Étiquette : h.p. lovecraft

Les rêves dans la Maison de la Sorcière – H.P. Lovecraft & Mathieu Sapin & Patrick Pion

les reves dans la maison de la sorciereRésumé : Le héros de cette histoire est un étudiant en mathématiques, qui vit dans une chambre de bonne d’un quartier similaire au quartier latin parisien. Les rumeurs disent que sa mansarde fut occupée, deux siècles plus tôt, par une vieille femme jugée sorcière par ses contemporains, capable de voyager dans différentes dimensions du réel, et dont l’esprit n’aurait pas tout à fait quitté les lieux. Notre narrateur, à l’esprit aiguisé et fatigué par ses études poussées, fait des rêves de plus en plus étranges.
Perd-il totalement pied ou a-t-il trouvé le chemin, guidé par cette sorcière, vers la contrée des rêves ?

Edition : Le Rue de Sèvres

 

Mon Avis : Cela fait bien longtemps que je n’ai pas rédigé de chroniques sur mes lectures de bandes dessinées. J’avoue qu’entre les nombreux changements IRL et ma capacité à procrastiner, cette catégorie a un peu disparue de mon blog ce qui est quand même dommage. Il fallait donc remédier à cela, et quoi de mieux qu’une BD proposant de retranscrire une nouvelle de Lovecraft pour cela. Comme vous le savez si vous suivez régulièrement ce blog, Lovecraft fait parti de ses auteurs que j’apprécie énormément, offrant un fantastique soigné et angoissant. Je partais donc avec une légère appréhension de savoir comment allait se passer le passage du texte à la bulle. À noter que j’ai déjà lu la nouvelle dont est tiré cet album et que vous pouvez retrouver ma chronique ici.

On suit ainsi au fil des pages Walter, jeune étudiant en mathématiques et féru d’étrangeté qui loge dans une chambre de bonne ou a vécu, deux siècles plus tôt, une sorcière disparue dans d’étranges circonstances. Des rêves surprenants vont alors le visiter et ses idées sur les mathématiques vont prendre des réflexions complètement différentes. Au final, une fois la dernière page tournée, je dois bien avouer que cette Bande Dessinée réussi clairement son pari. Alors tout n’est pas non plus obligatoirement parfait, mais les auteurs ont clairement réussi a retranscrire l’intérêt de cette nouvelle ainsi que son ambiance. Le scénario a arrive ainsi a garder et retranscrire le meilleur du récit tout en le condensant pour le faire rentrer dans la soixantaine de page de cet album. J’ai ainsi été facilement emporté par cette lente descente dans la folie du narrateur qui ne manque pas de surprendre, de fasciner et de déranger. L’ensemble se révèle maîtrisé proposant d’abord un rythme lent, permettant de mettre en place les différent éléments de l’intrigue que ce soit dans les héros comme dans la mythologie, pour s’accélérer d’un coup quand cette « folie » devient de plus en plus présente et pousse Walter à reconsidérer ses actes.

L’ambiance est aussi plutôt bien retranscrite, on sent bien cette oppression, ce côté sombre qui gagne en ampleur au fil du récit. Ce sentiment d’étrangeté qui s’en dégage et qui vient perturber le lecteur à travers de petits détails comme les ombres ou autre, et qui densifient aussi la tension. La folie du héros gagne ainsi en intensité et emporte le lecteur qui se questionne sur la réalité ou non de ce qu’il vit, et le lecteur ne s’ennuie pas c’est peu de le dire. L’univers développé entre les mondes transversaux, le lien entre les mathématiques et la magie, ou encore ce qui est lié au Necronomicon est bien amené, ne devrait pas perturber ceux qui ne connaissent pas Lovecraft, et utilisé pour rendre de façon efficace l’ensemble plus cohérent.  L’ensemble est aussi très bien porté par des dessins, certes qui paraissent aux premiers abords assez classiques dans la représentation, mais qui, je trouve, rendent l’ensemble plus réaliste et plus vivant à travers un crayonné hachuré et un jeu sur les ombres et la lumière plus qu’intéressant. La folie du personnage principal est aussi bien retranscrite, mais là où je trouve que le dessinateur a eu une bonne idée, c’est dans la différenciation entre le monde des rêves et le monde réel. Le fait d’offrir un dessin complètement différent joue à cela et se révèle captivant.

Concernant les personnages Walter se révèle intéressant à découvrir que ce soit à travers son génie ou encore sa folie, on suit ses aventures avec intérêt et un léger frisson, surtout pour ceux qui ne connaîtraient pas la fin. Reste les personnages secondaires où là je suis plus mitigé. La compagne qui sert de point d’ancrage du héros dans le réel est bien construite et remplie parfaitement son rôle, mais que ce soit les voisins ou bien l’ami de Walter, Franck, ils m’ont paru manqué un peu de profondeur et de densité, même si rien de non plus trop gênant. Les deux seuls petits inconvénients que je pourrais souligner concernant cet album viennent que Lovecraft est un auteur à la plume dense, ce qui se retrouve ici à travers une narration bien présente en haut de chaque cas, parfois un peu trop pour une BD, même si rien de non plus trop bloquant. De plus il est parfois  compliqué de suivre la narration et les dialogues qui se mélangent. Enfin le second point vient peut-être d’un démarrage un chouïa trop lent, même si là, une fois emporté, on l’oublie rapidement. Au final une bonne petite bande-dessinée qui nous propose de revisiter (voir de découvrir) une nouvelle de Lovecraft de façon efficace, entraînante et légèrement dérangeante.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec cette bande dessinée qui propose de revisiter et mettre en image une nouvelle de Lovecraft. Les auteurs ont vraiment réussi à garder l’intérêt de la nouvelle, ainsi que son ambiance, ce qui fait que, malgré peut-être un démarrage un chouïa lent, je me suis retrouvé facilement emporté par le récit. L’intrigue joue ainsi habilement entre réalité et folie pour mieux surprendre le lecteur. L’ambiance est bien retranscrite que ce soit dans son côté angoissant, oppressant, qui gagne en ampleur au fil des pages pour offrir ainsi un final tendu et percutant. L’univers ne manque pas non plus d’attrait et reste accessible même si on ne connaît pas Lovecraft. L’ensemble est ainsi très bien porté par un graphisme qui, certes aux premiers abords peut paraître classique, mais finalement colle parfaitement à l’histoire et offre quelques bonnes idées comme la différence entre rêve et réalité. Le personnage principal se révèle intéressant à suivre dans la gestion de cette folie, mais j’ai trouvé que les personnages secondaires manquaient un peu de profondeur. Un point qui peut se révéler dérangeant vient de la narration qui est parfois très dense, ce qui peut surprendre dans une BD et rend parfois la lecture des dialogues un peu hachée, mais rien de non plus trop dérangeant. Au final un album que j’ai trouvé réussi et efficace.

 

Ma Note : 7,5/10

 

Autres avis : Lune, …

Kadath, Le Guide de la Cité Inconnue – David Camus & Mélanie Fazi & Raphaël Granier de Cassagnac & Laurent Poujois & Nicolas Fructus

kadathRésumé : David Camus, Mélanie Fazi, Raphaël Granier de Cassagnac et Laurent Poujois, quatre auteurs pour rendre hommage au talent et à l imagination fondatrice du grand écrivain américain Howard Philip Lovecraft.Dans un guide magnifiquement illustré par Nicolas Fructus, ils nous font partager quatre récits se déroulant à Kadath, la ville mythique rêvée, mais très peu décrite par Lovecraft dans ses nouvelles parlant des Contrées du Rêve.À travers les quatre nouvelles, le lecteur suivra les péripéties de plusieurs héros dont Randolph Carter, héros des romans de Lovecraft, tous à la recherche et à la découverte de Kadath.

Edition : Mnémos

 

Mon Avis : Je dois bien l’admettre cela fait quelques temps que ce livre-objet traine dans ma PAL, pour être exact depuis les Imaginales de 2012. Pourtant, ce livre me faisait vraiment envie et je dois bien avouer que je suis un fan de l’univers de Lovecraft, mais voilà ce n’est pas le genre de livre qui peut se transporter facilement sans avoir peur de l’abîmer, ce qui serait vraiment dommage. J’ai donc attendu de pouvoir en profiter pleinement et voilà pourquoi je l’ai ressorti il y a peu de ma PAL.

Au final je suis bien content d’avoir sorti ce livre, car j’ai passé un excellent moment. Il faut dire que le livre se révèle vraiment réussi, mêlant des illustrations magnifiques à des courtes histoires, digne de Lovecraft et saisissantes. Ce livre nous propose donc de découvrir la cité mystérieuse qu’est Kadath à travers la plongée de cinq rêveurs qui vont ainsi nous dévoiler les secrets de la ville. Ce récit nous propose au final quatre textes qui oscillent de façon vraiment passionnante entre folie, magie, mystère et divinité le tout dans une ambiance sombre et énigmatique. Cette douce plongée en abysse où l’angoisse s’élève lentement au fil des pages à travers le voyage de Randolph Carter, Aliénor, L’Innomé ainsi que le Saigneur qui n’est autre que Abd Al-Azard l’arabe dément lui-même.

Les récits se révèlent vraiment efficaces, prenants, alternant l’aspect découverte de cette cité des rêves avec quête initiatique comme par exemple celle d’Aliénor et son besoin de faire retrouver la foi dans les dieux. Mais surtout chaque récit apporte à son héros une certaine frénésie et une certaine folie que, parfois, il ne peut pas contrôler et qui s’insinue lentement. Mon récit préféré est celui d’Aliénor qui se révèle un profond mélange de questions et de mysticisme où elle découvre la vérité sur les dieux, leurs multitudes, leurs oublies. Un récit rempli de nostalgie et d’espoir. Ceux de L’Innomé et du Saigneur se révèlent aussi réussis et vraiment intéressants entre voyage et manipulation. L’innomé servant au final de lien de cohésion entre les différents récits et celui du Saigneur nous présentant l’histoire de Abd entre tragédie, manipulation et amour perdu. Mais j’avoue, le texte de Carter mettant en scène Lovecraft m’a paru un ton en dessous des autres, un peu plus fade. Peut-être la faute au fait justement que ce soit HPL le héros, trop changeant à mon goût, principalement vis-à-vis de ses émotions et de ses réactions. Tous ses textes sont aussi densifiés par des annotations vraiment intéressantes dans les marges, qui permettent de développer et de mieux comprendre certains lieux ou certaines races de cette ville magique.

Concernant la ville de Kadath elle se révèle vraiment magnifique et saisissante entre émerveillement et démence elle accroche rapidement le lecteur fan des écrits de Lovecraft. Elle est aussi superbement portée par les illustrations de Nicolas Fructus qui sont vraiment splendides, sombres, entre beauté et angoisse et ajoute une certaine fascination à ce guide. On se promène avec grand plaisir au fil des aventures des héros à travers ses rues, ses allées, ses lieux de mystères, de cultes, de repos ou encore de folie. Une ville tentaculaire, labyrinthique qui varie parfois en fonction des rêveurs avec en point de mire le château d’onyx, résidence des dieux reclus. La mythologie se révèle aussi soignée, dense et vraiment passionnante entre les Dieux et les Anciens. Il ne reste maintenant plus qu’à nous, rêveur, de rejoindre ce lieu improbable qui nous attire tel un aimant malgré tous les risques, les violences et les manipulations possible. D’ailleurs un guide pratique se trouve en fin de ce livre pour vous aider à vous en sortir.

Les différents personnages secondaire sont loin de se révéler insignifiants, les auteurs s’en servant au fil des pages, les faisant croiser, de façon ingénue, les différents héros apportant leurs lots d’indices, de mystères et de surprises. Rien n’est laissé au hasard et on sent un véritable respect de l’œuvre de Lovecraft que ce soit dans les écrits comme dans les représentations, même si cela n’empêche pas certaines libertés que j’ai trouvé intéressantes. À noter que la présentation des récits, saccadés, alternant chaque personnage peut dérouter le lecteur mais c’est à lui de choisir s’il se laisse porter par lire chaque récit en entier ou se laisser porter au fil des pages, découvrant au fur et à mesure chaque personnage et chaque mystère.

En revanche, ce livre est plus à réserver pour ceux qui connaissent déjà l’œuvre de Lovecraft et qui l’apprécient, les autres risquant sûrement d’être surpris voir même de ne pas obligatoirement accrocher. Au final un guide qui se révèle abouti, vraiment efficace, passionnant et magnifique et qui vaut le détour pour tous les amoureux de HPL malgré son prix qui pourrait en rebuter quelques-uns (il est dernièrement à 36,50€). J’avoue ne pas avoir accroché plus que cela aux notes de Folie et de Mythe qui, clairement sert plus à ceux qui font des jeux de rôles qu’au lecteur, mais ce n’est que broutille car n’empêchent en rien la lecture et la fascination qui découle de ce livre.

En Résumé : Voilà une belle réussite que ce guide de Kadath qui se révèle être un livre vraiment magnifique, oscillant entre des histoires sombres, captivantes et efficaces ainsi que des images, plans de la ville ainsi que des représentations de ses habitants qui se révèlent de toute beauté. Comment ne pas être fasciné par cette cité, entre son côté splendide et sa folie qu’on peut retrouver à chaque coin de rue. La mythologie des dieux se révèle vraiment dense et intéressante. Les héros qu’on découvre au fil des pages nous offre des aventures passionnantes même si j’avoue j’ai un peu moins accrocher à l’histoire de Randolph Carter. Mais rien de bien dérangeant tant le tout se révèle réussi. Par contre un livre qui devrait plaire principalement à ceux qui connaissent et apprécient l’œuvre de Lovecraft. Au final un pari risqué que ce guide, mais une belle réussite.

 

Ma Note : 9/10

© 2010 - 2021 Blog-o-Livre