Étiquette : le batard de kosigan

Le Bâtard de Kosigan Tome 4, Le Testament d’Involution – Fabien Cerutti

Résumé : Et si l’origine du plus grand lac de la région de Cologne avait un rapport avec une prophétie réalisée en 1341 ? Et si cette même année, le chevalier de Kosigan avait réveillé des forces qui le dépassent ? Et si le destin de sa postérité se jouait cinq siècles plus tard dans la cave voûtée d’un bistrot parisien ? Et si les secrets révélés dans ce livre étaient dangereux ? Et qu’en les découvrant, vous deveniez complice…

 

Edition : Mnémos

 

Mon Avis : Il y a environ trois ans maintenant, je me suis lancé dans la lecture de ce cycle sur le Bâtard de Kosigan qui offrait un récit à la fois haletant et énergique, mais qui proposait aussi une Fantasy historique intéressante avec la réécriture de l’Histoire à la sauce féérique (chronique Tome 1, Tome 2, Tome 3). J’attendais ainsi ce quatrième tome avec impatience, car autant les deux premiers livres offraient chacun une histoire du bâtard avec une conclusion (certes ouverte sur d’autres points), autant la troisième intrigue, devant son ampleur, a été coupée en deux pour répondre aux contraintes éditoriales. Concernant la couverture, illustrée par Emile Denis, je la trouve très sympathique mais, désolé, elle offre selon moi trop d’indices.

Lire la suite

Le Bâtard de Kosigan Tome 3, Le Marteau des Sorcières – Fabien Cerutti

Résumé : 1341, sur les traces de son passé, le Bâtard de Kosigan et sa compagnie s’enfoncent dans les profondeurs de l’Empire germanique au service d’un puissant seigneur du Rhin. Les mystères s’épaississent, mêlant complots, magie et religion, sur fond de chasse aux sorcières. Le chevalier devra naviguer avec prudence sur des eaux redoutables où l’Inquisition rôde et où il est parfois difficile de distinguer amis et ennemis. À quelques siècles d’intervalle, Kergaël de Kosigan tente d’élucider les interrogations soulevées par les écrits de son ancêtre. Mais remuer les secrets de l’Histoire s’avère périlleux et la vérité a toujours un prix.

Edition : Mnémos

 

Mon Avis : Il y a un peu plus de deux ans maintenant, je me suis lancé dans la découverte des aventures de ce Bâtard de Kosigan un peu sur un coup de tête. J’ai ainsi plongé dans un cycle dont les deux premiers tomes m’ont offert un bon moment de lecture, efficace et entraînant, avec son lot de mystères et de complots (ma chronique du Tome 1, Tome 2). D’ailleurs la fin du second tome, lassait quelques questions secondaires en suspend dont la suite devait nous dévoiler les réponses, que ce soit en partie sur le passé du Bâtard comme sur la ligne temporelle de 1899 et j’avais hâte de me plonger dans cette suite. Concernant la couverture, illustrée par Emile Denis, elle est dans la même lignée que les précédentes et s’avère sympathique.

Lire la suite

Le Bâtard de Kosigan Tome 2, Le Fou Prend le Roi – Fabien Cerutti

le batard de kosigan t2 le fou prend le roiRésumé : 1340, au cœur du comté de Flandre. Alors que les premiers feux de la guerre de Cent Ans s’allument, le Bâtard de Kosigan et ses Loups se voient confier, par le sénéchal d’Angleterre, la délicate mission de découvrir les tenants et aboutissants d’un complot qui se trame… autour du roi de France.
Une enquête surprenante et extrêmement dangereuse, mêlant trahisons et forces obscures, dans laquelle l’ascendance surnaturelle du Bâtard, habituellement son plus grand atout, pourrait bien se muer en talon d’Achille.
Cinq siècles et demi plus tard, à la fin de l’année 1899, l’enquête engagée par le lointain descendant du chevalier tente de faire la lumière sur l’inexplicable disparition des puissances magiques. Entre Bruges et Lens, peut-être mettra-t-elle à jour la nature des ombres qui se dissimulent derrière les échos cachés de l’Histoire.

Edition : Mnémos

 

Mon Avis : Il y a quelques mois, je me suis laissé tenter par le premier tome de cette série sur Le Bâtard de Kosigan qui m’avait offert un bon moment de lecture à travers une intrigue vive, sans temps morts et efficace, proposant de nombreux mystères le tout dans un univers uchronique et Fantasy intéressant (ma chronique ici). C’est donc sans surprise que, lors des dernières Imaginales, je me suis rapidement laissé tenter par la suite, surtout que l’auteur a su titiller ma curiosité concernant ce deuxième tome. J’ai donc décidé de sortir ce livre de ma PAL et de voir ce qu’allait bien pouvoir nous offrir ces nouvelles aventures du Bâtard. A noter que ce livre peut être lu indépendamment du premier tome, même si ce serait dommage selon moi, loupant ainsi une ou deux références. Concernant la couverture, illustrée par Emile Denis, elle reste dans la même veine que le premier et se révèle toujours aussi sympathique.

Avec ce second tome, l’auteur continue à revisiter l’Histoire de France, car après avoir posé son intrigue sur l’indépendance de la Champagne, cette fois l’auteur nous fait revisiter les prémices de la guerre de Cent Ans et ce conflit pour le trône de France. Alors attention on parle bien d’Histoire Uchronique, que ce soit dans la présence de peuples féériques comme dans les changements historiques qui apparaissent, de nombreux changements sont présents. Si vous cherchez un roman pointilleux historiquement, il vaut mieux passer son chemin. En tout cas une chose est sune j’ai retrouvé avec plaisir les aventures et les péripéties de chevalier de Kosigan qui continuent à se révéler prenantes, sans temps morts, avec de l’action, des rebondissements et son lot de surprises. Dans tous les cas on ne s’ennuie jamais vraiment avec le Bâtard tant ses missions se révèlent semées d’embûches. Le chapitrage court joue aussi sur le fait qu’on se retrouve à tourner les pages avec plaisir et envie d’en apprendre plus. Je regretterai juste un point, qui risque de faire tiquer ceux qui ont lu ma première chronique, c’est que le héros subit un peu trop les évènements, il m’a ainsi paru d’une certaine façon trop attentiste pour prendre finalement des décisions qui paraissent discutable, surtout vu l’intelligence qu’il a déployé dans le premier volume. Alors je sais, dans le premier tome j’avais dit l’inverse, le Bâtard s’en sortait trop bien, son plan paraissait trop parfait. Clairement ici l’auteur a décidé de montrer que le héros pouvait être mis à mal, qu’il pouvait ne pas contrôler toutes les situations, mais sur une ou deux situations on tombe dans l’effet inverse où on se demande s’il réfléchit vraiment à ce qu’il fait. Attention ce n’est en rien dérangeant tant l’auteur maîtrise de nouveau parfaitement le rythme de son récit pour nous happer et donner envie d’en apprendre plus.

Autre point qui m’a dérangé dans l’intrigue, c’est la partie qui se passe, toujours au travers d’une narration par correspondance, en 1899 qui, sans être non plus mauvaise ou inutile, loin de là, manque quand même de punch et surtout parait un peu tirer en longueur. Pas que je souhaite toutes les réponses d’un coup, mais voilà la première moitié de cette intrigue parait un peu répétitive, finalement ne tournant que sur les éléments du premier tome, n’apportant que peu de réponses. Comme si l’auteur essayait de garder le maximum d’informations pour les prochains tomes et en rajoutait. Pourtant, elle n’est pas non plus si inintéressante que cela, les questions qu’elle soulève ne manquent pas de titiller le lecteur, d’essayer de comprendre cette grande différence d’Histoire entre le 19ème et le 14ème siècle. Peut-être que plus condensé cela aurait permis de rendre l’ensemble encore un peu plus efficace. Mais bon rien de non plus trop bloquant.

Concernant l’univers, certes on perd un peu de l’aspect découverte du premier tome, mais l’auteur continue à nous dévoiler un univers qui se révèle solide, efficace, entrainant et prenant. L’auteur continue à parfaitement maîtriser son aspect Historique et surtout arrive à le revisiter et à le modifier de façon vraiment intéressante, logique et cohérente. L’ensemble est porté par un travail de fond et des descriptions qui font qu’on peut plonger dans ce monde, que ce soit dans ce moyen-âge âpre et violent comme à travers ce 19ème siècle plus technologique, avec facilité, sans jamais se sentir perdu ou même ne ressentir de longueurs. Les luttes de pouvoirs sont toujours aussi présentes et notre héros va se retrouver emporté dans des batailles qu’il ne maîtrise pas. Les passages en 1899 ne manquent pas non plus d’attraits, avec leurs machinations, leurs zones d’ombres et de révélations. Concernant l’aspect Fantasy, que ce soit à travers les êtres mystiques ou encore la magie, il reste toujours présent et apporte un véritable plus à l’ensemble, je trouve, surtout que plus on avance dans l’intrigue, plus on se rend compte qu’elle prend de plus en plus d’importance, que ce soit aussi bien dans la politique des nations, dans la vie du Bâtard, comme dans l’Histoire. Au final, un univers qui donne envie d’en apprendre plus, rien que pour savoir jusqu’où l’auteur va aller dans sa réécriture de l’Histoire.

Les personnages se révèlent toujours aussi intéressants à découvrir au fil de l’histoire, même si j’avoue certains m’ont un peu dérangés. On est ainsi toujours autant captiver par le Bâtard de Kosigan qui se révèle un héros charismatique, dépaysant et à la répartie qui fuse. Il ne manque pas d’attrait et plus on avance dans les tomes, plus son passé se dévoile, certes parfois de façon peut-être un peu trop académique à travers des apartés, mais qui viennent densifier et complexifier un personnage vraiment intéressant à suivre. Il tombe d’ailleurs un peu moins, ici, dans le héros « James Bond » que je lui reprochais légèrement dans le premier tome, ce qui fait que je me suis un peu plus attaché à lui. Mon seul regret est que, vu qu’on se concentre principalement sur lui, il est parfois difficile de se passionner ou s’intéresser aux membres de son groupe. Par conséquent quand les choses se gâtent pour ses loups, je n’ai pas obligatoirement ressenti l’empathie nécessaire je pense. Concernant les personnages secondaires, ils ne sont pas mauvais, mais voilà, ont du mal à sortir du moule du simple protagoniste bon à apporter des réponses ou des révélations. Certains arrivent à sortir du lot, principalement vers la fin, mais voilà c’est parfois légèrement frustrant, même si rien de non plus bloquant. Je regrette par contre qu’Adélys de Quiéret, dont je ne dévoilerai rien, mais qui a son importance, manque quand même de profondeur. Elle a du potentiel. A voir maintenant par la suite.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi efficace, vivante, prenante et arrive rapidement et facilement à emporter le lecteur dans son intrigue et dans l’univers qu’il construit. Certes ce second tome possède encore quelques défauts, mais j’ai de nouveau passé un bon moment de lecture avec ces nouvelles aventures du Bâtard de Kosigan qui nous happe facilement, apportant quelques révélations et soulevant quelques mystères accrocheurs. Je lirai sans soucis le troisième tome quand il sera publié.

En Résumé : J’ai de nouveau passé un bon moment de lecture avec ce second tome des aventures du Bâtard de Kosigan qui offre une histoire toujours aussi nerveuse, vivante, sans temps morts avec son lot de rebondissements et de surprises. L’intrigue comporte toujours son lot de manipulations et de jeux de pouvoir qui se révèlent attrayants. L’aspect historique uchronique ne manque pas d’intérêt et se révèle surtout cohérent et logique. Je reprocherai par un intérêt moindre sur la partie qui se déroule en 1899 donnant l’impression de tirer en longueur et aussi une capacité du héros, sur la période de 1340, à trop subir et parfois faire des choix très contestables alors que le premier tome montrait complètement l’inverse. L’univers s’avère toujours aussi solide et entrainant, l’aspect Fantasy y apporter un plus efficace et soulève aussi sont lot de questions, donnant envie d’en apprendre plus. Concernant les personnages, je me suis accroché rapidement au héros qui est toujours aussi charismatique et entrainant, se complexifiant au fil des tomes. Je regretterai par contre des personnages secondaires qui ont un peu de mal à sortir du lot et le fait que le personnage d’Adélys manque légèrement de profondeur. La plume de l’auteur est simple, entrainante et vivante, happant finalement assez facilement le lecteur dans son intrigue. Au final un second tome qui, malgré quelques défauts, se révèle plus qu’efficace et je lirai la suite sans soucis.

 

Ma Note : 7,5/10

 

Autres avis : joyeux-drille, louve, Boudicca(Bibliocosme), …

Le Bâtard de Kosigan Tome 1, L’Ombre du Pouvoir – Fabien Cerutti

batard de kosiganRésumé : Le chevalier assassin, Pierre Cordwain de Kosigan, dirige une compagnie de mercenaires d’élite triés sur le volet. Surnommé le « Bâtard », exilé d’une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses pouvoirs et son art de la manipulation au service des plus grandes maisons d’Europe.
En ce mois de novembre 1339, sa présence en Champagne, dernier fief des princesses elfiques d’Aëlenwil, en inquiète plus d’un. De tournois officiels en actions diplomatiques, de la boue des bas fonds jusqu’au lit des princesses, chacun de ses actes semble servir un but précis.
À l’évidence, un plan de grande envergure se dissimule derrière ces manigances. Mais bien malin qui pourra déterminer lequel…

Edition : Mnémos

 

Mon Avis : Ce livre m’a longtemps tenté au moment de sa sortie sans que je craque pour autant. Les premiers échos que j’ai eu au fil des mois se révélant plus que positifs, j’ai donc décidé lors des dernières Imaginales, et après discussion avec l’auteur, de le faire entrer dans ma PAL. Il faut dire que le mélange de Fantasy et d’histoire de France proposé par le quatrième de couverture avait de quoi se révéler tentant. Ajouter à cela une couverture, illustrée par Emile Denis , qui met directement dans l’ambiance et une sortie prochaine de la suite j’ai donc décidé de sortir ce livre de ma bibliothèque pour me faire mon avis.

On se retrouve ainsi à plonger dans une histoire qui oscille entre Fantasy, Historique et, d’une certaine façon, Uchronie où l’on suit deux lignes d’intrigues bien distinctes, celle de Pierre Cordwain de Kosigan en 1399 qui se retrouve en plein milieu d’une lutte de pouvoir et qui va y jouer un rôle important, et celle de son descendant en 1899 qui cherche à en apprendre plus sur son ancêtre. La majorité du récit se repose principalement sur l’intrigue en 1339 et offre une histoire qui va rapidement se révéler sans temps morts, où la mort, l’action et les péripéties rodent à chaque coin pour essayer de faire tomber le héros, ce bâtard. Il faut dire qu’il est loin d’être aimé, voir même haï par de nombreuses personnes et son métier de mercenaire ne le met pas toujours dans de bonnes positions, le plaçant régulièrement au milieu d’intrigues politiques, de trahisons et de manipulations. Clairement, on est loin des intrigues denses, complexes, qui s’enchevêtrent pour mieux trahir et surprendre, on est plus dans des intrigues, certes à tiroir, mais qui reposent surtout sur l’action, le rebondissement, le tout à un rythme entrainant et efficace avec un chapitrage assez court, et cela marche parfaitement bien. On se retrouve ainsi emporté dès les premières pages par les nombreuses péripéties et les nombreuses aventures que va rencontrer notre héros. L’auteur maitrise franchement le rythme de son récit, jonglant entre révélations et action et offre ainsi une histoire sans temps morts, dont on tourne les pages avec plaisir et entrain pour connaitre la suite.

Il faut aussi dire que l’univers historique mis en place par l’auteur joue énormément dans la réussite du livre et se révèle être l’un des gros points forts selon moi. On sent bien du début à la fin que l’auteur connait parfaitement son sujet, nous proposant une époque réaliste, dense et intéressante sans jamais non plus tomber dans des descriptions à rallonges. On plonge ainsi avec plaisir dans une France moyenâgeuse, dans une période de tension, remplie de chevalier, de tournois, de lutte de pouvoir dans un pays encore en mutation et de violence. Un univers âpre, sauvage, de sueur et de sang qui accroche bien sans non plus aller dans la surenchère. Un côté léger se dégage aussi de cette période, principalement face à l’insouciance du héros, ce qui lui évite de se révéler aussi trop sombre et étouffant. Le petit plus vient des modifications qu’apporte l’auteur, y ajoutant une pointe de Fantasy avec la présence de peuples féeriques, de magies et de plein d’autres choses que je vous laisse découvrir et qui je trouve s’intègre parfaitement à l’histoire. La période de 1899 est elle plus ciblée sur le progrès technologique, les jeux de pouvoir se révèlent souvent plus masqués, plus sournoises et ne manque pas d’accrocher aussi. Au final j’ai trouvé ici un univers original, possédant de nombreuses bonnes idées et références, et qui donne envie d’en apprendre plus dans les prochains tomes, histoire de mieux comprendre certaines zones qui restent encore mystérieuses.

Concernant les personnage je dois bien admettre que le Bâtard de Kosigan se révèle être un héros entrainant, qui nous emporte avec facilité et de façon dépaysante dans les nombreuses péripéties qu’il va rencontrer. On découvre ainsi un personnage haut en couleurs, méthodique, qui aime l’argent, les manipulations et les femmes. Il dévoile aussi au fil du récit un passé moins joyeux, plus compliqué qui possède encore de nombreuses questions sans réponse et offre au héros une aura plus intimiste. J’ai juste deux remarques à faire, d’une le Bâtard, pour moi, tombe parfois un peu dans la caricature de « James Bond » beau gosse, tombeur de toutes les femmes, à la répartie toujours facile sauf que je suis loin d’être un grand fan de ce genre de héros et qui je trouve a du mal à coller à un mercenaire tel qu’il est présenté ici, ensuite l’auteur se consacre tellement à son héros que les autres protagonistes ont du mal à vraiment se dégager, se révélant simplement pour la plupart des faire-valoir pour l’intrigue là où, je pense, certains auraient mérité d’être plus développé. Après rien de non plus gênant ou bloquant et cela ne gâche en rien l’histoire.

La plume de l’auteur se révèle efficace, entrainante, vivante et happe le lecteur assez facilement dans son univers et ses machinations. Deux points m’ont par contre laissé perplexe, le premier vient de la construction du récit, l’intrigue de 1399 se révélant sans temps morts, là ou celle de 1899 prend plus de temps à se construire, le soucis vient qu’en mélangeant les deux on a l’impression d’avancer rapidement dans l’une et de stagner dans l’autre. Cela ne gêne pas la lecture mais offre par moment un faux rythme légèrement frustrant. Ensuite l’autre point qui m’a surpris c’est la facilité dont l’intrigue se déroule, notre héros ne rencontre jamais de véritable problèmes, son plan marchant trop à la perfection et reposant aussi sur quelques facilités liées aux capacités du héros. C’est dommage car niveau suspens on se retrouve a ne plus vraiment s’inquiéter pour lui et son équipe tant on se rend compte qu’il ne va rien leur arriver de fâcheux. Au final ça n’empêche ce récit de se révéler efficace et offrir un bon moment de lecture, dévoilant une conclusion plutôt réussie avec de nombreux points en attente qui donnent envie de lire la suite.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman qui nous propose de découvrir le Bâtard de Kosigan et son descendant dans deux intrigues qui paraissent s’entrecroiser. On plonge ainsi dans un récit rempli d’adrénaline, de rebondissements, d’action et de surprises qui happe facilement et rapidement le lecteur. L’univers développé tout au long du récit se révèle efficace, dense et complexe sans jamais non plus tomber dans des descriptions à rallonge et l’ajout de Fantasy à l’époque historique apporte un plus et se révèle original. Concernant les personnages, le Bâtard de Kosigan se révèle être un héros entrainant, efficace avec un passé sombre qui demande à en apprendre plus, mais je regratte qu’il tombe un peu dans la caricature du beau gosse tombeur de ses dames a qui tout réussi. Je trouve aussi qu’il prend trop de place dans le récit, ce qui fait que les autres personnages ont du mal à se sortir du simple rôle qui leur est attribué. La conclusion du récit se révèle réussi et laisse de nombreuses zones d’ombres en suspens ce qui appelle à lire la suite. Je regrette finalement que deux choses l’impression de faux-rythme qui apparait entre les deux intrigues principales et une impression de facilité dans l’intrigue de 1339 qui, à mon goût, se résout un peu trop facilement selon le plan établit et avec quelques légères facilités, mais rien de trop bloquant tant l’ensemble se révèle enlevé. La plume de l’auteur est entrainante, vivante et efficace et je lirai la suite sans soucis.

 

Ma Note : 7,5/10

 

Autres avis : Louve, joyeux-drille, Thalia, Dionysos, …

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre