Riverdream – George R.R. Martin

riverdreamRésumé : 1857, sud des Etats-Unis. Abner Marsh, autrefois à la tête d’une compagnie navale prospère, ne possède plus que sa réputation d’excellent capitaine. Un soir, à Saint Louis, il reçoit une étrange proposition : Joshua York, un inconnu au teint pâle, lui offre la somme suffisante pour construire le plus majestueux des bateaux, à la condition de le prendre comme associé et d’accepter ses amis à son bord. Le rêve d’Abner devient réalité : le Rêve de Fevre surpasse en splendeur et en rapidité tous les autres bateaux à vapeur sur le Mississippi. Le voyage sur le Grand Fleuve commence, mais d’étranges rumeurs se répandent parmi l’équipage. Car Joshua et ses amis fuient la lumière du jour…

Edition : Mnémos
Poche : J’ai Lu

Mon Avis : Je ne présente plus George R.R. Martin qui est connu, principalement, pour son cycle Le Trône de Fer. Pourtant l’auteur n’a pas écrit que cette série, avant cela il avait publié pas mal de romans et de nouvelles. D’ailleurs, depuis le succès avéré de l’auteur, plusieurs de ces anciens romans sont de nouveaux édités, dont ce Riverdream, initialement publié en VO en 1983, qui m’a très vite donné envie de le faire rentrer dans ma PAL. À noter la très belle couverture, illustrée par Alain Brion, qui colle parfaitement au roman.

Je dois bien avouer que j’attendais beaucoup de ce roman, il faut dire qu’un livre de vampires par George R.R. Martin je ne pouvais avoir que de grandes espérances, surtout connaissant les aspects sombres et cyniques présents dans ses autres écrits. Et je dois dire que je ne suis pas déçu de ma lecture, en effet l’auteur nous offre une histoire de vampires vraiment solide et efficace avec un véritable travail de fond et de forme sur le récit. Le début prend clairement son temps, servant à installer l’histoire, les personnages et l’intrigue, mais une fois pris dans le récit j’ai eu du mal à lâcher ce roman essayant d’en apprendre plus sur ce qui motive les différents personnages, ce qui les fait avancer. Les rebondissements et les retournements de situations sont gérés habilement par l’auteur et arrivent le plus souvent à surprendre le lecteur.

J’avoue avoir aussi retrouvé certains des aspects des romans de Anne Rice, avec ce voyage tout le long du Mississippi et toute cette ambiance, mais là où Rice se laissait aller à un côté un peu trop bavard, Martin lui nous offre des aspects plus sombres, plus maîtrisés et plus cyniques tout en maintenant cette élégance trouble qui s’en dégage. Alors bien sûr, l’histoire en elle-même reste assez classique, avec les vampires d’un côté et les humains de l’autre, mais le tout est bien amené par l’auteur, alternant les phases de réflexions et d’introspection avec les phases plus mouvementés. L’auteur nous offre aussi quelques idées intéressantes avec, comme souvent, cette lutte habituelle entre le bien et le mal, mais aussi d’autres sur la société, son évolution ainsi que sur l’esclavage comme par exemple ce parallèle sur l’asservissement homme blanc/homme noir et la représentation des humains vus par les vampires comme du bétail. On retrouve donc ici une intrigue pleine d’aventures au fil de l’eau, un récit sombre et violent.

L’univers développé par l’auteur se révèle vraiment fascinant, on retrouve une certaine passion de l’auteur pour les États-Unis du 19ème siècle ainsi que pour les bateaux à vapeurs, leurs capitaines, leurs façons de vivre et leurs rêves. L’auteur n’est pas avare en détails, mais le tout sans jamais plomber l’histoire ou trop perdre le lecteur. Alors certes cela offre un rythme plutôt lent au récit, mais cela permet de plonger véritablement le lecteur avec plaisir à cette époque. Les voyages à travers ses bateaux à aubes se révèlent vraiment captivants et donnent clairement envie. Il revisite aussi efficacement, et avec une certaine originalité, le mythe du vampire. Alors quand je parle du mythe du vampire je ne parle pas de ce qui se fait aujourd’hui dans la bit-lit bien entendu. On retrouve clairement les bases, mais l’auteur s’éloigne sur certains points comme l’aspect chrétien de la lutte, même s’il garde certains aspects bibliques concernant certaines explications, vraiment intéressantes, mais que je ne révèlerai pas pour vous garder la surprise.

L’auteur nous offre aussi un travail vraiment réussi et intéressant sur les personnages qui sont vraiment loin de tomber dans les poncifs du genre. Le capitaine Marsh est loin du top modèle, se révélant gros et laid, mais pourtant le personnage en lui-même, par son côté un peu simple, bourru, pas très futé mais rationnel, se révèle rapidement attachant. On retrouve aussi Joshua York, le vampire qui cherche à rassembler les siens, à les rendre plus sains, mais qui se révèle être un personnage introverti toujours en proie aux doutes. C’est cette rencontre entre le vampire raffiné aux grandes incertitudes et ce capitaine renfrogné, mais qui avance coûte que coûte, sans se poser de questions, qui porte le récit. Vient aussi Damon Julian qui est le penchant sombre des vampires, un être tellement vieux et consumé par la bête qui sommeille en lui; un personnage qui offre une lutte psychologique avec York qui se révèle vraiment fascinante et intense avec aussi son lot de combats et d’interrogations. Leur grande force est qu’ils possèdent une histoire, des motivations des envies. Ils ne sont pas balancés dans l’histoire sans rien. Même les personnages secondaires ne sont pas laissés pour compte et se révèlent étoffés.

Alors bien sûr tout n’est pas non plus parfait dans ce récit, déjà comme j’ai dit le rythme se révèle assez posé, donc si vous cherchez une histoire frénétique sur la traque d’un vampire passez votre chemin ce n’est pas l’effet recherché ici. J’avoue aussi que certains ressort de l’intrigue m’ont paru sans surprises et parfois manquer d’impact, je pense principalement à cette histoire d’antidote qui aurait pu servir beaucoup plus. Ensuite, j’avoue avoir été surpris par la rapidité de la conclusion, elle donne l’impression que tout va trop vite d’un coup, comme si l’introspection du héros sur son peuple était complètement oublié, même si on comprend ses raisons. Ce qui n’empêche pas cette conclusion d’être efficace et nerveuse.

La plume de l’auteur se révèle vraiment complexe, dense, travaillée et efficace. Elle ne laisse rien au hasard et se révèle rapidement immersive, nous plongeant dans cette histoire efficace, intelligente et parfaitement portée aussi par le travail de fond effectué. J’aurai juste un reproche à faire au niveau de l’édition française c’est de comprendre pourquoi le titre du roman est passé de Fevre Dream a Riverdream ce qui change complètement. Au final j’ai passé un bon moment avec ce roman qui confirme tout le bien que je pensais du talent de Geroge R.R. Martin a raconté des histoires, avec ici une histoire de vampire classique sur sa présentation, mais avec d’autres atouts de valeurs.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman sur les vampire qui, certes offre une intrigue un peu déjà-vue, mais qui ne manque pas d’intérêt et se révèle vraiment efficace et prenante. Les réflexions misent en avant dans ce roman se révèlent vraiment soignées et intéressantes, que ce soit sur la société, son évolution ou la lutte classique entre le bien et le mal. L’univers mis en place se révèle vraiment happant et fascinant. On sent bien que l’auteur connaît son sujet et il arrive vraiment à nous faire aimer les voyages en bateau vapeur. Le mythe des vampires possède aussi ses originalités intéressantes. La plume de l’auteur se révèle vraiment dense et efficace et plonge efficacement le lecteur dans le récit. Je reprocherai juste que certains rebondissements importants manquent de force et aussi une conclusion un peu rapide. Au final un roman vraiment efficace qui confirme que George R.R. Martin sait écrire des histoires autre que le Trône de Fer.

 

Ma Note : 8/10

Précédent

The Ocean at the End of the Lane – Neil Gaiman

Suivant

Strom Tome 1, Le Collectionneur – Emmanuelle & Benoît de Saint Chamas

  1. Après un premier échec (lecture avortée) sur le Trône de Fer, je suis bien tenté d’essayer quelque chose de ce genre, du même auteur.

    • C’est vrai que Le Trône de Fer est une lecture exigeante. Tu accrocheras peut-être plus à celui là, surtout si tu aimes les vampires.

  2. Je garde un bon souvenir aussi de cette lecture, des vrais vampires ça fait toujours plaisir ^^

  3. George R.R. Martin a-t-il écrit un mauvais roman ? J’ai beau cherché, je ne trouve pas…^^

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :