Étiquette : bande dessinée Page 3 of 5

Alter Ego, Park – Renders & Lapières & Reyner & Bénéteau

alter-ego-parkRésumé : Park, un Coréen de 25 ans, se prélasse sous les tropiques dans une luxueuse résidence en compagnie d’autres personnes d’origines très diverses, et dorloté par une équipe de serviteurs et soignants. Il partage notamment d’agréables moments avec deux charmantes jeunes filles très délurées. C’est le paradis. Mais d’étranges hallucinations viennent perturber sa béatitude, comme les souvenirs d’une autre existence. Serait-ce parce qu’il a négligé de boire le délicieux cocktail fruité qu’on sert en abondance aux résidents… ? D’ailleurs, que font-ils tous dans cette résidence ? Est-il possible qu’ils soient en vacances permanentes ? Mais alors, pourquoi ces grilles et ces miradors ?

Edition : Dupuis

 

Mon Avis : Ca y est, je rentre dans la dernière ligne droite de la lecture de ce cycle au scénario qui s’est révélé vraiment intéressant, originale et travaillé. En effet il s’agit du dernier personnage présenté, Park, avant de lire le dernier tome qui amènera la conclusion finale à cette histoire. Chaque personnage apportant ses éléments à l’intrigue (retrouvez mes chroniques de Fouad, de Camille, de Darius, de Jonas, de Noah) j’avais hâte de savoir ce que pouvait proposer ce tome.

Nouveau livre et nouveau personnage, cette fois on découvre Park qui, j’ai de la chance, est fortement lié aux deux derniers tomes que j’ai lu qui sont Jonas et Noah. Mais voilà ce tome possède le léger soucis d’être ce fameux dernier tome qui est lu, ce qui signifie pour moi qu’il n’apporte que très peu de nouveaux éléments dans le fil rouge, mais juste des confirmations de ce que, normalement, on savait déjà. Attention pas que ce volume soit mauvais, loin de là, mais voilà il se révèle sans surprise sur l’intrigue globale et même s’il se lit avec plaisir a légèrement moins d’attrait que les autres. Mais voilà j’ai trouvé que ce que perdait ce tome du point de vue du fil rouge la gagnait par rapport au personnage qui, je trouve, est l’un des plus intéressants des six présentés.

Car oui Park est vraiment un personnage qui mérite d’être découvert car il présente enfin un de ces alter-ego dont on parle tant, important pour le programme, mais aussi pour la NSA et le gouvernement et qui va voir sa vie changer. C’est vraiment un personnage complexe, dense qui se retrouve entre le marteau et l’enclume et surtout par le choix qu’il doit faire. Il dévoile un peu les deux facettes du projet. Il se révèle aussi un personnage attachant par les liens qui le compose mais aussi un personnage qui apporte une bonne dose d’émotion nous démontrant finalement les dessous du projet Alter-Ego. C’est aussi un personnage qui permet de dévoiler d’autres facettes chez d’autres personnes, que ce soit par rapport au personnage de Noah qui se révèle, mais aussi
celui de Jonas qui nous montre un tout autre visage à travers ce tome.

L’histoire sur plusieurs tomes est vraiment une idée que je trouve toujours aussi intéressante et originale, même si ce tome, finalement, montre un peu les limites du projet en lui-même. Les auteurs se sont arrêtés à six tomes pour dévoiler l’intrigue et ils ont bien fait car déjà ce sixième tome manquait de surprise, un septième aurait été sûrement trop lourd. Le dernier tome devrait regrouper tous les personnages et mettre un point final à cette série et j’attends ce tome maintenant avec impatience.

Concernant les graphismes je les trouve toujours aussi réussis, efficaces et prenants que ce soit à travers l’émotion des visages, mais aussi par les scènes vives et pleines d’actions. J’ai été vraiment bluffé par la scène des flashbacks que j’ai trouvé vraiment magnifique. Les couleurs chaudes et ensoleillées collent parfaitement avec les lieux et se révèlent plaisantes offrant ainsi un contrepoids intéressant au personnage qui se révèle assez taciturne devant les évènements qui le frappe. Au final un tome solide, certes sans surprise, mais qui dévoile un personnage intéressant et maintenant j’ai hâte de voir ce que va proposer le tout dernier tome de la série.

En résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce tome qui nous dévoile un personnage qui m’a paru plus profond et intéressant que les précédents car il se retrouve vraiment au milieu de quelque-chose qui le dépasse et va devoir faire un choix vital. Mais voilà, vu qu’il s’agit du dernier tome que j’ai lu j’ai trouvé qu’il apportait aucune nouveauté dans le fil rouge principal et permet seulement de confirmer des choses que je savais déjà, ce qui est un peu dommage. Rien de dérangeant, car je continue à trouver l’idée de mélanger l’intrigue sur six tomes et six personnages intéressante. Concernant les graphismes ils sont vraiment réussis, vif et pleins d’émotions et de sentiments. Dans tous les cas j’ai hâte de lire le dernier tome qui offrira un point final sur tous les personnages.

 

Ma Note : 7,5/10

Alter Ego, Noah – Renders & Lapières & Efa & Erbetta

alter-ego-noahRésumé : Noah a tout pour lui : beau, intelligent, fortuné, arrogant et cynique. On le serait à moins : il est le fils de l’homme le plus puissant de la planète, le Président des Etats-Unis. Pour l’heure, il est pourtant dans un état critique, entre la vie et la mort, suite à une tentative de suicide. Comment en est-il arrivé là ? Pourquoi lui a-t-on imposé ces étranges examens médicaux? De quoi souffre-t-il? Et surtout, quel est son lien avec cette jolie jeune femme noire qu’un médium lui a décrit comme la femme de sa vie ?

Edition : Dupuis

 

Mon Avis : Après avoir laissé un peu de côté cette série, la faute principalement à un égarement qui fait que je commence trop de cycle BD et me retrouve surchargé, j’ai décidé, depuis quelques mois, de reprendre le cycle Alter Ego et de le finir, vu que tous les tomes ont été publiés (Chronique de Fouad, de Camille, de Darius, de Jonas). Puis il faut dire que ma lecture Jonas relançait de très belle façon la série en apportant certaines clés de compréhension. Cette fois le tome va se concentrer sur le personnage de Noah.

Pas de changement concernant la construction de cette série, on va suivre un personnage clé qui va nous apporter des nouvelles pièces du puzzle concernant cette multinationale et le complot qui s’y trame, surtout que Noah est en fait le fils du président. Ce tome se révèle très important car il confirme pas mal des suppositions que je commençais à avoir à la lecture des tomes précédents et il permet aussi d’y intégrer certains acteurs tel que la NSA et l’état dans cette conspiration. On en apprend plus aussi sur les fameux Alter-Ego, principalement sur leurs liens psychiques et physiques. L’intrigue continue à gagner, avec ce tome, en densité et se révèle vraiment intéressante avec quelques idées vraiment originales. Finalement j’aurais juste un petit regret avec ce tome, c’est qu’il se révèle trop rapide, on passe trop vite sur certains éléments ce qui fait qu’on est parfois un peu frustré, surtout devant les changements rapides du personnage de Noah.

Je trouve toujours aussi intéressant cette idée d’écrire plusieurs tomes, indépendants les uns des autres dans la lecture, mais plus on avance dans la lecture plus on dévoile un fil rouge, qui se révèle dense et efficace, sur ce complot mondial. Je rentre doucement dans la phase finale car il ne me reste plus qu’un personnage à découvrir et le tome d’explication final, mais je commence enfin à visualiser la complexité de l’histoire ainsi que les manipulations, leurs tenants et leurs aboutissants. Un véritable travail sans fausse note et parfaitement maîtrisé des scénaristes qui démontre tout le travail qui a dû être mis en place. Par contre ce tome a, selon moi, un léger défaut c’est que Noah est un personnage tellement charnière que je trouve qu’il apporte beaucoup plus d’information que certains, et si on le lit au début on risque peut être de déséquilibrer ces fameuses révélations.

Ce tome nous présente un nouveau personnage qui est Noah, le Fils du Président et je dois dire qu’il est assez difficile de cerner et de complètement s’accrocher à ce personnage. Pas qu’il soit ennuyeux ou autre, non, mais le début nous présente un personnage sensible, fragile et attachant, mais très vite, une fois soigné de sa dépression, on se rend compte qu’il est avide de pouvoir, de puissance et que le projet d’Alter Ego est exactement ce qu’il cherche pour assouvir son envie de jouer dans la cour des grands. Il montre aussi par moment une sorte d’insouciance idiote et une vivacité qui va le pousser à faire des erreurs. Voilà, ce qui m’a surpris c’est cette rupture entre le début et le personnage qu’on découvre à la fin, elle m’a paru trop brusque, rien de bien méchant attention, car Noah est un personnage vraiment intéressant, et contrairement aux autres il est loin d’être ce qu’on pourrait appeler un gentil. Sinon il est toujours aussi intéressant de retrouver des personnages d’autres tomes et de suivre leurs évolutions, de les voir se lier.

Concernant les graphiques, on retrouve Efa qui s’était déjà occupé du tome de Darius et je dois bien dire que je retrouve un peu les légères critiques que j’avais déjà noté précédemment, rien à redire sur le trait très énergique et vif ainsi que les personnages fidèlement représentés, mais par moment on a l’impression que certains cases sont moins travaillées. Ce ne sont que de petites choses, comme par exemple les yeux, qui sur certaines cases, ne deviennent que de simples points par exemple. En tout cas ce tome me rapproche de la fin de ce cycle et il ne me reste plus que deux volumes à lire, j’ai vraiment hâte de lire la suite ce tome continuant à apporter des réponses, mais laissant encore pas mal de questions en suspend.

En Résumé : J’ai encore passé un très bon moment de lecture avec nouveau du tome du cycle Alter Ego et le personnage Noah. L’intrigue continue a se densifier dans ce tome et surtout il vient confirmer certains points que le lecteur commençait à avoir. Le Lecteur commence enfin à se voir dévoiler cette machination qui se révèle complexe. L’idée des tomes indépendants, mais qui offre un fil rouge ne perd pas un seul instant de son originalité et on sent au fil des tomes le travail qui a  dû être mis en place par les scénaristes pour obtenir une telle cohérence. Concernant le personnage de Noah il est différent des autres que j’ai lu, plus nuancé, il s’agit du fil du président et il est avide de pouvoir, je regrette juste que certains changement soit amenés un peu trop rapidement. Concernant les graphismes ils sont plutôt réussis, mais possèdent quand même quelques lacunes, quelques cases qui m’ont parue légèrement moins travaillés, rien de dérangeant tout de même. Il me reste deux tomes à lire et j’ai hâte de connaître la fin.

 

Ma Note : 7,5/10

Ghostopolis – Doug TenNapel

ghostopolis.jpgRésumé : Le jeune Garth ne pensait pas découvrir si tôt le monde des spectres ! Propulsé par accident à Ghostopolis par Franck Gallows, un chasseur de fantômes un peu usé, il s y découvre des pouvoirs spéciaux… et de nouveaux ennemis ! Car ses nouvelles capacités font des envieux parmi les puissants. Frank sait que les heures de Garth sont comptées. Il n’a pas le choix : il doit s’infiltrer dans Ghostopolis et trouver une issue vers le monde des vivants.

Edition : Milady graphics

 

Mon Avis : J’avais plus ou moins entendu parler, souvent en bien, de cette BD récemment mais j’avoue que, surtout, je trouvais à la couverture un aspect légèrement Burtonien qui rendait bien et donnait clairement envie de découvrir d’en savoir plus sur ce livre. Alors, quand j’ai vu que, lors du dernier Masse Critique, Babelio proposait ce livre j’ai décidé de tenter le coup et j’ai eu la chance d’être sélectionné. Je remercie donc Babelio et les éditions Milady de m’avoir fait découvrir cette Bande Dessinée.

Franck travaille pour la FIIS, la Force d’Intervention de l’Immigration Surnaturelle, il renvoie les fantômes dans leur monde. Mais voilà, lors d’une mission, il va envoyer par erreur un petit garçon, Garth, avec le fantôme qu’il traquait dans l’au-delà. Il va alors tout faire pour le retrouver et le rendre à sa famille. L’histoire en elle-même ne manque pas de charme, mais c’est surtout par son rythme effréné et plein de rebondissements qu’elle va réussir à emporter le lecteur à travers les péripéties de Garth. En effet on ne s’ennuie jamais un seul instant dans cette Bande Dessinée qui ravira autant les plus jeunes que les moins jeunes mélange d’aventure, d’action et d’humour. Mais voilà il faut bien l’avouer cette histoire, malgré qu’elle happe le lecteur, reste tout de même simpliste et surtout les péripéties sont souvent résolues un peu trop rapidement, preuve que le public cible reste tout de même les adolescents, ce qui n’empêche pas, me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, à ce livre de séduire et d’emporter son lecteur de tout âge.

L’auteur traite aussi, dans son livre, de sujets sensibles, certes basiques tels que la famille, la mort, l’amour et aussi la mort, mais surtout l’auteur arrive à les traiter de façon sensible, délicate et surtout efficace avec un mélange de sérieux et d’humour qui fait qu’on se laisse convaincre facilement et offre une grande cohérence à l’histoire et surtout aux personnages. En fait c’est ça qui fait que, selon moi, cette BD happe si facilement les lecteurs, ce mélange parfaitement dosé et réussi entre les péripéties des différents personnages, les sentiments et réflexions et le tout bien accompagné par un humour vraiment efficace. Ajouter à cela un univers plein de spectres, de momies, de faës ou encore de squelettes, un univers vraiment travaillé et soigné par l’auteur qui possède ses propres règles et lois. Un univers vraiment efficace possédant un léger côté à la Tim Burton, mais le tout par contre en moins macabre et moins sombre. J’aurai juste un léger reproche, le fait que Garth s’adapte un peu trop rapidement à cet univers.

Les personnages ne sont pas des plus originaux et paraissent souvent déjà vus, entre l’enfant aux sentiments complexes, le chasseur de fantôme blasé et un peu looser et le vilain au passé trouble on ne trouve rien ici de franchement novateur mais ça n’empêche pas ces personnages de se révéler solides et de fonctionner correctement, mais surtout, mis à part le vilain car c’est le vilain, on s’attache facilement à eux, on les comprend, on se laisse emporter par eux. Le vilain est différent, oui, il est là pour être méchant et il remplit parfaitement son rôle, amenant ce côté un peu sombre à l’histoire. Bon par contre la révélation finale sur le méchant m’a clairement paru trop téléphonée et un peu trop tirée par les cheveux.

Les graphismes se révèlent très aérées, les cases assez grandes, ce qui fait qu’on ne se sent jamais étouffé dans cette BD. Les traits assez gros, un peu cartoon,  offrent aux personnages l’expression de leurs sentiments et de leurs émotions vraiment réussie et efficace. Les couleurs vives et colorées permettant aussi de rendre ce récit accessible à tous, malgré parfois des sujets assez sombres. Je reprocherai juste que les paysages ne soient pas plus développés, les cases se concentrant trop souvent simplement sur les personnages. Au final je suis plutôt content de ma découverte avec cette Bande Dessinée qui touche facilement le lecteur de tout âge même si, j’avoue, elle aurait pu être un peu plus travaillé et complexe.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec cette Bande Dessinée qui nous plonge rapidement dans l’histoire avec une intrigue efficace, pleine d’action et d’aventures et au rythme effréné, mon seul petit regret et que finalement l’histoire soit au final tout de même un peu trop simpliste, mais rien de bien méchant vu qu’il s’agit d’un livre pour jeunes et moins jeunes. La BD traite de sujet sérieux et bien amené le tout de façon efficace et pleine d’humour. L’univers présenté est vraiment intéressant, travaillé et soigné avec ces différents peuples et possède aussi un léger côté Burtonien. Les personnages, sans être non plus très originaux, remplissent parfaitement leurs rôles et se révèlent vraiment efficaces et attachants. Les graphismes, très cartoonesques sont vraiment efficace et aérés offrant aussi une représentation des sentiments et des émotions vraiment réussie. Je reprocherai juste trop de gros plans limitant ainsi la présentation des décors et des paysages. Au final une bonne BD qui plaira autant aux ados et aux grands, il suffit juste de se laisser emporter.

 

Ma Note : 7,5/10

tous les livres sur Babelio.com

 

Wollodrïn, Le Convoi Tome 1 – Chauvel & Lereculey

wollodrin-le-convoi.jpg Résumé : Onimaku l’humaine et Hazngar l’orc, unis depuis l’anéantissement du clan de ce dernier, cherchent fortune au gré de leurs errances… Jusqu’à ce que leur chemin croise celui de pionniers en route pour le lointain pays d’Hingell. Ces derniers, abandonnés par leurs guides, les enrôlent pour être menés jusqu’à la terre promise. Mais certains sont prêts à tout pour que le convoi n’arrive jamais à bon port…

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Après un premier diptyque qui nous offrait une histoire qui, à défaut d’être des plus originale, se révélait vraiment solide et reprenant efficacement les classiques de l’héroïc fantasy (Chronique du tome 1 ici, tome 2 ), les auteurs nous reviennent cette fois pour nous proposer de suivre l’histoire de Onimaku et Hazngar l’orc, rares survivants du premier cycle. J’ai été un peu surpris de voir que les auteurs ont décidés d’ouvrir un prolongement à cette série, mais ne boudant pas mon plaisir elle a vite terminée dans ma PAL. Alors, attention, même si ce roman est la suite de Wollodrïn, Le Matin de Cendres les cycles ont l’air de pouvoir se lire séparément.

Et on ne change pas une équipe qui gagne car, encore une fois, les auteurs ont décidés de nous offrir une histoire, certes pas des plus originales, mais qui va se révéler solide, intrigante, passionnante et pleine de surprises qui font qu’on se retrouve à lire avec grand plaisir cette Bande Dessinée. On retrouve les codes classiques de ce qui se fait en fantasy avec nos deux héros, accumulant les problèmes, qui se retrouvent à mener une caravane de pionniers qui cherchent à s’installer, mais dont le voyage est semé d’embuches, le tout dans un univers à la Tolkien. Mais voilà on sent la passion des auteurs pour cet univers et ils arrivent vraiment à s’approprier ses codes et ainsi les retranscrire de façon vraiment crédible et prenante tout en jouant avec l’action et les rebondissements. Les auteurs distillent très peu d’informations au cours de ce premier tome, histoire de faire monter l’attente du lecteur pour aboutir à une fin qui appelle vraiment à lire la suite tant je me suis retrouvé emporté et passionné.

L’univers mis en place par les auteurs reste très Tolkinenien tout au long de ce cycle, que ce soit par les différentes races présentes, entre humains, orcs, gobelins et autres joyeusetés, mais aussi par la découverte de nouvelle religions, bien représenté par ses fameux pionniers, qui se révèlent intéressantes et donne envie d’en savoir plus. Un univers peut être moins ouvert que le précédent cycle concernant la découverte de régions, se consacrant pleinement sur ce convoi, ce qui n’empêche pas de découvrir des horizons et des paysages vraiment magnifiques et réussis. Un univers qui va aussi se révéler plus sombre que le précédent, principalement par une majorité du voyage de nuit, mais aussi justement par la découverte de lieux plus graves, plus oppressants qui collent parfaitement avec ce que, pour le moment, laisse dévoiler l’intrigue.

Concernant les personnages nos deux héros principaux, déjà connus dans le cycle précédent, sont vraiment passionnants à découvrir et à suivre tout au long de ce premier tome. L’auteur arrive
vraiment à faire retranscrire toute l’ambiguïté de cette relation qui se révèle différente, ce besoin de rassurer, de se justifier. Mais la grande réussite des auteurs et d’avoir fait tout ça plus par la gestuelle des personnages et le retranscris de leurs émotions que par les dialogues qui auraient alourdis le récit. Concernant les pionniers ils sont aussi intéressants à découvrir que ce soit par, comme j’ai dit, la découverte de leur religions et leur coutume, mais aussi par cette crainte et cette méfiance qu’ils ont envers les autres ce qui pousse à tenter de les découvrir même si parfois ils tendent un peu trop à un certain fanatisme dans le respect de leurs traditions. Des personnages ambigus qui n’ont pas l’air de tout dévoiler.

Par contre, concernant les graphismes je suis toujours aussi fasciné, ils sont toujours aussi réussis et vraiment efficaces, arrivant à nous plonger facilement dans cet univers et ce monde. Comme je l’ai dit les paysages sont vraiment magnifiques et les personnages paraissent vraiment vivants, pleins de sentiments et d’émotions. Je reprocherai peut être juste une ou deux cases que j’ai trouvé un peu un ton en dessous, mais rien de grave. Le découpage se révèle vraiment énergique et haletant et colle parfaitement avec ce que souhaite retranscrire les auteurs. Au final je suis bien content que les auteurs ont décidés de prolonger l’histoire de Wollodrïn et maintenant j’attends la suite avec impatience.

En Résumé : On ne change pas une équipe qui gagne et les auteurs, avec le premier tome de ce nouveau cycle de Wollodrïn, nous offre une intrigue, certes peu originale, mais qui se révèle toujours aussi prenante, haletante et efficace plongeant facilement le lecteur dans l’histoire. L’univers, très Tolkienien se révèle vraiment efficace et colle parfaitement à l’histoire et au monde mis en place par les auteurs. Les personnages sont vraiment réussis, ambigus, et captivants et surtout on les découvre autant par les dialogues que par leurs gestuelles, leurs façons de réagir ce qui les rend vraiment attachants. Concernant les graphismes il n’y a rien à redire on retrouve un trait réussi et efficace nous offrant des paysages vraiment magnifiques et des personnages vivants le tout avec une colorisation un peu plus sombre que les précédent, mais qui colle parfaitement à l’histoire. J’attends maintenant la suite avec impatience.

 

Ma Note : 8/10

Alter Ego, Jonas – Renders & Lapières & Zuga & Erbetta

alter-ego-jonas.jpgRésumé : Jonas est un jeune medium qui partage avec son frère des pouvoirs parapsychiques hors du commun. Ils sont tous deux employés par une organisation secrète pour localiser des personnes précises autour de la planète. Jonas l’insouciant est persuadé qu’ils agissent pour le bien de ces personnes, mais son frère semble avoir la conscience moins tranquille.

 

Edition : Dupuis

 

Mon Avis : Je l’avoue j’ai laissé un peu cette série de côté dernièrement, la faute principalement au fait que je me suis laissé convaincre par différentes personnes de commencer pas mal d’autres séries, ce qui fait que je me suis dispersé en oubliant un peu la série Alter Ego. Une conférence avec les auteurs lors des Utopiales, et la découverte que le dernier tome était publié m’ont redonnés envie de reprendre cette série surtout que, la fin étant disponible je n’avais plus aucune raison de ne pas lire la suite. (Chronique de Fouad, de Camille, de Darius). Cette fois-ci l’histoire va se concentrer sur Jonas.

Les trois premiers tomes que j’ai lus apportaient son lot d’informations concernant le fil rouge de cette intrigue mais, je l’avoue, je restai encore dans le flou, ne sachant pas vraiment à quoi m’attendre. Ce tome va apporter des informations et des révélations qui vont venir bouleverser la série ainsi que ce que j’avais déjà lu. Un tome plein de surprises, de rebondissements, de révélations et d’actions qui rendent l’intrigue et le fil rouge vraiment efficaces et, pour le moment, sûrement l’un des meilleur volume de la série. Une fois la lecture de ce tome terminé il possède cette frustration et cette envie de découvrir les autres tomes pour en apprendre le plus possible sur cette intrigue tentaculaire qui possède encore ces zones d’ombres. Mais surtout malgré le fil rouge les auteurs n’oublient pas que chaque tome à son intrigue et l’histoire de ses deux frères se révèlent vraiment solide et captivante au fil des pages.

Je continue à apprécier le principe de différents tomes qu’on peut lire de manière indépendantes et qui apportent chacun un morceau d’informations que le lecteur doit assembler au fil des histoires pour découvrir la vérité qui se cache derrière cette société. Les scénaristes aiment jouer avec le lecteur au fil des différents tomes et, avec ce quatrième tome, j’ai senti le basculement permettant de commencer à visualiser l’intrigue dans son ensemble. On sent toute la complexité que les auteurs ont dû ressentir pour mettre en place cette série sans jamais se dévoiler. Un tome efficace, prenant et intéressant malgré peut être un peu de confusion au début de la lecture la faute à un grand nombre d’informations données.

Les personnages de ce tome sont vraiment intéressants, on retrouve deux frères vraiment opposés dans leurs vies et pourtant tellement complémentaire l’un vers l’autre. Ils se révèlent complexes et travaillés malgré peut être une certaine naïveté et une insouciance pour le personnage Jonas. De personnages qui vont évoluer de façon efficace et surprenante au fil des pages. On accroche facilement à ces personnages qui se retrouvent finalement parfaitement porté par des personnages secondaires qu’on a déjà aperçus dans les tomes précédents et qui se dévoilent, eux aussi, un peu plus à chaque tome et sur leurs motivations.

Concernant les graphismes ils se révèlent vraiment efficaces et aboutis, au fil des pages, concernant les personnages dont on ressent parfaitement leurs émotions et leurs sentiments. Je trouve juste dommage de n’avoir que des plans serrés ce qui limite un peu les décors, mais rien de bien grave. Un dessin peut être plus sombre, plus mature qui colle parfaitement à ses personnages et à ce tome. Dans tous les cas un tome vraiment efficace et qui me donne vraiment envie de lire la suite, sauf que mon budget BD est fermé pour 2012.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce tome de Alter Ego qui à travers une intrigue efficace et prenante permet aussi d’offrir des révélations sur le fil rouge principal qui vont surprendre le lecteur et m’ont vraiment envie de découvrir la suite. Je reprocherai peut être juste un début un peu confus devant les informations à comprendre mais rien de bien gênant. Les personnages ne manquent pas de complexité et d’émotions et plus on avance dans mes tomes plus certains personnages secondaires se dévoilent de façon efficaces et surprenantes. Les graphismes sont vraiment réussis, même si je reproche un peu trop de plan serré limitant les décors, mais ce tome possède un trait plus sombre, plus mature qui colle parfaitement à l’histoire. J’ai très envie de lire la suite maintenant.

 

Ma Note : 8/10

Sillage Tome 3, Engrenages – Morvan & Buchet

sillage-t3.gifRésumé : TRI-JJ 68 est une planète sur laquelle Sillage ne s’est pas attardé. Mais quand le convoi repasse près de ce monde, tout a changé : en un temps record, une civilisation industrielle est apparue ! De quoi intriguer Sillage et Nävis, car les habitants de TRI-JJ 68 ressemblent étrangement à la race dont elle pensait être la seule représentante : les humains.

 

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Après un premier tome qui m’avait bien plu (ma chronique ici) et un second tome dont j’étais ressorti de ma lecture avec un sentiment vraiment mitigé (ma chronique ), la faute à une intrigue qui n’a pas vraiment réussi à m’accrocher par son développement, je me lance dans le troisième tome de la série Sillage en espérant retrouver les qualités qui m’avaient fait accrocher à cette série lors du premier tome.

L’intrigue de ce tome envoie notre héroïne en mission sur une planète qui a subi un développement considérable au point de ressembler à l’humanité à l’époque du début de l’ère industrielle. J’ai été agréablement surpris pas cette intrigue qui se révèle vraiment efficace et travaillée où la réalité n’est pas toujours ce qu’on croit et où notre héroïne va se rendre compte que tout n’est pas toujours facile. Entre mensonges, trahisons et survie rien n’est facile sur cette planète. Une histoire riche, pleine d’action, de rebondissement et de surprises qui ont de quoi captiver le lecteur jusqu’à aboutir à une conclusion qui se révèle vraiment efficace et captivante.

L’univers décrit dans ce tome se base un peu sur l’univers industriel du début du siècle. Un univers qui va se révéler riche et intéressant entre le pouvoir, les révolutions du peuple et les manipulations. Un univers un peu steampunk qui ne manque pas de charme et se révèle vraiment plaisant à découvrir au fil des pages. Les différentes cultures, les différents pouvoirs et influences sont vraiment bien présentés et travaillés ce qui rend cet univers riche et intéressant du début à la fin. Un univers froid, glacial.

Les personnages se révèlent vraiment soignés et denses ce qui fait qu’on s’attache facilement à eux. Que ce soit Nävis qui évolue de façon vraiment différente et plaisante dans ce tome tombant amoureuse et surtout découvrant des secrets sur son histoire et son peuple qui vont la changer, mais aussi Clément le révolutionnaire avec ces idéaux qui vont se retrouver mis à mal au fil des pages par tout ce qu’il va subir pour aboutir à cette dernière page le représentant de façon vraiment saisissante. Même les personnages secondaires ont leurs importances dans ce tome et apportent leur pierre à l’édifice de l’intrigue.

Concernant les graphismes il n’y a rien à redire on sent que ce tome est maîtrisé de la première à la dernière planche que ce soit par un trait vraiment vif, prenant et vivant à travers les scènes d’actions et d’émotions ou encore par la colorisation efficace entre lumière et ombre. En tout cas ce troisième tome se révèle vraiment efficace et réussi, pour le moment il s’agit même du meilleur tome de la série que j’ai lue, il a réussi à retrouver ce qui faisait sa réussite tout en offrant une histoire plus denses et en faisant évoluer de façon intéressante son héroïne. Je lirais donc la suite avec plaisir je pense.

En Résumé : J’ai passé un bon moment avec ce troisième tome des aventures de Sillage. Pourtant, je partais avec un a priori plutôt négatif après le second tome, mais finalement j’ai été agréablement surpris par une histoire dense, travaillée et pleine de surprises le tout dans un univers riche et efficace qui donne envie d’être découvert. Les personnages sont vraiment consistants et attachants du début à la fin et les graphismes se révèlent maîtrisés, magnifique et efficaces que ce soit par les émotions ou les moments plus vifs. Ce tome relance pour moi la série et me donne envie de lire la suite.

 

Ma Note : 8/10

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre