Chaos Tome 2, Les Terres Grises – Clément Bouhélier

Résumé : L’apocalypse est en marche. Partout en France et dans le monde, le virus de l’oubli n’a laissé que des semblants d’êtres humains, coquilles vides qui errent sans but avant de mourir. Tandis que le monde achève de s’éteindre, quatre rescapés luttent pour survivre. Chloé, Arthur, Claudy et Phil. Guidés par une voie mystérieuse qui leur intime de se retrouver, ils progressent à travers un Paris dévasté. Ils ignorent que des yeux verts les épient. Ils ignorent aussi que leurs épreuves commencent à peine : pour vaincre le responsable du chaos, il leur faudra aller bien au-delà de Paris. Au-delà de leur monde. Jusque sur les Terres Grises, où leur ennemi va s’ingénier à les traquer.

Edition : Critic

 

Mon Avis : Il y a quelques mois je me suis laissé tenter par le premier tome de ce diptyque qui, sans non plus se révéler des plus révolutionnaire, m’avais offert un bon moment de lecture. Le gros point qui m’avait happé était l’aspect apocalypse proposant un travail minutieux, détaillé et sans lourdeur de l’explosion de la société, même si quelques petites longueurs se faisaient ressentir ainsi qu’une ou deux simplistés. J’avais donc hâte de savoir ce qu’allait proposer par la suite l’auteur et surtout de savoir comment il allait conclure son histoire. A noter la couverture, illustrée par Aurélien Police, qui est franchement superbe.

On retrouve ainsi nos héros, perdus dans un plein Paris devenu apocalyptique suite à l’apparition du virus de l’oubli qui a transformé quasiment toute la population en « légumes ». Ils se retrouvent alors à suivre des signes plus ou moins mystiques voir magiques en espérant, en dernier recours, y trouver de l’aide. Sauf que rien ne va se passer comme prévu et de nombreuses épreuves vont se dresser devant nos héros. Bon j’avoue, une fois la dernière page tournée, je suis légèrement septique devant ce récit. Il n’est pas mauvais, il possède de bons passages, mais je ne suis pas sûr que le format diptyque était ce qui lui convenait le mieux. Tout du moins, de mon côté, j’ai ressenti pas mal de longueurs à la lecture de ce second tome et je me demande si quelques coupes n’auraient pas rendu ce roman plus prenant. Attention je n’ai pas détesté ma lecture, elle reste sympathique, de nombreux points s’avèrent intéressants et le rythme du récit s’avère plutôt entrainant dans l’ensemble, mais voilà j’ai eu l’impression que l’auteur en faisait un peu trop et tirait un peu trop son récit sans que ça me donne l’impression d’apporter beaucoup.

Déjà, ma première attente était de savoir comme allait être géré cet aspect post-apocalyptique. En effet ce qui m’avait happé dans le premier tome c’était le travail de fin du monde qui se dessinait de façon complexe et soigné au fil des pages. Maintenant qu’elle est là, il fallait trouver un autre point d’accroche. Il s’agit donc des Terres grises qui réussissent pas trop mal le boulot, se révélant intéressante à découvrir, même si elles n’ont pas eu le même impact que l’aspect fin du monde présenté dans le premier volume. Le point fort de ces terres grises vient en fait de ce côté âpre, sombre qui en ressort. On découvre ainsi un monde sauvage, à l’agonie où la survie est impossible et où pourtant nos héros vont devoir avancer pour espérer s’en sortir. Il se dégage clairement de ce monde un désespoir et aussi un côté mystérieux qui donne envie d’en apprendre plus sur lui et aussi sur comment les personnages vont s’en sortir. Cela permet aussi, plus on en découvre sur ces terres grises, de mettre en avant l’imagination de l’auteur que ce soit par l’aspect technologique comme le bestiaire présenté et se révèle attrayant. Autre point que j’ai trouvé original cette histoire d’orgue, que je vous laisse découvrir pour ne pas trop en dévoiler, mais qui je trouve est bien trouvé même s’il offre une légère facilité à un moment du récit.

Là où j’ai moins été happé par ces fameuses terres grises, c’est dans la façon dont l’auteur fait avancer son intrigue qui s’avère finalement assez répétitive. On est toujours un peu sur le même schéma du j’avance, un danger, je le gère, je continue à avancer. Certes pour de nombreux romans c’est le cas sauf que là c’est un peu toujours les même dangers qui reviennent. Il faut aussi ajouter à cela par certains moments un aspect un peu caricatural dans la relation des personnages. Je pense principalement entre Chloé et Arthur, relation qui a  du mal à paraitre tout à fait crédible la faute à quelques scènes un peu téléphonés et assez simplistes dans la construction. Cela se ressent principalement, sans trop en dire, dans la scène qui concerne l’eau et qui a franchement eu du mal à me convaincre, paraissant même sur certains points un peu surjouée. Après ces quelques « gros » points sont atténués par le sens du rythme qu’offre ce récit, s’avérant efficace, sans temps morts et amenant rebondissements et révélations de façon plutôt efficace et entraînante. Il offre aussi une bonne dose d’aventure et d’incertitude qui offre un plus au récit, le rendant prenant.

Concernant les personnages je dois bien admettre que j’attendais peut-être un peu plus d’eux dans ce second tome. Oh ils ne sont pas mauvais, que ce soit dans leurs émotions, leurs réactions et leurs envies ils sont toujours intéressants à découvrir même si par moment les transitions sont un peu brusque. Mais voilà le premier tome laissait entrapercevoir des personnages différents, hors finalement dans ce second tome ils rentrent un peu trop dans le « moule » d’un groupe d’aventurier classique devant une quête impossible qui va rencontrer son lot de dissension, de dangers, de lien et de souffrance. De plus j’ai trouvé que la cohésion ou les tensions que cherche à mettre en avant l’auteur ne m’a pas toujours paru très crédible, comme s’il manquait un peu de profondeur dans les relations et les liens. Après cela n’empêche pas certains personnages de se révéler plus qu’intéressant et gagner en intérêt au fil des pages comme Chloé et la petite fille, ou encore Phil qui gagne en complexité.

Comme je l’ai dit je n’ai pas été totalement convaincu par ce roman, outre les points déjà exposés et les longueurs que j’ai dit avoir ressenti, j’ai été un peu déçu que pour un roman qui parle d’univers parallèles qu’il n’offre pas un peu plus de dépaysement. Oh je ne demandais pas de visiter des milliers de mondes, mais voilà juste en découvrir un peu plus m’auraient plus accroché je pense. Ensuite, j’ai trouvé la fin un peu « happy end » et assez devinable. Cela n’enlève rien à son côté percutant, mais voilà j’avais peut-être trop d’attentes concernant ces dernières pages. Enfin quelques simplicités, pour moi, se glissent ici ou là, même si là rien de trop dérangeant. Au final je pense que le récit aurait mérité quelques coupes pour gagner encore plus en intérêt, car ce second tome me laisse un peu sur ma faim. Après ce n’est que mon avis. En tout cas la plume de l’auteur est toujours aussi incisive, vive et efficace et je lirai d’autres de ses écrits histoire de voir ce qu’il pourra nous proposer.

En Résumé : Je suis ressorti de ma lecture de ce second tome de ce diptyque avec une impression pas complètement convaincu. L’ensemble n’est pas non plus complètement mauvais, mais voilà trop de longueurs ont fait que je n’ai jamais été totalement happé par ce récit. Les terres grises ne sont pas mauvaises et donnent envie d’en apprendre plus par son côté mystérieux, mais aussi par son ambiance sombre, sauvage, violente avec aussi ce petit côté inhospitalier qui fait qu’on tourne les pages pour savoir comment ils allaient s’en sortir. Sauf que la façon dont l’intrigue avance m’a paru un peu trop répétitive, reprenant un peu le même schéma. Concernant les personnages, même s’ils ne manquent pas non plus d’attrait je trouve que ce qui les rendaient différents dans le premier tome ici disparait pour nous offrir un « simple » groupe d’aventuriers. De plus certaines relations et certains liens m’ont paru un peu brusques voir mal construits. Cela ne les empêche pas pour autant d’offrir de nombreux rebondissements et aussi de se révéler intéressants dans leurs envies et leurs émotions. J’ai aussi regretté une fin un peu « happy-end » à mon goût même si cela ne l’empêche pas d’être percutante, quelques simplicités ainsi que le fait de ne pas voir plus de mondes pour ce genre de récit. Au final une lecture mitigée même si intéressante, le tout porté par une plume incisive et efficace et je lirai avec plaisir d’autres écrits de l’auteur pour voir son évolution et ce qu’il propose.

 

Ma Note : 6/10

 

Autres avis : Joyeux-Drille, Chut maman lit, …

Précédent

The Sorcerer of the Wildeeps – Kai Ashante Wilson

Suivant

Luna Tome 1, Nouvelle Lune – Ian McDonald

  1. je te rejoins globalement sur ce second tome ^^

    • Je pense que le roman aurait peut-être pu tenir en un seul tome, c’est dommage car ça démarrait bien. Après ce second tome offre quand même de bons passages.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :