Tag Archives: crash

Contes du Soleil Noir : Crash – Alex Jestaire

Résumé : La vie précaire d’une jeune mère isolée tourne au cauchemar après un accident. Clouée sur son lit d’hôpital, face à la télévision, elle se dissout peu à peu dans le flux de l’information mondiale catastrophiste.

 

Edition : Au Diable Vauvert

 

Mon Avis : Ce livre a terminé sa course dans ma PAL un peu par hasard. En effet on m’a proposé, il y a peu, de découvrir les premiers exemplaires de la série de contes écrite par l’auteur. Il y a ainsi cinq volumes qui vont être publiés courant de l’année 2017, chacun d’entre eux proposant une histoire et un personnage qui lui est propre. J’avoue alors avoir été intrigué par le concept, ainsi que par le côté très fantastique qui se dégageait des premiers résumés. À noter aussi une couverture, illustrée par Olivier Fontvieille, qui je trouve colle parfaitement à l’ambiance un peu étrange que veux mettre en avant l’auteur. Les illustrations intérieures, réalisées par Pablo Melchor, fonctionne bien aussi, proposant des dessins étranges et légèrement oppressants qui collent parfaitement au récit.

Je vais par contre faire un point. Je reviens rarement sur les références citées en quatrième de couverture, souvent parce que je trouve qu’elles ne servent à pas grand-chose et qu’à force de trop vouloir faire de comparaison on en oublie finalement l’auteur. Pour Crash je vais faire une exception, car je trouve que les noms cités en quatrième de couverture (King, Barker, Cronenberg ou encore Moore) me paraissent de trop pour les épaules de ce récit, ne sachant pas encore pour les autres tomes. Il serait ainsi dommage de se lancer dans la lecture de ce livre grâce à ces simples arguments, on risquerait d’en sortir déçu alors qu’il possède quand même une certaine originalité je trouve.

Plonger dans Les Contes du Soleil Noir c’est un peu comme plonger, si je devais proposer une référence (qui comme toute référence est bancale), dans Les Contes de la Crypte, mais avec un côté plus angoissant d’un pont de vue social. Le narrateur n’est pas ici un squelette, mais un geek qui dans les tréfonds du réseau à noter de drôles d’irrégularités et se retrouve à mener différentes enquêtes pour nous offrir des histoires. On y croit où pas, chacun est libre en fonction de ce qu’il présente, mais le doute est toujours là. Crash va nous faire suivre l’histoire de Malika qui tente de survivre dans le 94. Séparée d’un mari qui s’est « radicalisé » dans la religion, elle se retrouve à élever seul son fils grâce à un boulot pourri et est forcée à compter chaque sous deux fois avant de le dépenser. Un jour en rentrant du boulot elle subit un AVC ce qui provoque un grave accident de voiture. Enfermée dans un hôpital et devenue limite un légume, elle passe ses journées devant la TV. Elle va alors commencer peu à peu à voyager, à se « dissoudre » dans les programmes. Alors j’avoue une fois la dernière page tournée, tout n’a pas fonctionné avec moi concernant ce récit, mais dans l’ensemble j’ai passé un sympathique moment de lecture.

Déjà ce qui marque, selon moi, c’est l’acuité de la plume de l’auteur dans la construction du personnage de Malika. On découvre ainsi une héroïne, pure produit de notre société qui a de plus en plus de mal, qui s’avère profondément humaine dans ses blessure et ses envies. Elle évite ainsi de tomber dans un côté cliché, misérable et propose un personnage émouvant, dont on sent les failles, mais aussi le besoin de s’en sortie d’avancer. Entre rêve et réalité on se rend compte ainsi qu’elle a dévié, plus par la force des choses que par véritable choix, du chemin qu’elle s’imaginait plus jeune. D’une certaine façon elle arrive, je trouve, à toucher le lecteur car on a tous, à un moment ou un autre, été confronté à des choix importants, à être pressé par notre société. Ainsi on comprend un peu, d’une certaine façon, qu’elle lâche prise après l’accident et préfère s’évader dans la télévision, vivant de voyages qu’elle ne fera jamais, plutôt que vivre d’une réalité morne et qui parait foncer dans un cul de sac. Le tout est aussi porté par une ambiance légèrement stressante, angoissante, qui monte doucement en tension au fil des pages.

Cela ouvre par conséquent de nombreuses réflexions, que ce soit sur notre société, notre façon d’aborder notre vie et de faire nos choix, l’influence de la technologie aussi à travers l’enquête que mène le Geek, mais aussi le besoin de faire disparaitre les informations les contrôler. Surtout l’idée qui, selon moi, se démarque, vient de l’évasion de l’héroïne à travers la télévision, sa capacité à fuir une réalité pour rejoindre un rêve, une vision. L’auteur la présente ainsi de façon neutre, ne cherchant pas à juger ou à montrer une dévire de notre société comme on le voit souvent à droite ou à gauche, mais nous dévoilant plus un constat dont chacun doit en tirer ses propres conclusions. Certes la technologie permet d’une certaine façon de « fuir », mais est-ce si grave de vouloir parfois se libérer des contraintes qui nous bloquent. Après c’est à chacun de ne pas dépasser les limites. Cela ne veut pas dire pour autant que ces avancées technologiques sont le rêve. Reste aussi, sans trop en dévoiler ni trop spoiler (j’espère), un questionnement sur l’avenir de notre monde, mais là je vous laisse découvrir.

Pourtant, quelques points m’ont tout de même dérangé. Déjà, comme je l’ai dit, le récit propose de nombreux points de réflexions, mais au vu de la taille du roman (une centaine de pages environ) parfois certaines ne sont à peines qu’esquissés ce qui est parfois frustrant. Ensuite, certains messages et certains axes de développements sont construits de façon un peu convenus à mon goût. De plus, l’auteur tente de s’amuser avec le lecteur, en jouant sur la véracité ou non de ses faits, sauf que parfois ça n’apporte rien, je trouve, à l’intrigue. Qu’il y ait du mystère je le comprends, mais voilà j’ai eu l’impression qu’il appuyait trop dessus pour tenter de nous dérouter sans que cela fonctionne complètement. Enfin le dernier point vient de la narration, le récit nous étant présenté à travers le geek qui en partie romance l’histoire de Malika et en partie vient lui-même apporter des précisions au lecteur et j’avoue que je n’ai pas toujours trouvés ces détails pertinents, alourdissant même parfois le récit. La plume de l’auteur est concise, simple, fluide et efficace qui vient coller parfaitement au récit, proposant ainsi un portrait à la fois tragique et intéressant qui, certes, et loin d’être parfait, mais m’a offert un sympathique moment de lecture.

En Résumé : J’ai passé un moment de lecture sympathique avec cette novella qui nous propose de découvrir un conte contemporain intéressant et légèrement angoissant, même si tout n’a pas réussi à m’accrocher. L’un des points forts du récit c’est la capacité de l’auteur à brosser une héroïne complexe, blessée par la vie et qui a du mal à tout gérer dans une société qui oublie de plus en plus la notion de social, le tout sans jamais tomber dans la caricature. On s’attache ainsi un minimum à elle et on la comprend. L’ambiance, légèrement oppressante, colle parfaitement à l’histoire et monte doucement en tension au fil des pages. De nombreuses réflexions nous sont proposés que ce soit sur l’influence de la technologie, sur nos choix de vie, sur la société mais aussi sur le besoin de fuir une réalité parfois trop oppressante. Alors parfois elles sont traités de façon un peu trop simplistes, ou rapides, mais dans l’ensemble ce récit ne laisse pas indifférent et nous questionne. Je regretterai aussi que certains axes de développements soient un peu convenus. Ensuite que l’auteur cherche un peu trop à créer le doute chez le lecteur ce qui ne fonctionne pas toujours bien. Enfin j’ai trouvé que les interventions du geek ne sont pas toujours utiles et alourdissent même, je trouve, le récit. La plume de l’auteur s’avère simple, efficace, incisive et fluide et je me laisserai tenter par les autres contes qu’il propose.

 

Ma Note : 7/10