Sur Le Fleuve – Léo Henry & Jacques Mucchielli

sur le fleuveRésumé : On suit les aventures d’une expédition européenne, menée par un noble castillan, à la recherche des cités d’or en terres indiennes. Un voyage qui va se révéler plein de dangers.

 

Edition : Dystopia

 

Mon Avis : Ce livre j’en ai énormément entendu parler suites à différents avis, souvent positifs, et principalement par le retour de lecture de Lelf qui m’a vraiment donné envie de découvrir ce roman. Pourtant de Léo Henry je n’ai lu qu’un seul recueil de nouvelles qui, certes, ne m’avait pas totalement accroché, mais possédait tout de mêmes des aspects vraiment intéressants qui me donnait envie de découvrir plus d’écrits de l’auteur. Ce livre a donc tout logiquement rejoint ma PAL. Concernant la couverture, illustrée par Stéphane Perger, je la trouve vraiment magnifique.

Une chose est sûre c’est que dès les premières pages on est tout de suite plongé dans l’ambiance sombre et entrainante de cette histoire et le lecteur se met à tourner les pages avec l’envie de savoir ce qui va arriver à nos explorateurs. En effet on démarre fort, dans la violence et le sang, avec le massacre d’indiens par nos chercheurs d’or. À partir de là tout va très vite dégénéré, nos héros se retrouvant pourchassés par un ennemi mystérieux et sauvage qui semble être un jaguar. Ce court roman devient très vite addictif, offrant un récit enlevé, angoissant par certains aspects, et sans aucun temps morts, tout en ne négligeant pas pour autant les personnages et leurs interactions. Quasiment chaque chapitre apporte son lot de rebondissements, d’action, de violence et de surprises qui se révèlent souvent efficaces et entrainantes. Les péripéties que vont rencontrer les personnages vont se révéler souvent sanglantes et les amener à se dévoiler, pour le meilleur ou pour le pire, et à repousser les limites d’eux-mêmes.

L’histoire reprend clairement les classiques des histoires d’aventures avec explorateurs, forêt, cité d’or et indiens, aspects qu’on retrouve souvent au cinéma, mais là où les auteurs arrivent vraiment à sortir leurs épingles du jeu c’est premièrement dans les descriptions de cette jungle vraiment riche, luxuriante, vivante et colorée mais qui surtout se révèle sauvage, poisseuse, sans pitié et mystérieuse. Il ne suffit pas de venir en conquérant pour l’abattre, elle est insaisissable. Au milieu de tout cela coule un fleuve, gigantesque, puissant, magnifique et d’une certaine façon indomptable qui va pousser au plus loin nos héros. Ce roman offre  aussi la lutte entre l’aspect cartésien, supérieur, des hommes blancs du 16ème siècle, fort de leurs avancées technologiques et de leurs croyances, face à ces indiens qu’ils considèrent comme rebelles et arriérés. Le petit plus vient aussi clairement de l’aspect fantastique qui est distillé lentement, se révélant de plus en plus présent, angoissant au fil des pages. Un univers qui donne autant envie d’être découvert par sa beauté et son aspect intrigant,  que d’être fui devant les nombreux secrets et magies qui se cachent au fin fond de cette forêt.

Ensuite, l’autre aspect qui fait que j’ai été happé par cette histoire c’est par le travail complexe qui a été effectué sur les différents protagonistes. On découvre au fil des pages que chaque personnage n’a pas fait ce voyage pour rien, certes il y a l’or au bout, mais des raisons plus intimes les poussent à avancer ; entre la recherche d’une rédemption, l’envie d’être connu et reconnu, l’envie de suivre un être cher ou encore l’envie d’oublier un passé sanglant, chaque héros possède sa propre raison de suivre cette aventure. Entre haine, amour et oubli ils sont loin de tout manichéisme. C’est cette caractérisation des personnages, très bien porté par une narration multiple, vu qu’on se retrouve à suivre au moins une fois chaque personnage, qui fait que très vite ils deviennent intéressants et qu’on comprend ce qui les pousse à avancer. On s’attache d’une certaine façon vraiment à eux, même s’ils se révèlent lâches, assassins ou fous.

Autre point qui se révèle intéressant et captivant, c’est la façon dont ils voient, tous, cette douce plongée dans l’abîme, leurs façons de réagir face aux dangers invisibles qui les guettes et les tourmentes. On retrouve aussi des passages plus poétiques qui permettent de faire la connaissance de petit frère que je vous laisse découvrir, mais qui apporte une touche de douceur et de mysticisme dans ce malaise et cette folie.

Il n’y a que deux petits points qui m’ont légèrement dérangés durant ma lecture. Le premier vient du fait qu’il y a énormément de personnages sur à peine 200 pages, j’avoue que sur les 50 premières pages, parfois, je me suis senti perdu et me suis retrouvé obligé de revenir au lexique des personnages, surtout que certains des héros se ressemblent un peu trop. Cela a eu pour effet de casser un peu le rythme de l’ensemble. Rien de bien gênant, mais un peu perturbant, qu’on oublie une fois qu’on a bien pris connaissance d’eux. L’autre point vient de la conclusion qui se révèle finalement assez classique et sans surprise. Pas qu’elle ne soit mauvaise, loin de là, elle se révèle efficace, mais voilà j’attendais peut-être quelque chose de différend, d’un peu plus percutant je pense. Ce ne sont que des petites broutilles, car dans l’ensemble j’ai été happé par ce roman d’aventure, de mystères et de fantastique.

Concernant la plume des auteurs je l’ai trouvé vraiment entrainante, riche, vive et captivante, arrivant à nous faire visualiser de façon efficace, réaliste et limite cinématographique les différentes scènes, les différents lieux, les différentes souffrances et même cette folie. Elle arrive vraiment à plonger le lecteur dès le début dans cette histoire sombre et sanglante pour ne le lâcher qu’à la toute dernière page. J’ai passé un très bon moment avec ce livre dont la tension est présente du début à la fin, qui certes est classique sur le fond mais qui, au final, se révèle réussi, nous plongeant dans une histoire prenante et haletante où la bête fantastique rejoint la bête humaine et où les quêtes de chacun, à travers ce voyage, se révèlent plus profondes qu’on le pense. Je lirai avec plaisir d’autres écrits des auteurs.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce court roman qui nous plonge dans une histoire, certes classique, d’explorateurs à la recherche d’or en Amérique du Sud, mais qui se révèle bien menée, sans temps morts tout en faisant monter au fil des pages une tension et un léger malaise qui happe le lecteur. Une des grandes forces du récit vient de ses personnages qui se révèlent soignés, que ce soit dans leurs émotions comme dans leurs motivations et leurs envies, mais surtout les auteurs arrivent à rendre tangible cette douce folie qui les prend au fil des pages. L’autre aspect intéressant vient aussi de cette forêt, de ces descriptions riches, vivantes, mais aussi angoissantes qui rendent cet endroit autant magnifique, colorée que sauvage, indomptable et sanglant. La plume des auteurs se révèle vraiment soignée, vive et entrainante, happant facilement le lecteur qui tourne les pages avec envie. Mes seuls légers regrets viennent d’un nombre important de personnages qui fait qu’on a, sur le début, du mal à parfois se retrouver et une conclusion trop classique vis-à-vis de mes attentes. Rien de bien dérangeant non plus, loin de là.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Lelf, Tigger Lilly, Lhisbei, etc…

Précédent

Le Carrefour des Parallèles Tome 1, La Métropole du Vide – Yseult Le Goarnig

Suivant

Métrozone Tome 1, L’Equation de la Vie – Simon Morden

  1. J’ai très envie de le lire, il est sur ma liseuse et ton avis me rappelle que je dois m’y mettre. Bon on verra aux vacances ^^

  2. Bon, rien à voir avec les Sept cités d’or je suppose ? (ok, je sors…).

  3. Je l’avais repéré grâce à Lelf et c’est vrai que la couv’ attire l’oeil. Et je vois que Lune et toi, vous êtes tous deux conquis aussi. Du coup, j’ai maintenant très envie de le lire. C’est malin ! 😛

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :