Le Jour où les Zombies ont Dévoré le Père Noël – S.G. Browne

le jour ou les zombies ont devore le pere noelRésumé : Pauvre Andy Warner. L’ex-star contestataire des morts-vivants a passé une année entière soumis à des tests expérimentaux dans un laboratoire de recherches sur les zombies dans l’Oregon. Heureusement, un miracle se produit : à quelques jours de Noël, il parvient à s’échapper et fausse compagnie à ses poursuivants en enfilant un costume de Santa Claus. Le déguisement parfait… À deux réserves près : des collègues de décomposition le reconnaissent et exigent de lui qu’il soit leur chef ; et une adorable fillette solitaire le suit partout, convaincue qu’il est vraiment le père Noël… Une comédie horriblement délicieuse à lire sous le sapin.

Edition : Mirobole

 

Mon Avis : Il y a un peu moins d’un an je me suis laissé tenter par les premières aventures du zombie contestataire Andy, dans Comment j’ai Cuisiné mon Père, ma Mère… et retrouvé l’amour, qui, malgré quelques légères longueurs, m’avait offert un bon moment de lecture fun, agréable et plus que divertissant. C’est donc avec plaisir et envie d’en savoir plus sur Andy que je me suis laissé tenter par cette suite, surtout que la période s’y prête bien, Halloween venant de s’achever et les préparatifs de noël étant en cours, quoi de mieux qu’une lecture avec zombies et père noël pour cette période de l’année. Je ne reviendrai pas sur l’esthétique du livre et sa couverture tant les éditions Mirobole donnent vraiment envie de collectionner leurs livres. A noter qu’il peut être lu de façon indépendante.

On retrouve donc notre cher Andy, enfermé dans un laboratoire d’essai, jouant les cobayes, forcé à de nombreuses expériences depuis presque un an. Un jour un membre du SPZ, la Société Protectrice des Zombies, va le délivrer lui et ses compagnons de cellules, mais seul Andy va réussir à s’enfuir. Il va alors décider de sauver ses compatriotes ; problème il est seul déguisé en père noël avec juste une petite fille qui lui demande de réaliser son voeu le plus cher. Clairement quand j’ai entamé ma lecture le résumé annonçait la couleur, cela va être, comme le premier tome, totalement barré, avec une bonne dose d’humour noir et de cynisme, sauf que voilà une fois ce premier tome refermé je dois bien avouer que, sans être déçu, je n’ai pas non plus été autant emballé que le roman précédent.

Franchement entre Deus Ex Machina, facilités et simplicité, l’intrigue m’a paru sans véritable rebondissements tant l’ensemble me paraissait prévisible et l’auteur me donnait plus l’impression d’offrir un « happy-end », certes dans une certaine limite, à son héros préféré. Un peu comme s’il s’était trop accroché à lui et ne pouvait pas le laisser au milieu des soucis du premier tome, alors il lui a écrit un conte qui se termine bien. Sauf que voilà le roman est très, très court, à peine un peu plus de 200 pages, et par conséquent la densité n’est pas obligatoirement au rendez-vous, allant à l’essentiel sans parfois prendre le temps de donner quelques détails voir quelques explications ce qui peut se révéler frustrant voir légèrement enfantin pour les personnages. Il faut dire que je me suis légèrement fait avoir par la version française, car la VO est claire au niveau du titre du roman I Saw Zombies Eating Santa Claus: A Breathers Christmas Carol, il s’agit purement et simplement d’un conte de noël avec toutes les facilités et la magie que peut inclure ce genre de récit, toute la candeur qui peut s’en dégager, pourtant je ne l’ai jamais pris comme tel, m’attendant toujours à y retrouver la profondeur, la critique et les messages sous-jacents du premier. Certaines réflexions sont certes toujours présentes, mais un peu comme l’ensemble du récit elles restent en surface.

Alors attention, ne me faites pas dire non plus ce que je n’ai pas dit, l’ensemble n’est pas non plus complètement mauvais, on y retrouve toujours cette bonne dose d’humour, d’ironie et de décalage qui caractérise notre héros avec sa verve et sa narration toujours aussi entrainante et énergique. L’auteur n’oublie pas non plus qu’il est dans un roman de zombies, jouant ainsi de façon efficace sur les genres entre la magie et la pureté de noël, et le côté sombre, violent et sanglant que peut proposer les morts-vivants, surtout des zombies qui savent qui peuvent rester éternellement jeune en mangeant du respirant. On ne s’ennuie ainsi jamais vraiment, tournant les pages avec un minimum de facilité pour voir ce que va proposer l’auteur. Le côté zombie, qui a gardé son esprit, permet ainsi toujours a l’auteur d’offrir un travail intéressant sur l’univers et son développement, principalement sur la vision de notre société. Mais voilà, niveau divertissement l’auteur remplit pleinement son rôle avec cette histoire, mais mes attentes se révélaient un peu plus poussées et c’est ce qui a joué sur mon ressenti mitigé.

Concernant les personnages la narration varie, ne restant pas obligatoirement toujours sur Andy, mais nous faisant découvrir aussi deux autres protagonistes. C’est une bonne idée je trouve, permettant ainsi d’être au plus près des différents héros, des émotions de chacun, tout en ayant des idées et des points de vues différents. Sauf que voilà autant Andy arrive clairement à toucher le lecteur, principalement dans sa relation avec Annie, qui joue de façon efficace, sans trop tomber dans le mélo, sur les émotions du héros toujours, d’une certaine façon, à la recherche d’une vie normale, autant le troisième personnage m’a plutôt laissé de marbre. Son rôle de gardienne de zombie avec une dose d’humanité est tellement téléphoné et le roman tellement court qu’on tombe un peu trop dans la caricature, ce qui est dommage. Concernant les personnages secondaires l’auteur nous offre, certes de façon succinte, mais plutôt efficace, des personnages complètement décalés et barrés, avec même le retour de certains du premier tome.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi simple, fluide, efficace, entrainante et on ne peut pas lui enlever sa capacité à nous emporter dans les aventures du zombie Andy. Certes je ressors légèrement mitigé de ma lecture, mais je ne peux clairement pas dire que je me suis ennuyé pour autant. Par contre, je ne sais pas si l’auteur a prévu d’écrire une suite encore ou non, mais il va falloir faire attention, car l’humour présent dans ce récit tombe un peu dans la répétition par rapport au premier tome, même si rien de non plus très bloquant ici, mais pourrait perdre de sa saveur dans une troisième tome.

En Résumé : J’avoue que je ressors de ma lecture de cette suite des aventures de Andy le zombie contestataire, avec un léger sentiment mitigé. Ce n’est pas une mauvaise histoire, l’humour et le divertissement sont toujours bien présents et se révèlent très sympathique. L’auteur joue de façon efficace sur le parallèle entre la magie et la pureté de noël et le côté sombre, violent et sanglant lié aux zombies. Sauf que voilà ce récit est très court, ce qui fait qu’on y retrouve pas la même densité que dans le premier tome, mais surtout l’auteur m’a paru un peu trop tomber dans la facilité, la simplicité et abuse légèrement de Deus Ex Machina à certains moments. Concernant les personnages autant Andy et Annie se révèlent vraiment intéressant, principalement dans l’émotion qu’ils arrivent à distiller, autant l’autre héroïne présentée m’a paru manquer d’intérêt se révélant un peu trop caricaturale pour vraiment s’imposer. Les personnages secondaires, malgré un certain manque parfois de profondeur, offrent une brochette de protagonistes décalés et entrainants. La plume de l’auteur se révèle simple, fluide et entrainante, nous plongeant finalement avec un minimum de facilité dans ces aventures. Au final si j’avais pris ce livre pour ce qu’il est, un simple conte de noël, et non rechercher ce que j’avais trouvé au premier tome, mon avis aurait été différent je pense.

 

Ma Note : 6/10

 

Autres avis : Lune, Cornwall, Mariejuliet, Nelfe, AcrO, …

zombies challenge

Précédent

Feuillets de Cuivre – Fabien Clavel

Suivant

Les Chroniques du Radch Tome 1, La Justice de L’Ancillaire – Ann Leckie

  1. J’avais déjà décidé d’attendre la sortie poche, je me demande si je devrais pas d’abord essayer de l’emprunter à la bibliothèque…

  2. Coup de coeur pour le premier, j’ai celui-ci dans ma PAL et je pense le sortir bientôt…

    Un peu déçue qu’il ne soit pas à la hauteur de tes attentes, et un peu déçue que l’auteur lui donne une happy end juste histoire de finir en beauté. 🙁

    Mais si on y retrouve le style déjanté et l’écriture agréable, alors je devrais y trouver mon compte ! 🙂

    • Je pense que tu y risques, oui, d’y retrouver tout de même ton compte. Je ne peux te souhaiter qu’une bonne lecture en tout cas 🙂

      • En effet, c’est lu et j’y ai trouvé mon compte !

        J’ai beaucoup aimé, mais en relisant ta chronique, je comprends très bien ce dont tu voulais parler.

        Tant pis, je suis assez d’accord avec toi mais ça n’a pas gâché mon plaisir !

        • Je comprends parfaitement, un ressenti dépend aussi de tellement de paramètres qu’il est logique qu’on puisse ne pas avoir le même ressenti. En tout cas content qu’il t’ait plu.

  3. Une vraie critique,fouillée, argumentée, cela fait du bien ! On aime que nos auteurs soient lus à fond. Alors bien sûr, pas d’accord, mais merci et bravo.

    • Merci beaucoup pour votre commentaire, ça fait plaisir. Je comprends parfaitement qu’on puisse ne pas être d’accord, c’est aussi un peu le but du blog de pouvoir échanger.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :