Captain Swing et les Pirates Electriques de Cindery Island – Warren Ellis & Raulo Caceres

captain-swing.jpgRésumé : Londres, 1830. Le jeune flic Charlie Gravel ne cesse d’être témoin de choses qu’il ne devrait pas voir : un navire volant, des pirates armés d’étranges artefacts électrique… et un capitaine qui nargue la police. Un révolutionnaire qui défie le la loi pour remettre au peuple la science et ses miracles et les libérer du joug des puissants. Dans les rues, on murmure le nom de Spring-Heeled Jack…
Mais il préfère qu’on l’appelle Captain Swing. Voici son histoire.

Edition : Milady Graphics

 

Mon Avis : Lors du dernier Masse Critique spécial BD de Babelio je me suis laissé tenter par ce livre dont le quatrième de couverture m’intriguait, de plus trouvant la couverture vraiment accrocheuse et assez flamboyante j’ai donc décidé de tenter ma chance et j’ai eu la chance d’être sélectionné. Je remercie donc Babelio ainsi que les éditions de Milady Graphics pour la découverte de ce livre. A noter que Captain Swing est un personnage qui a vraiment existé, c’est le nom donné à un révolutionnaire ouvrier au 18ème siècle; Warren Ellis nous offre donc une réécriture fantastique de ce personnage.

Je dois dire qu’on se laisse vite embarquer par cette histoire qui se révèle nerveuse et efficace le tout porté par des idées assez intelligentes et des réflexions qui ne laissent pas indifférents. L’auteur nous offre une intrigue sur le pouvoir omnipotent et un peuple qui souffre, le tout au milieu de considération sur l’énergie et son utilisation ainsi qu’une critique de la société vraiment efficace. D’ailleurs ces considérations nous rappellent un peu nos soucis actuels avec le pétrole, mais aussi la façon dont s’accrochent les gens à leur pouvoir.

En tout cas tout va vite et très vite, on découvre rapide qui est le fameux Captain Swing : un scientifique philosophe à la pensée libertaire lui offrant une légère ressemblance avec V pour Vendetta. Mais voilà au contraire du comics V, qui fait 300 pages, Captain Swing en fait à peine 120 et une fois le héros découvert tout va beaucoup beaucoup trop vite et trop facilement. Une fois la dernière page tournée on a l’impression qu’il manque quelque chose, d’être passé à côté d’un bout de l’histoire. De plus tout parait un peu trop linéaire. Dommage.

L’univers très Steampunk est vraiment efficace, le tout situé dans une Londres vraiment sombre et à la limite de l’explosion, où la brutalité est monnaie courante et où la police publique n’effectue que ses premiers pas. L’auteur glisse aussi des textes informatifs qui, certes, ralentissent légèrement l’intrigue, mais permettent une meilleure compréhension et offrent énormément d’informations sur le background de l’univers. Les personnages se révèlent vraiment efficaces malgré, parfois, un manque de profondeurs pour certains. Ils collent parfaitement à l’univers et remplissent efficacement leurs rôles.

Concernant les graphismes je dois dire que je suis plutôt mitigé, après chacun se fait son avis, mais autant certaines planches se révèlent assez splendides, autant certaines m’ont paru vraiment
trop grossières du point de vue du trait et surtout énormément alourdie, parfois, par une colorisation excessive. De plus la BD entière se passe de nuit, ce qui donne parfois un aspect un peu monotone au dessin, comme si le dessinateur ne savait pas dessiner des scènes de jour.

Ce Comics n’est pas complètement mauvais, il fait partie des BD qu’on lit rapidement mais qui ne laisseront pas un souvenir impérissable. Warren Ellis a construit une histoire efficace et intelligente, à la V pour Vendetta, mais manque clairement d’ambition pour porter à fond son sujet. C’est dommage car on sent tout le potentiel qu’il y a derrière cette série. Au final un comics tout juste sympathique.

En Résumé : Voilà un comics qui m’intriguait énormément lorsque je l’ai vu mais qui au final n’a pas complètement répondu à mes attentes. Malgré une histoire intelligente et efficace l’oeuvre manque complètement d’ambition et se révèle trop rapide et un peu trop linéaire. L’univers steampunk est vraiment intéressant et bien décrit et les personnages sont efficaces. Les graphismes, par contre, ne m’ont pas totalement emballés alternant le réussi avec le moins bon. Au final un Comics juste sympathique mais sans plus.

 

Ma Note : 6/10

Précédent

Monument – Ian Graham

Suivant

Mes Achats du Mois d’Avril

  1. J’étais plutôt de ton avis quand je l’ai lu (^-^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :