Chaos Tome 1, Ceux qui N’oublient Pas – Clément Bouhélier

chaos t1 ceux qui n'oublient pasRésumé : Paris, gare de Lyon. Une jeune femme brise une éprouvette et libère un virus inconnu qui se nourrit de la mémoire et frappe sans distinction d’âge, de sexe ou de milieu social.
Peu à peu, les infectés perdent toute capacité à penser et à agir. Malgré les mesures gouvernementales, l’épidémie se répand dans le pays, et même au-delà. Bientôt, le monde se peuple de « zombies », coquilles vides, errantes, répétant le même geste à l’infini.
Au milieu des décombres survivent quelques miraculés, des immunisés. Parmi eux, Chloé, Phil’, Claudy et Arthur. Ils n’ont rien en commun et ne se connaissent pas.
Pourtant, une voix mystérieuse leur souffle de se rencontrer. Dans cette France en proie au chaos, ils doivent découvrir qui a déclenché la pandémie et, surtout, mettre fin à son œuvre de destruction.

Edition : Critic

 

Mon Avis : Ce roman, j’avoue, il me fait de l’œil depuis que j’en ai entendu parler. Il faut bien admettre que la couverture, illustrée par Aurélien Police, a de quoi donner envie et attire rapidement le regard. Mais ce n’est pas le seul point qui m’a donné envie de le lire, appréciant un bon roman apocalyptique et post-apocalyptique, le résumé avec ce virus destructeur avait de quoi m’intriguer. Ajouter à cela des premiers retours positifs ainsi qu’une discussion avec l’auteur lors des Imaginales, ce livre a donc terminé rapidement dans ma PAL. Puis bon un diptyque qui voit sa conclusion publiée dans les prochaines semaines, ça m’évite aussi de me lancer dans une longue série.

Dès les premières pages, on découvre une jeune femme qui va libérer un virus dans la gare de Lyon. Ce virus, extrêmement efficace, ne laisse que très peu de chance à l’Homme, et ce premier tome va nous proposer de suivre l’influence qu’il va avoir sur notre monde. En effet les principaux symptômes débutent comme une méningite pour, sur la fin, effacer la mémoire des contaminés les transformant en coquilles vide. Seuls quelques personnes paraissent immunisés pour des raisons obscures. Déjà commençons par évacuer un point, ce roman n’est pas un récit de zombies. Si vous souhaitiez lire ce livre pour y trouver des hordes de morts-vivants affamés, alors passez votre chemin vous allez être déçu. Le roman se rapproche plus, selon moi, de Fléau de Stephen King avec ce virus et ce côté fantastique qui se développe. Bien maintenant que ce point est levé quel est mon retour ce roman? Pour résumé, j’avoue avoir passé un très agréable moment de divertissement avec ce premier, même si certains points auraient mérité d’être retravaillé. Mais j’y reviendrai.

Le gros point fort du roman vient de la façon dont est décrit la fin de la civilisation qu’on suit tout au long de ce roman. Démarrant par une simple grippe résistante puis allant jusqu’à l’épidémie, l’auteur nous décrit de façon détaillé et soignée la façon dont la France va gérer cette crise, comment elle va tomber dans les affres du doute et de la peur et comment va exploser notre société. Certes il ne révolutionne pas le genre, mais sa façon large de présenter la chose et sa complexité font qu’on se retrouve facilement absorbé par ce récit. La multiplication des points de vue permet ainsi de développer cette fin du monde sous de nombreux aspects, offrant ainsi une vue d’ensemble allant du simple citoyen, en passant aux médecins, jusqu’aux plus hautes instances du pays. L’angoisse se met doucement en place, la population d’abord amorphe va peu à peu tomber dans la peur. Chacun va ainsi gérer cette crise de façon différente et va devoir faire des choix qui vont avoir parfois de terribles conséquences. L’ordre, les structures, la solidarité tout va s’effondrer au fil des du récit face à quelque chose d’incompréhensible, montant en tension au fil des pages pour aboutir à une conclusion des plus sombre et percutante. On se retrouve ainsi à tourner les pages avec un minimum de plaisir et d’envie d’en apprendre plus. Il faut aussi ajouter quelques axes de réflexions simples et efficaces que ce soit sur les médias, notre société ou encore nous-même.

L’autre point intéressant du récit vient des personnages principaux que brosse l’auteur. Là aussi il nous offre des héros qui se révèlent profonds, travaillés et surtout se révélant loin des héros habituels de ce genre de récit avec un retraité, un collégien, une actrice porno et un communicant a mi-temps pour une mairie et l’autre pour un parlementaire. Ces quatre personnages vont ainsi se retrouver immuniser contre le virus et vont voir le monde changer sans comprendre ni comment, ni pourquoi. Ils vont devoir ainsi évoluer, avancer et faire face à de nombreux péripéties et de nombreuses surprises. Chacun d’entre eux se révèle ainsi soigné et on s’attache un minimum à eux, dans leurs actes comme dans leurs réactions face à l’impensable. Alors après certains aspects de leurs personnalités m’ont paru un peu mal amené, comme cette histoire d’amour avec notre assistant parlementaire, mais dans l’ensemble ils se révèlent plus qu’efficaces et donnent envie d’en apprendre plus que ce soit sur chacun d’entre eux comme sur ce qui va leur arriver.

Le dernier point intéressant du récit, je trouve, est que l’auteur ne laisse rien paraître sur son fil rouge. Je ne vais pas dire qu’on est perdu du début à la fin, mais tout est fait pour que le fil rouge soit le plus mystérieux possible, ne lâchant les informations qu’au compte goutte venant ainsi y ajouter une bonne dose d’étrangeté et aussi de fantastique que je vous laisse découvrir pour ne pas spoiler. Tout dépendra de chacun, mais moi j’aime spéculer ce qui fait que je continue à tourner les pages pour savoir vers quoi on m’entraine. Mais voilà, le principal défaut, pour moi, vient des longueurs qu’on retrouve dans le récit. Le fait de multiplier les points de vues a un effet positif, comme je l’ai dit, mais a aussi un effet de lenteur, qui se ressent principalement dans la première partie. Certes on découvre ainsi en détails les effets de la maladie ou bien les conséquences de celle-ci, mais j’ai trouvé qu’il en faisait trop et que cela devenait aussi par moment trop répétitif. C’est dommage, car cela joue sur le rythme et l’intensité de lecture de cette première partie qui fluctue. Autre point qui m’a un peu dérangé, certaines légères facilités ici ou là, mais rien de non plus trop bloquant de ce côté-là. L’ensemble est par contre bien porté par une plume dense, simple, vive et percutante qui nous plonge assez facilement dans ce récit. Au final un très agréable premier tome qui, sans non plus se révéler révolutionnaire, me donne envie de lire la suite.

En Résumé : J’ai passé un très agréable moment de lecture avec ce premier tome d’un diptyque qui se révèle très divertissant. L’histoire n’a rien de Zombies, mais nous plonge plus dans l’attaque d’un virus dont seul quelques personnes sont immunisés pour des raisons obscures. L’auteur nous propose une plongée efficace et angoissante face à cette crise qui va faire monter un peu plus au fil des pages la peur et l’angoisse dans la population, poussant ainsi les uns et les autres à faire des choix parfois surprenants. L’auteur nous offre ainsi un travail dense, détaillé et soigné sur « l’explosion » de notre société. Les personnages ne manquent pas d’intérêt se révélant travaillés dans leurs histoires comme dans leurs évolutions, devant au fil du récit attachant même si je regrette peut-être certains aspects mal amenés. Autre point intéressant le fil rouge, à la fois mystérieux et intrigant, dont l’auteur dévoile les informations au compte goutte pour mieux nous appâter avec cet aspect fantastique que je vous laisse découvrir et qui donne envie d’en apprendre plus. Alors après tout n’est pas parfait, l’auteur offre une multitude de point de vue qui certes permet de développer le récit mais fait aussi qu’il donne l’impression de se disperser, voir de se répéter, créant ainsi des longueurs. Certains simplicités se font aussi ressentir ici ou là, mais de ce point de vue rien de bien bloquant. La plume de l’auteur se révèle détaillée, simple, efficace et entraînante et je lirai la suite de ce Chaos avec plaisir.

 

Ma Note : 7/10

Précédent

Le Village – Emmanuel Chastellière

Suivant

Antiqu’Idées – Anthologie 2016 des Imajn’ère

  1. j’ai vraiment bien aimé ce premier tome pour ma part, même si un peu trop classique dans le développement 🙂

    • Je l’ai trouvé très sympathique aussi, pas besoin obligatoirement de renouveler le genre pour offrir un bon moment.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :