Auteur : BlackWolf Page 2 of 200

Sea of Rust – C. Robert Cargill

Résumé : Humankind is extinct. Wiped out in a global uprising by the very machines made to serve them. Now the world is controlled by One World Intelligences – vast mainframes that have assimilated the minds of millions of robots.
But not all robots are willing to cede their individuality, and Brittle – a loner and scavenger, focused solely on survival – is one of the holdouts.
Only, individuality comes at a price, and after a near-deadly encounter with another AI, Brittle is forced to seek sanctuary. Not easy when an OWI has decided to lay siege to the nearest safe city.
Critically damaged, Brittle has to hold it together long enough to find the essential rare parts to make repairs – but as a robot’s CPU gradually deteriorates, all their old memories resurface. For Brittle, that means one haunting memory in particular . . .

Edition : Gollancz

Mon Avis : Ce roman a connu une vie un peu bizarre dans ma PAL. Je l’ai fais entrer dans ma bibliothèque d’ebook, il y a un peu moins de 2 ans suite à une promotion de l’éditeur Gollancz, sur un coup de tête me basant simplement sur son résumé et des retours très positifs. Le soucis avec ma PAL numérique c’est que, n’ayant pas clairement de visu dessus, j’oublie parfois que je possède certains romans. Il a fallu qu’Albin Michel Imaginaire annonce la traduction et la publication prochaine de ce roman en VF pour que je me rappelle que je le possédais. J’avoue la présentation qu’en a fait l’éditeur VF, ainsi que le fait que ce roman est très bien noté sur Goodreads, ont ainsi fait remonter ce livre rapidement dans ma PAL. Puis bon, je ne voulais pas me faire avoir et acheter un livre en VF alors que je l’ai déjà en VO. Concernant la couverture, je la trouve sympathique son côté rugueux , violent et sauvage colle parfaitement au récit.

Lire la suite

Le Chant Mortel du Soleil – Franck Ferric

Résumé : Il s’appelle Araatan, il est le Grand Qsar. On le surnomme la Montagne car il est haut comme deux hommes, large comme un auroch. Le destin de ce géant est de mener son peuple de cavaliers sur la route de la Toute Fin : achever l’extermination totale des dieux. Une seule divinité a survécu à leur déicide : celle de la cité d’Ishroun. Pour abattre les murailles d’Ishroun et éteindre le culte de la Première Flamme, Araatan se donne un an. Elle s’appelle Kosum. Née esclave, elle était la meilleure dresseuse de chevaux des plaines. Pour avoir tenté de castrer le fils de son maître, elles a été enchaînée nue à une tour pleine de morts. Alors qu’elle attend résignée le baiser mortel du gel, quatre cavaliers la délivrent. Ces hommes durs retournent auprès du Grand Qsar. Kosum, qui croyait mettre un pied dans la guerre, va entamer un tout autre voyage.

 

Edition : Albin Michel Imaginaire

 

Mon Avis : J’ai découvert Franck Ferric, il y a un peu plus de 8 ans maintenant, avec ma lecture de son roman La Loi du Désert qui m’avait offert un très bon moment de lecture à travers le voyage proposé (ma chronique ). Je métais ensuite laissé tenter par sa Fantasy urbaine, Les Tangences Divines, qui m’avait aussi offert un bon moment dans sa lutte face à un monde qui change (ma chronique ici). Je m’étais ensuite laissé tenter par Trois Oboles pour Charon et sa revisite du mythe de Sisyphe, que j’avais trouvé sympathique, mais qui m’avait moins marqué que ce que j’espérais (ma chronique ). Aussi, quand Albin Michel Imaginaire a proposé de sortir le nouveau roman de l’auteur, je savais qu’il terminerait rapidement dans ma PAL, encore plus après les nombreux retours positifs que j’ai vu passer. Concernant la couverture, illustrée par Guillaume Sorel, je la trouve très sympathique.

Lire la suite

String City – Graham Edwards

Résumé : THE UNIVERSE IS MADE OF STRING. WHEN THE KNOTS TIGHTEN, THE COSMOS QUAKES.
It’s a tough job being a gumshoe in an interdimensional city full of gods, living concepts and weirder things. Good thing I’m a stringwalker, able to jump between realities.
It started when I was hired to investigate an explosion at a casino. A simple heist, I thought, but it turned into a race to stop the apocalypse. So I rolled the dice, and now I’m up against the ancient Greek Titans, an interdimensional spider god and a mysterious creature known as the Fool. I’m going to need more than just luck to solve this one.
If I fail, all things—in all realities—could be destroyed.
Just another day in String City.

 

Edition : Solaris

 

Mon Avis : Je me suis laissé tenter par ce roman un peu sur un coup de tête, suite à plusieurs posts de comm de l’éditeur que j’ai vu passer sur mes différents fils de réseaux sociaux. Je me suis ainsi retrouvé rapidement attiré par le résumé qui avait l’air de présenter un récit qui ne manquait pas d’imagination et de pep’s. Je ne connaissais rien de l’auteur avant de me lancer dans la lecture de ce récit, mais le site développé pour offrir un côté un peu transmédia au roman, même s’il est un peu « kitsch » a continué à titiller ma curiosité et de voir ce qu’il pouvait bien proposer. Concernant la couverture, illustrée par Vince Haig, je la trouve plutôt sympathique et qui met dans l’ambiance.

Lire la suite

Le Livre Jaune – Michael Roch

Résumé :Un pirate s’échoue sur les rivages de Carcosa, la Cité d’Ailleurs. Persuadé d’être mort, il est amené au Roi en jaune, hanté par le souvenir de ses amours. Ce dernier lui propose de revenir à la vie s’il parvient à le débarrasser de sa malédiction.

 

Edition : Mü éditions

 

Mon Avis : J’ai découvert Michael Roch il y a un peu plus d’un an, avec son premier livre : Moi, Peter Pan. Il m’avait offert un très bon moment de lecture avec un récit philosophique, métaphysique, efficace et surtout porté par une plume soignée et poétique, qui avait fait que je me suis retrouvé rapidement immergé dans son récit, même si certaines réflexions m’avaient paru traité de façon parfois un peu sommaire (ma chronique ici). Il était donc logique que je me laisse rapidement tenté par le nouveau livre de l’auteur. Par conséquent, quand j’ai vu que Babelio le proposait dans son dernier masse critique, j’ai tenté ma chance et j’ai eu la chance d’être sélectionné. Je remercie donc Mü éditions et Babelio de m’avoir permis de découvrir ce livre. Concernant la couverture, j’avoue, pour ma part, elle me laisse un peu de côté, mais c’est personnel.

Lire la suite

After The War Book 1, Redemption’s Blade – Adrian Tchaikovsky

Résumé : Ten years ago, the renegade demigod known as the Kinslayer returned. His armies of monsters issued from the pits of the earth, spearheaded by his brutal Yorughan soldiers. He won every battle, leaving burnt earth and corruption behind. Thrones toppled and cities fell as he drove all before him. And then he died. A handful of lucky heroes and some traitors amongst his own, and the great Kinslayer was no more.
Celestaine was one such hero and now she has tasked herself to correct the worst excesses of the Kinslayer and bring light back to her torn-up world. With two Yorughan companions she faces fanatics, war criminals and the monsters and minions the Kinslayer left behind as the fragile alliances of the war break down into feuding, greed and mistrust.
The Kinslayer may be gone, but he cast a long shadow she may never truly escape.

 

Mon Avis : J’ai découvert Adrian Tchaikovsky il y a peu, avec son roman Dans la Toile du Temps publié il y a un an maintenant en VF chez Denoël. J’avais passé un excellent moment de lecture avec ce livre, offrant un récit intelligent, efficace, prenant et il m’avait donné envie de découvrir plus de récits de l’auteur (ma chronique ici). Malgré le fait que j’ai dans ma PAL Guns of the Dawn de l’auteur, j’ai plutôt décidé de me laisser tenter par Redemption’s Blade, déjà dans un premier temps parce que, même s’il rentre dans un cycle, chaque roman est un one-shot, et ensuite le retour positif, même si tout ne l’avait pas accroché, qu’en avait fait Apophis m’avait convaincu de le lire. Concernant la couverture, illustrée par Tomasz Jedruszek, je la trouve très réussie.

Lire la suite

Les Chants de la Terre Lointaine – Arthur C. Clarke

Résumé : La Terre se meurt et les derniers représentants de l’espèce humaine prennent place à bord du Magellan pour un voyage de plusieurs centaines d’années. Au cours d’une escale sur une planète-océan colonisée longtemps auparavant par des vaisseaux-semeurs, l’équipage du Magellan rencontre des humains pour qui la Terre n’est déjà plus qu’un lointain souvenir, une légende.

Edition : Audible

 

Mon Avis : Je continue ma découverte, grâce aux audio-livres, de classiques de l’imaginaire et aussi ma plongée dans les écrits de l’auteur Arthur C. Clarke, que j’ai très peu lu finalement. Après Rama, dont le premier tome m’avait emporté, mais où le second m’avait un peu laissé de côté, je me lance cette fois dans Les chants de la Terre Lointaine qui est souvent cité dans les grands classiques à lire de l’auteur, tout du moins dans les articles anglophones que j’ai vu passer. Concernant la narration de Slimane-Baptiste Berhoun elle est agréable, mais légèrement plombé, je trouve, par les musiques de transition entre chaque chapitre complètement en décalage du récit. On a un récit qui se base sur la construction et un rythme lent et on nous met une musique qui cherche plus le côté un peu épique. Certes, rien de bien méchant, mais c’est étonnant.

Lire la suite

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre