Starless – Jacqueline Carey

Résumé : Let your mind be like the eye of the hawk…
Destined from birth to serve as protector of the princess Zariya, Khai is trained in the arts of killing and stealth by a warrior sect in the deep desert; yet there is one profound truth that has been withheld from him.
In the court of the Sun-Blessed, Khai must learn to navigate deadly intrigue and his own conflicted identity…but in the far reaches of the western seas, the dark god Miasmus is rising, intent on nothing less than wholesale destruction.
If Khai is to keep his soul’s twin Zariya alive, their only hope lies with an unlikely crew of prophecy-seekers on a journey that will take them farther beneath the starless skies than anyone can imagine.

Edition : Tor

 

Mon Avis : Vous le savez sûrement si vous suivez ce blog, je suis un fan des écrits de Jacqueline Carey, principalement de ses deux premières trilogies sur l’univers de Kushiel. Que ce soit dans la densité de son intrigue, la complexité de ses personnages, la richesses de son univers et aussi la sensualité de son récit j’ai adoré les deux cycles. Je me suis d’ailleurs fais une raison sur le fait qu’il va falloir que je lise la troisième trilogie en VO, ce qui va dépareiller ma bibliothèque. Je me suis aussi laissé tenter, il y a peu, par sa réécriture de La Tempête de Shakespeare qui m’a offert un très bon moment de lecture (mon avis ici). Il était donc logique que je me laisse tenter par le tout dernier roman de Fantasy de l’autrice, publié en Anglais il y a quelques mois. À noter aussi la couverture que je trouve, pour ma part, très jolie.

Ce roman va ainsi nous fait découvrir Khai, qui est formé depuis la naissance pour devenir l’ombre de la princesse Zariya. En effet la tradition veut que quand un ou une enfant royal(e) naisse durant une éclipse, une Ombre naît en même temps. Parmi tous les enfants qui sont nés à ce moment-là c’est Khai qui a été choisi par les dieux. Retiré de sa famille, il est envoyé à la confrérie du Pahrkun pour être élevé et entrainé comme Guerrier. Sauf que voilà, dans ce monde, les dieux marchent avec les hommes et une légende annonce que le dieu Miasmus se réveillera un jour et cherchera à tout détruire. De nombreux bouleversements vont se dresser devant Khai et Zariya. Je tiens déjà à donner deux informations concernant ce roman, déjà premièrement il s’agit d’un One-Shot, il y a sûrement la possibilité pour l’autrice de revenir dans l’univers, mais l’histoire possède une conclusion propre qui fait qu’on n’a pas d’obligation d’y retourner. Le second point est qu’il s’agit d’un roman qui cherche à toucher un public plus « vaste » que les trilogies sur Kushiel, des lecteurs aussi bien adultes que jeunes adultes, ce qui se ressent parfois dans la construction mais j’y reviendrai. Au final concernant ce Starless, je dois bien admettre que même si ce roman ne cherche pas à avoir la densité ni la richesse de Kushiel, je l’ai trouvé plus que sympathique à lire et divertissant, même si j’avoue j’en attendais peut-être un peu plus.

Le premier gros point fort vient, comme souvent avec l’autrice, de sa capacité à construire des univers fascinants et passionnants à découvrir et à visualiser. Tout ce qu’elle développe en toile de fond, que ce soit à travers les différents peuples que l’on croise, les aspects sociaux, politiques, voir mythologiques, les décors, il y a clairement quelque-chose qui se dégage et qui donne envie d’en apprendre plus. Je me suis ainsi rapidement laissé porté, envoûté par ce monde qui possède des éléments plutôt typés Moyen-Orient, avec des visuels de désert, de sable, de peuples nomades, de traditions. Peu à peu il va ainsi gagner en densité et en richesse, à travers le voyage de nos héros qui ne va pas manquer de nous faire découvrir de nouveaux lieux, de nouveaux peuples de nouvelles façons de vivre. À nouveau Jacqueline Carey nous offre aussi un aspect mythologique, qui certes n’a pas la puissance de celui de Kushiel, étant limité sur un tome, mais qui s’avère plus que captivant à découvrir, les liants aussi à l’astronomie. En effet ce monde comporte un soleil, trois lunes et plus aucunes étoiles, les étoiles se révélant être les dieux rejetés sur terre par leur père suite à leurs rebellions. Mais surtout c’est la capacité à lier le tout, à le rendre cohérent, à offrir à ce monde un côté envoutant et poétique à travers le travail de description et d’atmosphère qui font que je me suis très facilement laissé porter par ce récit. Maintenant, c’est vrai, le côté one-shot a aussi un petit côté frustrant tant certains points m’ont donné envie d’en apprendre plus, mais dans l’ensemble tout reste captivant et offre un monde vivant.

L’autre point fort de ce récit vient clairement, je trouve, des personnages, de la caractérisation de chacun d’entre eux, principalement des deux protagonistes principaux. Alors je vais éviter de trop en dévoiler, car il y a quelques surprises et quelques révélations importantes qui vont jouer énormément sur l’évolution de chacun d’entre eux, mais dans l’ensemble j’ai trouvé que les deux héros principaux se révélaient travaillés, humains, touchants et attachants et je me suis facilement laissé porter par eux, par leurs visions, leurs aventures. Surtout, principalement dans les deux premières parties, je trouve que chaque personnage que l’on rencontre développe une personnalité qui lui est propre, loin de se révéler binaire ou simpliste, amenant finalement chacun une pierre à la construction des héros et du récit. Dans la troisième partie, c’est un chouïa plus confus, plusieurs nouveaux personnages apparaissent d’un coup ce qui fait que certains qui paraissent avoir de l’importance restent quand même parfois en retrait, même si rien de trop dérangeant. Concernant les personnages secondaires, certains ne manquent pas d’intérêts, que ce soit ceux de la confrérie du Pahrkun ou bien encore ceux du palais, mais il est vrai que d’autres, principalement ceux venant d’autres lieux, peinent parfois à n’être là que pour autre chose que simplement faire avancer l’intrigue voir amener des péripéties. Au final j’ai trouvé les personnages efficaces, travaillés, complexes et loin d’être binaires, ils ont, d’une certaine façon, réussi à m’emporter dans leur odyssée.

Ce roman ne manque pas non plus d’offrir des réflexions intéressantes, que ce soit d’un point de vue social, de la gestion politique, mais aussi dans la notion de classes ou bien encore sur la notion de sexes qui, même si elles sont classiques, s’avèrent solides. Il y a aussi une réflexion sur la notion de genre que j’ai trouvé bien amenée, intelligente et efficace dans la façon dont elle est traitée et présentée. Ainsi même si Starless ne manque pas de divertir, le récit amène aussi quelques questions. Sauf que voilà, même si ce roman ne manque pas non plus de qualités, j’y ai aussi trouvé quelques défauts. Déjà le fait que ce roman cherche à toucher un public assez large voir de jeunes adultes, amène parfois des transitions dans l’intrigue qui m’ont paru un peu simplistes, voir rapides. J’avoue, cela vient principalement de moi, j’ai toujours eu un peu de mal avec cela dans les récits jeunesses ou YA. Je suis toujours un peu frustré quand les problématiques se résolvent trop facilement alors que le rebondissement parait complexe, même si cela ne dérange en rien ici la lecture. Là où par contre j’ai été un peu frustré, et qui pourra en déranger certains, c’est le côté finalement très classique de l’intrigue, principalement si vous êtes habitué au genre. En effet entre élu, prophétie, dieux à abattre ou qui influence les évènements et, sans vouloir spoiler, une impression de déjà-vu dans la conclusion. C’est vrai parfois l’autrice les prend un peu à contre-pied, mais dans l’ensemble ce côté déjà-vu reste présent. J’avoue c’est principalement ce point qui empêche ce livre finalement d’être meilleur, de se révéler finalement plus qu’un divertissement très sympathique.

Après il y a aussi un soucis de rythme à mon goût, je me suis ainsi retrouvé emporté, envouté par les deux premières parties pour autant j’ai trouvé la troisième partie traitée un peu trop rapidement selon moi. Un peu comme si Jacqueline Carey était limitée en pages et qu’elle s’est rendu compte qu’elle allait devoir donné un coup de boost à son récit. Alors certes c’est entraînant et on sent une montée en tension, mais pour autant on ressent moins cette richesse, cet aspect poétique qu’il y avait dans les deux premières parties. J’ai aussi noté un ou deux Deus Ex Machian un peu pratique, même si de ce côté là ça reste fluide dans le récit. Au final ce Starless n’est pas un mauvais roman, loin de là et je pense qu’il pourra clairement plaire à des nouveaux lecteurs de Fantasy. Pour ma part, je l’ai trouvé sympathique, efficace et plus que divertissant et même si, j’avoue, j’avais peut-être un peu plus d’attente, je ne regrette pas non plus ma lecture, même si comme je l’ai dit il reste très classique dans les grandes lignes. La plume de l’autrice est soignée, efficace et entraînante et je lirai sans soucis d’autres de ses écrits.

En Résumé : J’ai passé un sympathique moment avec ce Starless qui, même si j’avais peut-être des attentes différentes concernant un roman de Jacqueline Carey, s’avère divertissant. Le premier point fort de ce roman vient clairement de son univers, de la richesse de ce dernier et de la façon dont l’autrice arrive à construire quelque-chose d’envoûtant et qui donne envie d’en apprendre plus. Certes le côté one-shot fait que parfois on est un peu frustré de ne pas en apprendre plus sur certains points, mais rien de dérangeant. J’ai trouvé les personnages aussi fascinants, principalement dans la construction des héros principaux qui s’avère soignée, offrant des protagonistes humains et attachants. J’ai trouvé très intéressantes leurs évolutions au fil de l’aventure. Je regrette juste que, dans la troisième partie, l’apparition de nombreux personnages fait que certains ont du mal à s’imposer. Maintenant ce que j’ai regretté concernant ce roman, outre le fait qu’il cherche à toucher un public plus large d’adultes et de jeunes adultes, ce qui amène certaines transitions un peu faciles ou simplistes, c’est son côté classique. En effet entre prophétie, élu, dieux a éliminer ou qui influencent sur les évènements, et même si l’autrice en prend certains à contre-pied, il y a ce sentiment de déjà-vu qui se dégage et rend l’ensemble aussi un peu prévisible. J’ai aussi trouvé que la troisième partie allait trop vite et un ou deux Deus Ex Machina, même si concernant ces derniers cela ne dérange en rien la fluidité du récit. La plume de l’autrice est soignée, efficace et entraînante et je lirai sans soucis d’autres de ses écrits.

 

Ma Note : 7/10

Précédent

8 ans et le blog est toujours là !

Suivant

La Planète des Singes – Pierre Boulle

  1. Dup

    Han je suis jalouse ! Je ne lis pas en anglais et avant qu’il soit traduit celui-ci…

    • Vu que j’attends encore la dernière trilogie de Kushiel, à moins qu’un autre éditeur que Bragelonne décide de se lancer je ne sais pas du tout si un jour Starless sera traduit.

  2. Sand doute trop YA pour que je tente l’aventure en VO, et avec ma PAL si enthousiaste dans ses prise de tours de taille.
    AU fait, je n’ai plus besoin de remplir chaque fois le ‘formulaire’ à chaque article. C’est nettement plus agréable.

    • Je peux comprendre parfaitement, déjà moi YA je fais très attention surtout comme toi une PAL qui a de plus en plus sa vie propre.

      AH c’est bon à savoir, j’avoue il faut vraiment que je prenne le temps de me mettre dans les rouages du blog pour éviter ce genre de désagrément.

  3. Je suis trop dégoutée pour la dernière trilogie, pourtant brag’ a dit plein de fois qu’ils allaient la publier, mais je suis comme toi j’attends plus :/
    Helas je crois que le style de Mme Carey soit un peu trop compliqué pour mon niveau d’anglais.

    • Bah Bragelonne annonce rarement qu’ils abandonnent une série, maintenant au bout d’un certain temps on ne se fait plus trop d’espoir.

      Alors je ne saurai dire, pour ma part je ne l’ai pas trouvé trop ardu, mais après l’anglais ça dépend clairement de chacun.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :