La Lignée – Guillermo Del Toro & Chuck Hogan

la ligneeRésumé : Depuis son atterrissage à l’aéroport JFK à New York, un avion en provenance de Berlin ne répond plus à la tour de contrôle. Le spectacle qu’Ephraïm et son équipe d’épidémiologistes découvrent à bord a de quoi glacer le sang : tous les passagers sauf quatre sont morts, en apparence paisiblement. Ont-ils été victimes d’un attentat au gaz ? D’une bactérie foudroyante ? Lorsque, le soir même, deux cents cadavres disparaissent des morgues de la ville, Ephraïm comprend qu’une menace sans précédent plane sur New York. Lui et un petit groupe décident de s’organiser. Pas seulement pour sauver leurs proches. C’est la survie de l’humanité entière qui est en jeu…

Edition : Presses de la Cité

Poche : Pocket

 

Mon Avis : Je dois dire que dès que j’ai entendu que Guillermo Del Toro allait sortir un livre dépoussiérant le mythe des vampires. Fan absolu du cinéaste je ne pouvais pas manquer un tel roman. Mais voilà une question restait en suspens, faire de bons scénarios et de bons films ça ne veut pas dire écrire un bon roman. Puis j’ai appris qu’il s’était associé à un véritable écrivain Chuck Hogan. De quoi me faire saliver d’impatience à l’achat de ce livre.

On suit dans ce livre Ephraïm et son équipe qui sont appelé d’urgence après l’atterrissage d’un avion qui ne répond pas. Les passagers sont tous morts. Très vite ils vont se rendre qu’il s’agit d’un danger bien plus grave qu’un attentat ou une bactérie. Dans cette quête de la vérité ils vont se faire aider par Abraham Setrakian un vieux professeur polonais qui en connaît énormément sur cette vague de décès.

Comme je le disais j’étais plus qu’enthousiasmé à l’achat de ce livre, mais j’ai très vite déchanté. Dans ce genre d’histoire je m’attends toujours a un rythme rapide, effréné, bourré d’action mais La Lignée c’est tout l’inverse. On n’avance pas. Le rythme du livre est très lent, se consacrant à beaucoup de personnages dont certains n’apparaissent que quelques pages à peine. Les auteurs essayent de multiplier les points de vues pour apporter un vision réaliste mais on s’ennuie ferme. De plus pourquoi être aussi descriptif, on passe des paragraphes entiers à parler de combinaisons de telle marque en tel tissus ou de filtre de tant d’épaisseur de telle marque. A force de trop vouloir en faire on a envie de sauter quelques passages pour avancer plus vite dans l’histoire.

Les personnages quant à eux sont d’un clacissime, notre héros est un père en instance de divorce qui veut tout faire pour avoir la garde de son fils. Il déteste le nouveau copain de son ex-femme et, bien entendu, il a eu une liaison avec sa collègue de travail. Le vieux professeur a un caractère des plus classique, il en sait beaucoup sur les vampires mais à du mal à se faire entendre. Seul deux personnages sortent du lot, le maître des vampires  et le milliardaire Eldritch Palmer.

Un des gros problèmes du livre est l’accumulation des points de vue, on ne fait pas que suivre les héros ou des personnages récurrents, on suit aussi, ici et là, quelques vampires, qui reste quelques pages, le temps d’expliquer leur sensations et leurs envies, de tuer quelqu’un puis on ne les revois presque plus du livre. Alors oui, dans un film ça fait monter la pression et frissoner une salle mais dans un livre ça casse le rythme.

Puis le livre commence à prendre son rythme, de nouveaux personnages plus travaillés apparaissent comme le chasseur de rats et les combats arrivent enfin. Malgré le côté répétitif des batailles on commence à accrocher doucement au livre jusqu’au cliffhanger final qui amène à un second tome paru récemment.

En Résumé : Avec l’achat de ce livre j’oscillais entre envie et peur d’être déçu avant de l’ouvrir. Finalement il s’agit d’un livre moyen qui ressemble plus à un script qu’à un roman. A croire que Chuck Hogan n’a rien ou n’a rien pu apporter de sa fonction d’écrivain. J’essayerai quand même de lire la suite car la fin est assez ouverte pour donner un minimum envie de savoir, mais le second tome ne fait pas partie de mes priorités.

 

Ma Note : 5,5/10

Précédent

Le Projet Bleiberg – David S. Khara

Suivant

La Maison qui Glissait – Jean-Pierre Andrevon

  1. Tiens dommage il me tentait bien..

  2. Cela fait un an que j’attends sa sortie en poche pour l’acheter et le lire mais maintenant qu’il est sorti, les critiques mitigées sur ce livre me refroidissent de plus en plus.

  3. Je crois que je vais passer mon chemin pour ce livre… Un peu plus je l’achetais rien qu’a la couverture sur France Loisirs (j’avais lu le résumé aussi :P).
    Merci pour ton avis Blacky ! 🙂

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :