Par-Delà le Mur du Sommeil – H.P. Lovecraft

par dela le mur du sommeilRésumé : « Je t’en dirai davantage plus tard – à présent j’ai besoin d’un long repos. Je te parlerai des horreurs interdites qu’elle m’a fait pénétrer – des horreurs séculaires qui suppurent encore aujourd’hui dans des coins perdus, entretenues par quelques prêtres monstrueux. Il y a des gens qui savent sur l’univers des secrets que nul ne devrait connaître, et qui sont capables de choses que nul ne devrait pouvoir faire. J’y étais plongé jusqu’au cou, mais c’est fini. À présent, je brûlerais ce maudit Necronomicon et tout le reste… »

Edition : Folio SF

 

Mon Avis : Lovecraft fait parti des auteurs grandement reconnus dans les récits d’horreur, de frissons et de science-fiction. Je me souviens, il y a quelques années déjà, avoir lu des textes de cet auteur qui m’ont marqués et m’ont fait froid dans le dos. J’ai donc décidé de me repencher de nouveau sur les textes de cet auteur pour voir si mon avis avait évolué et je me suis lancé dans ce recueil de 5 nouvelles. Je dois dire que la couverture, illustrée par Eikasia, est vraiment réussie et agréable.

Par-Delà le Mur du Sommeil : Un interne va croiser le chemin d’un montagnard, Slater, qui, lors de son sommeil, a des crises violente qui ont provoqués la mort d’un de ses voisins. Slater est un homme simple presque primitif et son sommeil est habité par un être supérieur. Je dois dire que j’ai pas vraiment accroché a cette courte nouvelle, elle est bien écrite et centré sur ce qu’affectionne le plus Lovecraft, les rêves, mais je pense que je suis complètement passé à travers.

Les Rats dans les Murs : Walter de la Poer décide de rénover une ancienne demeure qui a appartenue à ses ancêtres. Une demeure au folklore bien sombre. Je dois dire que cette nouvelle est vraiment prenante, où walter va réveiller les mémoire oubliés. L’ambiance est sombre, angoissante et la pression monte jusqu’à la conclusion réussie et glaciale.

Le Monstre sur le Seuil : Un homme tente de démontrer qu’il a tué son meilleur ami pour une le bien de tous. L’auteur se plonge ici dans la magie noire et la possibilité de vivre éternellement en transférant son esprit dans un autre corps. Un texte peut être moins oppressant que le précédent, mais tout aussi intéressant, sombre et glacial principalement par la mythologie et la magie qu’emploie l’auteur mais aussi par la maitrise de l’auteur sur son texte sachant faire monter l’angoisse au bon moment.

Celui qui Hantait les Ténèbres : Un écrivain va se retrouver fasciné par une mystérieuse église qui a servi à un culte démoniaque. Une histoire au final classique, moins frappante et prenante que les deux précédentes mais qui se révèle tout de même intéressante et sombre, avec toujours cette mythologie captivante de l’auteur.

L’Affaire Charles Dexter Ward : Cette nouvelle est la plus longue de ce recueil et elle explique comment a disparu Charles Dexter Ward. Un excellent texte gérer comme une enquête faisant monter l’angoisse et la pression au fur et à mesure des pages. Un texte angoissant et glacial, fidèle a la mythologie de l’auteur qui fait frissonner. Il y a bien quelques répétitions mais l’auteur maîtrise parfaitement son sujet et tout se met en place pour un final vraiment sombre et efficace.

 

Ce qui est intéressant avec les textes de Lovecraft c’est que malgré que ses histoires, au jour d’aujourd’hui, manquent un peu d’originalité, et pourtant elles sont écrites de telle façon qu’elles donnent l’impression que le mal et les magies les plus obscures existent vraiment, et qu’ils peuvent apparaitre n’importe où et n’importe quand, ce qui fait que le lecteur se retrouve fasciné. De plus l’auteur est capable de créer une ambiance vraiment sombre, pesante et angoissante simplement en jouant sur ce que le lecteur ne voit pas, il n’a pas besoin d’aller dans la surenchère de violence et de sanglant.

Le style de l’auteur est vraiment dense, soigné jusqu’à la moindre description. Par contre, et c’est normal, l’auteur étant du début des années 1900, il est parfois un peu « pompeux » mais pas de façon péjorative, il a vieilli ce qui risque de bloquer, je pense certains lecteurs. D’ailleurs il est aussi a noté que la place des femmes n’est pas prépondérante dans ce livre et reste bloqué aux femmes du 19ème siècle. De plus l’auteur ne cherche pas à surprendre à tout va le lecteur, le plus souvent on comprend où il nous emmène, mais si on se laisse embarquer par le voyage alors on risque d’en ressortir marqué.

En Résumé : Voilà un recueil de cinq nouvelles qui m’a fait passé un bon moment de lecture bien flippant. Des histoires souvent sombres, froides et angoissantes qui font monter la pression au fil des pages. Alors bien sûr elles ne sont pas toutes au même niveau, je n’ai pas du tout accroché à la première et la troisième m’a paru un petit ton en dessous mais au final ce livre m’a fait frissonner. Par contre le style de l’auteur est spécial, on accroche ou pas, et je dois dire que j’accroche bien.

 

Ma Note : 8/10

Précédent

Le Prince de la Brume – Carlos Ruiz Zafón

Suivant

DMZ Tome 1, Sur le Terrain – Brian Wood & Riccardo Burchielli

  1. Ce livre est dans ma WL depuis un petit moment et après lecture de ton avis, je n’ai plus qu’une hâte c’est de me plonger dedans !

  2. J’aime beaucoup cet auteur mais il est vrai que ça revient un peu toujours au même. Toutefois, je prends plaisir à lire la plupart de se textes.

  3. J’ai un livre de cet auteur de ma PAL, il faut que je l’en sorte !
    Et tu as raison, la couverture de celui-ci est superbe !

  4. KL

    Je préfère un style « pompeux » mais une histoire prenante qui nous met en halène plutôt que de tomber sur des facilités de styles ; et du présent à tout va dans un récit. Tout lecteur qui lit un livre doit s’attendre aussi à connaître de nouveaux mots, ce qui n »est pas négligeable. Mais bien sûr, je respecte votre avis.

    • Je pense qu’il doit y avoir une incompréhension dans ce que j’ai écrit. Je n’utilisait ici pas le terme pompeux comme péjoratif ou comme une attaque, je tenais simplement à mettre en avant que Lovecraft possède un stylé sacrément désuet et parfois, on peut le dire, grandiloquent ce qui a pour effet de bloquer certains lecteurs. C’est un fait. Moi j’adore Lovecraft, j’aime me plonger régulièrement dans son univers et je n’ai jamais trop été dérangé par son style ou son vocabulaire.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :