La Musique du Silence – Patrick Rothfuss

la musique du silenceRésumé : Rares sont ceux qui connaissent l’existence du Sous-Monde, une toile brisée d’anciennes galeries et de pièces laissées à l’abandon qui s’étend dans les profondeurs de l’Université.
Protégée par ce labyrinthe sinueux, confortablement installée au cœur même de ces lieux désolés, vit une étrange jeune femme.
Le silence et les ténèbres semblent être ses seuls compagnons sur le chemin qu’elle se fraie dans cet univers souterrain. À moins qu’elle ne perçoive autre chose. Comme une complainte des oubliés, mêlant douceur et amertume à son existence…
Son nom est Auri. Et sa vie est peuplée de mystères.
Parmi les nombreuses rencontres de Kvothe, la plus attachante est sans nul doute celle d’Auri. Cette jeune femme, au caractère à la fois sauvage, enfantin et précieux, reste voilée de mystère. Le regard qu’elle porte sur le monde semble percevoir bien plus que celui du commun des mortels. Bientôt elle reverra Kvothe et il faudra lui offrir un présent. Il est temps de se mettre en quête.

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Patrick Rothfuss fait partie des auteurs dont j’attends chaque nouveau livre avec impatience. Son premier livre Le Nom du Vent m’avait fasciné par son histoire de Fantasy dense, complexe et portée par un héros charismatique (ma chronique ici). La suite, La Peur du Sage, avait confirmé tout le bien que je pensais de ce cycle (chronique Partie 1 et Partie 2), dont j’attends d’ailleurs le troisième et dernier tome avec impatience. Quand j’ai vu que l’auteur publiait une Novella dans le même univers, qui plus est sur Auri, un des personnages secondaires que j’apprécie le plus, je n’ai alors pas mis longtemps à la faire entrer dans ma bibliothèque. À noter de nouveau une magnifique couverture et des images parsemées au fil des pages, toujours illustrée par Marc Simonetti, ainsi qu’une très belle édition avec couverture reliée.

Alors on va commencer par quelques précautions car, comme l’auteur le dit en introduction, si vous cherchez à découvrir l’univers Chronique du Tueur de Roi ne commencez pas par ce livre. Ce serait une erreur. Il faut au moins avoir lu Le Nom du Vent, voir même La Peur du Sage, avant pour mieux comprendre et appréhender cette histoire. Ensuite si vous cherchez Kvothe vous allez être déçu, on ne fait vraiment que suivre Auri, aucun autre personnage n’apparaît. Enfin si vous cherchez un livre qui bouge, alors il vaut mieux éviter ce livre. Vous êtes prévenu.

Alors que nous raconte ce livre ? C’est bien simple il nous fait plonger dans une tranche de la vie d’Auri, à la recherche d’un cadeau, dans le sous-monde, pour Kvothe qu’elle doit retrouver dans sept jours. Pas de grande histoire, ni de quête, ni de voyage initiatique ou autre. Par conséquent pas vraiment de tension, ni d’action avec plein de rebondissements, simplement la plongée dans la vie, pas toujours facile, de cette jeune fille étrange. Il apparait alors quelque chose de fascinant, pour peu qu’on s’intéresse à Auri et qu’on se laisse emporter, à la suivre à travers ses journées. Elle possède une vision du monde complètement différente de la nôtre, pour elle tout à une logique qui lui est propre et chaque élément, chaque objet, possède son propre esprit, sa propre âme qui varie en fonction de l’évolution du temps ; un peu comme un être humain. Elle se retrouve donc entouré d’objets qui sont, d’une certaine façon, sa famille qu’elle essaie de rendre heureux jours après jours. On est alors fasciné par la vision que nous offre Auri de son monde, de cette légère folie douce qui se dégage d’elle, rendant ses journées à la fois magiques ou tristes, et fait que finalement elle se révèle à part.

Pour peu qu’on l’apprécie, on se retrouve alors à découvrir une héroïne qui est, d’une certaine façon, marquée par la vie, qui nous fait découvrir son monde et dont, finalement, on s’attache assez facilement. On en apprend ainsi plus sur ses émotions, ses sentiments, porté par un travail plutôt efficace et captivant de l’auteur. On sent d’ailleurs bien qu’il l’apprécie énormément, une aura de tendresse se dégage ainsi de cette histoire, mais sans non plus, je trouve, tomber dans une caricature ou un portrait trop parfait de l’héroïne. Une Auri humaine, pleine de failles et de passions, qui ne manque pas non plus de nous offrir quelques mystères et quelques vérités. Le soucis, je trouve, c’est que le côté brisé de l’héroïne reste très magique, touchant et romanesque, alors qu’il ne faut pas oublier qu’elle est un peu « folle ». Un peu comme si l’auteur ne voulait en garder que les aspects les plus féériques des ses troubles tout en oubliant les aspects les plus sombres. Rien de non plus bloquant, mais un peu frustrant je trouve, surtout après ma lecture de La Fille qui se Noie qui offrait une héroïne beaucoup plus saisissante et sans artifices, capable de se faire du mal si elle perd le contrôle.

On en apprend aussi plus sur le sous-monde, ce lieu assez mystérieux dont on entend déjà parler avec Kvothe, qui se révèle finalement être un endroit assez fascinant, enchevêtrement de salles et de pièces toutes, d’une certaine façon, plus magique les unes que les autres. Un labyrinthe qui donne envie d’être découvert. Une certaine poésie se dégage d’ailleurs de ces lieux, alternant aspects lumineux et d’autres plus sombres, mélanges d’égouts, de pièces oubliés et de lieux maudits. Je regrette peut-être juste que finalement ce Sous-Monde soit peut-être un peu trop gentillet, je me souvenais de quelque chose de plus sombre et peut-être plus sauvage dans les Chroniques du Tueur de Roi. Mais bon rien de bien gênant non plus.

Alors après il ne faut pas non plus se leurrer, on est loin d’avoir le meilleur de Rothfuss entre les mains. L’auteur avait clairement envie d’écrire cette histoire. On sent bien, comme je l’ai dit, qu’elle possède quelque chose de particulier pour lui et même si, pour moi, elle s’est révélée plaisante à lire, elle n’arrive pas non plus à offrir plus que cela : un divertissement léger. Un peu comme une petite douceur pour faire patienter le lecteur avant la sortie du troisième tome de son cycle. Le soucis c’est que l’histoire aurait pu, je pense, y gagner déjà en nous en apprenant plus sur le passé d’Auri, qui est toujours aussi nébuleux, vu que cette Novella nous propose simplement de la suivre au jour le jour.  Ensuite il y avait la place pour offrir quelques surprises et rebondissements.

La plume de l’auteur se révèle vraiment intéressante, s’offrant le tour de force de nous offrir un récit sans un seul dialogue sans jamais non plus ennuyer. Une plume qui change complètement de ce qu’il proposait dans ses autres récits, cherchant plus un aspect poétique, féérique et même s’il est encore loin de ce que peut proposer certains auteurs dans ce domaine comme Neil Gaiman, il s’en sort bien arrivant un minimum à emporter le lecteur dans cette histoire étrange. Au final un texte qui se révèle sympathique, pas le plus fascinant ni, selon moi, le meilleur de l’auteur, mais qui possède tout de même un certain charme et une certaine magie . Après à vous de voir si vous vous reconnaissez dans ce que je viens de chroniquer et si vous voulez mettre 20€ dans un livre de 160 pages. Maintenant reste plus qu’à attendre la publication du troisième tome des aventures de Kvothe qui pourrait sortir en 2016.

En Résumé : J’ai passé un sympathique moment de lecture avec cette novella qui nous fait découvrir Auri, personnage secondaires des Chroniques du Tueur de Roi. Un texte étrange, nous faisant découvrir une tranche de vie sur 7 jour de l’héroïne. Se dévoile au fil du récit sa vision du monde, complètement différente de la nôtre, ainsi que son comportement assez protecteur vis-à-vis de ce qui l’entoure et qui possède une certaine féerie et une certaine magie. Par contre si vous cherchez des rebondissements ou de l’action, passez votre chemin. On découvre au fil des pages une jeune fille, marquée par la vie, qui se révèle un minimum attachante et accroche le lecteur, même si je trouve que l’auteur la protège peut-être un peu de trop, surtout concernant sa « folie » dont il ne parait garder que les aspects les plus magiques. Le sous-monde gagne ici en profondeur, offrant un lieu labyrinthique assez intéressant à arpenter. Après ce livre est loin de se révéler être le meilleur de Rothfuss, lui offrant plus de développer un peu un personnage qu’il affectionne, offrant un divertissement agréable mais loin de ce qu’il peut proposer dans son cycle. La plume est complètement différente de ses autres écrits, se décalant ver le poétique, et même s’il n’atteint pas le niveau de certains auteurs il s’en sort honorablement bien. Au final je ne suis pas déçu de ma lecture, même si je m’attendais à mieux, en tout cas de quoi patienter en attendant la publication du troisième tome des aventures de Kvothe.

 

Ma Note : 7/10

Précédent

La Fille qui se Noie – Caitlin R. Kiernan

Suivant

Le Dernier Loup-Garou – Glen Duncan

  1. tu m’as donné envie de découvrir cet auteur, je vais me noter Le nom du Vent 😉

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :