Ferrailleurs des Mers, Tome 1 – Paolo Bacigalupi

ferrailleurs des mersRésumé : Fin du XXIe siècle, il n’y a plus de pétrole, la mondialisation est un vieux souvenir et la plupart des États-Unis un pays du tiers-monde. Dans un bidonville côtier de Louisiane, Nailer, un jeune ferrailleur, dépouille avec d’autres enfants et adolescents les carcasses de vieux pétroliers. Le précieux cuivre récupéré dans les câblages électriques au péril de leur vie leur permettent à peine de se nourrir.
Un jour, après une tempête dévastatrice, Nailer découvre un bateau ultramoderne qui s’est fracassé contre les rochers. Le bateau renferme une quantité phénoménale de matériaux rares, d’objets précieux, de produits luxueux… et une jeune fille en très mauvaise posture.
Nailer se retrouve face à un dilemme. D’un côté, pour récupérer une partie de ce trésor et en tirer de quoi vivre à l’aise parmi les siens, il doit sacrifier la jeune fille. De l’autre, l’inconnue est aussi belle que riche et lui promet une vie encore bien meilleure, faite d’aventures maritimes dont il rêve depuis longtemps…

Edition : Au Diable Vauvert

 

Mon Avis : J’ai découvert Paolo Bacigalupi il y a quelques mois avec ma lecture de son roman La Fille Automate qui m’avait conquis, offrant une histoire dense, complexe et vraiment passionnante (ma chronique ici). Lorsque j’ai appris que l’auteur sortait une nouvelle série de SF je n’ai pas mis longtemps à la faire rentrer dans ma PAL, malgré quelques légères réticences concernant le fait qu’il s’agit d’un roman plus Young-Adult. Il était d’ailleurs intéressant de voir comment l’auteur allait s’en sortir en ciblant un public plus jeune. En tout cas je dois avouer que je trouve la couverture vraiment réussie et qui colle à l’univers rouillé.

Je dois bien avouer une chose, on ne s’ennuie jamais vraiment dans ce roman qui offre un rythme vraiment prenant, accrocheur, haletant et plutôt efficace tout au long du roman. On retrouve clairement tous les éléments d’un bon livre d’aventures plaisant à lire avec son lot de rebondissements, d’action et d’adrénaline pour véritablement happer le lecteur, offrant une histoire de piraterie vraiment plaisante, qui rappelle un peu les romans jeunesses sans prise de tête, mais tout en offrant une intrigue très ancré dans un avenir futuriste sombre et inquiétant. Car oui, malgré le côté fun et efficace mis en avant, l’auteur nous offre aussi un aspect pessimiste où la survie passe par le travail, le sacrifice et où rien n’est jamais acquis. L’auteur offre aussi le classique voyage initiatique permettant de passer de l’enfance vers l’âge adulte, mais traité de façon réaliste avec parfois sa violence et sa souffrance.

L’univers mis en place par l’auteur ne manque pas de charme non plus, même s’il se révèle assez sombre et cynique. On se retrouve à la fin du 21ème siècle dans une Amérique ou les dissensions sociales sont au plus haut et où les plus pauvres doivent se tuer à la tâche pour simplement survivre. Une critique sociale qui se révèle classique, mais plutôt efficace même si parfois un peu stéréotypée. Les villes et les lieux mis en avant par l’auteur se révèlent vraiment intéressants à découvrir suite à différentes catastrophes naturelles. Des localités souvent au bord du gouffre où chacun rêve d’un monde meilleur. Surtout on ressent une certaine passion et un certain amour que l’auteur chercher à nous faire partager pour la mer, la voile, mais aussi cette envie de dépaysement et d’aventures.

Et pourtant je ressors de ma lecture avec un gros sentiment mitigé, en effet malgré tous les aspects positifs que je retrouve dans ce récit l’auteur est tombé, selon moi, dans certains aspects un peu trop « jeunesse », offrant une intrigue qui se révèle clairement balisé et surtout certaines perspectives qui me paraissent importantes sont à peine esquissés. Par exemple l’univers est devenu décadent devant l’absence de pétrole, mais on ne sait rien de la cause de cette disparition ni de ses véritables conséquences; ou encore le héros va rencontrer et sauver la fille d’un homme puissant qu’on tente de kidnapper pour mettre la pression sur l’entreprise familiale, mais rien vient expliciter le pourquoi, se contentant d’une phrase d’explication qui doit, bien entendu, répondre à tout. Comme si l’auteur avait énormément d’idées denses et complexes mais qu’il s’est senti un peu bloqué par l’aspect jeunesse et offre plus un récit enlevé qui joue sur l’action et les rebondissements mettant un peu de côté la finesse du background. Après cela vient peut être aussi de mes attentes, surtout après La Fille Automate.

Concernant les personnages ils ne sont pas mauvais, se révèlent vraiment plaisants à suivre tout au long de leurs aventures, nous présentant un monde, un régime social loin d’être féerique. Les personnages principaux se révèlent souvent complexes devant lutter contre leurs façons de voir le monde, mais voilà ils n’ont jamais réussi à complètement m’accrocher, à me faire ressentir leurs émotions, leurs souffrances et leurs désillusions ce qui est un peu dommage, comme si le rythme les empêchait de clairement se développer. Pourtant, il y a du potentiel surtout entre Nailer héros qui a perdu sa mère et qui vit avec un père violent, Nita fille riche qui découvre que la vie n’est pas toujours ce que l’on croit ou bien encore les amis de Nailer. Peut-être que l’auteur se garde un peu de marge de manœuvre pour les prochains tomes. Alors bien sûr, l’auteur tombe parfois un peu dans les classiques avec la bluette entre nos deux héros, mais il évite clairement de tomber dans la caricature offrant quelque chose de sensé.

La plume de l’auteur se révèle vraiment simple et efficace, nous emportant facilement dans un récit qui, à défaut d’être complètement abouti et réussi, se révèle plaisant et haletant malgré, je trouve, par moment, quelques répétitions. Au final un premier tome qui possède ses qualités et ses défauts, qui reste sympathique à lire, mais qui rentre plus, à mon goût, dans les livres « vite lus, vite oubliés ». Ce qui ne m’empêchera pas de lire la suite rien que pour voir vers où se dirige l’auteur.

En Résumé : J’ai passé un sympathique moment avec ce roman jeunesse qui offre une histoire pleine d’aventures, de rebondissements et le tout sur un rythme tendu et haletant qui fait qu’on tourne les pages avec envie. L’univers mis en place par l’auteur se révèle intéressant, sombre et cynique et ne manque pas d’attrait. Mais voilà une fois la dernière page tournée j’avais l’impression que ce roman était juste esquissé, comme si l’auteur ne cherchait qu’à parler de piraterie alors qu’il donnait l’impression de souhaite construire un bakground dense derrière. Les personnages sont intéressants à découvrir et on suit leurs aventures avec plaisir, mais ils n’ont jamais réussi complètement à m’accrocher. La plume de l’auteur se révèle vraiment efficace et plaisante malgré quelques répétitions. Au final un roman sympathique, mais que je classe dans les livres « vite lus, vite oubliés ». Je lirai tout de même la suite pour voir ce que propose l’auteur.

 

Ma Note : 6,5/10

 Autres Avis : Lune, Xapur, Cornwall, Lhisbei, nymeria, …

Précédent

Le Livre de L’Enigme Tome 1, La Somme des Rêves – Nathalie Dau

Suivant

The Rain Wild Chronicles Book 3, City of Dragons – Robin Hobb

12 Commentaires

  1. Bon, t’as plus qu’à me le donner avant de l’oublier, ça te rendra service. Non ? :p

  2. Intéressant. Je voulais justement le lire, ca m’aide à m’en faire une idée plus précise (surtout sur les aspects qui ne sont que légèrement évoqués dans ce roman).

  3. Tu es plus réservé que les avis que j’en ai lus pour le moment. Ce n’est pas plus mal, je garderai ça en tête le jour où j’y mettrai le nez.
    Mais tu conseillerais plutôt de commencer avec La Fille Automate, donc ?

    • Tout dépend de ce que tu recherches La Fille Automate est un livre de SF à l’intrigue dense, complexe le tout dans un univers que j’ai trouvé fascinant. Ferrailleurs des Mers je le rentre plus dans un aspect livre divertissant, plein d’aventures et d’action qui ne cherche pas obligatoirement la complexité.

  4. J’étais pas forcément emballé par celui-là (mais comme j’avais aimé La fille automate…), maintenant je sais que je peux passer mon tour sans regret 😉

    • Comme j’ai dit tout dépend de ta recherche, mais si tu aime de la SF dense comme la Fille Automate oui tu risques de voir la différence.

  5. Bon à savoir en lecture divertissante, cool (il est dans ma liseuse).

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :