéchirent pour la cité mère de Kyrenia. Deux champions vont s’affronter sur le sable de l’arène, un combat qui peut faire basculer le destin d’un peuple entier. Mais quelques heures à peine avant le coup de gong, le culte du Prophète a perdu son champion. Qui affrontera le Corbeau, redoutable gladiateur du Temple ?
Déchirée par les luttes de pouvoir, la plus grande cité du monde est au bord de la guerre civile. Le culte millénaire de la Grand déesse, menacé par celui d’Ochin qui se répand comme un raz-de-marée, n’a plus qu’un recours : la violence. Entre complots, combats et trahisons, chacun lutte pour sauver sa place et parfois sa vie…

Edition : Scrinéo

 

Mon Avis : Il y a un peu plus d’un an je me suis lancé dans la lecture du premier tome de ce diptyque, qui m’avait offert un moment de lecture assez sympathique, même si j’avoue j’en attendais plus (ma chronique ici). J’ai donc mis un peu de temps avant de me lancer dans cette suite, même si la conclusion du tome 1 qui se terminait sur un cliffhangher donnant envie d’en apprendre plus. Concernant la couverture, illustrée par Aurélien Police, je la trouve réussie et accrocheuse.

La conclusion du premier tome avait laissé le lecteur stupéfait devant les révélations dont, j’avoue je n’en avais pas vu certaines arriver. Je ne vais rien dire pour ne pas spoiler, si vous n’avez pas lu le tome précédent, mais les forces en présence devaient alors revoir leurs copies et le fameux duel entre les deux cultes va par conséquent s’intensifier. Alors, qu’ai-je pensé de ce second tome? Bah je dois bien avouer que je ressors avec un sentiment légèrement mitigé. Ce n’est pas un mauvais roman en soit, mais il n’a jamais réussi à complètement me convaincre non plus. Pour faire simple, je pense que le principal défaut, selon moi, vient que j’ai trop assimilé la mécanique de construction et d’écriture de l’auteur, ce qui fait qu’elle perd de son intérêt. En effet Gabriel Katz est connu pour reprendre les stéréotypes de la Fantasy et de tenter de les retourner, de prendre le flamboyant pour y mettre une bonne dose de cynisme. Même les héros qu’il propose sont loin d’être des parangons de noblesses et de vertus ne pensant souvent qu’à eux-mêmes. Sauf que voilà, l’auteur me parait avoir du mal a dévier d’une mécanique un peu trop bien huilée et légèrement répétitive dans les grandes lignes, ce qui me donne l’impression, je trouve, d’y retrouver un peu la même histoire. C’est dommage car on en voit alors les ficelles et cela joue alors fortement sur les révélations qui sont mises en place.

Alors après ce n’est pas un mauvais roman non plus, loin de là. On y retrouve tout de suite ce qui fait le succès de l’auteur, c’est à dire un récit efficace, sans temps morts, énergique où l’on se retrouve à tourner les pages avec un minimum d’envie, bien porté par un rythme nerveux et percutant. Il maîtrise bien son récit, offrant de nombreux rebondissements et de surprises qui font que finalement on ne s’ennuie jamais vraiment. L’action bien présente, offre des batailles et des combats explosifs, très visuels, ce qui joue aussi beaucoup sur ce sentiment de nervosité. J’ai déjà parlé du cynisme et du côté sombre que met l’auteur à son récit qui colle toujours parfaitement à ce qu’il construit, que ce soit dans les problématiques politiques que dans l’univers qu’il met en avant. La narration multiple permet aussi clairement d’offrir de nombreux points de vue différents et évite de tomber dans un roman trop binaire entre deux religions qui s’affrontent, mais tentant de montrer une certaine complexité. Après par contre j’ai trouvé dans ce second tome que cette narration avait aussi ses défauts, principalement dans l’émeute que l’auteur développe, mais qui m’a donné l’impression de se disperser dans trop de personnages qu’on voit apparaitre et qu’on ne revoit quasiment plus. Ensuite cela amène, je trouve, certaines ellipses qui manquent un peu de profondeur et de développement, comme la scène ou Ness apparait en prison sans qu’on sache pourquoi. A noter aussi que ce second tome va s’avérer plus sombre, ce qui je trouve apporte un plus à l’ensemble.

Concernant l’univers, il s’avère toujours solide et assez esquissé pour offrir un fond cohérent et un minimum intéressant à l’intrigue. La guerre de religions continue à s’intensifier et surtout elle montre son vrai visage, loin de l’amour de dieu ou autres, mais des « églises » porté par l’égoïsme et la roublardises de ses prêtres et des ses prophètes, où le peuple ne fait que suivre. La réflexion peut se révéler parfois un peu facile, principalement dans la notion de peuple mouton, mais je l’ai trouvé plutôt efficace. L’auteur avait commencé à développer certains aspects sur la nécromancie dont on entend parler depuis un certain temps, mais j’avoue avoir trouvé cela un poil trop simpliste voir un peu trop typé « jeu de rôle », ce qui est parfois dommage. On trouve aussi quelques clin d’oeil efficaces vers d’autres de ses récits. Alors après, c’est vrai que j’attends un peu plus de ce monde, qui ne parait ne servir que d’image de fond alors qu’il a le potentiel pour tellement plus, mais cela ne l’empêche pas de se révéler plutôt efficace.

Concernant les personnages, ils ne sont pas mauvais nous proposant des protagonistes sombres, un minimum soignés et loin des clichés habituels. Le personnage principal de ce tome 2 n’a ainsi rien du héros chevaleresque, mais s’avère plus opportuniste, sachant sentir le vent tourner et s’adapter, et qui considère sa position de personnage connu pour faire tomber les femmes, tout en possédant une morale qui le rend un minimum intéressant. Les personnages secondaires ne sont pas non plus en reste, comme par exemple Ness qui suite à la révélation du tome 1 remplit parfaitement son rôle de personnage ambiguë, même si un peu répétitive. Je regretterai par contre toujours certains dialogues un peu trop familier, qui détone clairement, selon moi, avec l’univers construit, ainsi que certains personnages qui m’ont paru trop proches d’autres héros des cycles différents de l’auteur. Je pense ainsi à Desmeon qui m’a rappelé le Puits des Mémoires. Mais bon rien de non plus trop bloquant.

Je regretterai par contre que certains points du récit tombent un peu dans la facilité. Par exemple, je reviens sur les émeutes qui m’ont paru amenées de façon un peu trop précipité et simpliste. Cinq pages avant le peuple est clame, cinq pages après le peuple explose. J’ai trouvé que ça manquait de graduation dans son développement. J’ai aussi trouvé que l’intrigue, par moment, manquait de complexité dans les rebondissements qu’elle amène. Certaines transitions qu’elles soient politiques, voir personnelles, donnent alors l’impression d’être un peu trop arrangeantes. Enfin l’envie de mettre en avant des héros imparfaits apporte toujours les mêmes erreurs. Cela n’empêche pas non plus ce roman d’offrir des moments réussis, quelques bonnes surprise et de se révéler sur la longueur un minimum divertissant, c’est vrai bien porté par une plume vive, fluide et percutante. Au final un second tome qui, même s’il n’a pas complètement répondu à mes attentes, se laisse tout de même lire facilement et aboutissant à une conclusion que j’ai trouvé plutôt réussie dans son côté ouvert. Par contre, je vais prendre une pause dans mes lectures de l’auteur, suite au constat que j’ai fait en début de chronique je vais laisser un peu de temps s’écouler avant de me lancer dans son prochain roman.

En Résumé : J’avoue je ressors de ma lecture avec un sentiment mitigé, certes le roman n’est pas mauvais, mais il n’a jamais non plus réussi à complètement m’emballer. On y retrouve pourtant la patte de l’auteur, offrant un récit vif, percutant, offrant de nombreux rebondissements et de nombreuses surprises, le tout dans une ambiance plus sombre que le premier. Sauf que voilà je pense qu’à force d’avoir lu des écrits de l’auteur je commence à trop reconnaitre la mécanique de construction du récit qui est un peu toujours la même. Cela fait que les ficelles deviennent trop visibles. L’univers est toujours aussi solide et la guerre des religions intéressante. Je regretterai par contre que l’aspect Nécromancie soit finalement trop simpliste. Les personnages s’avèrent plutôt efficaces, soignés et surtout offre un changement de narration entre le Tome 1 et le Tome 2 intéressant, même si parfois j’ai trouvé que l’auteur se perdait dans sa narration multiple, offrant trop de point de vue avec des personnages qu’on ne revoie pas. J’ai par contre été frustré de certaines facilités dans l’évolution de l’intrigue, ainsi que certaines transitions simplistes et enfin j’ai trouvé que l’incompétence de certains personnages permettant de faire avancer le récit un peu répétitive. La plume de l’auteur est toujours aussi vive, fluide et percutante. Je pense au final prendre une pause dans ma lecture des prochaines publications de l’auteur, en espérant mieux y revenir plus tard.

 

Ma Note : 6/10

 

Autres avis : Ours inculte, Trolle, Imaginelf, Sia, Boudicca, …

Précédent

L’Epée de l’Hiver – Marta Randall

Suivant

L’inclinaison – Christopher Priest

  1. J’espère y trouver plus de plaisir que toi, étant donné que j’ai très peu lu de cet auteur. Ceci dit j’avais quand même vu arriver une partie de la fin du 1er.

  2. J’ai à peu près le même sentiment que toi et ma lecture s’est avérée assez mitigée. Je rejoins les points que tu as soulignés : la narration éparpillée, la sensation de passer à côté de certains événements avec les ellipses et les ficelles qui sont trop perceptibles quand on a l’habitude de lire l’auteur. Par contre, il y a quelques passages d’une beauté triste (je pense à la fin mais aussi au tournant majeur dans la vie de Desmeon vers la fin) qui m’ont beaucoup émue.

    • Oui, l’auteur a toujours cette capacité à proposer des scènes qui sortent vraiment du lot, à faire que le personnages va nous toucher pendant un instant. Mainteant voilà, j’attendais quand même un peu plus du roman.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :