Catégorie : Bande Dessinée Page 2 of 13

Tony Chu Détective Cannibale Tome 3, Croque-Mort – Guillory & Layman

tony chu 3 croque-mortRésumé : La vie semble avoir retrouvé un cours à peu près normal pour Tony Chu. Son chef lui accorde enfin un répit bien mérité, et depuis le retour à ses côtés de son partenaire, John Colby, pas un crime ne leur résiste. Comble du bonheur, Tony a rencontré une journaliste culinaire dont la prose lui permet d’imaginer ce qu’il ne peut pas déguster. Mais cette situation idyllique n’est pas appelée à durer…

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Je m’étais lancé dans la lecture de ce comics car les couvertures et le résumé annonçaient clairement quelque chose de déjanter et d’efficace. Je dois bien avouer qu’après avoir lu les deux premiers tomes je n’étais pas trop déçu de ce côté là (ma chronique Tome 1, Tome2). Puis par manque de temps, j’ai un peu laissé la série de côté, mais aujourd’hui je me lance enfin dans le troisième tome en espérant retrouver ce qui m’avait plu dans les premiers tout en espérant enfin un développement plus important du fil rouge.

Je dois bien avouer que dans ce troisième tome, on ne s’ennuie jamais un seul instant. Les auteurs alternent efficacement entre enquêtes policières et aspect plus intime de la vie de Tony Chu et de ses amis proposant ainsi un tome qui se révèle efficace, nerveux et prenant. La tension monte doucement au fil des pages, retrouvant des anciens personnages qui ont une importance capitale dans l’intrigue principale. Mais voilà, ce qui est dommage, c’est que ce tome donne encore un peu l’impression d’être un tome de transition, n’offrant finalement que quelques indices parsemés sur le fil rouge principal ce qui est parfois un peu frustrant, ne comblant pas complètement les attentes. Heureusement le tout est vraiment compensé par le travail sur la vie du héros qu’on découvre de plus et qui en devient donc de plus en plus attachant au fur et à mesure des pages.

En effet, pour rappel, Tony Chu n’est pas un héros comme les autres, il est cibopathe. Ce qui veut dire qu’il est capable de retracer l’histoire complète de ce qu’il mange, ce qui est très vite contraignant. Mais à côté de ça, il est aussi un personnage humain, qui a du mal avec sa vie, qui est timide et accumule les soucis avec sa famille. Au final un tome où il va prendre de l’ampleur, ou sa vie va aussi changer car il a peut être enfin trouvé l’amour. Le dernier chapitre conclut d’ailleurs avec brio ce tome, permettant de vraiment rentrer dans la vie de Tony, son passé et son entourage, tout en lançant une intrigue qui donne clairement envie de lire la suite rapidement.

Mais l’un des points forts est toujours ce côté déjanté et toujours aussi drôle qu’on retrouve au fil des tomes; ce troisième tome ne dérogeant pas à la règle. Les situations burlesques, les gags ou encore les dialogues enlevés et efficaces continuent vraiment à rendre cette série intéressante, même si parfois les intrigues secondaires sont parfois résolues trop rapidement à mon goût. Ce qui est un peu dommage, vu que le fil rouge prend un peu son temps. L’univers se révèle toujours aussi solide et efficace avec toujours son idée de départ originale sur un monde où le poulet est interdit de vente suite aux différentes grippes, amenant ainsi un marché noir considérable.

Les graphismes sont toujours aussi réussis à mon goût, possédant toujours cette patte cartoon et funky, style années 70, qui font le charme de la série. On se laisse vraiment porter par ces images qui viennent accentuer le côté burlesque de l’histoire tout en ayant aussi un trait un peu plus sérieux dans les intrigues. On pourrait être surpris par ce trait parfois un peu anguleux, mais finalement on accroche rapidement, offrant des scènes d’action vives et efficaces, ainsi que des personnages attachants et expressifs. De plus, on ne peut cacher les multiples clins d’œil que mettent en avant les auteurs et qui ajoute un certain intérêt. Au final, un troisième tome toujours aussi intéressant, même si j’attendais un peu plus dans le développement du fil rouge. Je lirai la suite sans soucis.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce troisième tome de cette série. Alors c’est vrai, j’attendais tout de même plus de l’intrigue principale qui continue à se développer trop lentement à mon goût, mais les auteurs compensent cela par des intrigues secondaires nerveuses et sans temps mort mais aussi une plongée vraiment intéressante dans la vie de Tony Chu. On accroche vraiment à ce personnage qui se dévoile de plus en plus au fil des pages et se révèle vraiment humain malgré sa particularité. On retrouve toujours avec plaisir ce côté burlesque et humoristique qui fait vraiment sourire le lecteur et permet clairement de se détendre. L’univers se révèle toujours aussi solide. Les graphismes sont toujours aussi réussis et funky et nous plongent facilement dans le récit. Au final, un bon tome de transition et je lirai la suite sans problème, en espérant enfin  en apprendre plus sur le fil rouge.

 

Ma Note : 7,5/10

La Grande Epopée de Picsou Tome 1, La Jeunesse de Picsou Partie 1 – Don Rosa

la jeunesse de picsouRésumé : Non, Picsou n’a pas toujours été un vieux canard pingre au coffre empli de dollars… De 1877 à 1947, du manoir McPicsou aux filons d’or du Klondike, en passant par le pont d’un bateau ou par les bras de Goldie O’Gilt, Picsou a embrassé le passage du XIXe au XXe siècle en vivant des aventures dignes d’un Hemingway ou d’un Jack London !

Edition : Glénat

 

Mon Avis : Il faut bien l’avouer cette bande dessinée n’a pas terminé entre mes mains par hasard. En effet les aventures de Picsou, Donald et autres font partie des éléments qui ont bercés mon enfance et mon adolescence. Je ne compte même plus les magasines que j’ai dû acheter ou me faire offrir à l’époque. J’ai longtemps été intéressé par ce cycle sur la jeunesse de Picsou lors de sa publication, mais j’avais un peu peur d’avoir perdu la magie. Je me suis fait donc prêter ce premier tome pour me faire un avais avant de, pourquoi pas, me lancer dans ce cycle complet.

Cette première partie regroupe les douze premières histoires de Don Rosa sur la jeunesse de Picsou, celles qui vont le faire passer de petit garçon qui gagne son premier sou de lui-même au personnage pingre et milliardaire que tout le monde connait. Douze histoires vraiment passionnantes, pleines d’humour et de surprises qui vont nous montrer de façon fascinante l’évolution du héros face d’abord à la pauvreté, puis face à la richesse et la fortune. On ne s’ennuie jamais un seul instant, tournant les pages avec envie et chacune des histoires est complétée par une explication de quelques pages de l’auteur qui permet clairement de mieux appréhender l’œuvre et le personnage. Surtout il montre tout le travail de recherche. Premièrement, pour coller au plus près du travail de Carl Barks sur son personnage. Ensuite, pour tout ce qui concerne le background développé autour des différentes histoires de Picsou, que ce soit pour présenter au mieux l’époque du Far West, son voyage en Afrique du Sud ou encore l’Ecosse. Rien n’est laissé au hasard.

Chaque chapitre possède son importance et permet de dévoiler ainsi chaque phase capitale de la vie de Picsou. On se retrouve vraiment emporter par les différentes aventures qui vont survenir à notre héros, mais aussi les différentes rencontres qu’il va effectuer qu’elles soient bonnes ou mauvaise. On va ainsi retrouver des personnages habituels tel que les Rapetou, Flairsou ou encore Gripsou pour le plus grand bonheur du lecteur, mais aussi des personnages historiques comme par exemple Théodore Roosevelt. Le lecteur va aussi se retrouve emporter par les émotions de Picsou, qui va s’enfoncer de plus en plus dans la solitude et la folie de l’or au fil des chapitres. On se sent triste d’une certaine façon pour lui, jusqu’à sa rencontre avec Donald qui vient relancer la mécanique et qui permet de retrouver le Picsou qu’on connait, certes avare, mais qui a bon fond.

Je dois d’ailleurs dire que je ne me suis pas non plus lancé dans cette série par hasard, car pour moi Picsou fait partie des personnages les plus passionnants et fascinants de Barks, même devant Donald. En effet je l’ai toujours trouvé plus complexe, plus complet que les autres personnages et surtout il se révèle un peu la mémoire, représentant aussi bien le passé (justement avec cette épopée), le présent mais aussi l’avenir. Un personnage véritablement construit, avec ses défauts et ses qualités, mais qui surprend toujours. Au final ces douze chapitre proposent vraiment une histoire dense, fascinante et riche sur un personnage charismatique et passionnant.

Les dessins de Don Rasa sont vraiment réussis et surtout sont sûrement ceux, mis à part Barks, qui représentent le mieux le personnage de Picsou et ses aventures selon moi. Ils se révèlent soignés, colorés et surtout entrainants. Alors bien sûr, certains manquent parfois de détails et les premiers paraissent parfois un peu brouillon, mais franchement je chipote tant ils méritent d’être découverts. Au final on a là un magnifique tome présentant les premiers chapitre de la jeunesse de Picsou, une histoire culte qui mérite d’être découverte et le tout dans une très belle édition. Mon gros problème vient par contre des nombreuses fautes d’orthographe qui parcheminent cette édition et qui font, clairement, parfois mal aux yeux. Il faut vraiment faire attention. En tout cas je vais me lancer dans cette épopée.

En Résumé : Au démarrage de ma lecture je ne savais pas trop à quoi m’attendre, j’avais peur d’avoir un peu perdu de la magie de ma jeunesse qui a été bercée par les aventures de Picsou. Finalement, après avoir tourné la dernière page je suis content, j’ai passé un excellent moment avec cette première partie sur la jeunesse de Picsou qui vient nous offrir les douze premiers chapitre qui ont fait de lui une légende. Douze histoires cultes qui se révèlent vraiment riches, soignées, pleines d’humour et d’aventures et qui vont dévoiler l’évolution d’un des personnages les plus complexes à mon goût. Les dessins de Don Rosa portent à merveille ces différentes histoires, malgré parfois quelques cases un peu en dessous, mais rien de bien gênant. Mon seul regret vient des nombreuses fautes d’orthographe qui parsèment ce livre, dommage. Je lirai en tout cas la suite sans soucis.

 

Ma Note : 9,5/10

 

Autres avis : Tesrathilde, …

Il Etait une Fois en France Tome 2, Le Vol Noir des Corbeaux – Nury & Vallée

il etait une fois en france 2Résumé : Il Etait Une Fois en France conte l’histoire de Joseph Joanovici, juif roumain devenu l’homme le plus riche de France pendant l’occupation. Ferrailleur, collabo, résistant, il fut pour certain un criminel, pour d’autres un héros. C’est le cheminement de ce personnage ambigu baptisé le Roi de Paris, par ceux qui ont croisé sa route, que relate avec justesse cette saga au thème délicat. Monsieur Joseph se confie sur son lit de mort aux côtés de Lucie Fer, celle qui fut sa plus fidèle compagne.
Intelligence avec l’ennemi, corruption de fonctionnaires, contrebande, enrichissement personnel et même meurtre seront reprochés à la Libération à celui qui possédait pendant l’occupation un appartement en plein cœur de la préfecture de police. Portant fièrement la rosette de la résistance, Joseph reçoit les plus huppés du Tout-Paris, alors que de sombres nuages annoncent la fin de son règne.

Edition : Glénat

 

Mon Avis : Après un premier tome qui servait principalement d’introduction permettant ainsi la présentation des personnages, leurs nuances, leurs ambiguïtés ainsi que leurs histoires (ma chronique du Tome 1 ici), j’avais hâte de voir ce qu’allait bien nous proposer les auteurs, surtout que le sujet de Joseph Joanovici se révèle tout de même assez difficile et sensible.

Dans ce second tome on va rapidement entrer dans le vif du sujet, le héros tente de fuir la France occupée mais change d’avis, la peur de tout perdre, l’envie de ne pas tout recommencer et reconstruire dans un autre pays. Est-ce la vraie raison ou plutôt une envie de maintenir son royaume? L’histoire dans ce second volume gagne encore en intérêt, mais aussi en violence et en tension au fil des pages, car on se rend compte des actions que Joseph est « obligé » de faire, mais aussi des émotions qui le tiraillent, entre l’envie d’aider et le devoir de se sauver et sauver sa famille alors qu’il est Juif.

Toute l’histoire repose justement sur le charisme du personnage et la BD retranscrit parfaitement les choix, les errements et les envies du héros. On se rend bien compte qu’il est ambitieux, il ne cherche pas toujours qu’à sauver sa vie, il est aussi, d’une certaine façon, amoureux de son pouvoir et de l’argent. L’histoire d’un homme qu’on a vraiment du mal à véritablement juger pour l’instant, mais qui se révèle clairement contradictoire dans sa façon d’avancer.

Le contexte historique est vraiment bien retranscris même si le fait de se consacrer que sur Joseph limite la vision et les conséquences de la guerre sur un seul personnage et non dans son ensemble. On retrouve un Paris en pleine occupation, en pleine souffrance qui va transformer les uns et les autres de façon complètement différentes et surprenantes. La multitude de rencontre qu’effectue notre héros permet de rencontrer un vaste panel de personnages tout aussi hétéroclite et qui colle parfaitement à cette période sombre et violente. Des personnages vraiment humains, qui se retrouvent à faire des choix, à se laisser aller à de mauvaises décisions pas toujours pour de bonnes raisons. Il y a aussi la mise en avant de tout l’aspect familial du héros, comment peut-on annoncer faire tout ça pour une famille qu’il ne voit à peine? Un contexte vraiment dense et prenant.

Les graphismes se révèlent vraiment réalistes et collent vraiment bien à l’histoire et à l’univers mis en place par les auteurs. On sent la maîtrise des dessins qui se révèlent sans fausse notes et toujours au plus proche de la réalité. On ressent aussi l’ambiance de haine, de souffrance, de violence qui transpire à travers ce tome en pleine guerre. Une ambiance angoissante et qui accroche encore plus le lecteur, se demandant comment les personnages vont bien pouvoir s’en sortir. Les émotions des personnages sont fidèlement retransmises et se révèlent prenantes. Voilà donc un second tome vraiment efficace, qui continue à nous plonger un peu plus dans la vie d’un personnage ambigu et charismatique. Je lirai la suite avec grand plaisir.

En Résumé : J’ai passé de nouveau un excellent moment de lecture avec ce second tome dont l’intrigue continue à se densifier et à monter doucement en tension et en violence au fils des pages. Le personnage de Joseph se révèle toujours aussi ambigu et il est vraiment difficile de se faire un jugement face à ses choix et ses décisions. Les personnages qui gravitent autour de lui sont humains et tout aussi intéressants à découvrir. L’univers de la seconde guerre mondiale, avec sa souffrance et l’occupation, se révèle bien retranscrite. Concernant les graphismes ils sont toujours aussi réalistes et captivant, nous plongeant facilement dans cette histoire, jouant parfaitement sur les émotions et l’ambiance mise en place. Je lirai la suite de ce cycle avec grand plaisir.

 

Ma Note : 8,5/10

Elric Tome 1, Le Trône de Rubis – Blondel & Poli & Recht & Bastide

elric-1-trone-de-rubisRésumé : Empereur de l’antique île aux Dragons de Melniboné, Elric, albinos et malade, règne sur un peuple plurimillénaire à la puissance héritée des dieux. Mais sa santé fragile l’oblige à user de drogues et de magie pour survivre. Son cousin Yyrkoon, qui méprise ces faiblesses, tente de remettre en cause sa légitimité à posséder le trône de rubis.

 

Edition : Glénat

 

Mon Avis : Elric fait partie de ces héros de Fantasy connus et populaires dont j’ai tenté vaguement de me lancer dans la découverte il y a quelques années de cela. Le problème étant, qu’à l’époque, n’ayant pas de chronologie claire je me suis un peu perdu dans tous ces romans qui ne se valaient pas tous. Mais voilà Elric revient un peu sur le devant de la scène, Pocket ayant prévu de ressortir ce cycle en intégrale et une BD paraissant chez Glénat. Alors, quand Babelio m’a proposé de découvrir le premier tome de cette Bande Dessinée je me suis facilement laissé tenter. Je remercie donc Babelio et les éditions Glénat pour m’avoir permis de lire ce premier tome de ce cycle.

Finalement je suis bien content de m’être laissé tenter par cette BD qui offre au lecteur une histoire vraiment intéressante et pleine de surprise à travers la vie de ce héros qu’est Elric. L’histoire prend son temps pour développer l’univers, les personnages et l’intrigue, mais arrive à garder un rythme vraiment efficace et prenant, grâce à de l’action un minimum présent et de rebondissements intéressants, qui fait qu’on se laisse facilement entrainer par l’intrigue. Entre batailles sanglantes et intrigues politiques pour le pouvoir ce premier tome se révèle dense et soigné. D’ailleurs c’est peut-être aussi un soucis, cette densité, car, une BD ayant un nombre de pages assez courts, parfois on se sent coincé, on aurait aimé avoir plus de développement sur tel ou tel point qui paraissent un peu vite passés. Ce premier volume est un premier tome quand même réussi et efficace, mais un tome d’introduction avec ses avantages et ses inconvénients, qui sert à poser les bases tout en possédant aussi cet aspect un peu frustrant, une fois la dernière page tournée, de se dire qu’on a à peine toucher l’histoire. Rien de dérangeant au final.

L’univers mis en place est vraiment intéressant se consacrant principalement à travers ce premier tome au peuple de Melniboné. Un peuple entre puissance et décadence qui impose sa volonté par la force, mais se laisse tomber dans la déchéance, les fêtes et autres fantaisies mélange de violence et de plaisir. Un peuple qui fait clairement penser aux Romains qui ont aussi soufferts de cette chute. Un univers, mélange aussi entre dieux, démons, hommes et sorciers, qui se révèle vraiment intéressant même si comme l’histoire on ne fait que pour le moment l’effleurer. Dans tous les cas un monde efficace et bien construit et qui se révèle vraiment plaisant à découvrir à travers sa magie, sa mythologie et ses mystères.

Concernant les personnages il faut bien avouer que Elric, étant le personnage principal, se révèle vraiment travaillé, construit nous dévoilant plusieurs facettes qui caractérisent ce personnage. Le grand intérêt du personnage est justement le fait de représenter un héros plus nuancé, philosophe, intelligent, contrepoint intéressant dans un monde barbare et violent. Elric est l’antihéros par excellence et un antihéros qui se révèle tout autant juste que parfois violent, mais surtout le lecteur s’intéresse à lui et à ses aventures, on a envie de le découvrir lui, ses secrets et les forces qui tournent autour de lui. Le problème est que le héros éclipse un peu les autres personnages qui sont à peine brossés, on découvre Yrkoonou ou encore Cymoril, mais on ne sait pas grand-chose sur eux, juste la base ce qui est un peu dommage même si ça n’empêche pas ces personnages d’être des protagonistes intéressants.

Concernant les graphismes je les ai trouvés vraiment réussis et magnifiques concernant les décors et les lieux, arrivant à bien mettre en avant l’aspect grandiose et exceptionnel de ce peuple tout en montrant cette décadence et cette chute dans la violence et le plaisir. Par contre, j’aurai juste un léger point à soulever c’est concernant les personnages que je trouve parfois trop lisses et un peu abstrait, au niveau des traits et des émotions, mais rien de bien dramatique. En tout cas le tout est porté par des couleurs qui collent parfaitement à l’univers, mélange de rouge et de noir, où Elric tranche facilement avec son aspect Albinos mettant encore plus en avant sa différence. Au final un premier tome vraiment agréable à découvrir à travers un rythme efficace, mais un tome d’introduction  et de présentation tout de même. Je lirai la suite avec grand plaisir.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce premier tome de cette Bande Dessinée sur Elric qui offre une histoire rythmée et efficace malgré cette impression de tome d’introduction qui frustre légèrement car on aurait aimé en savoir plus. L’univers se révèle cohérent et efficace dévoilant la déchéance de ce peuple un peu comme ce fut le cas pour les Romains à une époque, tout en y ajoutant la magie et les êtres mystiques de façon surprenante et travaillée. Le personnage d’Elric est un antihéros intéressant à suivre et à découvrir, aux multiples facettes qui se dévoilent au fur et à mesure. Dommage que les autres personnages manquent un peu de construction. Les graphismes sont vraiment réussis et passionnants malgré une légère impression de visage parfois trop lisses et ébauchés et la colorisation colle parfaitement à l’univers. Je lirai la suite avec plaisir quand elle sortira.

 

Ma Note : 7,5/10

 

 

 

Il Etait une Fois en France Tome 1, L’Empire de Monsieur Joseph – Nury & Vallée

il-etait-une-fois-en-france-1Résumé : Il Etait Une Fois en France conte l’histoire de Joseph Joanovici, juif roumain devenu l’homme le plus riche de France pendant l’occupation. Ferrailleur, collabo, résistant, il fut pour certain un criminel, pour d’autres un héros. C’est le cheminement de ce personnage ambigu baptisé le Roi de Paris, par ceux qui ont croisé sa route, que relate avec justesse cette saga au thème délicat. Monsieur Joseph se confie sur son lit de mort aux côtés de Lucie Fer, celle qui fut sa plus fidèle compagne.
Intelligence avec l’ennemi, corruption de fonctionnaires, contrebande, enrichissement personnel et même meurtre seront reprochés à la Libération à celui qui possédait pendant l’occupation un appartement en plein cœur de la préfecture de police. Portant fièrement la rosette de la résistance, Joseph reçoit les plus huppés du Tout-Paris, alors que de sombres nuages annoncent la fin de son règne.

 

Edition : Glénat

 

 

Mon Avis : Cette bande dessinée me faisait de l’oeil depuis un bon moment maintenant, en effet les nombreuses critiques positives ainsi que les nombreux échos entendus sur ce cycle me donnaient vraiment envie de me lancer dans cette série. Surtout que le sujet en lui-même, traiter de la vie complexe de Joseph Joanovici, s’annonçait comme un thème assez difficile, et, selon la façon dont les auteurs allaient le traiter aurai pu être casse gueule. Vu que le cycle est maintenant complet j’ai donc décidé de me lancer enfin dans sa lecture.

On découvre donc la vie de Joseph Joanovici, personnage qui va se révéler vraiment ambigu du début à la fin, ne sachant jamais de quel côté il était se retrouvant souvent dans différents « camps ». C’est d’ailleurs là-dessus que va se reposer la BD, sur cette ambiguïté qu’on retrouve tout au long de ce premier tome, nous présentant un personnage charismatique, mais dont on a du mal à définir ses objectifs et ses attentes. Justement les auteurs ne prenant jamais parti laissent au lecteur le soin de se faire lui-même sa propre décision au fil des pages, de juger les actes de ce personnage. La narration mise en place par les auteurs repose principalement sur les flashbacks offrant une certaine dynamique entrainante et rythmée qui fait que le lecteur se laisse emporter par l’histoire, même si j’avoue parfois on a l’impression de se perdre d’un point de vue chronologique tant on change d’époque régulièrement, mais rien de bien dérangeant.

Les auteurs nous livrent donc une BD historique vraiment réussie, dense et efficace le tout se situant entre la seconde guerre mondiale et l’après guerre, une époque qui m’intéresse toujours de
découvrir. Les différentes époques rencontrés sont parfaitement représentés. Ce premier tome comporte aussi pas mal de personnages et se révèlent tous vraiment intéressants à suivre, à découvrir et tous se révèlent vraiment complexes et ambigus, car même le fameux juge qui cherche à faire tomber le héros n’est pas exempt de tous reproches. C’est justement ces personnages qui sont loin d’être tout blanc ou tout noir qui font une des grandes réussites de cette oeuvre. Chaque lecteur se fera son propre avis sur qui a raison ou qui a tort, doit-on parfois sacrifier sa vie pour une bonne cause? Une histoire sombre, violente qui rappelle un peu certains films de gangsters et où tous les personnages ne devraient pas s’en sortir indemne.

Concernant les graphismes je dois dire qu’ils se révèlent assez classiques dans leurs représentations, mais se révèlent vraiment efficace et bien maîtrisés par le dessinateur et collent parfaitement à l’histoire. Il joue énormément sur les plans rapprochés des personnages et permet ainsi de mettre en avant une description des protagonistes facilement reconnaissable avec des visages assez marqués et percutants. Les émotions sont fidèlement retranscrites et les scènes un peu plus d’action sont parfaitement maîtrisées. Au final voilà un premier tome vraiment efficace et qui donne clairement envie de lire la suite et d’en apprendre plus sur la vie de Jospeh Joanovici avant de pouvoir se faire son avis, voir le juger.

En Résumé : J’ai finalement passé un très bon moment de lecture avec cette Bande Dessinée qui donne clairement envie de lire la suite pour en apprendre plus sur ce personnage vraiment ambigu de la seconde guerre mondiale et de l’après guerre qu’est Joseph Joanovici. Les auteurs nous offrent clairement une histoire sans parti pris ou chaque lecteur devra se faire son propre avis sur l’histoire et ses personnages. Les personnages se révèlent tous complexes, denses et passionnants à découvrir, n’étant ni noir, ni blanc et ne cherchant simplement qu’à faire ce qu’il leur parait juste au fur et à mesure des pages qu’on tourne avec plaisir. Les graphismes sont certes classiques, mais maîtrisés et efficaces surtout dans la représentation des personnages. Je lirai la suite avec plaisir.

 

Ma Note : 8/10

La Brigade Chimérique, L’Intégrale – Lehman & Colin & Guess & Bessonneau

la-brigade-chimerique Mon Avis : Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à rayons X.
Ils ont pris le contrôle des grandes capitales européennes. Par-delà le bien et le mal.
Les feuilletonistes ont fait d’eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d’effacer jusqu’au souvenir de leur existence.

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : J’ai longtemps été vivement tenté par ce cycle sur les super-héros européen, mais pendant longtemps mon budget BD ne se portait pas au beau fixe et j’ai donc du patienter un peu. Puis, au moment ou mon budget pouvait se permettre quelques folies, les éditeurs ont décidé de sortir une intégrale, j’ai donc décidé de me laisser tenter, qui plus est, j’ai même pu me faire dédicacer mon intégrale lors des dernières Utopiales. En tout cas cette édition intégrale est vraiment jolie je trouve, couverture cartonnée, format de lecture intéressant et des bonus en fin de livre.

Je me demandais vraiment comment les auteurs allaient se lancer dans une histoire de super-héros d’entre deux guerres et je dois bien avouer que j’ai été agréablement surpris et conquis par ce que nous propose cette histoire. Pourtant, le début n’est pas des plus facile à appréhender et demande de s’accrocher, mais une fois plonger dans l’histoire on a du mal à décrocher. L’histoire est vraiment travaillée sur les dix chapitres que composent ce livre, une intrigue dense, complexe qui ne ménage pas le lecteur du début à la fin et lui permet de découvrir les super-héros européens qui ont disparu. On a beau savoir comment ça va finir, les auteurs arrivent pourtant à emporter le lecteur jouant sur les surprises, les rebondissements et les retournements de situations qu’il n’attend pas toujours et qui offre un rythme de lecture vraiment rythmé et efficace. Mais les auteurs ne s’arrêtent pas là, ils nous offrent aussi pas mal d’aspects plus psychologiques et de réflexions, que ce soit sur les personnages vis à vis de leurs pouvoirs mais aussi concernant l’époque et les tensions qui se créent à l’aube de la seconde guerre mondiale ou encore sur la première guerre mondiale et ses conséquences.

L’univers mis en place est un mélange entre histoire fantastique et réalité, on retrouve l’Europe qu’on connait, mais où les personnages connus et reconnus par tous sont des super-héros. Mais ce qui est vraiment intéressant c’est que les auteurs ont réussis à mélanger ces deux univers sans choquer, ni déranger le lecteur, finalement ces super-héros se marient parfaitement bien avec l’époque. On retrouve une Europe proche de la guerre, où les tensions sont à leur maximum, que ce soit d’un point de vue de la politique nationale mais aussi d’un point de vue international. On se promène dans toute cette Europe de façon efficace et prenante en suivant les aventures de ces super-héros en fin de carrière qui cherche à éviter une guerre qui parait inéluctable. Mais en plus de ces héros, les auteurs ont aussi intégré des personnages historiques, ce qui permet vraiment de poser l’histoire et lui offrir un certain réalisme ce que j’ai trouvé intéressant, surtout par exemple de lier Marie Curie à l’existence de ces super-héros, mais aussi d’apporter des super-héros américains bien connus.

Concernant les personnages je dois dire qu’ils sont vraiment intéressants, à la psychologie travaillée et aussi d’une grande complexité. Tous les personnages ont leurs importances dans l’histoire, mais surtout possèdent leurs propres envies, leurs caractères et leurs émotions ce qui influence fortement leurs actes. Entre le Nyctalope super héros français qui se sent rejeté et souhaite marquer l’histoire, le Docteur Mabuse qui est le grand ennemi ou encore ce couple improbable entre Jean Sévrac et George Spad qui se révèle un point important de l’histoire permettant de découvrir les dessous des super-héros et surtout leurs origines. Ils ne sont ni blanc, ni noir dans leurs actions ce qui les rend aussi intéressant car parfois ils effectuent des actes égoïstes ou autre. On s’attache facilement  ces héros, mais surtout on ne peut s’empêcher de tourner les pages pour suivre leurs aventures jusqu’à cette conclusion vraiment prenante, efficace et assez ouverte.

J’ai trouvé les graphismes vraiment réussis, possédant un trait vraiment caractéristique qui arrive vraiment à faire plonger le lecteur dans cette histoire, cet univers, mais surtout il arrive vraiment à faire revivre cette Europe d’avant guerre de façon vraiment réaliste et efficace. La colorisation est vraiment réussie à mon goût et offre un très bon moment de lecture que ce soit à travers les scènes d’action et de combats comme les scènes plus intimistes. Mon seul léger regret est peut-être, vers le milieu de l’oeuvre, quelques passages que j’ai trouvé moins bons, un peu longuet, rien de bien méchant car au final La Brigade Chimérique est pour moi un très bon livre sur les Super-Héros européens.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment avec cette Bande Dessinée qui nous offre une histoire de Super-héros européen efficace et prenante le tout dans le contexte historique juste avant la seconde guerre mondiale. L’intrigue est vraiment soignée, efficace, complexe et prenante nous entrainant dans une histoire pleine de rebondissements et de surprises qui devraient en étonne plus d’un. L’univers mis en place par les auteurs est vraiment réaliste, efficace et on sent qu’ils n’ont rien laissé au hasard. Le mélange entre historique et fantastique est vraiment bien intégré et cohérent ce qui fait que le lecteur ne se sent pas perdu. Les personnages sont une des grandes forces de ce livre nous proposant des héros complexes, denses, et soignée possédant leurs propres envies et leurs propres émotions. Les graphismes sont vraiment réussis et efficace nous plongeant avec facilité dans cette histoire et cet univers. Je regrette simplement le fait que vers le milieu l’histoire cale légèrement et que le début ne soit pas obligatoirement des plus faciles à comprendre, mais rien de vraiment dérangeant.

 

Ma Note : 8/10

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre