Catégorie : Roman Contemporain

Marina – Carlos Ruiz Zafón

marinaRésumé : Dans la Barcelone des années 1980, Oscar, quinze ans, a l’habitude de fuir le pensionnat où il est interne. Au cours de l’une de ses escapades, il fait la connaissance de Marina. Fascinée par l’énigme d’une tombe anonyme, Marina entraîne son jeune compagnon dans un cimetière oublié de tous. Qui est la femme venant s’y recueillir ? Et que signifie le papillon noir qui surplombe la pierre tombale ? S’égarant dans les entrailles d’une terrifiante cité souterraine, s’enfonçant dans les coulisses d’un inquiétant théâtre désaffecté, Oscar et Marina réveillent les protagonistes d’une tragédie vieille de plusieurs décennies.

Edition : Robert Laffont / France Loisirs

 

Mon Avis : Après être tombé sous le charme de L’ombre du Vent du même auteur, dont j’ai chroniqué le livre ici, je me suis laissé tenter par son dernier livre paru en France, Marina. Il est a noter que dans la bibliographie de l’auteur ce livre a été écrit quelques année avant L’Ombre du Vent, mais il a fallut attendre que l’auteur se fasse connaître avant de voir publier ce livre en France. La photo représentant la couverture de ce livre est plutôt jolie et appelle à la découverte du livre.

Je dois dire que l’intrigue de ce livre a un air de ressemblance avec l’Ombre du Vent; un jeune garçon va se retrouver dans un lieu insolite, une bibliothèque cimetière des livres oubliés pour L’Ombre du Vent, un cimetière pour Marina et là il va découvrir quelque chose de mystérieux, un livre écrit par un écrivain maudit pour L’Ombre du Vent, une tombe sans nom pour Marina, et cette découverte va changer sa vie. Et même si l’auteur arrive avec sa plume et son talent de conteur a nous immerger totalement dans son histoire, ce sentiment de déjà-vu reste légèrement présent. Marina est un livre moins dense d’environ 200 pages que L’Ombre du Vent ce qui rend l’histoire encore plus énergique et dynamique et la touche de Fantastique ajouté par l’auteur apporte un certain charme.

Les personnages sont terriblement attachants, denses et très bien travaillés. L’auteur sait toujours aussi bien gérer les sentiments et les interrogations de ses protagonistes surtout pour un premier amour entre nos deux héros. Certains personnages secondaires pourront passer un peu caricaturaux et pourtant ils ajoutent une certaine force à ce livre et à l’histoire. Car oui, une des grandes réussites de ce livre ce sont ses personnages qui paraissent tellement vrais. Je reprocherai peut être juste à certains personnages de ne pas céder au bon sens et de foncer tête baissée.

La plume de l’auteur est toujours aussi agréable, fluide et vivante. Il arrive a donner vie à un Barcelone toujours aussi empreint de poésie, de magnificence et de magie, une ville que j’ai de plus en plus envie d’aller visiter. Alors bien sur certains passages sont beaucoup trop prévisibles, mais voilà l’auteur arrive à nous entraîner dans son histoire à tel point qu’on  n’arrive plus à lâcher le livre; la preuve j’ai fini Marina en une journée.

Puis arrive la conclusion, une fin déchirante, émouvante et bouleversante qui devrait en faire pleurer plus d’un lecteur grâce à la plume sensible et touchante de l’auteur, et ça, malgré le fait qu’on la voit arriver bien à l’avance. Alors bien sur on est loin de la réussite de l’Ombre du Vent, comme je l’ai dis le sentiment de déjà-vu persiste et certains passages sont vraiment trop prévisibles mais j’ai quand même passé un agréable moment avec ce livre. Peut être aurait-il fallu lire Marina avant L’ombre du Vent.

En Résumé : Un livre offrant un moment de lecture vraiment très agréable grâce a des personnages vraiment attachants et émouvantes et une plume fluide, vivante et nous faisant rêver. Bien sur ce roman est loin d’être parfait à cause d’un sentiment de déjà-vu avec L’Ombre du Vent ou encore certains passages trop prévisibles mais il offre un moment de lecture vraiment sympathique.

 

Ma Note : 7,5/10

Primal – Robin Baker

PrimalRésumé : Un groupe d’étudiants nus et hagards est retrouvé un an après avoir disparu lors d’une expédition scientifique dans le Pacifique. Toutes les femmes, sauf une, sont tombées enceintes, et trois hommes sont présumés morts.

Chargé de raconter leur histoire mais peu convaincu par la version officielle, Robin Baker va découvrir comment des individus, confrontés à la vie primitive et sans compte à rendre, ont reconstitué une microsociété régie par le pur instinct de survie.

Edition : JC Lattès

 

Mon Avis : Lors de l’opération masse critique de Babelio j’ai été intrigué par le synopsis de ce livre me rappelant légèrement Sa Majesté des Mouches. J’ai donc décidé de participer et j’ai été sélectionné; je remercie donc Babelio et les éditions JC Lattès pour ce partenariat plus qu’intéressant. Je dois dire que je trouve la couverture sympathique et bien en accord avec le livre mais je dois avouer avoir une préférence pour la couverture originale visible ici; je pense, et cela n’engage que moi, que la nudité de la couverture servira surtout à accrocher l’oeil du client.

Je dois dire qu’on n’est pas vraiment dans Sa Majesté des Mouches ou dans Lost, même si le livre reprend quelques points et quelques idées il est assez original et différend pour éviter toutes comparaisons. Avant de commencer à donner mon avis ou à faire toute critique je me permets de faire une citation du livre qui me parait définir au mieux le livre:

« Si vous voulez voir ce que valent les être humains, rendez-les à l’état sauvage. Forcez les à vivre nus parmi les singes. Ce que vous verrez ne vous plaira pas, mais peut-être comprendrez-vous alors que la société moderne n’est qu’une façon de nous dissimuler à nous-même notre véritable nature. Vous verrez à quel point il s’agit d’une construction fragile. »

Il faut savoir que l’auteur est aussi et surtout Docteur dans le domaine de la biologie sexuelle et de l’évolution, un jour il a décidé de vulgariser ses travaux pour le public et de mettre ses hypothèses dans ce roman. La première partie est l’histoire contée par une des rescapée, elle raconte les premières semaines de l’expédition jusqu’à ce qu’ils perdent tout que ce soit les vêtements, leur bateau, les moyens de communications et même leur chef de groupe Raul. La seconde partie nous montre l’enquête menée par Robin pour essayer de démêler la vérité.

Si jamais vous vous retrouviez coincé dans une île pendant une année entière sans aucun espoir de revoir un jour la civilisation, jusqu’à quel point vous transformeriez vous? L’auteur essaye de répondre à cette question à travers ses hypothèses et ses théories et je dois dire qu’il réussit bien son effet. Principalement par des moments assez chocs de violences, de haine voir de violence sexuelle mais il ne cherche nullement à entrer dans la surenchère de violence, non, l’auteur cherche juste à nous faire réfléchir à la question et à nous poser des questions sur la part de nos instincts et notre animalité.

L’intrigue sert donc de fil conducteur à l’auteur et lui permet de mettre en avant chronologiquement le long périple et surtout comment ils ont tous sombrés dans une sorte de folie sans aucune règle pour les encadrer ni aucune autorité. Ils sont revenus des bêtes. Je dois dire que j’ai lu rapidement ce livre tournant les pages avec envie de connaître la suite ainsi que le dénouement de cet histoire. On ne s’ennuie pas, l’auteur ménage bien ses effets nous amenant des retournements de situations aux bons moments pour nous tenir en haleine.

Les personnages sont vraiment un des points forts de l’histoire vu qu’on se consacre énormément à eux ils sont très travaillés, denses et profonds. Chacun d’entre eux représentant un pan de notre
société et qui pourtant va s’effondrer sur cette île ou l’anarchie et la survie règne. Chacun réagi à sa façon, certains étant moins affectés par la folie qui touche le groupe tandis que d’autres y sombrent complètement sachant qu’aucun secours ne viendra les sauver.

L’écriture de l’auteur est fluide, simple et efficace on ne s’ennuie pas au fil des pages. Pour un professeur je dois dire qu’il a réussi à vulgariser son propos sans nous noyer sous des propos
techniques. Je ferai juste quelques petits reproches concernant d’abord le fait que, par moment, il se répète, surtout quand il nous parle de son amour pour l’une des rescapées. Ensuite une ou deux fois j’ai trouvé que son personnage n’était pas très perspicace ne comprenant pas ce qui parait, par moment, une évidence pour le lecteur. Enfin je parlerai aussi de la conclusion, l’auteur après avoir mis en avant durant tout son livre ses thèses et ses théories retourne dans le roman pur pour écrire sa fin et je trouve qu’elle manque de piquant et part même un peu dans l’invraisemblable.

Malgré tout je dois dire que j’ai passé une très bon moment avec ce livre/enquête nous amenant à nous poser des questions sur ce que nous sommes et le vernis que nous montrons aux autres. Par
moment on a même l’impression que cette histoire n’est pas fictive. Perdu dans une île sans espoir tout est différent et la grande question est : Serions-nous meilleurs ou pire si jamais cela devait nous arriver?

En Résumé : Un très bon livre qui par moment fait froid dans le dos et qui nous pousse à réfléchir. Ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains à cause de certaines scènes chocs, mais une fois ouvert on a du mal à le lâcher, dommage que la fin soit, pour moi, un peu trop invraisemblable. Lisez le et faites vous votre avis, seriez vous différend?

 

Ma Note : 8/10

 

 

 

Critiques et infos sur Babelio.com

 

 

 

 

L’Ombre Du Vent – Carlos Ruiz Zafón

L'ombre du ventRésumé : Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours.
Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du Vent.

 

Edition :Grasset

Poche : Le Livre de Poche

 

Mon Avis : Il y a des romans dont on entend parler par leurs qualités et l’excellente impression qu’il laisse au lecteur derrière lui, des romans que tout le monde vous conseille de le lire. L’ombre du Vent fait parti de ces romans, je me le suis donc procuré avec grand plaisir devant tant d’éloges. Et pourtant une fois le livre en main je bloque, la peur d’être déçu ou d’avoir placer le roman sur un tel piédestal qu’on a pas envie de le faire s’effondrer. Il est donc rester plusieurs mois dans ma PAL avant que Lyra m’en reparle et me fasse sortir le livre de sa torpeur dont il se languissait dans ma bibliothèque. Et je dois dire que je n’ai pas été déçu de ma lecture.

On suit ici l’histoire de Daniel Sempere qu’un matin, du haut de ses dix ans, son père emmène dans un lieu mystérieux dont il ne doit parler à personne : Le cimetière des livres oubliés. Il va choisir le livre qui va tout changer pour lui L’Ombre Du Vent écrit par un certain Julien Carax. En admiration devant ce livre et tout en menant sa vie, il va commencer à se renseigner sur son auteur. Son enquête va le mener vers des rencontres et des découvertes qui vont changer sa vie.

Je dois dire que j’ai eu du mal par moment à lâcher ce livre, je suis rentré dans cette histoire rapidement et je l’ai fini en quelques jours. Il s’agit ici d’un roman d’apprentissage menant le Jeune Daniel Sempere du haut de ses 10 ans vers l’age adulte mais aussi d’une quête de vérité limite un thriller devant le Mystère Julien Carax. L’auteur tient parfaitement le lecteur en haleine menant parfaitement son intrigue tel un puzzle qui se met lentement en place au fil des révélations. L’auteur arrive a nous tenir en haleine tout au long de ces 630 pages avec efficacité amenant avec une grande efficacité rebondissement et découvertes.

Les personnages sont très bien travaillés et terriblement attachants. On tombe sous le charme de ces héros, on comprend les motivations de chacun on déteste ces personnages consumés par la haine et qui ne cherche que la souffrance. L’auteur a réussi a créer des personnages denses et surtout authentiques qui ne laissent pas indifférents à travers leurs émotions, leurs envies et leurs souffrances dans une époque pas si lointaine où les libertés n’étaient pas les mêmes.  Alors bien sur je dois dire que certains personnages sont trop caricaturaux mais rien de bien dérangeants. Mention spécial tout de même à Firmin personnage haut en couleur à la verve cultivée et à l’humour apaisant dans cette histoire d’intrigue.

La grande force de ce livre est l’écriture de l’auteur qui est fluide, dense et agréable à lire sachant nous faire rêver et nous émerveilles au fils de pages mais aussi nous faire frissonner et nous frustrer devant la folie des hommes. Car oui l’auteur à travers ces deux destins qui se croisent, celui de Daniel et celui de Julian, nous dévoile ce que peut montrer de bon comme de pire chez l’Homme. Un roman poignant et magique à travers une Barcelone palpable sous les mots de l’auteur, durant la régime de Franco. Une Espagne rongé par des fléaux telle que la corruption, l’homophobie etc…

Je reprocherai juste au roman d’être peut être un peu trop prévisible sur la fin même si cela n’enlève en rien le charme de ma lecture, impatient de découvrir la suite page après page.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce livre à travers des personnages travaillés et attachants et une histoire passionnante et parfaitement maîtrisée par l’auteur. Dommage que la fin m’ait été prévisible, mais pas de quoi bouder mon plaisir et l’envie de lire les autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 8,5/10

Page 2 of 2

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre