Destination Univers – Anthologie dirigée par J.-A. Debats & J.-C. Dunyach

destination universRésumé : Qui n’a pas rêvé des étoiles ?
Franchir le seuil de la lumière, foncer dans l’hyperespace par des chemins secrets, filer au cœur des astres mourants, plonger dans la chevelure des nébuleuses et s’aveugler à la lumière des supernovæ ; rêver parce que le ciel au-dessus de nous est à la fois fascinant et irrésistible.
Mais la navette Atlantis a atterri et ne repartira plus, le ciel nous est désormais fermé .
Huit auteurs ne se sont pas résignés, ils ont pris leur envol dans cette anthologie. Ils nous ont chanté les planètes lointaines et les océans spatiaux, les stations orbitales et les vaisseaux rutilants sous des étoiles inconnues. Ils ont peuplé l’univers immense de dangers incommensurables, d’aventuriers exceptionnels, d’intelligences artificielles, de civilisations oubliées et de trésors fabuleux.
Parce que, même si le ciel nous est fermé, il nous reste le rêve.
Et qu’on ne rêve jamais assez.

Edition : Griffe D’Encre

 

Mon Avis : Une anthologie de Science-Fiction, se basant sur des nouvelles de Space Opera et dirigée par Jeanne-A. Debats et Jean-Claude Dunyach, il aurait vraiment fallu que je le fasse exprès pour passer à côté. Ce livre a donc rapidement rejoint ma PAL et puis, il faut l’avouer, la couverture, illustrée par Alexandre Dainche est, selon moi, vraiment réussie et magnifique. Cette anthologie réunit donc huit nouvelles de huit auteurs français différents et permet aussi à des auteurs peu connus de se mettre en avant au côté d’auteurs reconnus dans le monde de la SF.

Les Tiges de Thomas Geha : Une nouvelle qui se situe dans l’univers déjà développé par l’auteur dans son roman La Guerre des Chiffonneurs. Un texte vraiment efficace, clair et bien construit, où on se retrouve au milieu d’une guerre et où l’humanité n’est qu’un pion dont on se sert sans ménagement. L’auteur nous offre un texte efficace et qui permet quelques réflexions comme par exemple sur la faculté d’empathie des aliens envers l’Humanité. Un texte qui se révèle aussi humain, avec de l’émotion et des sentiments, pour parfaitement happer le lecteur.

Evaporation et Sublimation d’Anthony Boulanger : Un très joli texte plein de poésie et de mystères qui nous offre la vision de l’auteur sur le mythe de l’univers, vraiment surprenant, surtout au début, mais surtout efficace et très original. L’écriture est maîtrisée et possède un réel charme, nous plongeant dans cette guerre, à une échelle incomparable, et dont l’Humanité va jouer le rôle de perturbateur de façon originale, mais finalement sans grande surprise. Un texte vraiment réussi dont on ressent la passion de l’auteur pour les oiseaux.

Le Bal des Méduses de Célia Deaiana : Je dois l’avouer c’est le texte qui m’a le moins touché dans ce recueil. Pas la faute que le texte soit mauvais, mais il n’a pas réussi à m’accrocher, à me happer, surtout les personnages. Pourtant, l’ambiance d’angoisse et de peur dans ce vaisseau et ses deux survivants est parfaitement mise en place, on ressent ce sentiment de solitude et de claustrophobie. Une fuite en avant pour éviter la mort que j’ai trouvé maîtrisé mais qui, au final, ne m’a pas emporté et je n’ai n’ai pas vraiment réussi à m’accrocher aux personnages. Dommage.

Sleeping Beauty d’Anne Fakhouri : C’est, si je ne me trompe pas, la première plongée de l’auteur dans le Space- Opera et elle vient nous offrir un texte qui va se révéler finalement efficace et plaisant. Elle mélange les genres entre SF et western à travers une histoire, certes classique dans sa construction, mais qui ne manque pas de rebondissements et de surprise à la découverte de cette famille assez « spéciale ». Un texte qui m’a vraiment fait passer un bon moment, malgré le côté un peu froid des personnages. Un texte efficace.

Le Gambit de Hunger d’Olivier Getcher : Un texte qui se révèle être un affrontement psychologique entres une chasseuse de primes et un hors-la-loi avec au milieu une IA qui joue le rôle de trouble fête, le tout sous forme un peu de partie d’échecs où chacun déplace les pions qu’il possède. Un texte plein de rebondissements, à la conclusion surprenante et efficace, même si j’ai trouvé que par moment il manquait un peu d’explications. Un texte plaisant sans être non plus exceptionnel, mais qui se lit bien.

Le Marathon des Trois Lunes d’Aurélie Ligier : Un texte sombre sur une colonie humaine qui doit, d’une certaine façon, lutter contre une maladie inconnue. Un texte qui se révèle vraiment dur, sanglant, plein d’action et de rebondissements ou l’histoire lève doucement son voile pour révéler la vérité sur ce qui est arrivé à cette colonie. Un texte qui offre aussi une réflexion sur le choix qui peut aussi bien être bénéfique que catastrophique, surtout quand les émotions entre en considération. On retrouve aussi, de façon classique, les jeux ou les hommes doivent se battre jour survivre. Un texte où l’espoir n’est pas de mise, mais qui m’a vraiment bien plu et qui m’a un peu évoqué Stephen King dans Marche ou Crève.

Les Dieux Bruyants de Laurent Genefort : Dans cette nouvelle on découvre les Pila, peuple alien dont la planète est peuplée de Dieux Bruyants. On va suivre le parcours de deux de ces êtres dans leurs quêtes pour rencontrer ces dieux. Un texte plein de poésie qui nous dévoile une culture, un univers complet que l’auteur a créé du début à la fin et qui se révèle vraiment passionnant, mais c’est aussi un texte dur, que ce soit du point de vue écologique et la capacité des hommes à vampiriser les planètes qu’il visite, mais aussi d’un point de vue violence où l’auteur nous montre la cruauté de l’Homme. Un excellent texte qui a réussi à me toucher malgré le fait qu’il se révèle, au final, sans surprise et assez linéaire.

Le Khan Mergen d’Olivier Paquet : Cette nouvelle se situe dans l’univers de la prochaine trilogie de l’auteur qui devrait sortir prochainement. Une nouvelle sur la culture, sa survie et ses différences surtout dans un univers en pleine expansion. Les différences de culture qui nous offre aussi une réflexion sur la façon de voir les castes dans un peuple conditionné et leurs obligations pour ne pas qu’on les oublie on qu’on les assimile. Un texte vraiment efficace, poignant plein de sentiments et d’émotions et qui nous offre aussi, pour moi, un plaidoyer que j’ai trouvé vraiment réussi sur les étoiles, leurs mystères et l’envie de les découvrir. Pour moi un des meilleurs textes de ce recueil et je lirai avec plaisir les prochains romans prévus dans cet univers.

Une anthologie vraiment réussie variant les différents thèmes du Space Opera et du Planet Opera de façon efficace, réussie et parfois surprenante. Je ne me suis jamais vraiment ennuyé dans la lecture de ces textes et, même si les textes ne sont pas tous aux mêmes niveaux, j’ai passé un très bon moment de lecture. Cette anthologie m’a permis aussi de découvrir de jeunes auteurs, méconnus et qui n’ont pas à rougir tant leurs textes sont plaisant, maîtrisés et travaillés.

En Résumé : J’ai passé un vraiment bon moment de lecture avec cette anthologie de huit textes qui offrent des nouvelles vraiment intéressants, soignés, efficaces voir parfois pleines de poésie. Alors bien sûr toutes les nouvelles n’ont pas le même niveau et ne m’ont pas touchées de la même façon, mais dans la globalité cette anthologie est un très bon recueil. Une anthologie aux textes divers couvrants différents thèmes du Space Opera et de Planet Opera ou les jeunes auteurs n’ont pas à rougir de leurs textes devant les plumes plus expérimentés. La SF française a, selon moi, encore de beaux jours devant elle.

 

Ma Note : 8,5/10

Précédent

Winterheim – Fabrice Colin

Suivant

Résultat du Concours : Deux Ans!!

  1. Hello! Sympa cette petit chronique, je cherchais justement un recueil de nouvelles SF. Dans le même genre, je cherche aussi des uchronies, on sait jamais que t’en aurais sous la main? Par contre,
    nous, en Belgique, on manque cruellement d’auteurs SF. Je me demande si c’est pas justement parce qu’on est, au final, un pays toujours en devenir… Du coup, spéculer, c’est pas évident… Puis on
    a l’art de regarder plutôt dans le passé que dans le futur 🙂 Bref, tu vois, ta chronique me fait même réfléchir…

  2. Hector

    En auteurs belges, il y a Adriana Lorusso, Sara Doke, par exemple.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :