Bloody Marie – Jacques Martel

bloody marieRésumé : L’humanité s’est répandue dans la galaxie, et ses colonies finirent par être séparées par la distance.
Il y a trois générations, les hommes et les femmes ont recommencé à voyager, donnant naissance à un nouvel espoir : l’Essor.
Aujourd’hui, les grandes voies sont à nouveau sillonnées par les navires de commerce qui font la prospérité des armateurs, mais aussi celle de leurs prédateurs : les pirates.
Avec succès, la Ligue et la Flotte ont joué de tout leur poids et de la puissance de leurs corsaires pour mettre fin à l’activité des Forbans du Vide, avant de promettre des amnisties. Désormais, d’anciens pirates traquent leurs confrères. Ces dernières années ont sonné le glas de la piraterie.
Mais, au comptoir d’un des plus anciens bars à matelots, un vieux soutier annonce aux habitués le retour de la terrible fille du feu Ravageur de Mondes : Bloody Marie.
Menée par une colère jamais retombée depuis que la Ligue, quinze ans auparavant, a piégé son père, la pirate refuse de baisser pavillon.
Tous sabords ouverts, les canons prêts à vomir leurs charges de plasma, Bloody Marie lance le Long John pour un dernier raid…

Edition : Black Book

 

Mon Avis : Ce livre a terminé sa course dans ma PAL un peu par hasard, ou plus précisément à coup de déambulateur, d’œillades explicites et j’avoue, aussi, d’explications convaincantes. Je m’explique, depuis les Imaginales 2012 Plumeline a lancé une nouvelle mode, tenter de me faire acheter un livre qu’elle aura choisi pour moi. Pour l’année 2013 ce fût Bloody Marie qui fût choisi. J’avoue que la couverture, illustrée par Sylvain Sarrailh, donnait clairement envie par son côté space-opera, guerrier, et le résumé se révélait accrocheur. Donc, après discussion avec l’auteur, ce livre a fini dans ma PAL. J’ai, j’avoue, mis un peu de temps à l’en sortir, mais voilà chose faite.

Une chose est sûre c’est qu’on ne s’ennuie pas un seul instant avec ce livre qui se révèle haletant, efficace et entrainant. Pour peu qu’on apprécie le monde de la piraterie, l’alcool, l’abordage et le tout dans un avenir rempli de vaisseaux spatiaux et d’armes futuristes, alors vous ne devriez pas vous ennuyer. L’auteur construit ici un récit explosif, détonnant, rempli d’aventures et de rebondissements qui font que le lecteur se retrouve emporté par l’ensemble tout en possédant aussi cet aspect épique associé au côté flamboyant du voyage spatial, ce qui en fait la grande force du livre. L’auteur sait également brouiller les pistes, induire en erreur pour mieux surprendre, même si parfois j’ai trouvé cela un peu mal amené, comme ce gars qui veut raconter son histoire qui se révèle capitale mais, quatre fois, se retrouve empêcher de le faire sans raisons valables. Concernant la narration elle se révèle franchement intéressante et originale, l’histoire étant présentée pas un personnage qui vient conter cett histoire dans un bar et, entre chaque chapitre sur Bloody Marie, on le retrouve pour apporter des précisions et se rincer le gosier ou se remplir la panse. J’ai trouvé que ça ajoutait un certain charme, par la gouaille du personnage, qui colle parfaitement à ce côté piraterie, et surtout permet une immersion différente de ce qui se fait habituellement, se révélant tout aussi réussi.

Concernant l’univers j’avoue que l’auteur a construit quelque chose d’un minimum complexe, dense, mais surtout cohérent, le tout à travers des explications efficaces ainsi que des annexes complètes pour ceux qui se sentiraient perdus. Les vaisseaux, les technologies, les armes ou bien encore les armures, rien n’est laissé au hasard et se fond parfaitement dans l’histoire et son background. Concernant l’aspect social l’auteur construit quelque chose de classique, mais qui se révèle solide avec les militaires, les pirates et les corsaires que sont à peu près les trois grandes entités de cet univers. Alors certes l’auteur ne rentre jamais complètement dans les détails et reste toujours en surface des jeux de pouvoir à grande échelle, mais rien de bloquant ou dérangeant, et l’ensemble permet même aussi d’ouvrir quelques réflexions assez intéressante même si parfois manichéennes dans leurs traitements. L’intérêt vient aussi du fait que Jacques Martel a réussi à retranscrire le monde des forbans, que ce soit dans sa hiérarchie, dans ses habitudes ou même dans son langage, on a l’impression d’être au milieu de cet équipage de forbans. Ajouter à cela quelques races extraterrestres et vous obtenez un univers qui se révèle solide, riche, logique où on sent bien que l’auteur c’est un minimum renseigné.

Concernant les personnages j’avoue que sur certains aspects j’ai eu un peu de mal. Concernant l’Irving je n’ai pas eu trop de soucis, le protagoniste se révèle intéressant et on sent bien qu’il cache quelque chose, on le suit donc avec plaisir pour en savoir. Mais concernant Marie, j’avoue que j’ai eu du mal à la comprendre complètement. Concernant son caractère fort et violent il apporte quelque chose d’intéressant à cette pirate, pas de soucis, mais voilà je la trouvais beaucoup trop changeante ; elle peut tuer un compagnon pour une toute petite erreur, mais va reporter une opération capitale pour soigner un de ces plus vieux membre d’équipage blessé. Je peux parfaitement comprendre qu’elle ait une amitié avec cet équipier, présent depuis longtemps à ses côtés, mais elle est capitaine, avoir un caractère aussi changeant c’est appeler à la mutinerie. Je suis donc resté perplexe sur certaines de ses réactions. De plus j’ai trouvé que les héros principaux étaient un peu trop figés, ne se remettant jamais vraiment en question et manquaient parfois d’émotions. Pour les personnages secondaires, c’est assez simple il y a ceux auxquels on s’intéresse, ceux qui ont un passé et une histoire, et les autres, ceux sur lesquels on reste en surface dont on sait peu de choses, mis à part qu’ils vont mourir. Le procédé n’est en rien gênant mais bon cela limite un peu les surprises.

Quelques points m’ont aussi dérangés dans ce récit. Déjà il n’a jamais véritablement réussi à me surprendre par les différentes révélations qu’il propose. Alors, je ne sais pas si c’est moi qui ait l’esprit tordu, mais j’ai vu arriver la majorité d’entre elles, ce qui est dommage. Ensuite, l’auteur est parfois un peu trop « bavard » et cherche parfois à trop vouloir en faire ; il s’attache à construire quelque chose de dense, je suis d’accord, mais par moment il se laisse emporter par son explication et sa plume ce qui crée quelques légères longueurs. Dernier petit point que j’ai soulevé c’est concernant une des intrigues secondaires que lance l’auteur concernant les « Autres », j’avoue je n’ai jamais réussi à accrocher ni à m’y intéresser totalement, ce qui m’a, par conséquent, rendu la conclusion légèrement moins surprenante. Mais bon rien de catastrophique non plus et cela n’enlève en rien l’aspect amusant et fun de ce roman.

La plume de l’auteur ne manque pas d’énergie et se révèle simple, entrainante et efficace à nous faire plonger dans cette histoire remplie d’explosions, de voyages spatiaux, d’action, de piraterie, d’abordage, d’alcool et de sauvagerie. Ce roman remplit pleinement son rôle de divertissement dans un monde qui se révèle dense et cohérent. Alors, tout n’est pas non plus parfait et certains points ne m’ont pas accroché, mais dans l’ensemble je me suis détendu avec ce livre qui s’est révélé agréable. Je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

Résumé : J’ai passé un agréable moment avec ce livre qui nous propose de mélanger piraterie et space-opera. L’intrigue ne manque pas de se révéler haletante, sans temps mort et rempli d’action et d’aventures ce qui fait qu’on a un peu de mal mal à lâcher ce livre explosif. L’univers que construit l’auteur est dense, bien construit, mais surtout se révèle cohérent et logique, le tout porté par des explications efficaces. Je reste mitigé concernant les personnages, les héros se révèlent un minimum travaillé, même si j’ai parfois eu du mal à comprendre Bloody Marie, par contre ils se révèlent un peu trop figés par moments et manquer légèrement d’émotions. Concernant les personnages secondaires leurs présentations fait qu’on devine trop rapidement qui va mourir des autres. Je reproche par contre au récit d’être parfois un peu trop bavard ce qui crée quelques longueurs, ainsi que sa tentative de complexifier son intrigue par une sous-intrigue sur « Les Autres » qui ne m’a que moyennement accroché. La plume de l’auteur colle parfaitement au récit se révélant simple, efficace, entrainante et énergique, happant le lecteur assez facilement. Au final un agréable divertissement qui devrait plaire à ceux qui sont à la recherche de batailles, de vaisseaux spatiaux et de pirates. En tout cas je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 7/10

 

Autres avis : Plumeline, nymeria, mrjmad, …

Précédent

Un Eclat de Givre – Estelle Faye

Suivant

La Dernière Terre Tome 1, L’Enfant Merehdian – Magali Villeneuve

  1. Une critique (ainsi que celle de Plumeline) qui m’a bien donné envie de lire ce livre.
    Et du coup, la question se pose : quel est le livre sélectionné par Plumeline pour 2014 ? ^^

    • J’espère qu’il te plaira alors.
      Alors pour cette année Plumeline a sélectionné deux livres, Les Kerns de L’Oubli Tome 1, L’Exil de Feldrik Rivat ainsi que L’Évangile Cannibale de Fabien Clavel.

  2. Bon, pas convaincue, je vis passer mon tour pour celui-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :