Eschatôn – Alex Nikolavitch

eschatonRésumé : La grande armée de Foi avait déployé deux légions de diacres pour en finir avec un monde maudit, siège d’une très ancienne et très abominable Puissance qu’il était grand temps de faire périr par le feu, comme l’ordonnait le Saint Catéchisme.
Quand Wangen se réveille de sa transe de combat, de la boue jusqu’à la taille, il découvre avec horreur que ses pouvoirs guerriers l’ont abandonné. Lui et ses quelques camarades survivants doivent échapper à la jungle et à l’ennemi qui y rôde. Mais un autre ennemi se profile alors, infiniment plus redoutable et retors. Une science que l’on croyait oubliée depuis des générations sans nombre. Celle-là même qui une fois déjà avait condamné tout un univers…

Edition : Les Moutons Electriques

 

Mon Avis : Ce roman, dès la première fois que j’en ai entendu parler, j’ai su qu’il terminerait dans ma PAL. Il faut bien admettre qu’annoncer un roman comme mélange de Space-opera et d’horreur Lovecraftienne avait le don de titiller ma curiosité. Si on ajoute à cela une couverture, illustrée par Melchior Ascharide, que je trouve très réussie, il était donc logique que ce livre entre rapidement dans ma bibliothèque. Restait plus qu’à l’en faire sortir, pour voir ce qu’allait proposer l’auteur.

On se retrouve ici plongé dans un futur lointain à suivre Wangen, jeune Diacre, qui suite à l’élimination de sa légion, se retrouve, avec un groupe de survivant à tenter de fuir la planète sur laquelle ils sont venus éliminer une Puissance. Cette fuite va amener son lot de questions, qui vont bouleverser la vision de chacun et même remettre en cause l’ordre actuel. Je dois bien avouer qu’une fois la dernière page tournée, j’ai passé un sympathique moment de lecture avec ce roman. Tout n’est pas parfait et sur certains points j’en attendais peut-être plus, mais l’ensemble se révèle divertissant et efficace que ce soit dans ses réflexions comme dans sa tension. L’intrigue qui peut paraitre simple aux premiers abords gagne ainsi, je trouve, en complexité au fil des pages. Mélange des genres, elle s’élève ainsi pour proposer un conflit beaucoup plus tragique et percutant. Bon, il faut aussi admettre que le titre mettait quand même un peu sur la voie de l’importance du combat de nos héros. L’auteur manie ainsi les rebondissements et les surprises de façon efficace, évitant ainsi au lecteur de se déconnecter, tout en offrant des phases plus explicatives, plus scientifiques, plus calme proposant ainsi un récit dense et soigné. Le rythme du livre s’avère efficace, nerveux et entraînant, même si je regrette un peu les combats qui m’ont paru manqué de fluidité pour vraiment m’emporter. Visuellement ça marche plutôt bien, mais je ne sais pas ils manquaient d’un peu d’énergie, de frisson, même si rien de non plus trop bloquant.

L’univers développé dans ce récit ne manque pas d’attrait, principalement dans ses notions dites « scientifiques ». Sans non plus tomber dans le trop ardu, l’auteur construit ainsi un monde aux lois complètement différentes et qui pourtant paraissent logiques et palpables. En effet suite à une catastrophe dont je ne dirai rien, deux univers se sont « percutés », amenant ainsi un troisième bras à notre galaxie et redéfinissant les notion de foi et de science. Les machines et technologies sont ainsi devenues hérétiques et l’univers repose maintenant sur une notion de mental, que ce soit les transports spatiaux, les batailles en passant par les armes. Il y a aussi en fond une vraie critique concernant l’enfermement dans des idéologies qu’elles soient religieuses, scientifiques ou autre. L’auteur nous propose ainsi un parallèle intéressant et intelligent entre ces deux notions (foi et science), bien porté par des passages philosophiques menés de façon efficaces sans non plus se révéler trop lourds.

Il y a ainsi un vrai travail de fond sur la capacité de l’Homme à s’enfermer dans des croyances, sans vraiment y réfléchir ou les remettre en causes tant elle offre un certain bien-être, une certaine facilité. On y trouve aussi des réflexions intéressantes sur l’Histoire, la peur du changement, le choix ou bien encore sur le livre. Le récit comporte aussi de nombreuses idées, que ce soit justement au niveau de cette foi comme de la technologie, qui collent parfaitement au récit et s’avèrent intéressantes à découvrir mais aussi dans sa représentation. En effet on pourrait considérer cet univers comme un mélange de space-opéra et de monde féodal rappelant la période sombre du Moyen-Age avec ses règles, sa violence, ses obligations. Je regretterai par contre que finalement cet univers manque parfois de profondeur, certains aspects paraissant traité trop rapidement à mon goût. Autre point qui m’a dérangé, le roman est présenté comme d’influence Lovecraftienne, sauf que je n’ai justement jamais ressenti cette ambiance dérangeante que laissait sous-entendre cette présentation.

Les personnages sont l’un des gros points forts du roman je trouve. Pourtant Wangen, présenté comme le héros, m’a un peu moins passionné que d’autres comme Alania et Maurc. En effet ces deux derniers montrent une véritable évolution face à ce qu’ils vont rencontrer, avec une vraie réflexion sur leurs positions, leurs contraintes et leurs quêtes. Que ce soit Alania qui est forcée de changer face aux incohérences de la Foi et à son impossibilité d’avancer ou bien Maurc qui est en pleine quête de liberté qu’elle qu’en soit le prix, lui qui a toujours obéi aux autres, on y sent une certaine complexité. Il y a ainsi un vrai travail concernant ces personnages. Wangen, n’est pas pour autant un mauvais héros, on suit ses aventures et ses péripéties avec l’envie d’en apprendre plus, mais je l’ai trouvé un peu trop figé dans ses convictions, qui reste sur la même ligne du début à la fin comme si rien n’avait changé. On pourrait croire à un aveuglement, mais cela a du mal à transparaitre. Il manque peut-être d’un peu de doutes, de remise en cause, même si rien de non plus trop bloquant. On notera aussi des personnages secondaires très intéressants dans leurs quêtes, que ce soit Girthee ancien adepte de la Foi qui se bat maintenant pour faire revenir l’ancienne science, ou encore Lothe qui est sûrement celui qui, je trouve, sort le plus du lot par son approche intéressante et complexe de ce qu’il découvre, ne tombant jamais dans un fanatisme malvenu. Par contre légère problématique, beaucoup de personnages sur environ 350 pages, fait qu’il est parfois difficile de complètement s’attacher à eux, mais là rien de trop dérangeant.

Je regretterai aussi trois autres points, la construction du récit qui, je trouve dans sa forme, apporte quelques longueurs et des passages qui ne paraissent pas vraiment utiles à l’intrigue. Ensuite je trouve que concernant les Puissances, elles ne sont que finalement peu présentes, ce qui est parfois dommage car j’en attendais plus. On a bien un ou deux chapitres qui les mettent plus en avant, mais, peut-être induit en erreur par la couverture, j’espérais qu’elles prennent un peu plus d’importance qua comme « épouvantail » de la Foi. Enfin malgré une certaine montée en tension intéressant et un final explosive, j’ai trouvé la fin trop rapide. La plume de l’auteur se révèle efficace, percutante et soignée, principalement dans la création de son univers, apportant son lot d’explication sans jamais tomber dans l’indigeste. Au final Eschatôn est un roman agréable, divertissant, qui se lit avec un minimum de plaisir malgré quelques défauts qui l’empêchent de dévoiler pleinement son potentiel. Je me laisserai, pourquoi pas, tenter par d’autres écrits de l’auteur.

En Résumé : J’ai passé un sympathique moment de lecture avec ce roman qui se révèle divertissant et entraînant, même si j’avoue j’en attendais peut-être un peu plus. L’intrigue s’avère efficace, se complexifiant au fil des pages pour nous offrir un récit qui gagne en tension aboutissant à une conclusion assez explosive. Entre rebondissements, révélations et construction de l’univers l’auteur oscille de façon réussie sans jamais trop tomber dans des lourdeurs. L’univers ne manque pas non plus d’attrait, que ce soit dans la construction de ce monde aux lois physiques bouleversés, comme dans les nombreuses réflexions qu’il soulève et débats qu’il lance. J’aurai juste aimé que certains aspects soient plus développés.  En effet il y a un vrai travail de fond, je trouve, sur la notion de dogme et la facilité de s’y enfermer. Concernant les personnages, même si j’ai trouvé Wangen un peu trop figé dans son rôle, cela n’empêche pas les autres d’offrir des héros complexes, avec leurs doutes et leurs failles. Je regretterai par contre certaines longueurs, mais aussi que les Puissances soient finalement peu présentes là où j’en espérais plus et enfin une fin qui m’a paru trop précipité. La plume de l’auteur est efficace, soignée et entraînante, proposant un récit qui, certes possède des défauts, mais reste divertissant à lire.

 

Ma Note : 7/10

 

Autres avis : Xapur, Dionysos, Lhisbei, …

Précédent

Jardin D’Hiver – Olivier Paquet

Suivant

Un Pont sur la Brume -Kij Johnson

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :