Étiquette : guillory

Tony Chu Détective Cannibale Tome 4, Flambé! – Guillory & Layman

tony chu 04 flambeRésumé : Depuis qu’une écriture extraterrestre a fait son apparition dans le ciel, la vie est étrange. La population ne semble pas s’en inquiéter ni même se préoccuper d’une probable fin du monde. Quant à la R.A.S., agence gouvernementale ultra-puissante, elle est devenue complètement inutile. L’avenir de l’agent cibopathe Tony Chu semble compromis… À moins qu’il puisse inverser le cours des événements.

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Tony Chu Détective Cannibale  fait partie des comics que je lis avec plaisir tant l’idée de départ continue à m’intéresser, le fil rouge qui se dessine se révèle intrigant et aussi par son côté complètement déjanté. Après la lecture des trois premiers volumes qui se révélaient intéressants et offraient pas mal de rebondissements (chronique du Tome 1, Tome 2, Tome 3) j’avais hâte de voir ce qu’allait bien pouvoir proposer ce quatrième tome tout en espérant, c’est vrai, quelques révélations.

La fin du tome précédent nous avait laissé devant un cliffangher qui paraissait d’une certaine façon lié à l’intrigue principale, suite à l’apparition de cette écriture extra-terrestre dans le ciel. Je me lançais donc dans ce tome avec envie et … rien, ou pas grand-chose du moins. On sent au final une certaine lassitude et une certaine répétition dans ce tome qui continue à ménager le lecteur avec chaque chapitre qui offre une intrigue secondaire vite résolue et seulement quelques éléments qui viennent s’ajouter encore et toujours au mystère de cette intrigue principale sans aucune révélation, ce qui en plus rend le tout confus. C’est un peu ça qui me frustre, continuer à ne pas avoir d’élément de réponse ou au moins de début de quoi que ce soit pour expliquer tout ce qui tourne autour de cette fameuse épidémie de grippe aviaire. Je pourrai appeler ce volume un tome de transition, mais voilà c’est un peu ce que j’avais déjà dis du tome précédent et deux tomes de transition qui se suivent ça fait un peu trop je trouve.

Pour autant est-ce que ce tome est mauvais? Non il se révèle tout de même plutôt plaisant à lire, justement toujours grâce à ces intrigues secondaires qui se suivent et ne se ressemblent jamais, plongeant le lecteur dans les délires et les trips les plus fous sortis de l’imagination des auteurs. D’ailleurs ils se sont bien lâchés dans ce tome, nous emmenant même dans la zone ultra-secrète qu’est la Zone 51, mais je vous laisse découvrir, car une fois encore notre héros va être mis à rude épreuve. Les nombreux rebondissements ainsi que l’humour toujours aussi noir et cynique relève le niveau de ce tome, mais voilà là où quelques éléments plus poussés sur l’intrigue principale aurait rendu ce tome vraiment intéressant on se retrouve ici avec plutôt, selon moi, un tome moyen qui donne l’impression que les auteurs prennent un peu trop leur temps.

Concernant tout ce qui concerne le background développé par les auteurs il se révèle toujours aussi intéressant, principalement dans la représentation d’une Amérique effrayée de tout danger sanitaire suite à la grippe aviaire et qui pourtant oublie tout une fois une nouvelle crise qui apparait. Une légère critique sociale continue à se dessiner aussi au fil des tomes, qui se révèle plutôt intéressante et donne matière à la réflexion comme par exemple devant la manipulation du public ou encore le jeu de pouvoir sur la crainte des populations. En ce qui concerne notre héros on continue à en apprendre un peu plus sur lui et sa famille, même si les ellipses temporels ont fait que certaines questions restent, selon moi; en suspens suite à des révélation du tome précédent ce qui est dommage. On retrouve aussi avec plaisir Mason Savoy toujours aussi énigmatique et dont j’espère on en apprendra enfin plus par la suite.

Concernant les graphismes ils se révèlent toujours aussi fun et réussi avec ce petit côté cartoon et années 70’s. L’ensemble lui donne clairement une identité propre et permet au lecteur de rentrer clairement dans l’histoire à travers un trait qui se révèle réaliste tout en offrant énormément de pointes d’humour et d’ironie. Les scènes se révèlent toujours aussi colorés, vives et entrainantes tout en offrant aux personnages un large panel d’émotion. Au final comme je l’ai dit un quatrième tout juste sympathique, la faute à une intrigue principale qui prend vraiment trop son temps avec peu de révélations et un côté un peu confus à l’ensemble. Je lirai tout de même le cinquième, car le cliffangher final m’a donné envie de lire la suite tout en espérant enfin des révélations sinon je m’arrêterai là.

En Résumé : Je suis sorti de ma lecture de ce tome avec, j’avoue, un léger sentiment de frustration. En effet on se retrouve de nouveau avec un tome qui développe une intrigue secondaire à chaque chapitre, lâchant quelques nouveaux questionnements sur l’intrigue principale, mais sans jamais apporter de révélations ou au moins à minima des éléments de réponses. Un tome qu’on pourrait considérer de transition si le précédent ne l’était déjà pas et deux tomes de transitions qui se suivent c’est jamais efficace. Pourtant le tout n’est pas non plus mauvais on retrouve toujours des histoires complètement barrées et délirantes ou les auteurs poussent leurs imaginations à fond, l’univers est toujours aussi solide et intéressant et les personnages donnent toujours envie de les découvrir. Dommage que ce quatrième tome donne un peu l’impression de piétiner sur l’histoire. Je lirai tout de même la suite, car le cliffangher de fin annonce quelque-chose d’intéressant en espérant ne pas être déçu.

 

Ma Note : 6,5/10

Tony Chu Détective Cannibale Tome 3, Croque-Mort – Guillory & Layman

tony chu 3 croque-mortRésumé : La vie semble avoir retrouvé un cours à peu près normal pour Tony Chu. Son chef lui accorde enfin un répit bien mérité, et depuis le retour à ses côtés de son partenaire, John Colby, pas un crime ne leur résiste. Comble du bonheur, Tony a rencontré une journaliste culinaire dont la prose lui permet d’imaginer ce qu’il ne peut pas déguster. Mais cette situation idyllique n’est pas appelée à durer…

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Je m’étais lancé dans la lecture de ce comics car les couvertures et le résumé annonçaient clairement quelque chose de déjanter et d’efficace. Je dois bien avouer qu’après avoir lu les deux premiers tomes je n’étais pas trop déçu de ce côté là (ma chronique Tome 1, Tome2). Puis par manque de temps, j’ai un peu laissé la série de côté, mais aujourd’hui je me lance enfin dans le troisième tome en espérant retrouver ce qui m’avait plu dans les premiers tout en espérant enfin un développement plus important du fil rouge.

Je dois bien avouer que dans ce troisième tome, on ne s’ennuie jamais un seul instant. Les auteurs alternent efficacement entre enquêtes policières et aspect plus intime de la vie de Tony Chu et de ses amis proposant ainsi un tome qui se révèle efficace, nerveux et prenant. La tension monte doucement au fil des pages, retrouvant des anciens personnages qui ont une importance capitale dans l’intrigue principale. Mais voilà, ce qui est dommage, c’est que ce tome donne encore un peu l’impression d’être un tome de transition, n’offrant finalement que quelques indices parsemés sur le fil rouge principal ce qui est parfois un peu frustrant, ne comblant pas complètement les attentes. Heureusement le tout est vraiment compensé par le travail sur la vie du héros qu’on découvre de plus et qui en devient donc de plus en plus attachant au fur et à mesure des pages.

En effet, pour rappel, Tony Chu n’est pas un héros comme les autres, il est cibopathe. Ce qui veut dire qu’il est capable de retracer l’histoire complète de ce qu’il mange, ce qui est très vite contraignant. Mais à côté de ça, il est aussi un personnage humain, qui a du mal avec sa vie, qui est timide et accumule les soucis avec sa famille. Au final un tome où il va prendre de l’ampleur, ou sa vie va aussi changer car il a peut être enfin trouvé l’amour. Le dernier chapitre conclut d’ailleurs avec brio ce tome, permettant de vraiment rentrer dans la vie de Tony, son passé et son entourage, tout en lançant une intrigue qui donne clairement envie de lire la suite rapidement.

Mais l’un des points forts est toujours ce côté déjanté et toujours aussi drôle qu’on retrouve au fil des tomes; ce troisième tome ne dérogeant pas à la règle. Les situations burlesques, les gags ou encore les dialogues enlevés et efficaces continuent vraiment à rendre cette série intéressante, même si parfois les intrigues secondaires sont parfois résolues trop rapidement à mon goût. Ce qui est un peu dommage, vu que le fil rouge prend un peu son temps. L’univers se révèle toujours aussi solide et efficace avec toujours son idée de départ originale sur un monde où le poulet est interdit de vente suite aux différentes grippes, amenant ainsi un marché noir considérable.

Les graphismes sont toujours aussi réussis à mon goût, possédant toujours cette patte cartoon et funky, style années 70, qui font le charme de la série. On se laisse vraiment porter par ces images qui viennent accentuer le côté burlesque de l’histoire tout en ayant aussi un trait un peu plus sérieux dans les intrigues. On pourrait être surpris par ce trait parfois un peu anguleux, mais finalement on accroche rapidement, offrant des scènes d’action vives et efficaces, ainsi que des personnages attachants et expressifs. De plus, on ne peut cacher les multiples clins d’œil que mettent en avant les auteurs et qui ajoute un certain intérêt. Au final, un troisième tome toujours aussi intéressant, même si j’attendais un peu plus dans le développement du fil rouge. Je lirai la suite sans soucis.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce troisième tome de cette série. Alors c’est vrai, j’attendais tout de même plus de l’intrigue principale qui continue à se développer trop lentement à mon goût, mais les auteurs compensent cela par des intrigues secondaires nerveuses et sans temps mort mais aussi une plongée vraiment intéressante dans la vie de Tony Chu. On accroche vraiment à ce personnage qui se dévoile de plus en plus au fil des pages et se révèle vraiment humain malgré sa particularité. On retrouve toujours avec plaisir ce côté burlesque et humoristique qui fait vraiment sourire le lecteur et permet clairement de se détendre. L’univers se révèle toujours aussi solide. Les graphismes sont toujours aussi réussis et funky et nous plongent facilement dans le récit. Au final, un bon tome de transition et je lirai la suite sans problème, en espérant enfin  en apprendre plus sur le fil rouge.

 

Ma Note : 7,5/10

Tony Chu Détective Cannibale Tome 2, Un Goût de Paradis – Guillory & Layman

tony-chu-un-gout-de-paradis Résumé : Tony Chu, agent très spécial du département de Répression des Aliments et Stupéfiants, est sur la trace d’une plante étrange dont le goût ressemble exactement à celui du poulet ; poulet dont la consommation mondiale a été prohibée depuis d’obscurs cas de grippe aviaire. Son enquête le mène jusqu’à l’île paradisiaque de Yamapalu, un endroit idéal pour couler des jours heureux… et trouver une mort certaine.

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Après un premier tome qui se révélait vraiment déjanté et, le tout basé sur une idée originale qui m’a vraiment accroché dès le départ, il n’a pas fallu longtemps pour que ce second tome rejoigne ma PAL. Par contre, je l’avoue, j’ai mis un peu de temps pour le lire, la faute à un léger manque de temps, mais voilà la chose est maintenant réparé. La couverture est moins sanglante que celle du premier volume, mais parait toujours aussi fun et déjanté.

On retrouve nos héros à peu près là où on les avait quittés au tome précédent. Suite aux évènements Tony travaille toujours au RAS retrouve son ancien coéquipier. Ce qui est bien avec ce comics c’est qu’il ne se prend pas vraiment la tête en nous offrant des situations funs, enlevées et pleines d’ironies, même si parfois l’humour tombe un peu bas, ce qui n’est pas toujours ce qui m’accroche le plus. Les différentes enquêtes présentées dans ce tome vont amener notre détective à continuer à rencontrer un lot de protagonistes tout plus tarés les uns que les autres, dans un univers où il est interdit de consommer du poulet. L’idée originale du héros est toujours aussi intéressante et permet aussi des situations toujours plus cocasses.

L’univers mis en place par l’auteur est toujours aussi intéressant, décalé et coloré, avec cette interdiction de manger du poulet suite aux graves pertes qu’a causé la grippe aviaire. De plus l’ambiance très funky, style polar années 70/80, colle parfaitement à cette histoire et au monde que cherche à développer l’auteur. Le léger problème vient qu’à travers cette accumulation de petites histoires il n’y a pas encore de véritable fil rouge qui se dessine. On retrouve bien des personnages récurrents, mais rien qui permet de clairement définir une intrigue principale, ce qui est un peu dommage. Cela ne gêne en rien pour le moment, car ce n’est que le second tome, mais il ne faudrait pas trop faire trainer les choses sous peine de perdre le lecteur. Un tome pour présenter à chaque fois un vilain sans même parler de son but, on va vite se lasser.

Les personnages sont toujours aussi intéressants à découvrir et se révèlent surtout très drôles, plein de verves et de surprises ce qui les rend attachants. On en découvre un peu plus sur le premier équipier de Chu qu’on retrouve dans ce tome, même si j’ai trouvé qu’il n’était tout de même qu’esquissé, mais il devrait se développer dans les prochains tomes. Les personnages secondaires ne manquent pas d’attraits et parfois même de mystères et permet aussi de développer ainsi le personnage principal qu’est Tony Chu. Alors, bien sûr, on pourrait reprocher au héros d’être parfois un peu trop caricatural, mais je trouve que ça colle, pour le moment, parfaitement avec ce qu’essaye de nous présenter les auteurs.

Les graphismes sont, à mon goût, toujours aussi funky, stylés 70/80 et paraissent toujours aussi réussis, vivants et efficaces. Ils conservent ce trait caractéristique et anguleux, principalement sur les visages, qui peut surprendre mais finalement qu’on assimile très vite. Donc voilà un second tome que je trouve tout de même un léger ton en dessous du premier, car il est un peu difficile de pleinement repérer un fil rouge, mais qui se révèle toujours aussi fun, déjanté, vif et plaisant à lire. Je lirai donc la suite sans soucis.

En Résumé : J’ai passé un bon moment avec le second tome de cette série de comics qui se révèle toujours aussi plaisant à lire nous offrant une histoire vraiment pleine d’humour, d’action et dont l’idée originale d’un héros gouteur est toujours aussi bien traité avec humour et dérision. L’univers se révèle toujours aussi intéressant, solide et efficace et donne envie d’en savoir plus. Les personnages sont toujours aussi intéressants à découvrir, pleine de verve et d’humour et se révèlent attachants. Mon seul point faible et que finalement au bout de deux tomes il n’y a pas vraiment de fil rouge ou d’intrigue principale qui se détache, rien de bien méchant, mais il ne faudrait pas créer une série à rallonge simplement parce que le succès est présent. En tout cas un second tome agréable et efficace et je lirai la suite avec plaisir.

 

Ma Note : 7,5/10

Tony Chu Détective Cannibale Tome 1, Goût Décès – Guillory & Layman

tony-chu-t1.jpgRésumé : L’inspecteur Tony Chu possède un don pour le moins étrange : il est cibopathe. Cela signifie qu’il est capable de retracer psychiquement la nature, l’origine, l’histoire, et même les émotions, de tout ce qu’il mange. Ce qui ne l’empêche pas d’être aussi un policier tout à fait respectable… lorsqu’il ne goûte pas à la victime d’un meurtre afin de découvrir l’identité du coupable et ses motifs.

 

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Voilà un comics que j’ai envie de lire depuis un petit moment déjà. Je dois dire que le quatrième de couverture nous offre vraiment un héros et une histoire qui s’annonce complètement décalé et déjanté, loin des super héros habituels qu’on peut découvrir. De plus la couverture m’a vraiment plu par son côté sanglant et légèrement humoristique et j’avais donc hâte de lire le premier tome de cette série.

L’idée de départ de ce comics est vraiment originale, Tony Chu est policier, et comme tous super héros il a un pouvoir, mais un pouvoir assez particulier, il est cibopathe. Quand il ingère n’importe quel aliment il peut retracer son histoire entière. En voilà un héros complètement décalé, vraiment original, obligé de parfois goûter ses victimes pour découvrir la vérité. Un humour noir, très noir qui colle parfaitement à l’univers et qui change complètement de ce qu’on peut voir d’habitude dans les comics. Je me suis bien marré au cours de ce premier tome devant les situations cyniques, le tout en traitant de sujet sérieux.

Ajouter à cela des personnages complètement décalés et déjantés, de l’action et une bonne dose d’humour et voilà de quoi accrocher le lecteur. Mon seul reproche vient des enquêtes policières qui
m’ont paru trop classiques et parfois manque un peu d’originalité et de souffle. Rien de bien dérangeant car elle se révèle tout de même assez solide et on les suit avec un certain plaisir. De plus le fil rouge qui se met lentement en place annonce une machination qui s’annonce intéressant. Puis arrive la conclusion surprenante, nous dévoilant certains aspects de ce fil rouge et qui donne vraiment envie de découvrir la suite rapidement.

L’univers mis en place par l’auteur se révèle tout aussi décalé que l’idée de base, on se retrouve dans un monde où la Grippe Aviaire a fait des millions de morts, où le poulet est devenu prohibé ce qui a amené à l’apparition d’un marché noir et une mafia. Mais voilà dit-on vraiment la vérité? Est-ce la grippe aviaire qui a fait tant de mal. Franchement on trouve ici un univers vraiment solide, sérieux et pourtant possédant aussi ses aspects déjantés et plein d’humour.

Les personnages sont, comme je l’ai dit, véritablement décalé entre Tony Chu qui mange les victimes pour découvrir la vérité, son mentor, cibopathe lui aussi et aussi titan et machine de combat ou encore des personnages secondaires qui ont aussi leurs propres caractéristiques, qui se fondent parfaitement dans l’univers et qui vont surprendre le lecteur qui va assez facilement s’attacher à eux malgré leurs différences. Les dialogues sont percutants, efficaces et apportent une dose supplémentaire d’humour.

Concernant les graphismes ils sont assez caractéristiques et paraissent complètement décalé, un peu comme une série policière des années 70/80 avec son côté assez coloré et plein de vitalité. Les traits se révèlent par contre très anguleux à mon goût et il m’a fallu un léger temps d’adaptation pour vraiment rentrer dans les images, mais rien de bien dérangeant car une fois les premières pages passés j’ai eu du mal à lâcher ce premier tome et je me suis bien marré. En espérant que les prochains tomes soient aussi réussis.

En Résumé : J’ai passé un bon moment avec le premier tome de ce comics qui possède une idée vraiment originale, déjanté et efficace avec cet inspecteur cibopathe et malgré des enquêtes peut être parfois un peu trop convenues, l’auteur développe un fil rouge captivant qui se met doucement en place. L’univers se révèle solide, tout aussi cynique et se révèle vraiment intéressant à découvrir. Les personnages ne manquent pas de qualités, se révèlent attachants et surtout plein d’humour. Les graphismes sont peut-être légèrement déroutants au début mais finalement se révèlent efficaces avec leurs côtés colorés et pleins de vitalités. Un premier tome plus qu’efficace qui m’a donné envie de découvrir la suite.

 

Ma Note : 8/10

© 2010 - 2020 Blog-o-Livre