Tag Archives: bois d’ombre

Le Livre de l’Enigme Tome 2, Bois D’Ombre – Nathalie Dau

Résumé : Les ténèbres ont un cœur de lumière.
Une abomination.
C’est ainsi que me voient les hommes.
Nombreux voudraient que je n’existe pas. D’autres rêvent de m’asservir, corps et âme. Même Cerdric attend de moi que je renonce aux robes bleues de l’Équilibre, car elles augurent d’un avenir trop dangereux.
Mon frère ignore ce que j’endure au Séminaire.
Mais, pour respecter l’Énigme et entrer dans Bois d’Ombre, il me faut en passer par là, et trouver de quoi conserver ma lumière.

Edition : Les Moutons Electriques

 

Mon Avis : Il y a quelques mois je me suis lancé dans la lecture du dernier cycle de Nathalie Dau avec le premier tome Source des Tempêtes qui m’avait offert un excellent moment de lecture. On plongeait ainsi dans un monde sombre et captivant, avec des personnages complexes et attachants qui offraient une histoire pleine de surprise et évitant le côté classique qui pouvait transparaître à travers le résumé (ma chronique ici). J’avais donc hâte de retrouver Cerdric et Ceredawn et connaître la suite de leurs aventures. Concernant la couverture, illustrée par Melchior Ascaride, je la trouve superbe et qui donne envie de plonger dans ce récit.

On avait laissé nos deux héros, à la fin du premier tome, au séminaire d’Atilda où Ceredawn venait d’être accepté pour étudier et, au bout de six ans si tout va bien, aller braver Bois d’Ombre comme le veut l’Enigme. Cerdric quant à lui doit trouver sa place à Atilda, gagner l’argent nécessaire pour les études de son frère et attendre son retour en espérant qu’il devienne raisonnable. Sauf que rien ne va se révéler simple pour chacun d’entre eux. J’avais un peu peur de me replonger dans ce cycle, de ne pas y retrouver l’intérêt que j’y avais trouvé dans le premier tome, la magie de la nouveauté étant retombée. Pourtant je dois bien avouer que ce second tome a de nouveau fonctionné parfaitement avec moi. J’ai ainsi passé un excellent moment de lecture, même si un ou deux points m’ont tout de même laissé perplexe. Ce qu’il faut savoir en plongeant dans un roman de Nathalie Dau, c’est qu’elle propose clairement un récit intimiste, poignant et prenant qui tourne principalement autour des personnages. Cela ne veut pas dire que l’histoire passe au second plan, loin de là, mais que le point fort vient de la construction des protagonistes qui se veut complexe, travaillée et dense, mais aussi de l’attachement qu’on leur porte au fil de l’avancement de l’histoire.

Les personnages sont ainsi clairement le gros point fort du récit et même si on commence à les connaitre depuis le premier tome, ils ne manquent pas de nous happer de nouveau facilement dans leurs aventures. Ils vont ainsi devoir évoluer et avancer, malgré les nombreuses péripéties qui vont leur tomber dessus. Ce monde ne va d’ailleurs pas être tendre avec eux, on est clairement dans un univers sombre, très sombre. Cela se voit avec la vie de Cerdawn au séminaire qui va être loin de s’avérer une partie de plaisir. Ce qu’il va devoir endurer, ce qu’il va subir pour se permettre de défier Bois d’Ombre va se révéler par moment extrême. Trop? Non je ne dirai pas ça, car rien n’est gratuit et nous présente un monde ou la violence règne et où les rives sont considérés comme des moins que rien. Cela n’est pas non plus gratuit et ne cherche pas non plus simplement à choquer le lecteur. Ce qui rend finalement certaines scènes dures, éprouvantes, c’est que l’auteur a vraiment réussi à rendre son personnage attachant, sensible, touchant au point qu’on ressent presque ce qu’il vit, les injustices et les violences qu’il subit. C’est vraiment ce tour de force qui rendent ces scènes si réelles. Cela pourra peut-être en bloquer certains, mais c’est finalement une obligation qui va faire évoluer Ceredawn. Il passe du monde de l’enfance au monde adulte de façon brutale, se remettre en cause et surtout remet en cause l’Enigme, mais j’y reviendrai. Je laisse à chacun de se faire son propre ressenti en tout cas, mais sachez le ce second tome offre son lot de noirceur et de souffrance et devrait ne pas laisser indifférent.

Concernant le personnage de Cerdric, contrairement à Ceredawn qui passe au premier plan dans ce tome, lui se retrouve un peu en retrait et surtout son destin va se révéler moins sombre. Cela ne veut pas dire que le personnage est moins intéressant à suivre, non, car finalement ce qui marque l’intérêt de ce second tome c’est sa façon d’avancer et aussi l’évolution du lien avec son frère. Tous les deux grandissent et vont apprendre que tout ne peut pas être dit, qu’il est parfois nécessaire d’avoir son jardin secret. C’est ainsi à travers les non-dits et les silences que vont se tendre leurs rapports, pour aussi mieux se rapprocher. Une relation qui va ainsi connaître des remous, mais aussi sa part de bonheur et de joie. On sent ainsi clairement l’amour que chacun porte pour l’autre, mais leurs incapacités à le montrer clairement. Ils doivent ainsi trouver leurs voies. Chacun d’eux doit grandir, apprendre et évoluer. Alors parfois, comme dans le premier tome, j’avais envie de secouer Cerdric tant il est obtus, mais au final c’est son caractère, il est comme ça ce qui ne le rend pas moins intéressant à suivre. Concernant les personnages secondaires, là-aussi, l’auteur nous offre quelque-chose de complexe et d’attrayant, dévoilant ainsi un peu plus le monde, les mœurs, mais aussi les religions. Que ce soit Avrilith, Ninnos ou bien encore par exemple Myrinielle, chacun d’entre eux apporte sa pierre à l’édifice que construit l’auteur. Seul Mabève n’a pas vraiment réussi à m’accrocher, beaucoup trop prévisible dans ce qu’elle apporte, même si je ne doute pas qu’elle puisse me surprendre dans les autres tomes.

Au niveau de l’intrigue l’auteur évite de trop tomber dans le côté Harry Potter, certes on y retrouve cette notions de cours, d’apprentissage de professeurs irascibles ou préférés, mais cela passe au second plan devant le côté humain, les relations et aussi l’Enigme. Enigme qui retrouve un peu ici son côté classique, l’élu étant cette fois clairement défini, mais qui finalement va se révéler moins traditionnelle qu’on pourrait bien le croire au fil des pages. De plus cette « prophétie » dans le monde de Natahlie Dau tourne aussi à la malédiction et questionne. Au milieu de tout cela l’auteur n’oublie pas non plus de nous offrir quelques réflexions intéressantes, que ce soit sur le regard que l’on porte aux autres, sur la façon dont on les considère et dont on les traite, ou bien encore sur la notion d’amour, d’amitié et des sacrifices qu’on peut faire dans de telles situations. L’univers continue aussi à s’étoffer dans ce tome et on y plonge de nouveau avec plaisir et envie d’en apprendre plus. Que ce soit concernant la magie, la religion, les mentalités ou encore les coutumes on découvre ainsi un monde fascinant, complexe, alternant entre beauté et souffrance le tout porté par des descriptions vivantes et magnifiques qui donne envie d’en apprendre plus tant il parait à peine esquissé et encore mystérieux. La part de merveilleux est un peu moins présente ici, mais cela n’empêche pas pour tout l’aspect magie  de gagner en intérêt et en explication.

Alors après je noterai un ou deux points qui m’ont légèrement dérangé. J’ai ainsi trouvé par moment que l’auteur utilisait un peu trop les dialogues ce qui par moment donnait un sentiment de trop en faire, de rendre la scène moins fluide, mais rien de non plus dérangeant. J’ai aussi trouvé légèrement dommage que l’auteur utilise une ellipse temporelle pour faire passer quelques années d’études du héros. Même si je me doutais bien qu’on n’allait pas suivre les 6 ans, un peu de chaque année aurait peut être permis certaines évolutions plus graduelles. Enfin j’aurai aimé que le côté justement étudiant apporte un peu plus d’informations. Je prends pour exemple ce cours sur le chaos qui offre une vision intéressante, mais qui se révèle au final trop court. Après ce ne sont que des broutilles tant j’ai de nouveau été emporté par ce roman, le tout porté par une plume poétique, soignée, dense et entraînante qui nous plonge facilement dans l’histoire au point que j’ai eu du mal à lâcher ce livre. Je lirai le troisième tome avec plaisir.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec le second tome de ce cycle qui nous offre une intrigue efficace, prenante mais aussi très sombre. En effet durant les six années de Ceredawn au séminaire, il va devoir endurer des épreuves qui vont aussi bien le marquer que marquer le lecteur. Il faut dire que le travail effectué par Natahlie Dau sur ses personnages est tel qu’on ne peut que s’attacher à eux et à ressentir pleinement ce qu’ils vivent. Cela pourra peut-être en déranger certains tant c’est parfois dur, mais cela oblige finalement le héros à grandir, évoluer  et à devoir faire face à ce qu’il est et au monde où il vit. Cerdric n’est pas non plus en reste, que ce soit sa relation avec son frère comme son intégration dans la ville on va suivre ses aventures avec intérêt, même si par moment je l’aurai quand même bien secoué. Les personnages secondaires ne manquent pas non plus d’attraits, mais j’avoue tout de même avoir moins accroché à Mabeve trop prévisible dans ce qu’elle apporte. L’auteur évite de tomber dans le côté Harry Potter, offrant un travail sur les personnages et les relations, tout en n’oubliant pas l’Énigme et la remettant même en cause. L’univers continue à se densifier au fil des pages, toujours bien porté par des descriptions soignées et efficace. Je regretterai au final par moment une impression d’utilisation excessive des dialogues, l’ellipse temporelle qui permet de passer un certains nombres d’années d’écoles du héros ou encore que l’aspect séminaire apporte plus d’information sur le côté mystique, mais rien de bloquant tant j’ai de nouveau été emporté par le récit. La plume de l’auteur est toujours aussi travaillée, poétique et efficace et je lirai le troisième tome avec plaisir.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Xapur, Au Pays des Caves Trolls, Book en Stock, Elhyandra, Lodael, …