Étiquette : la roue du temps

La Roue du Temps Tome 3, Le Dragon Réincarné – Robert Jordan

Résumé : Rand al’Thor se résigne peu à peu à son sort : il est le Dragon Réincarné, que ça lui plaise ou non, et il devra honorer son rendez-vous avec le Ténébreux – une sanglante affaire de gloire, d’honneur et de salut du monde.
Totalement dépassé par ses nouveaux pouvoirs, il décide alors de laisser ses amis derrière lui et de partir seul pour Tear, la fabuleuse cité où l’attend Callandor, l’épée légendaire qu’il est censé brandir lors de l’Ultime Bataille. C’est là que les fils du destin se noueront une fois pour toutes…

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Il y a quelques temps maintenant, je me suis enfin lancé dans la lecture de ce cycle de La Roue du Temps. En effet après plusieurs péripéties éditoriales, Bragelonne a récupéré il y a peu le projet et décider de les éditer en suivant le découpage original, proposant par la même occasion une nouvelle traduction. Je n’allais donc pas passer à côté de la possibilité d’enfin lire ce cycle, dont je n’avais lu que quelques tomes en poche. Après deux premiers volumes (Chronique du Tome 1, Tome 2) m’ayant offert de très bons moments de lecture, je me demandais quelles péripéties allaient bien rencontrer nos héros dans ce troisième tome et surtout j’attendais de voir comment allaient évoluer les personnages. À noter la couverture, dans la lignée des tomes précédents se révélant sobre et agréable.

Lors des deux premiers tome Rand avait fuit son destin, mais depuis la fin du second volume il a du faire face a la vérité, il sait canaliser le Saidin. Moiraine le déclare même comme le Dragon Réincarné et l’emmène se cacher dans des montagnes le temps de savoir quoi faire. Rand exaspéré d’attendre et de ne rien savoir, décide de suivre ses rêves et de fuir à la poursuite de l’épée mythique de Callandor. Concernant ce troisième tome, il confirme un peu ce que j’entrevoyais dans les deux premiers tomes. Il est efficace et remplit parfaitement son rôle, moi qui aime les univers vastes et denses je suis plus que servi, mais quelques points vont régulièrement me laisser perplexe. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas accroché, j’ai passé un bon moment avec ce troisième tome, mais voilà comme tout récit il a ses défauts. Alors déjà je vais faire mon rappel habituel avec cette série, La Roue du Temps est un très long cycle qui est très classique dans ce qu’il construit d’un point de vue High Fantasy avec cette lutte entre le bien et le mal. Ensuite, c’est clairement un Livre-Univers où l’auteur prend vraiment son temps à construire tout ce qui fait son monde et qui plaira aux lecteurs qui aiment s’y perdre. Si vous ne vous reconnaissez pas dans cette description ou que par exemple vous préférez les récits sans temps morts, alors j’aurai du mal à vous conseiller ce cycle.

Déjà le premier point qui, je trouve, apporte quelque-chose de nouveau dans ce troisième Tome, vient de la Narration. Rand disparait ainsi grandement de ce troisième tome pour laisser la place à ses différents compagnons, alors que finalement il est toujours le héros central de l’intrigue. Cela permet ainsi à l’auteur de jouer avec le lecteur, d’offrir une certaine ambiguïté sur Rand, de se poser des questions sur lui. Est-il en train de sombrer dans la folie? Va-t-il finalement mener cette lutte à sa perte? Ou bien est-il vraiment guider par la Roue du Temps et son statu de Ta’veren ? Cela amène ainsi une certaine tension au récit, accentué encore par les intrigues secondaires concernant les aes sedai de l’Ajah noire ou encore les aspects politiques qui se resserrent, voyant le monde changer. On est toujours globalement dans une lutte entre le bien et le mal, mais cela n’empêche pas les différents personnages de se révéler complexes et de montrer que parfois la frontière entre un camp ou l’auteur repose sur de nombreux facteurs et peut varier dans un sens comme dans l’autre. L’auteur maîtrise plutôt bien le rythme de son récit, amenant révélations et rebondissements de tel façon qu’on tourne les pages avec un minimum d’envie d’en apprendre plus, même si parfois il en fait un peu trop mais j’y reviendrai. Dans tous les cas un troisième tome à l’intrigue intéressante, efficace et qui ne manque pas d’attrait.

Bien entendu, comme je l’ai dit le gros point fort vient clairement de l’univers que construit l’auteur tout le long de son cycle. On plonge ainsi dans un monde dont on sent qu’il est maîtrisé, se révélant dense, au détail près et paraissant immense. Pour tout ceux qui apprécient la Fantasy pour cette capacité à dépayser son lectorat, Robert Jordan s’en sort plus que bien que ce soit d’un point de vue social, politique, jeux de pouvoirs, magie ou bien encore mœurs et coutumes. Chaque ville visité, chaque région découverte offre ainsi quelque-chose de différent, d’accrocheur. Cela a beau être le troisième tome, la magie de la découverte étant ainsi passé, et pourtant je plonge avec toujours autant de plaisir dans cet univers et j’y replongerai avec envie tant il me donne l’impression de voyager et de voir de nouvelles choses. Alors après ce troisième tome apporte certes tout de même moins de nouveautés que les deux premiers, on y retrouve certains lieux déjà visité, mais cela ne lui enlève en rien son intérêt. Autre point intéressant on en apprend aussi un peu plus sur les systèmes de magie, mais aussi sur l’intrigue fil rouge, les réprouvés et autres. Je regretterai juste une chose, l’univers est dense, certes, mais parfois il l’est un peu trop. Certaines longueurs se font parfois ressentir ici ou là. Oui j’aime quand un auteur prend son temps pour développer son monde, mais pas au point de me donner la description du pied de la table de la petite pièce au fond qui sert à rien. Je caricature un peu mes propos, ça ne va pas à ce point-là, mais par moment il en faisait clairement trop même si ce n’est en rien trop bloquant.

Concernant les personnages là on entre un peu plus dans les griefs que j’ai eu avec ce tome. J’ai ainsi eu pour schématiser trois niveaux d’appréciations différentes selon les personnages rencontrés. Concernant Rand et Perrin, les passages qui tournent autour d’eux sont vraiment intéressants à suivre. Certes Rand, comme je l’ai dit, est peu présent, mais on sent le personnage évoluer doucement. Avoir un tel fardeau sur les épaules n’est pas gratuit ni facile à supporter. Perrin est le plus intéressant à découvrir dans ce tome, il est celui qui se remet vraiment en question suite aux évènements du second tome et à sa particularité. Il essaie de rester droit dans ses principes, ce qui n’est pas toujours facile. Vient ensuite Mat, qui n’est pas un mauvais personnage, mais qui par certains points m’a par moment donner envie de le secouer. Lui aussi évolue et doit faire face aux conséquences liées à la dague qu’il a pris dans les tomes précédents. Lui aussi doit avancer et évoluer et malgré son attitude hautaine, dévoile qu’il possède du cœur. Sa relation avec Thom apporte aussi un plus à son fil d’intrigue. Par contre ce qui m’a un peu dérangé c’est sa désinvolture, il a quand même participé durant les deux premiers tome à la grande bataille, Rand est le dragon réincarné, il a failli mourir, pourtant il continue à réagir comme un adolescent boudeur qui sait tout sur tout et mieux que tout le monde. Après j’ai confiance, je pense qu’il va évoluer.

Vient enfin la dernière catégorie de personnages composé d’Egwene, Nynaeve et Elayne. Comment dire, j’ai eu plus du mal avec elles. Dans le dernier tiers elles s’avèrent pourtant intéressantes à suivre, mais bon sang ce que j’ai eu du mal avec toute la partie Aes Sedai. Surtout celle où elles doivent débusquer l’Ajah Noire qui en devenait répétitif. Les voir se plaindre toutes le 2 pages et répéter à tout va que telle sœur pourrait être une ennemie, celle-ci aussi, puis celle-là qui sait et celle-là … c’est bon on a compris toute personne est potentiellement un ennemi pas besoin d’en faire une histoire à chaque fois que tu croises quelqu’un. Pareil concernant leurs manies qui se réitèrent de trop. Ensuite elles ont aussi ce côté je sais tout mieux que tout le monde qui, a force à eu le don de m’ennuyer. Alors on pourrait croire que je n’ai pas du tout apprécier ces héroïnes, alors que c’est faux elles restent intéressantes dans ce qu’elles apportent à l’intrigue et aussi dans tout ce qui concerna la magie, juste elle me donne l’impression de ne pas évoluer ce qui est légèrement dommage. Enfin deux points plus généraux que j’avais déjà soulevé, toutes les femmes sont bien entendu magnifiques, aucune n’ayant la moindre petite imperfection, ensuite l’auteur en fait parfois un peu trop sur certaines généralités caricaturales, principalement dans la vision qu’à chaque genre vis-à-vis de l’autre, qui à force de se voir seriner lasse le lecteur.

Alors attention, comme je l’ai dit, malgré les derniers points que j’ai soulevé, j’ai passé un agréable moment avec ce troisième tome qui offre une high Fantasy classique et efficace. Il est aussi compliqué de résumer un tel volume en quelques mots. Je comprends clairement qu’il soit considérer comme une œuvre majeure par beaucoup et lecteurs car, même si moi personnellement je suis loin de le considérer comme un chef d’œuvre, j’en reconnais ses qualités et sa capacité à nous faire voyager à la découverte de ce monde et à nous happer un minimum dans cette lutte pleines d’aventures. Certes tout n’est pas parfait mais cela ne m’empêchera pas de lire la suite de ce cycle toujours bien porté par une plume que je trouve soignée, efficace, vivante et entraînante qui finalement a réussit à me plonger facilement dans son récit.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec le troisième tome de cette qui, même s’il a commencé à montrer ses limites sur certains points, offre une histoire efficace et intéressante. Le point intéressant de ce tome vient du changement dans la narration où Rand, le héros, disparait en grande partie au profit de ses amis. Cela permet ainsi à l’auteur de jouer avec le lecteur et à se poser des questions sur la santé du héros et sa possible folie. Le point fort de ce genre de cycle vient aussi clairement de l’univers qui est mis en place qui se révèle extrêmement dense. L’auteur construit un monde au moindre détail prés, où chacun peut venir se perdre et se dépayser et qui évolue sans cesse. Le revers de la médaille c’est que, même moi qui apprécie énormément ce genre d’univers j’ai trouvé qu’il en faisait trop. Concernant les personnages, j’ai énormément accroché à Rand et Perrin qui évoluent et doivent faire face aux derniers bouleversements, j’ai un peu moins accroché à Mat qui, sans être mauvais, sa désinvolture me tapait sur le système et enfin je n’ai que moyennement accroché aux personnages féminins, principalement dans la partie dans la tour Aes Sedai. Pour moi une impression de ne pas avancer, de se répéter avec des héroïnes qui savent tout mieux que tout le monde et aux manies, à force, agaçantes. Je regretterai aussi le fait que toutes les héroïnes sont bien entendu magnifique et sans défauts physiques ou sur certaines généralités caricaturales qu’on trouve limite à chaque chapitre. Au final un troisième tome bien porté par une plume soignée et efficace qui m’a offert un bon moment de lecture et je continuerai le cycle sans soucis.

Ma Note : 7,5/10

La Roue du Temps Tome 2, La Grande Quête – Robert Jordan

la-roue-du-temps-2-la-grande-queteRésumé : À peine arrivé à la forteresse de Fal Dara, le jeune Rand n’a déjà qu’une idée en tête : fuir les noirs secrets qu’il a appris sur lui-même.
Moiraine, la puissante magicienne qui seule pourrait lui fournir des réponses, l’évite désormais comme la peste. Rand sait qu’il devrait quitter ces lieux, partir où personne ne le connaît et où il ne pourrait faire aucun mal.
Mais il est trop tard : les Aes Sedai l’ont enfermé et son seul espoir d’obtenir de l’aide à présent est Egwene, la femme qu’il pensait épouser un jour… et qui est en train de devenir elle-même une Aes Sedai.

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Ca y est le tout dernier tome de cette série a été publié, en VO, il y a quelques mois à peine, j’ai donc décidé de me lancer dans le second tome de cette série (qui en comportera donc au final 14), surtout que j’avais passé un bon moment de lecture avec le premier et que j’avais hâte de voir ce qu’allait devenir nos héros par la suite (retrouvez ma chronique du Tome 1 ici). La couverture de ce second tome reste dans la lignée des précédentes, reprenant le sigle de la roue du temps et se révèle, je trouve, sympathique et sobre.

Contrairement au premier tome, qui reprenait clairement les codes balisés de la High Fantasy, ce second tome commence à se démarquer avec une histoire qui sort légèrement des sentiers battus habituels. Alors, attention, on continue ce combat entre la lumière et les ténèbres et les personnages continuent leurs voyages et leurs épreuves initiatiques, mais l’auteur commence à étoffer son oeuvre d’idées qui lui sont propres. L’intrigue continue à avancer et l’auteur continue à positionner ses pions au fil des pages ce qui fait que l’histoire ne manque pas d’attrait, de charme,
et se lit facilement et avec grand plaisir, surtout que rien ne va être simple pour nos héros qui vont devoir par moment se séparer pour mieux réaliser leurs objectifs, qu’ils soient personnels ou encore liés à cette roue qui tourne selon son bon vouloir. L’auteur ne manque pas non plus de maintenir le charme grâce à des révélations et de retournements de situations efficaces et parfois surprenants, même si certains se révèlent clairement balisés et on les voit arriver assez rapidement, ce qui ne manque pas de se révéler efficace et captivant tant on a envie d’en apprendre plus.

Et pourtant ce second tome n’est pas non plus exempt de quelques défauts, dans le dernier tiers de l’histoire, quand le Cor disparait une seconde fois, j’ai trouvé que l’auteur traînait un peu en longueur son roman, comme s’il voulait garder le lecteur le plus longtemps possible, mais sans apporter d’éléments vraiment importants, ou, qui ne se révèleront peut-être importants que par la suite. Ce qui est dommage, car cette impression de parfois ne pas avancer, de rester statique est un peu dérangeante, mais heureusement finalement compenser par une conclusion qui se révèle de nouveau pleinement efficace et surprenante et qui m’a bien accroché avec son lot de révélations, d’acceptations et de surprises. L’auteur continue aussi tout au long du récit à jouer avec le lecteur de façon efficace, il n’est pas toujours facile de discerner qui soutient la lumière de qui soutient l’ombre, même si parfois l’auteur en fait un peu trop ce qui fait qu’on devine trop rapidement le camp du personnage. Alors, je me répète, mais si les univers de High Fantasy, un peu à la Tolkien, vous rebute, ne vous lancez pas dans ce cycle.

Concernant l’univers il est toujours aussi fascinant à découvrir au fil des pages et parait clairement immense et foisonnant, tant l’auteur s’amuse à le travailler et à le densifier. Alors, bien sûr le lecteur possède déjà les bases obtenues lors premier tome, ce qui fait qu’on en apprend un peu moins, mais franchement il est toujours aussi passionnant de découvrir ce monde rempli de différentes cultures, de différents codes, de différentes façons de voir et d’évoluer, chaque nouvelle ville apportant sa nouvelle découverte et un nouvel attrait ce qui continue à rendre ce monde palpable et donne clairement envie de le découvrir. L’auteur continue aussi à faire évoluer son système de magie, commençant à dévoiler dans ce tome le côté masculin du pouvoir ainsi que sa corruption, mais aussi les pierres de pouvoirs, le tout se révélant parfaitement intégré dans l’histoire et l’univers. Autant le dire clairement la mise en place de cet univers passe parfois par de longues descriptions que, personnellement j’adore, mais pourrait en rebuter certains.

Concernant les personnages autant je les trouve travaillés, denses et complexes ce qui fait qu’on suit avec grand plaisir leurs aventures et qu’on s’attache facilement, un minimum, à eux, autant ils possèdent souvent des aspects qui se révèlent parfois frustrants tant ils sont répétitifs et parfois même ennuyeux. Déjà concernant les femmes, rien n’a changé, premièrement elles sont toutes plus belles que belles, quand on pense avoir rencontré la plus belle femme du récit, non, quelques pages plus loin une autre se révèle encore plus jolie, à croire que dans l’univers de Jordan il n’y a que des top model, ensuite vient toujours ce sentiment que les femmes sont meilleures en tout, savent tout sur tout et ne sont jamais, mais alors jamais, remisent en cause, ce qui parfois se révèle assez ennuyeux. Ajouter à cela quelques traits de caractères un peu trop répétitifs comme par exemple que tout le monde met son malheur sur le dos de Moiraine ou les Aes Sedai, ou encore cet aspect de Rand de toujours se voiler la face. Rien de bien dérangeant, car les personnages restent vraiment intéressants à suivre, mais voilà parfois c’est un peu fatigant.

Concernant la plume de l’auteur elle se révèle toujours aussi travaillée, fluide et efficace que dans le premier tome, nous entrainant de nouveau avec facilité dans les aventures de nos héros. Des aventures parsemées d’embûches qui forceront de nouveau les personnages a devoir faire leurs maximums pour s’en sortir ce qui les obligeront aussi à évoluer, à changer et à admettre pas mal de choses sur eux. L’auteur alterne assez efficacement les différents passages, qu’is soient d’action ou de dialogue, même si comme je l’ai dit une certaine longueur apparait dans le dernier tiers du roman. Au final voilà un second tome aussi efficace et entrainant que le premier, malgré quelques défauts, et je lirai la suite sans problème qui est déjà d’ailleurs dans ma PAL.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce second tome de ce cycle qui nous offre une histoire efficace, bien mené et plaisante à lire ou on tourne les pages avec plaisir pour découvrir la suite malgré une certaine longueur et une impression un peu de tourner en rond dans le dernier tiers du roman. Un second tome qui révèle son lot de révélations et de surprise et qui offre une conclusion efficace et plaisante. L’univers est l’un des points forts se révélant dense, travaillé et complexe et continue à se dévoiler de façon passionnante au lecteur au fil des pages. Les personnages sont toujours attachants et on suite leurs aventures avec plaisir malgré parfois certains traits de caractères ennuyeux et toujours ce sentiment de supériorité ultime chez les femmes et le fait qu’elles sont toutes top model. La plume de l’auteur est toujours aussi travaillée et fluide et nous plongea facilement dans son histoire pleine d’aventures et d’embûches. Un second tome qui possède, certes, ses défauts, mais se révèle toujours aussi efficace et prenant. Je lirai en tout cas la suite avec plaisir.

 

Ma Note : 8/10

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre