Basse-Fosse Tome 1, Le Baiser du Rasoir – Daniel Polansky

le baiser du rasoirRésumé : Basse-Fosse. La ville du crime.
Les hors-la-loi sont rois, les femmes, fatales. Disparaissez, et les gardes s’assureront que personne ne vous retrouvera jamais.
Prévôt est dealer. Il a été soldat. Il a été agent de la Couronne. Il a tout vu, et même pire. Difficile de trouver âme plus tourmentée.
Il est aussi le plus à même de traquer l’assassin qui sème derrière lui les corps d’enfants horriblement mutilés. Un sinistre jeu de piste, où le chasseur pourrait devenir proie.

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Bragelonne parle de ce livre, depuis quelques semaines déjà, comme un mélange de fantasy et de polar, le tout dans un univers sombre. Je dois bien avouer que le quatrième de couverture m’a paru prometteur et m’a donné envie de découvrir ce livre. Mais ce qui m’a fait que j’ai finalement craqué c’est la couverture, illustrée par Fred Augis, que je trouve véritablement réussie et magnifique.

Le Prévot a eu une vie bien remplie et tourmentée, mais maintenant il est devenu dealer. Des meurtres d’enfants vont le pousser à se lancer dans une enquête difficile et pas sans soucis. L’auteur alterne entre une enquête sombre, sur des meurtres d’enfants, et la vie de son héros le Prévôt. Je dois dire qu’on se laisse prendre au jeu et on suit avec plaisir l’évolution et les rebondissements de l’enquête, ainsi que la course poursuite de l’assassin mais aussi les différents flash-back qui viennent nous présenter ce personnage. Mais voilà on se demande quand même pourquoi le personnage à décider de se lancer dans cette enquête, rien ne l’y obligeait et surtout, il n’est plus le genre de protagoniste à avoir le coeur sur la main depuis quelques années. L’enquête en elle même se révèle bien ficelée et sans temps mort le tout accentuer par des chapitres court qui font que l’histoire se lit rapidement, sans être exceptionnelle ni véritablement surprenante C’est d’ailleurs plus l’histoire du Prévôt qui va se révéler intéressante.

L’univers mis en place par l’auteur correspond à ce qui a été annoncé, un univers de fantasy urbaine vraiment noir, sombre, sanglant, glauque. Ne vous attendez pas à y trouver de l’espoir, ni de véritable justice. L’auteur tente de nous offrir un univers vaste possédant plusieurs races, plusieurs religions et dieux ainsi que différentes drogues et autres concepts qui rendent cet univers
vraiment sympathique. Mais voilà l’auteur ne le développe à peine là où on aurait aimé en savoir plus. Il nous parle d’îlliens, de kirènes en nous expliquant à peine ce qui les caractérisent. J’ai trouvé un peu dommage de poser un tel BackGround et ne pas le développer plus, surtout tant la ville se révèle captivante, sordide et attractive. De plus la traduction m’a fait peur, premier contact avec un dieu dans l’histoire il s’appelle Celui qui est Perdu, j’ai trouvé ce nom vraiment louche et après quelques recherches sur le net ce serait la traduction de The Lost One, traduction littérale je vous l’accorde, mais moins prenante que la version en VO.

Concernant les personnages je dois dire que le Prévôt est un personnage vraiment intéressant et qui colle parfaitement à cet univers. Un personnage qui a énormément souffert dans une monde où
tout est pourri et qui c’est parfaitement adapté pour y survivre, un homme brisé qui cache ses blessures qui accroche bien. Un personnage cynique et plein de répondant, surtout dans des dialogues insolents et argotiques. Mais voilà j’avoue que parfois les dialogues, là ou j’attendais un de la repartie à la Locke Lamora, tombent un peu dans le graveleux et le gratuit. Les personnages secondaires se révèlent être intéressants mais, due à une écriture à la première personne, manque tout de même de profondeur.

Le style de l’auteur est plutôt bon, percutant et incisif, mais je l’ai trouvé parfois plombé par des soucis de traductions; certaines phrases m’ont fait mal aux yeux. Alors tout n’est pas parfait non plus, comme je l’ai dis l’intrigue est plaisante mais elle est loin d’avoir le niveau d’une véritable intrigue policière, je dois même avouer qu’au bout de 100 pages à peine j’avais une idée de l’assassin, mais bon c’est peut être dû à mon esprit tordu. De plus la conclusion se révèle vraiment trop rapide et surtout possède des rebondissements un peu trop gros et improbables. L’univers et les personnages secondaires manquent de profondeur. Ce premier tome donne plus l’air de mettre en avant son personnage du Prévôt, qu’on reverra sûrement dans d’autres histoires, et c’est là que c’est un peu dommage car ça rend ce livre tout juste plaisant à lire mais sans laisser un souvenir impérissable; un livre honnête en somme. Par contre l’auteur possède un petit quelque chose qui fait que je me laisserai tenter par la suite en espérant une amélioration.

En résumé : Je dois bien avouer que j’attendais plus de ce livre qui m’a juste offert une histoire honnête et limite plaisante à lire. Dommage car l’auteur nous offre un cadre vraiment sombre, captivant et glauque, avec un personnage principal intéressant et cynique. Mais voilà l’auteur tente de nous offrir un univers vaste sans jamais l’étoffer, l’intrigue, malgré qu’elle soit plaisante, fut, pour moi, vite éventée et la conclusion se révèle un peu trop rapide et légèrement improbable. Mais l’auteur possède un petit quelque chose qui fait que je pense que je reviendrai dans Basse-Fosse.

 

Ma Note : 6/10

Précédent

Au-Delà de L’Oraison Tome 1, La Langue du Silence – Samantha Bailly

Suivant

Mes Achats du Mois de Février

  1. Belle chronique, comme d’habitude !

    Dommage que tant de points aient assombri ta lecture. Je crois que je tenterai quand même l’aventure, mais j’essaierai de le lire avant Les Salauds Gentilhommes, je serai ainsi peut-être moins
    exigeante!

  2. Comme toi j’ai été déçue et surtout j’ai vu arriver la fin arriver à des kilomètres !!

  3. L’univers de ce bouquin me tentait drolement bien, c’est le genre d’ambiance que j’aime. Par contre, c’est dommage que ça pèche un peu au niveau de l’intrigue et de la conclusion.

    Du coup, je verrai si ma médiathèque ne peut pas l’acquérir.

  4. il me fait envie ce livre ! Mais j’attendrais de le trouver d’occasion pour l’acheter :/
    il a l’air intéressant !

  5. gauthier

    encore une fois une chronique juste et sans concessions! un peu sévère quand même. Je suis d’accord avec toi concernant l’histoire proprement dite. c’est vrai que l’auteur a été un peu paresseux
    avec son intrigue et il manque quelques fausses pistes et du coup quelques personnages secondaires plus développés. Mais pour moi là n’était pas l’essentiel, tant j’ai été sensible à l’univers créé
    par l’auteur. Je suis assez fan de fantasy urbaine, et je trouve qu’il s’en sort vraiment bien. Bien sûr on aimerait en savoir plus, mais je suis sûr que ça viendra dans le prochain tome. Notre
    prévôt est un personnage intéressant, pas tout à fait brisé encore. Sa gouaille est plaisante. Par moments il me rappelait Toubib dans la compagnie noire. C’est sûr que tout est une question
    d’attente, et qu’après avoir lu ta critique, je me méfiais beaucoup…
    alors voilà je trouve ce 6 trop sévère, surtout comparé à Hunger Games que je me suis tapé juste avant et qui a aussi reçu un 6. Hunger games c’est mauvais, sans ambition, écrit dans un style
    catastrophique (sujet-verbe-complément), et surtout pas original.
    enfin bref voilà, c’est sûr que Polansky n’est pas Scott Lynch, mais bon moi je lirai très volontiers la suite!

  6. gauthier

    … appelons ça l’effet « Farlander »

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :