Étiquette : jean-philippe jaworski

Rois du Monde Tome 2, Chasse Royale Livre 3 – Jean-Philippe Jaworski

Résumé : Après avoir défié toute l’armée rebelle pour couvrir la retraite du haut roi, j’ai fini par me rendre. Qu’est-ce qu’un captif, sinon un demi-mort ? Dans les deux camps, on le méprise pour sa faiblesse. Même si on ne le massacre pas de suite, on lui ôte l’essentiel de sa vie. Moi, on me retire mon mauvais cheval, on me soustrait mes dernières armes, on m’arrache mes bijoux, on m’entraîne vers la rivière avec rudesse. Je patauge bientôt sur la rive boueuse. On crie autour de moi, j’ai l’impression que personne ne sait vraiment ce qu’il faut faire. Je crains de plus en plus que n’arrive l’ordre de me noyer. La mort par l’eau, après tout, est une sentence que peuvent prononcer les rois comme les druides…
Qui va décider de mon sort ? Articnos, roi des Éduens, que j’ai été à deux doigts de tuer ? Sa sœur, la mystérieuse Prittuse, haute reine déchue de Celtique ? Ou bien ce sorcier redoutable que jadis on appelait le gutuater et qui vient d’usurper le sacerdoce du grand druide ?

Edition : Les Moutons Électriques

 

Mon Avis : Vous le savez, si vous suivez ce blog depuis le début, je suis un grand admirateur des écrits de Jean-Philippe Jaworski et cela depuis ma lecture de son roman Gagner la Guerre que j’avais trouvé excellent. Par conséquent quand son éditeur avait annoncé que l’auteur se lançait dans une trilogie celtique, j’ai rapidement su qu’elle finirait dans ma PAL malgré, depuis, c’est vrai, de nombreux aléas puisque la notion de trilogie est passée à la trappe. C’est donc sans surprise, quand j’ai appris que ce troisième livre du second tome serait publié, que je savais que ce roman allait terminer dans ma PAL et rapidement entre mes mains pour être lu. (Retrouvez ma chronique de Première Branche, Deuxième Branche 1, Deuxième Branche 2). Concernant la couverture, l’image est la même depuis le premier tome de la seconde branche, seule la couleur du livre change.

Lire la suite

Rois du Monde Tome 2, Chasse Royale Livre 2 – Jean-Philippe Jaworski

Résumé : Après avoir défié toute l’armée rebelle pour couvrir la retraite du haut roi, j’ai fini par me rendre. Qu’est-ce qu’un captif, sinon un demi-mort ? Dans les deux camps, on le méprise pour sa faiblesse. Même si on ne le massacre pas de suite, on lui ôte l’essentiel de sa vie. Moi, on me retire mon mauvais cheval, on me soustrait mes dernières armes, on m’arrache mes bijoux, on m’entraîne vers la rivière avec rudesse. Je patauge bientôt sur la rive boueuse. On crie autour de moi, j’ai l’impression que personne ne sait vraiment ce qu’il faut faire. Je crains de plus en plus que n’arrive l’ordre de me noyer. La mort par l’eau, après tout, est une sentence que peuvent prononcer les rois comme les druides…
Qui va décider de mon sort ? Articnos, roi des Éduens, que j’ai été à deux doigts de tuer ? Sa sœur, la mystérieuse Prittuse, haute reine déchue de Celtique ? Ou bien ce sorcier redoutable que jadis on appelait le gutuater et qui vient d’usurper le sacerdoce du grand druide ?

Edition : Les Moutons Electriques

 

Mon Avis : Un nouveau roman de Jean-Philippe Jaworski est toujours un évènement pour moi en tant que lecteur. Il faut dire que cette suite de Rois du Monde je l’attendais avec impatience, puisque j’avais dévoré le premier tome et le premier livre du second tome avec grand plaisir. C’est donc logique que ce second livre du tome deux ait rapidement fini dans ma PAL. Alors je sais, le découpage peut paraitre compliqué, je vous propose donc de retrouver les explications de l’auteur sur le site Elbakin ici. Je laisse ensuite à chacun se faire son propre avis sur le découpage et ce que cela occasionne, de mon côté j’y reviendrai plus tard. Dans tous les cas c’est avec impatience que je me suis plongé dans ce nouveau tome, espérant y retrouver toutes les qualités des deux premiers romans (chronique du Tome 1 et Livre 1 du Tome 2).

Lire la suite

Rois du Monde Tome 2, Chasse Royale Livre 1 – Jean-Philippe Jaworski

Rois du Monde 2 Chasse Royale 1Résumé : Voici neuf ans que le haut roi Ambigat m’a admis à la cour du Gué d’Avara. Voici neuf ans que j’ai trouvé ma place parmi les héros bituriges.
Toutefois, quoiqu’il demeure redoutable, le souverain vieillit. Sa force vitale s’épuise et les royaumes de la Celtique déclinent. Nos troupeaux sont malades. Nos blés pourrissent sur pied. Les jeunes fils du souverain meurent… La disette et le mécontentement grondent au sein des tribus. Si les dieux se sont détournés du haut roi, que feront les chefs des nations clientes ? Certains ne rêvent-ils pas de renverser Ambigat, de s’emparer du pouvoir, de restaurer la prospérité ?

Edition : Les Moutons Electriques

 

Mon Avis : Dire que j’attendais ce roman avec impatience est un doux euphémisme tant, jusqu’à maintenant, l’auteur a toujours réussi à m’offrir d’excellents moments de lecture avec des histoires passionnantes, soignées et entrainantes. Qui plus est Chasse Royale étant la suite de Même pas Mort, publié il y a presque deux ans maintenant, qui m’avait captivé (ma chronique ici) par son histoire et son univers, il n’a donc pas fallu attendre longtemps avant que je fasse rentrer ce roman dans ma PAL. La couverture, illustrée par Sébastien Hayez, se révèle toujours aussi sobre et, je trouve, efficace par son aspect un peu antique.

On retrouve donc ici Béllovèse, neuf ans après son acceptation dans la cour du Haut-Roi Ambigat, et ce malgré le fait qu’il soit l’assassin de son père. Il a été accepté en tant que guerrier, s’est marié et est devenu père. Sauf que voilà Ambigat perd de plus en plus son influence, les dieux se seraient détournés de lui, ce qui amène souffrance et disette. Bélovèse va, par ses origines, se retrouver alors au milieu de jeux de pouvoir qui vont avoir de terribles conséquences. Contrairement au premier tome qui offrait un rythme assez lent, magique et mystique, cette suite va se révéler beaucoup plus épique, plus guerrier et aussi plus intense. Il se dégage une véritable tension de la première à la dernière page qui fait qu’on tourne les pages avec plaisir et l’envie de connaitre la suite. Chaque passage, chaque dialogue possède une intensité qui se révèle sournoise, jouant avec le lecteur entre complots et manipulations. Tout est ici jeux d’influence et de pouvoir et le moindre faux-pas, la moindre mauvaise décision peut aboutir à la mort. C’est bien simple, j’ai tellement été pris par ce livre que je l’ai terminé en deux jours à peine tant je me suis retrouvé immergé  par ces querelles de clans sanglantes, ces dialogues percutant et parfois emplis d’humour et ces lieux fascinants.

Concernant l’univers l’auteur continue à nous faire découvrir le monde Celtes, peuples qui sont loin de se révéler de simples barbares sanguinaires, mais des gens civilisés, intelligents, fourbes aussi, ayant leurs propres us et coutumes qui, oui, sont différentes des nôtres et peuvent parfois surprendre, mais qui sont loin de certains clichés. Certes, il s’agit une civilisation qui a une vision de la guerre et des batailles, différente, plus sauvage  et sanglante,mais pourtant saisissante et intéressante. Un peuple finalement assez méconnu pour ma part (même si je ne pars pas non plus sans aucun bagage) et qui donne envie d’en découvrir, d’en apprendre plus. Concernant tout l’aspect magie et divinité, ils sont, comme je l’ai dit, moins présent que dans le tome précédent, attendant son heure pour se révéler au grand jour de façon efficace et percutante. Concernant l’aspect politique il se révèle travaillé, rempli de faux-semblants et de mensonges, où chacun joue sa partition pour essayer de s’en sortir entre intrigues, trahisons et violence. Le monde est aussi porté par des descriptions denses et éblouissantes, donnant vie à chaque lieu visité. On sent bien que l’auteur s’est fortement documenté pour construire son univers où rien n’est laissé au hasard.

Les personnages paraissent toujours aussi soignés, denses et passionnants à découvrir. En neuf ans beaucoup ont changé comme par exemple Béllovèse qui s’est assagi légèrement, il parait moins fougueux, plus réfléchi, mais aussi plus sournois. Il a appris que la guerre et les conflits ne sont pas que de simples batailles, mais la conséquence de nombreuses influences que ce soit aussi bien personnelles que « divines » et magiques, ce qui le rend, je trouve, plus charismatique que le tome précédent. Concernant les personnages qui gravitent autour de lui ils sont toujours aussi captivants à découvrir, offrant des protagonistes complexes, flamboyants et manipulateurs. Chacun d’entre eux se révèle important. Le tout est toujours aussi bien porté par des dialogues percutants, incisifs avec des pointes d’humour rafraichissantes. Mais surtout malgré les nombreux personnages qu’on croise, l’auteur arrive à ne jamais nous perdre tant ils se démarquent les uns des autres.

Alors après tout n’est pas non plus parfait dans ce second tome, j’ai ressenti quelques légères longueurs, principalement vers la fin du récit. De plus le fait que ce second tome, face à la verve de l’auteur, se retrouve coupé en deux, la conclusion m’a paru un brin frustrante tant elle parait lié à la suite. Alors, au final ce ne sont que des petites broutilles, tant le roman se révèle de haut vol, et fait partie, pour moi, de ce qui se fait de mieux en Fantasy Française, mais il faut tout de même le souligner.

L’ensemble est toujours porté par un travail d’écriture des plus fascinant qui permet à l’auteur d’offrir un aspect linguistique fascinant et un travail sur les mots recherché et lyrique. Mais c’est surtout le talent de conteur de l’auteur qui se démarque, car la langue a beau se révéler dense, l’ensemble reste fluide du début à la fin et le lecteur ne se sent jamais perdu ou ne ressent aucune lourdeur. Alors certes, comme je l’ai dit ce second tome possède quelques imperfections, mais ça reste tout de même un second tome, première partie, de haut vol et vraiment passionnant. J’attends la suite avec impatience maintenant.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman qui nous offre une suite à Même pas Mort peut-être moins mystique mais qui se révèle beaucoup plus épique, intense et entrainante où les complots, les trahisons et les jeux de pouvoirs prennent la part avec les batailles. C’est percutant et fluide le tout, il est vrai, bien porté par le talent de conteur de Jean-Philippe Jaworski qui nous happe dès la première page pour ne plus nous lâcher. L’univers développé par l’auteur continue à prendre de l’ampleur, continuant à nous faire découvrir les Celtes et loin de certains clichés que ce soit à travers leurs us et leurs coutumes comme leurs façons de voir la vie et le pouvoir. Neuf ans ont passé, Béllovèse a bien changé, il est devenu plus mature et, pour moi, plus charismatique. Les personnages qui gravitent autour de lui possèdent tous leurs voies propres et sont captivants à découvrir. Alors après, quelques légères imperfections se font ressentir comme quelques petites longueurs ou encore le fait que ce second tome soit coupé en deux offre une conclusion un peu frustrantes, mais franchement rien de gênent. La plume de l’auteur se révèle toujours aussi dense, soignée, offrant un travail et un vocabulaire recherché et riche. J’attends maintenant la suite avec impatience.

 

Ma Note : 8,5/10

 

Autres avis : Philemont, Just A World,  etc…

Rois du Monde 1ère Branche, Même pas Mort – Jean-Philippe Jaworski

même pas mortRésumé : Je m’appelle Bellovèse, fils de Sacrovèse, fils de Belinos. Pendant la Guerre des Sangliers, mon oncle Ambigat a tué mon père. Entre beaux-frères, ce sont des choses qui arrivent. Surtout quand il s’agit de rois de tribus rivales… Ma mère, mon frère et moi, nous avons été exilés au fond du royaume biturige. Parce que nous étions de son sang, parce qu’il n’est guère glorieux de tuer des enfants, Ambigat nous a épargnés.

Là-dessus, le temps a suivi son cours. Nous avons grandi. Alors mon oncle s’est souvenu de nous. Il a voulu régler ce vieux problème : mon frère et moi, il nous a envoyés guerroyer contre les Ambrones. Il misait sur notre témérité et notre inexpérience, ainsi que sur la vaillance des Ambrones. Il avait raison : dès le début des combats, nous nous sommes jetés au milieu du péril. Comme prévu, je suis tombé dans un fourré de lances. Mais il est arrivé un accident. Je ne suis pas mort.

Edition : Les Moutons Électriques

 

Mon Avis : Je ne vais pas le cacher je suis un grand fan des écrits de Jean-Philippe Jaworski qui ne m’ont jamais vraiment déçus. Je suis toujours fasciné par le travail qu’il effectue dans ses écrits, que ce soit sur le fond comme sur la forme. Alors, quand j’ai vu que le dernier livre de l’auteur allait prochainement sortir je n’ai pas hésité à le pré-commander sur le site de l’éditeur, et là surprise début juillet je le reçois dans ma boite-aux-lettres plus d’un mois avant sa sortie officielle. Je me suis donc empressé de découvrir cette première trilogie de l’auteur. La couverture, illustrée par Sébastien Hayez, se révèle vraiment sobre et agréable.

Avec ce nouveau cycle l’auteur décide de quitter le Vieux Royaume pour se lancer dans une histoire sur les celtes. On quitte donc le monde des assassins et des jeux de pouvoirs raffiné, pour un monde de guerriers, de violence et de guerres sanglantes. Et je dois dire que cela marche toujours aussi bien, l’auteur nous offrant, comme à son habitude, un récit qui se révèle vraiment fascinant et passionnant du début à la fin. Le rythme se révèle assez lent, mais ne manque ni de surprises, ni de rebondissements et happe le lecteur qui tourne facilement les pages pour en savoir plus. L’intrigue à beau se révéler plus sauvage et guerrière, elle ne manque pas non plus de complexité et de densité nous offrant ainsi aussi une lutte de pouvoirs où chaque élément, chaque erreur, lapsus ou encore chaque information va se révéler importante à un moment ou à un autre. Rien n’est vraiment laissé au hasard.

L’histoire nous est contée par Bellovèse qui nous raconte ainsi sa vie, ce premier tome se consacre principalement sur sa jeunesse ainsi que sa première guerre qui doit normalement faire de lui un homme. La narration se révèle assez surprenante, le conteur se laissant aller à des digressions, des explications, mais aussi mélange rêve, réalité et magie, mais surtout ne se révèle pas vraiment linéaire dans le temps et pourtant cela offre au récit un aspect un peu véridique et on se retrouve emporter par cette vie ou chaque passage offre une nouvelle pièce du puzzle de la vie du héros. Une vie d’honneur, de guerre, de combat, mais aussi une vie où la magie, les traditions et le folklore ont une grande importance et une grande influence. L’auteur par son travail que ce soit sur la complexité de l’intrigue, la densité de l’univers ou encore sur la construction du récit arrive vraiment à happer le lecteur dans son récit fascinant et entrainant.

Concernant l’univers mis en place dans ce récit on sent que l’auteur a effectué énormément de recherches pour construire ce monde Celtes, ce monde de guerriers, de magies, de druides, de devineresses et de mystères qui se révèlent vraiment fascinant. L’aspect fantastique prend, dans ce cycle, plus d’ampleur que dans les précédents romans de l’auteur, mais on sent bien que le tout est imbriqué dans l’histoire, qu’il a une grande importance, de plus on sent bien que l’auteur maîtrise parfaitement son sujet. Mes connaissances concernant les celtes restent très limités et pourtant jamais je ne me suis senti perdu dans cet univers cohérent, efficace et qui se dévoile lentement pour le plus grand plaisir des lecteurs. Que ce soit les dieux, les hommes, les lois, les batailles ou encore la différenciation entre le monde des morts et le monde des vivants, rien n’est laissé au hasard, tout à son importance et tout se révèle fascinant.

Les personnages principaux ne sont pas inconnus puisque Béllovèse et Sacrovèse sont des personnages de légendes dont l’historicité n’est pas avérée. C’est à partir de là que l’auteur est parti pour construire son histoire et ses personnages. Des personnages qui se révèlent vraiment fascinants, principalement Béllovèse, qui est le personnage principal ainsi que le narrateur, qui se révèle être un héros charismatique et sauvage mais qui, aussi, à travers son enfance et le début de sa vie, nous dévoile un personnage ambigu, plein de faiblesses, longtemps manipulé par sa famille et sur qui pèse un lourd secret. Concernant les personnages qui gravitent autour du héros, hommes ou femmes, ils se révèlent tout aussi fascinants et passionnant avec leurs forces et leurs faiblesses. Alors, bien entendu il est un peu tôt pour dire que l’auteur a vraiment réussi à s’approprier ses êtres de légendes, mais en tout cas on retrouve une excellente introduction à ces héros.

Ce qui me fascine toujours autant avec l’auteur c’est son travail sur l’écriture qu’il effectue à travers chacun de ses textes. Un travail vraiment fascinant, complexe et qui possède son propre rythme et sa propre poésie ce qui fait qu’on est facilement entrainé par ce roman. Juste, peut être sur les dialogues, parfois je les trouvais un peu trop proches de Gagner la Guerre dans le ton familier ce qui m’a légèrement surpris. Je tiens quand même à mettre en garde, le rythme du roman est assez lent, si vous cherchez un roman nerveux et guerrier passer votre chemin, même si on retrouve ici un roman sauvage, complexe et rempli de mystères. Dans tous les cas voilà un premier tome qui nous offre une introduction vraiment passionnante et captivante et mon seul regret et de, finalement, ne pas avoir la suite directement sous la main.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment avec ce premier tome, du nouveau cycle de l’auteur, qui nous offre une introduction vraiment fascinante et passionnante. L’intrigue se révèle sauvage, pleine d’honneur et de tradition, mais ne laisse pas pour autant de côté la complexité, le tout possédant son lot de surprises et de rebondissements. L’univers développé par l’auteur se révèle dense et surtout on remarque le travail de recherche effectué qui nous offre un monde cohérent et captivant. Les personnages se révèlent charismatiques, passionnants à découvrir et à suivre, et surtout des personnages remplis d’honneurs, mais avec leurs forces et leurs faiblesses. La plume de l’auteur se révèle toujours aussi soignée, poétique et travaillée, qui emporte facilement le lecteur dans cette histoire. Je suis juste un peu surpris de retrouver parfois dans certains dialogues la familiarité de Gagner la Guerre. J’attends la suite avec impatience.

 

Ma Note : 9/10

Janua Vera – Jean-Philippe Jaworski

janua-veraRésumé : Chaque nuit, Leodegar le Resplendissant se réveille en hurlant dans son palais. Quelle est donc l’angoisse qui étreint le conquérant dans son sommeil ? S’agit-il d’un drame intime, ou bien de l’écho multiple des émotions qui animent le peuple du vieux royaume ?

Désenchantement de Suzelle, la petite paysanne, devant la cruauté de la vie ? Panique de maître Calame, le copiste, face aux maléfices qui somnolent dans ses archives ? Scrupule d’Ædam, le chevalier, à manquer aux lois de l’honneur ? Hantise de Cecht, le housekarl, confronté aux fantômes de la forêt ? Appréhension de Benvenuto, le maître assassin, d’être un jour l’objet d’un contrat ? Ou peurs primales, peurs fondamentales, telles qu’on les chuchote au Confident, qui gît au plus noir des ténèbres…

Edition : Les Moutons Électriques

 

Mon Avis : Jean-Philippe Jaworski est un auteur qui a vraiment réussi à me convaincre et à me fasciner dès son premier roman, Gagner la Guerre, qui offrait une histoire vraiment soignée, dense, efficace et surtout un véritable travail sur l’écriture. J’avais donc envie de découvrir son recueil de nouvelles, Janua Vera, mais voilà je souhaitais l’édition des Moutons et mon budget n’a pas toujours été en adéquation avec mon envie. Voilà maintenant chose réparée, ce livre ayant rejoint ma PAL il y a quelques mois. À noter que l’édition que je viens de lire comporte 10 nouvelles et, en tout cas je trouve la couverture, illustrée par Howard Pyle, vraiment réussie.

Avertissement au Lecteur : Ce texte n’est pas une nouvelle, mais sert d’introduction au recueil, en fait on retrouve Benvenuto dans un texte ou l’auteur joue sur la réalité et la fiction, qui est vrai de qui est faux entre Benvenuto et l’auteur. J’avoue je n’ai pas complètement accroché à ce texte car il donne l’impression que Benvenuto remet en cause les histoires de ce vieux royaume même si je comprends le travail de l’auteur sur cette introduction.

Janua Vera : Cette nouvelle sert véritablement de texte d’introduction à l’univers de l’auteur, car il s’agit, chronologiquement, du texte le plus ancien de ce royaume. Un texte qui nous dévoile un Roi-Dieu en prise avec son premier cauchemar. Un texte vraiment intéressant, épique et mystérieux qui offre une conclusion vraiment surprenante, passionnante et possédant sa dose de cynisme. Mais voilà j’ai aussi trouvé le texte un peu froid et surtout j’ai eu du mal à complètement plonger dans ce personnage de Roi-Dieu tellement contradictoire. Pas que le texte soit mauvais, loin de là mais ce n’est pas la nouvelle que j’ai préférée de ce recueil.

Montefellóne : Voilà un texte que j’ai trouvé vraiment intéressant et passionnant du début à la fin, nous plongeant dans une guerre, à travers une époque proche du Moyen-Age, où l’on suit un général un peu forcé de se battre pour faire plaisir à son roi. Un texte intense, qui monte en tension au fil des pages qu’on tourne avec grand plaisir et qu’on savoure, pour finir de façon vraiment surprenant et pleine d’ironie pour le personnage principal. Une excellente nouvelle.

Mauvaise Donne : Sûrement la meilleure nouvelle de ce recueil à mon goût, mais elle partait avec un avantage, l’avantage de retrouver Benvenuto et de découvrir comment il a rejoint Leonide Ducatore. Une nouvelle, mélange habile d’action, d’intrigue et jeu de pouvoir, toujours magnifiquement porté par le personnage passionnant de Benvenuto, héros mélangeant gouaille, finesse, violence et folie maîtrisée. Une histoire pleine de rythme, de surprise et parfaitement maîtrisée du début à la fin.

Le Service des Dames : Cette nouvelle repose en fait sur un chevalier qui croit ferment au code d’honneur de la chevalerie, et c’est là-dessus que l’auteur construit son texte, mettant à mal de façon sournoise, surprenante et efficace ce code d’honneur. Le personnage principal est vraiment déroutant, mais pourtant captivant à découvrir au fil des pages, principalement sur sa façon de gérer la situation. Une nouvelle cynique à souhait et qui m’a ravi.

Une Offrande Très Précieuse : Une nouvelle intéressante peut être légèrement en dessous des trois précédentes, mais qui se révèle intimiste nous contant l’histoire de ce barbare au terrible secret. Une nouvelle traitée tout en finesse avec un mélange de fantastique et de divinité poussant le héros à faire une introspection sur lui-même et qui trait de la mort et du deuil de façon vraiment intéressante. Pas la plus bouleversante ni la plus passionnante des nouvelles du recueil, mais une nouvelle efficace.

Le Conte de Suzelle : De nouveau une nouvelle intimiste nous plongeant dans la vie de Suzelle qui va, un beau jour, rencontrer ce qu’elle croit être son prince charmant, celui qui changera sa vie. Un texte vraiment poignant, prenant et cruel qui va se révéler vraiment efficace et bien maîtrisée par l’auteur, malgré un rythme assez lent, sachant rendre la vie de ce personnage vraiment attachante. On suit son évolution jusqu’à cette conclusion étonnante et crue.

Jour de Guigne : Voilà une nouvelle offrant un ton plus léger et qui nous offre une histoire de malchance des plus pittoresque et pleine d’humour. On suit un personnage qui va subir une sorte de malédiction et qui va aligner les bévues et les malchances. Un texte vraiment drôle, et plein de finesse, hommage un peu à Pratchett, qui se révèle vraiment réussi et détend parfaitement le lecteur, surtout que la nouvelle est idéalement placée vers le milieu du recueil.

Un Amour Dévorant : On quitte le registre de l’humour pour cette fois plonger dans le registre du fantastique et des fantômes avec cette nouvelle qui possède son côté angoissant, mais qui se révèle vraiment intéressante à découvrir. Surtout le lecteur tourne les pages pour essayer d’en apprendre plus sur le sort tragique des héros.

Comment Blandin fut Perdu : A travers cette histoire on nous raconte la vie d’un peintre qui un jour a pris un apprenti talentueux, mais miné par un amour inconditionnel qui fait qu’il ne peint que le visage de sa bien-aimée. Encore une fois l’auteur nous plonge dans une nouvelle dense et détaillée, nous plongeant dans l’art, un art par moment éblouissant et de toute beauté. L’intrigue monte doucement en tension au fil des pages offrant une conclusion efficace, mais que j’ai trouvé un peu convenue.

Le Confident : Une nouvelle qui nous plonge dans une histoire sombre et parfois angoissante. On suite un membre du culte du desséché qui a décidé de se priver de toute lumière et va devenir un confident. Une nouvelle qui oscille de façon efficace et prenante entre rêve et réalité et nous dévoilant un personnage vraiment intéressant. La conclusion ouverte se révèle vraiment intéressante.

 

Ce qui marque toujours le lecteur avec les écrits de l’auteur c’est le travail qu’il effectue sur l’écriture, mais aussi tout le travail mis en avant, que ce soit dans la présentation des personnages, les descriptions ou encore la découverte de tout cet univers qui se révèle fascinant. Une écriture vraiment dense, soignée et élégante, mais le tout sans jamais tomber non plus dans un style ampoulé ou un peu trop lourd, trouvant toujours parfaitement la justesse de ton qui emporte le lecteur dans ces textes. Dans tous les cas voilà un recueil de nouvelles vraiment passionnant à découvrir qui nous plonge dans un univers vraiment passionnant et dense pour suivre des personnages humains et attachants. Les annexes apportent aussi un vrai plus à ce recueil. Un recueil qui mérite vraiment d’être lu.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce recueil de nouvelles qui nous plongent dans des histoires toutes plus passionnantes les unes que les autres, vraiment efficaces et prenantes. On suit des personnages souvent torturés, qui se révèlent passionnants et plein de surprises. L’univers est vraiment captivant à découvrir et donne envie d’en savoir plus. La plume de l’auteur est toujours aussi travaillée, dense, raffinée et pleine de justesse, mais surtout l’auteur sait jouer de tous les styles, aussi bien le burlesque que le côté angoissant. Un recueil de 10 nouvelles qui mérite vraiment d’être découvert.

 

Ma Note : 8,5/10

 

chalenge

Challenge JLNN 5ème lecture

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre