Étiquette : chroniques du grimnoir

Chroniques du Grimnoir Tome 3, Foudre de Guerre – Larry Correia

chroniques du grimnoir 3 foudre de guerreRésumé : Peu nombreux sont ceux qui connaissent la source des pouvoirs magiques dévolus aux « actifs », torches, brutes, engrenages, bestiaux, estompeurs et autres lourds. Rares aussi ceux qui savent que l’entité vivante à leur origine, réfugiée dans les profondeurs de la Terre, est menacée par un prédateur galactique qui ne laisse dans son sillage que des mondes dévastés.
1933. Les jours de l’humanité sont comptés car l’éclaireur qui précède le fléau est là.
C’est pourquoi Jake Sullivan et les chevaliers du Grimnoir, à bord du dirigeable la Voyageuse, avec un équipage de pirates de l’air, entreprennent une mission suicide pour affronter l’ennemi. Mais leurs pouvoirs combinés ne sont-ils pas dérisoires devant pareil ennemi ? Seule peut-être la jeune Faye Vierra serait à la hauteur…
C’est dans la cité libre de Shangai que se tiendra la bataille décisive.

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : Je dois bien avouer que les deux premiers tome de cette trilogie m’avaient offert un bon moment de lecture avec une histoire plutôt efficace, un univers très intéressant, mais surtout un rythme effréné et sans temps morts offrant son lot de scènes d’action et d’aventures (chronique du Tome 1, Tome 2).  J’avais donc hâte de voir ce qu’allait bien pouvoir proposer l’auteur dans ce dernier livre qui vient terminer le cycle, surtout suite aux révélations du volume précédent concernant l’éclaireur et j’espérais une conclusion explosive. La couverture en tout cas, illustrée par Vincent Chong, met tout de suite dans l’ambiance et se révèle efficace.

Une fois la dernière page tournée je dois bien avouer que mes espérances ne sont pas complètement comblées. Dans l’ensemble ce n’est pas mauvais, ça se lit plutôt bien, mais ce troisième tome est franchement un ton en dessous des précédents. Déjà commençons par l’histoire, l’auteur a décidé de la couper en trois parties, un concernant Faye qui doit en apprendre plus sur ce qu’elle cache en elle, une autre qui tourne autour de Sullivan et de Toru qui traque l’éclaireur et une troisième qui reprend ce qui a été lancé dans le second tome concernant le contrôle et la traque des actifs. Clairement, cette troisième partie ne sert à rien, quitte à construire toute une intrigue dessus dans le second tome, que j’avais trouvé certes prévisible mais efficace, pourquoi la bâcler à ce point dans le troisième. Elle tient en tout et pour sur deux chapitres et demi, soit à peine 50 pages, dont la moitié parait bien inutile, pour finalement grâce à un concours de circonstance tellement improbable que j’en ai encore mal aux yeux, rejoint comme par magie l’intrigue principale. Concernant les deux autres intrigues, celle de Faye reste ma préférée elle se révèle intéressante et permet de mieux cerner ce qui se cache en elle. Celle sur l’éclaireur n’est pas mauvaise non plus, mais franchement l’auteur la tire trop en longueur avec même des rebondissements un peu trop caricaturaux pour s’offrir un peu d’action.

Alors oui justement l’action, parlons-en, j’ai trouvé ce troisième tome franchement mollasson. C’est bien simple pour généraliser, mis à part trois escarmouches il n’y a quasiment pas d’action durant les 330 premières pages. Ce qui est normalement le point fort de ce cycle disparait ici tant l’auteur perd un peu trop son temps en dialogues inutiles, en scènes qui tournent un peu en rond, en long passage qui ne servent qu’à rappeler ce qui s’est passé dans tomes précédents, voir même s’amuse à vouloir ajouter un vernis scientifique lourd qui n’apporte rien mis à part remplir des lignes. C’est simple il utilise l’aspect caricatural du scientifique utilisant des mots très compliqués, ce qui embrouille tous les héros et se retrouve alors à devoir réexpliquer la même chose en utilisant des mots beaucoup plus simples. Donc en gros une explication avec des cordes et des nœuds qui ne tient finalement que sur une demi-page voir une page prend ici trois pages voir plus et l’auteur n’est pas assez convaincant pour ne pas m’ennuyer un minimum, peut-être que ça vient aussi de mon côté scientifique mais peut-être aussi du fait que dès la première explication j’avais compris.

Heureusement les 100 dernières pages nous font oublier un peu cette longueur du début rattrapent un peu le tout. L’auteur se lâche alors complètement pour nous offrir un final explosif, bourré d’adrénaline, d’action et sans temps morts. Je ne reprocherai que deux choses tout de même à ce final, la première son aspect gros bill d’un des héros qui est devenu tellement puissant que tout enjeu disparait, la seconde vient de ce happy-end un peu trop facile.

Concernant l’univers il se révèle toujours aussi solide et efficace que les tomes précédents, dans cette Amérique des années 30, proposant un mélange de super-héros, d’uchronie, de magie voir même par certains aspects un peu de Steampunk, qui donne clairement envie de le découvrir. On découvre aussi l’Europe et plus principalement la ville de Berlin qu’on savait dévasté suite à la première guerre depuis le premier tome. L’aspect magique se révèle toujours aussi efficace et surtout commence à apporter des réponses sur son fonctionnement et sa logique. On en apprend un petit peu plus aussi concernant les fameuses entités aliens, celle qui fournit le pouvoir et celle qui s’en nourrit, même si cet aspect reste finalement très simpliste et aussi je suis surpris que personne ne soit jamais choqué de finalement être parasité par une entité extra-terrestre. Quelques nouvelles magies viennent aussi apporter quelques surprises. Au final un univers qui ne manque toujours pas d’attrait.

Concernant les personnages, c’est bien simple ce sont les mêmes qu’avant. Ce que je veux dire par là c’est que Faye est toujours cette petite paysanne assez manichéenne et Sullivan est toujours ce Lourd qui est plus intelligent que ce qu’il laisse penser aux premiers abords. Ils n’ont tout simplement pas évolués depuis le premier tome et n’évolue pas plus dans ce dernier tome ce qui les rend au final plutôt prévisible et parfois même dérangeant. Je prends l’exemple de Faye, c’était divertissant dans le premier tome de constater son côté très binaire, ça la rendait justement différente et décalé des héros plus urbains. Dans le troisième tome, après avoir énormément tué, la voir encore classer les gens en deux catégories les méchants que je tue et les gentils avec qui je peux devenir ami, sans une once de réflexion, possède un côté assez angoissant surtout quand elle se met à parler d’innocence et qu’elle ne mérite pas de mourir alors qu’elle se révèle être une bombe à retardement. Seul Toru sort son épingle du jeu, devant évoluer suite à sa trahison vis-à-vis de son pays. Concernant les personnages secondaires ici ils passent un peu au second plan, beaucoup ne sont présents que pour ne pas les oublier, seul, dans les habitués, Lance sort du lot ayant un rôle plus important. Je suis par contre déçu de Wells, l’auteur possédait ici un personnage qui aurait pu être fascinant avec un énorme potentiel, sociopathe ressemblant un peu à Hannibal Lecter, et finalement il ne s’en sert jamais à sa juste valeur.

 Ce qu’on ne peut pas enlever à l’auteur c’est qu’il sait raconter une histoire qui se révèle simple, fluide et un minimum efficace. En effet, excepté les passages scientifiques, le lecteur tourne les pages avec un minimum d’envie d’en apprendre plus et de savoir comment tout va se terminer. J’ai surtout l’impression finalement que j’attendais peut-être trop de choses de ce troisième tome, le premier laissait entrevoir une certaine maîtrise et ouvrait la porte à quelque-chose d’intrigant, mais qui, je trouve, a trop traîné en longueur. Peut-être qu’au lieu d’écrire une trilogie il aurait dû faire un diptyque. Je ne doute pas que ce troisième tome ravira tous les fans d’adrénaline tout en offrant une conclusion acceptable, personnellement j’attendais quelque-chose de différent même sir cela reste quand même une lecture plutôt sympathique. Cela ne m’empêchera pas, si l’auteur veut retourner dans son univers, d’y retourner.

En Résumé : Je ressors de ma lecture de ce troisième tome avec un sentiment plutôt mitigé, ça reste une lecture assez sympathique mais j’espérais mieux. L’intrigue m’a paru prends énormément de temps à vouloir se mettre en place tout en tournant en rond avec des répétitions excessives, comme par exemple sur les explications scientifiques. Il faut attendre les 100 dernières pages pour voir enfin l’auteur se lâcher complètement offrant adrénaline et explosion, ce qui est assez jouissif, certes, mais ne fait pas complètement oublier le début laborieux et qui possède quand même une ou deux lacunes. Les personnages n’ont pas évolué d’un iota depuis le premier tome, ce qui les rend clairement prévisibles, même si toujours un minimum attachants. Par contre les personnages secondaires habituel sont clairement mis, ici, au second plan et les nouveaux m’ont paru mal exploités. Concernant l’univers il se révèle toujours aussi efficace et livre pas mal de réponses au fil des pages. La plume de l’auteur, mis à part quelques longueurs, et l’utilisation d’un lexique parfois surprenant, se révèle toujours aussi simple, entrainante et efficace. Je pense que j’attendais trop de ce cycle après ma lecture du premier tome, même si ce troisième volume se laisse lire assez facilement.

 

Ma Note : 6/10

Chroniques du Grimnoir Tome 2, Malédiction – Larry Correia

chroniques du grimnoir 2 maledictionRésumé : Il y a ceux qui se téléportent, lisent dans les esprits, influencent la gravité, prennent le contrôle des animaux ou guérissent par imposition des mains, et il y a les « normaux ». Leurs relations virent à l’aigre. Et voici qu’un mystérieux Bureau du coordinateur de l’information entreprend de soumettre les « actifs », avec des moyens nouveaux et des agents redoutables comme l’énigmatique Corbeau.
S’ils ont vaincu le « président » à bord de son dirigeable, les chevaliers du Grimnoir sont maintenant confrontés à la vindicte de l’appareil d’État, alors même que la menace qui pèse sur le monde s’approche et se précise. Jake Sullivan et Faye Vierra devront puiser au plus profond de leurs pouvoirs pour faire face, d’autant que les anciens du Grimnoir eux-mêmes nourrissent la pire des craintes quant à la jeune Faye : n’est-elle pas atteinte d’une malédiction qui fera d’elle le pire ennemi de l’humanité ?

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : Il y a quelques mois je me suis lancé dans la lecture du premier tome de cette série qui s’annonçait comme un mélange de pulp, de fantasy urbaine et d’uchronie, et je dois dire que je n’ai pas été déçu tant il se révélait efficace, nerveux et bourré d’action, avec des personnages intéressants et une intrigue prenante (Ma chronique du Tome 1). C’est donc sans surprise que j’ai rapidement fait rentrer dans ma PAL ce tome que j’ai décidé de lire, vu que le troisième et dernier volume est annoncé pour cet été. La couverture, illustrée par Vincent Chong, se révèle toujours aussi accrocheuse selon moi.

J’avais pas mal d’attentes avec cette suite, surtout après la fin du tome un qui laissait entrevoir certaines révélations sur l’origine de la magie qui s’annonçaient vraiment intrigante, pourtant l’auteur a vraiment réussi à me surprendre avec ce volume en allant à l’opposer de ce que j’attendais. Mais voilà ce qui était une force initialement devient, je trouve, une petite faiblesse et dans l’ensemble j’ai trouvé ce second tome moins bon. En effet là où j’attendais un volume centré sur le « cœur » de la magie, on se retrouve finalement plus dans une intrigue un peu X-Men avec ce rejet des actifs, considérés comme des monstres, avec un pays en proie aux doutes dont le pouvoir veut contrôler sa population. Il n’oublie pas pour autant fil rouge et place quelques marches pour la suite, comme cette malédiction ou encore l’idée de cet éclaireur. On y retrouve toujours ce côté vraiment explosif et haletant qui fait que de nouveau on est emporté à tourner les pages facilement pour savoir ce qui va se passer par la suite. Les rebondissements et les retournements de situations sont toujours aussi maîtrisés même si je trouve que l’ensemble s’essouffle sur la fin, l’auteur cherchant à retarder au maximum le combat final.

Mais voilà comme je l’ai dit, l’idée de dérouter le lecteur en lui proposant une histoire différente de ce que laisser présager le fil rouge a aussi ses mauvais côtés, car une fois la dernière page tournée, clairement, on se dit que c’était fun et explosif, mais voilà on se rend compte que c’est un tome de transition et de remplissage pour mettre en place quelques pièces du puzzle qui va se dévoiler dans le prochain volume. Je me suis donc retrouvé légèrement frustré. De plus l’histoire qui est proposée, avec ce rejet du gouvernement des actifs qui font peur et doivent être contrôlés, me faisait beaucoup trop penser à X-Men, mais en moins profond et moins complexe, avec ces camps ou encore cette loi d’enregistrement. Autre point, l’ensemble m’a paru, je trouve, sans véritables surprises on sait clairement comment ça va se finir, donc quand vers la fin l’auteur se met à ralentir, à ajouter des scènes pour patienter le lecteur j’ai légèrement décroché j’avoue. Après, ces quelques points n’enlèvent en rien le côté pur divertissement assumé et dans l’ensemble on s’éclate à lire ce roman, mais il est clairement un ton en dessous du précédent.

L’univers, lui, se révèle toujours aussi sympathique et agréable à découvrir. Surtout le mélange des genres entre le pulp, l’uchronie et la fantasy urbaine qui est toujours aussi réussi et efficace. L’ensemble se révèle accrocheur et intéressant même si, il faut bien l’admettre, vu qu’il perd son aspect nouveauté il perd aussi légèrement de son charme, surtout que l’auteur ne le développe pas vraiment non plus ici, ne s’intéressant que finalement sur ce rejet des magiciens par une partie d’une population qui connait de plus en plus la crise. Il tente bien de s’offrir quelques réflexions sur le racisme et la position de la femme à l’époque, mais l’ensemble est trop simpliste. La magie par contre apporte son lot de nouveautés avec de nouveaux pouvoirs qui se révèlent originaux et intéressants à découvrir au fil des pages, tout en restant classique dans la façon de s’en servir. De nouveaux aspects magiques sont esquissés et donnent envie d’en apprendre plus. Par contre certaines idées tombent un peu à plat, je pense par exemple a celle sur les robots trop vite balayée. À noter aussi les citations en début de chapitre qui, je trouve, apporte un plus à l’ensemble.

Concernant les personnages on retrouve avec grand plaisir les principaux héros du premier tome dont on suit toujours avec autant de plaisir les aventures et les péripéties. Sullivan et Faye sont toujours aussi attachants et surtout évite de tomber dans la caricature le « Lourd » étant plus intelligent et efficace qu’on le croit et la paysanne, malgré ses jugements assez binaires, se révèlent plus profonde qu’on le pense. Les dialogues sont toujours aussi savoureux et entrainants. Je trouve juste légèrement dommage qu’ils aient un peu de mal à évoluer, on a l’impression de retrouver les mêmes que précédemment, avec les mêmes réactions et donc, par conséquent, la même façon de réagir face aux situations, mais rien de méchant. Par contre je trouve dommage que l’auteur ne se serve pas plus que cela de ses nouveaux personnages qu’il amène. Il y avait pourtant un énorme potentiel avec par exemple Murmure ou bien Hammer qui n’est, selon moi, pas totalement utilisé. C’est assez frustrant de voir par exemple Murmure s’effacer au fil des pages, malgré le secret qu’elle porte, simplement pour revenir à la fin, même chose pour Hammer qui a un pouvoir tellement intéressant, mais exploité que quand cela arrange l’auteur. Pareil pour le vilain de l’histoire, Corbeau manque de profondeur le tout compensé par une puissance exceptionnelle ce qui le rend certes intéressant dans le rôle de « gros bill » à éliminer mais l’empêche d’être plus que cela.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi simple, efficace et entrainante avec toujours cet aspect cinématographique qui fait qu’on se retrouve facilement emporté. Les scènes d’actions se révèlent vivantes et explosives, on a vraiment l’impression parfois de se retrouver devant un film et, comme on me l’a commenté sur le premier tome, il ne manque plus que le pop-corn. Alors certes au final je suis quand même moins convaincu par ce livre que le précédent, la faute à un aspect remplissage et au fait qu’il me fait trop penser à X-Men, mais ça ne l’empêche pas de remplir toujours autant son rôle de divertissement et offrir un moment agréable de lecture.

En Résumé : J’ai passé un plutôt bon moment de lecture avec le second tome de ce cycle qui se révèle toujours divertissant, même si je l’ai trouvé moins réussi que le précédent. L’intrigue prend à contre-pied les attentes du lecteur suite à la fin du premier tome, mais une fois la dernière page tournée on sent le tome de transition et légèrement de remplissage, de plus l’histoire ressemble parfois un peu de trop à X-Men ce qui la rend sans surprise. Cela n’empêche pas l’ensemble de se révéler toujours aussi efficace, haletant et explosif, le tout dans un univers solide, magique et intéressant à découvrir même s’il évolue très peu ici. Les personnages sont toujours aussi efficaces, bien porté par des dialogues prenants, même si je trouve que certains des personnages secondaires auraient pu être plus et mieux développés et que le « vilain » ne soit au final qu’un « gros bill » à éliminer. Je regrette par contre que la fin se fasse un peu attendre, l’auteur cherchant trop à prendre son temps. La plume de l’auteur est toujours aussi efficace, entrainante et visuelle nous plongeant facilement dans son histoire. Au final un roman un ton en dessous du précédent, mais toujours très divertissant, je lirai le troisième et dernier tome dans soucis.

 

Ma Note : 7/10

 

Autres avis : Sylphe, Lune, …

Chroniques du Grimnoir Tome 1, Magie Brute – Larry Correia

chroniques du grimnoir 1 magie bruteRésumé : États-Unis, début des années 1930. Les dirigeables sillonnent le ciel, Berlin est peuplée de zombies et la magie, apparue depuis près d’un siècle, a changé la donne. Le grand public hésite entre admiration et haine des « actifs », ces gens qui se téléportent, lisent dans les esprits, modifient la gravité, contrôlent les animaux, guérissent par imposition des mains…
Deux organisations de magiques se livrent une guerre souterraine acharnée : l’Imperium et son maître le « président », qui tiennent le Japon, et le Grimnoir, société secrète de résistants aux intentions louables mais aux méthodes discutables.
Jake Sullivan, lui, vétéran de la Grande Guerre au passé de truand, ne doit la liberté qu’à son serment de mettre ses pouvoirs au service du FBI chaque fois qu’une enquête implique des « actifs » criminels. Il sera bientôt confronté aux véritables enjeux géopolitiques d’un monde au bord de l’enfer et de la destruction ; il lui faudra choisir son camp.

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : Je me suis laissé tenter par ce roman, j’avoue, pour deux raisons principalement, la première est que je suis fan de ce que peut proposer la Fantasy Urbaine, offrant souvent des histoires fun et vives avec un univers dense et complexe et deuxièmement les différents avis plus que positifs sur cette série ont fini de me convaincre de tenter ma chance. Concernant la couverture, illustrée par Vincent Chong, je la trouve vraiment accrocheuse et qui colle bien à l’univers avec son graphisme légèrement Comics.

Justement en parlant de Comics, on sent bien que Larry Correia s’est fortement inspiré de ce genre pour visualiser et écrire son histoire, nous offrant en effet un récit enlevé, frais, vraiment plaisant et qui ne manque, ni de rebondissements, ni d’adrénaline. Le lecteur se plait vraiment à faire tourner les pages de ce roman sans jamais s’ennuyer tant le rythme se révèle élevé et sans temps morts du début à la fin. Surtout que l’auteur ne laisse pas pour autant de côté l’intrigue, nous offrant en effet une histoire qui se révèle vraiment cohérente et efficace, même s’il ne faut pas le nier le tout se révèle quand même un peu linéaire. Une de ces grandes forces est aussi d’arriver à mélanger les genres habilement sans jamais non plus tomber dans la caricature ou l’absurde, en effet on retrouve dans ce roman des aspects policier sur fond d’uchronie historique, le tout agrémenté de magie et de super pouvoirs. Dit comme ça, ça peut laisser perplexe et pourtant l’auteur s’en sort vraiment bien.

Une des autres grandes réussites de ce roman c’est justement son univers développé tout du long du roman. Le mélange d’uchronie, avec l’apparition de la magie à la fin du 19ème siècle, tout en conservant une grande partie de l’histoire, avec l’influence néfaste du Krash de 1929 ou encore la montée en puissance du Japon dans ses envies de conquêtes, marche parfaitement bien. On sent clairement que l’auteur n’a rien laissé au hasard et a mené énormément de recherches sur la période en question pour la retravailler de façon vraiment cohérente et passionnante. En effet le tout est vraiment intégré de façon logique, les changements et évolutions dans l’histoire sont vraiment soignés, tout en ne perdant jamais le lecteur, se sentant proche de cet univers. Concernant la magie elle se révèle vraiment intéressante dans son origine, mais se révèle assez classique dans son utilisation avec les lourds qui jouent sur la gravité, les brutes sur la force etc… L’univers mis en place par l’auteur donne vraiment envie de voir comment il va se développer et surtout met en avant que malgré les changements, peut-on changer l’histoire?

Une histoire qui possède une représentation visuelle vraiment intéressante, un peu comme un aspect cinématographique où l’auteur arrive facilement et de façon simple à faire vivre les scènes au lecteur. Un récit explosif et plein d’adrénaline qui remplira clairement son rôle de divertissement. Alors, bien sûr certaines surprises tombent parfois à plat, certaines révélations paraissent parfois un peu tiré par les cheveux, ou clairement annoncés comme la bataille entre les deux frères, ou encore vers la fin un léger sentiment d’essoufflement peut se faire sentir, mais franchement rien de bien dérangeant tant on se trouve happer si on aime ce genre de roman.

Les personnages développés par l’auteur se révèlent vraiment intéressant, plutôt classiques dans leurs présentations, mais l’auteur arrive vraiment à les rendre attachant et surtout à leur offrir une complexité et une densité qui leur ajoute un certain avantage et évite de les faire tomber dans la caricature. L’histoire des personnages que ce soit par leurs passés, leurs envies et autres permet vraiment de comprendre leurs évolutions et demande à en apprendre plus sur eux. Le « Lourd » n’étant pas un simple d’esprit, possédant sa propre théorie et son propre esprit ou encore la voyageuse étant plus qu’une simple « paysanne ». Chaque personnage se révèle vraiment intéressant et on suit leurs aventures avec grand plaisir.

La plume de l’auteur se révèle simple, mais terriblement efficace et entrainante, ce qui fait qu’on se retrouve rapidement entrainer dans l’histoire. Une plume comme je l’ai dit très cinématographique et visuelle et qui colle parfaitement au récit. J’avais pris ce roman pour me détendre, passer un moment de lecture sans temps morts, nerveux et je ne suis pas déçu de ma lecture, l’auteur m’offrant même un univers vraiment dense et intéressant et une intrigue un minimum intelligente. Je lirai la suite de cette série sans problème, d’ailleurs le second tome m’attend déjà dans ma PAL.

En résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman qui offre une histoire vraiment efficace, entrainante, nerveuse et sans temps morts n’oubliant pas de se révéler un minimum intelligente. L’univers développé par l’auteur, mélange d’uchronie et d’histoire se révèle vraiment captivant et soigné, on sent bien que l’auteur s’est fortement documenté. Les personnages se révèlent vraiment intéressants, travaillés et complexes sans jamais vraiment tomber dans la caricature et arrivent même parfois à prendre le lecteur à contresens. La plume de l’auteur se révèle vraiment vive, entrainante et surtout très visuelle, on ressent clairement l’influence « comics » aussi dans sa façon de présenter le récit. Alors, bien sûr l’intrigue se révèle un peu linéaire, certains aspects sont rapidement devinés et sur la fin un léger essoufflement se fait ressentir, mais rien de bien gênant. Je lirai la suite sans problème et avec plaisir.

 

Ma Note : 8/10

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre