Étiquette : marie brennan

The Memoirs of Lady Trent Book 3, The Voyage of the Basilisk – Marie Brennan

Résumé : Devoted readers of Lady Trent’s earlier memoirs, A Natural History of Dragons and The Tropic of Serpents, may believe themselves already acquainted with the particulars of her historic voyage aboard the Royal Survey Ship Basilisk, but the true story of that illuminating, harrowing, and scandalous journey has never been revealed―until now.
Six years after her perilous exploits in Eriga, Isabella embarks on her most ambitious expedition yet: a two-year trip around the world to study all manner of dragons in every place they might be found. From feathered serpents sunning themselves in the ruins of a fallen civilization to the mighty sea serpents of the tropics, these creatures are a source of both endless fascination and frequent peril. Accompanying her is not only her young son, Jake, but a chivalrous foreign archaeologist whose interests converge with Isabella’s in ways both professional and personal.
Science is, of course, the primary objective of the voyage, but Isabella’s life is rarely so simple. She must cope with storms, shipwrecks, intrigue, and warfare, even as she makes a discovery that offers a revolutionary new insight into the ancient history of dragons.

Edition : Tor Books

 

Mon Avis : C’est sans surprise, qu’après avoir passé de bons moments avec les deux premiers volumes du cycle de Lady Trent, je me lance dans la découverte de ce troisième tome. Il faut dire que les précédents romans offraient une Fantasy efficace, bien porté par une héroïne charismatique et captivante (Chronique du Tome 1, Tome 2). J’étais donc intrigué de savoir comment l’auteur allait gérer ce troisième tome d’un cycle qui en comporte cinq (le dernier venant d’être publié il y a quelques semaines en VO). Les illustrations de Todd Lockwodd, que ce soit celle de la couverture ou celles présentent dans le livre, sont toujours aussi superbes apportant un vrai plus au récit.

La construction de ce tome se fait, dans les grandes lignes, de la même façon que les précédents. On se retrouve ainsi six ans après la fin du second tome, Isabella se lance dans une nouvelle expédition concernant les dragons. Étant un peu plus reconnue professionnellement, même si son statut de femme l’empêche toujours de s’imposer, elle part cette fois dans un voyage de plusieurs années à bord du navire le Basilisk pour collecter le maximum d’informations. Cette fois elle ne fera pas la même erreur que lors de ses dernières aventures, car en plus de son entourage elle emmène aussi son fils avec elle. Pourtant, même si les grandes lignes paraissent identiques, cela n’empêche pas ce troisième tome de posséder sa propre histoire, sa propre « âme » et surtout à évoluer au fil des tomes. Alors je ne vais pas le nier, la surprise et l’aspect nouveauté s’est estompé suite aux deux précédentes histoires, mais je me suis tout de même de nouveau laissé porter par les nouvelles aventures de l’héroïne. Surtout le récit garde toujours ce rythme posé et efficace entre réflexions, aventures et travail sur l’héroïne qui fonctionne toujours aussi bien faisant que si vous avez accroché aux précédents, vous ne devriez pas être trop dépaysé par ce troisième tome.

L’intrigue de ce troisième tome est, d’une certaine façon, divisée en deux parties. Une première partie qui se consacre clairement sur l’héroïne, la gestion de son voyage, de sa famille, sa chasse aux dragons, mais aussi son travail anthropologique. Puis dans une seconde partie un aspect un peu plus politique commence à se développer. Cela permet ainsi de densifier de plusieurs façons l’univers que construit l’auteur, que ce soit le côté bestiaire, faune et flore ou bien encore tout ce qui concerne la diplomatie. L’aspect politique gagne aussi en profondeur, il faut dire que l’héroïne a évolué depuis le premier tome, elle ne peut plus nier son existence, même si elle fait tout pour éviter de s’en mêler. Il faut aussi dire que le voyage de l’héroïne a clairement le don de dépayser le lecteur, nous faisant ainsi découvrir de nombreuses régions et de nombreux sites fascinants toujours autant porté par des descriptions simples et efficaces. Ce troisième tome permet aussi finalement d’agrandir l’univers et d’éviter ainsi de proposer toujours la même chose. On a franchement l’impression de voyager avec eux, de découvrir ce monde.

Concernant les dragons, même si je maintiens que cette série ne les met pas obligatoirement au premier plan, ici ils vont gagner encore un peu en importance, principalement dans la notion biologique, de biodiversité et de taxonomie. L’auteur ne se contente pas de mettre des dragons pour « pimenter » son récit comme cela arrive régulièrement, plus on avance plus on en découvre sur leurs origines, leurs histoires ou encore leurs différences. Alors j’avoue cette approche touche ma fibre de scientifique, mais elle reste soft, l’auteur ne se lance pas dans une idée de « hard science » ou autre, elle apporte seulement un plus, une certaine complexité à son monde et reste facilement abordable même si je ne doute pas que ça pourra en déranger certains. Au final un monde qui donne encore envie d’en apprendre plus, d’y plonger dedans. Marie Brennan ne manque pas non plus de nous offrir quelques scènes de chasses entraînantes et prenantes, amenant aussi au récit du mouvement et une certaine tension.

Concernant les personnages, Isabelle est toujours aussi intéressante à suivre. Elle continue à évoluer, à changer au fil des pages et des tomes ce qui fait qu’elle ne donne jamais l’impression de nous ennuyer. C’est d’ailleurs en grande partie elle qui nous emporte dans ce récit, ces aventures, toujours bien porté par le parallèle entre une certaine jeunesse fougueuse et une narration avec un regard plus mature qui colle bien au récit et offre une vision différente. Ici elle n’est plus la jeune fille un peu perdue du premier tome, elle a gagné en maturité et en autorité et surtout elle continue à gagner en caractère et en curiosité, même si cela peut parfois encore lui jouer des tours. Elle va devoir apprendre à évoluer avec son fils présent durant cette expédition, mais aussi avec Suhail qui va la faire réfléchir sur de nombreux points, mais aussi émotionnellement. On y retrouve aussi, à travers son regard, des réflexions très intéressantes sur la notion scientifique, qui va ici montrer ses premières véritables dérives, mais aussi à travers une notion de nouveau anthropologique, par la visite de nouvelles terres et de nouveaux lieux qui va amener son lot de chocs culturels et sociaux. Reste aussi toujours en fond cette notion position de la femme à l’époque, car malgré le fait que l’héroïne se positionne comme l’une des plus éminentes savantes sur les dragons, elle n’est toujours pas reconnue à sa juste valeur, le sera peut-être jamais et doit continuer à se battre.

Après cette narration a un double effet, certes on est facilement fasciné et emporté par l’héroïne, mais les personnages secondaires se retrouvent un peu en retrait. Alors rien de trop bloquant, mais voilà j’aurai aimé en apprendre plus sur certains, comme par exemple le capitaine du bateau. C’est moins marquant que dans les tomes précédents, Jake et Suhail arrivant justement à sortir un peu du lot, mais c’est parfois légèrement frustrant. Ensuite, autre point que l’on retrouvait aussi dans les tomes précédents, le récit donne toujours cette impression d’offrir une fin trop rapide. Comme si l’auteur était limité en nombres de pages et doit terminer rapidement. Ce n’est en rien bloquant, tant elle ne manque pas de rythme et d’intérêt, mais voilà j’avoue qu’un chapitre en plus ne m’aurait pas dérangé. Concernant le plume de l’auteur elle est toujours aussi soignée, efficace et vivante et a réussi à me captiver toujours aussi facilement dans ce troisième tome qui confirme tout le bien que je pensais de cette série. J’ai déjà le quatrième tome dans ma PAL et le dernier ne devrait pas tarder à y entrer je pense.

A noter que ce roman sortira normalement chez l’Atalante en Juin 2017 sous le titre Le Voyage du Basilic.

En Résumé : J’ai de nouveau passé un très bon moment de lecture avec le troisième tome de ce cycle qui a réussi à se renouveler assez pour ne pas m’ennuyer, malgré que la magie de la découverte soit passé. L’intrigue, construite dans les grandes lignes de la même façon que les précédentes, s’avère efficace et bien porté par un rythme posé et entraînant. Elle est un peu coupée en deux parties, la première se consacrant sur l’héroïne, sa chasse aux dragons, ses relations et sa vision du monde, puis dans un second temps un aspect plus politique. L’univers continue à se densifier, bien porté par le dépaysement que propose ce voyage. Les descriptions le rendent aussi vivants et captivants et donne envie d’en apprendre plus. L’héroïne continue à gagner en densité et surtout à évoluer et changer au fil des pages et des tomes. Elle va ainsi devoir faire avec son fils, mais aussi un nouveau personnage Suhail, qui va la pousser à réfléchir. Ce qui est dommage, même si moins présent que les tomes précédents, c’est que les autres personnages qui gravitent autour, mis à part les deux cités plus haut, manquent parfois un peu de profondeur. Ensuite, je regrette aussi que la conclusion soit un peu traitée rapidement. Alors, rien de trop bloquant tant j’ai de nouveau été emporté, mais voilà ça se ressent légèrement. La plume de l’auteur est toujours aussi soignée, captivante et vivante et ce troisième tome confirme tout le bien que je pensais du cycle. Je ne vais pas tarder à me lancer dans la suite.

 

Ma Note : 8/10

Récits en meute ! (2)

Deuxième chronique de ce genre, où je continue à vous parler des nouvelles que je lis à droite, à gauche.

Warm Up de V.E. Schwab : Cette nouvelle nous fait suivre un homme qui est mort et qui a été ranimé, mais en possession de mystérieux pouvoirs. Depuis il a tout perdu et ne quitte plus son domicile. Il va alors trouver la force de sortir de chez lui. Une nouvelle intéressante, se révélant sombre et percutante qui joue beaucoup sur l’ambiance mise en place au fil des pages. L’auteur nous présente ainsi la possession de pouvoir comme quelque chose de sombre, de compliqué et qui apporte énormément de bouleversements, ce qui donne je trouve une touche intéressante et un minimum intelligente à son récit. La chute, surprenante et incisive s’avère franchement efficace et donne envie de découvrir le cycle dans lequel repose cette nouvelle.

C’est d’ailleurs peut-être le principal soucis de cette nouvelle, elle sert clairement d’introduction au cycle de l’auteur. Elle ne m’a pas paru complètement indépendante, puisque j’ai eu l’impression qu’il faut lire après le premier tome pour en découvrir plus sur cet univers sombre et les personnages croisés. Je regretterai aussi que certains aspects manquent parfois de profondeur. Au final une nouvelle divertissante, bien porté par une plume percutante, qui m’a donné un minimum envie de découvrir le cycle de l’auteur.

Ma Note : 6,5/10
Vous pouvez découvrir cette nouvelle en VO ici.

The Way of Walls and Words de Sabrina Vorvoulias : Cette nouvelle nous plonge dans la Nouvelle-Espagne et nous fait découvrir une étrange amitié entre Anica, jeune fille incarcérée par l’inquisition pour sa foi juive, et Bienvenuda une jeune fille Nahua convertie de force à la foi, mais qui pratique la magie de son peuple en cachette. On découvre ici une nouvelle que j’ai trouvée vraiment intéressante par ses sujets traités, que ce soit sur la religion, l’acceptation des autres et de leurs différences ou bien encore la notion d’amitié. Un texte intelligent, ouvert, qui ne cherche pas à imposer son point de vue, mais laisse le lecteur se poser les questions. Une histoire à la fois mélancolique et dure, qui ne m’a pas laissé indifférent, bien porté par des héroïnes  humaines et touchantes qui continuent à chercher la beauté dans ce monde.

Le côté fantastique apporte aussi un vrai plus au récit, principalement dans sa conclusion. Je regretterai peut-être juste un léger sentiment de trop peu, trop vite, au niveau de la force du lien qui va naître entre les deux jeunes filles. Elles arrivent à nous toucher par leurs histoires, leurs différences, leurs envies de liberté et leur amitié qui s’affranchit de tout cela, mais l’ensemble paraît traité de façon un peu trop rapide. Après cela reste une nouvelle, mais voilà peut-être que quelques lignes en plus aurait pu apporter un plus. Rien de non plus trop bloquant. La plume de l’auteur s’avère soignée, entraînante et efficace et nous plonge facilement dans son récit.

Ma Note : 7,5/10
Vous pouvez découvrir cette nouvelle en VO ici.

Le Terminateur de Laurence Suhner : Cette nouvelle, je l’ai lu au moment de l’annonce de la découverte des planètes du système Trappist-1 où trois d’entre elles pourraient être potentiellement habitables (même si les dernières études remettent un peu en cause cette théorie). L’auteur nous emmène donc dans un futur lointain, où l’une des planètes a été colonisé et où une jeune femme qui a une tâche personnelle à réaliser admire l’horizon. J’ai trouvé cette nouvelle très sympathique, qui repose clairement sur son côté contemplatif, offrant une vision assez intense et superbe de cette planète, bien amené aussi par des explications scientifiques soignées, sans se révéler non plus trop complexes ou trop lourdes. L’ensemble est bien porté par des descriptions qui offrent une vision, certes personnelle à l’auteur de cette planète, mais qui donne envie d’en apprendre plus, tout en nous rappelant l’importance de rêver, de garder espoir.

Alors après comme je l’ai dit l’histoire est très contemplative, associé à une nouvelle qui se veut aussi très courte (trois pages word), j’avoue qu’une fois terminée je suis quand même resté un peu sur ma faim. J’aurai aimé plonger un peu plus dans le monde que nous présente l’auteur. Cela n’enlève rien des qualités que j’ai soulevé précédemment, le tout soutenu par une plume efficace et entrainante. Au final une nouvelle sympathique.

Ma Note : 7/10
Vous pouvez découvrir cette nouvelle .

From the Editorial Page of the Falchester Weekly Review de Marie Brennan : Cette nouvelle se situe dans l’univers du cycle de Lady Trent et plus précisément entre le tome 3 et le tome 4. Vu que je viens de terminer le troisième tome, je me suis donc laissé facilement tenter, même si je ne pense pas qu’il soit obligatoire d’avoir lu les trois tomes pour la découvrir. On passera à côté de certaines références, mais rien de bloquant. Il s’agit ainsi d’une courte nouvelle qui nous fait découvrir un échange de lettres dans une revue scientifique entre l’héroïne Isabelle Camherst et Benjamin Talbot qui aurait découvert un légendaire cockatrice. Cet échange de lettres va rapidement dégénérer Mr. talbot prenant de haut Isabella, mettant en avant dans son argumentaire qu’elle est une femme. On y retrouve ainsi le travail réalisé par l’auteur depuis le début de son cycle concernant la position de la femme et la lutte régulière de l’héroïne pour se faire reconnaitre en tant que scientifique dans une société aux idées figées. C’est à la fois un texte intelligent et fun qui nous est proposé, qui se lit finalement assez facilement et avec plaisir.

Maintenant il s’agit clairement d’une nouvelle qui ravira, comme moi, les fan du cycle de Lady Trent. Je ne pense pas qu’il intéressera ceux qui sont passés à côté du roman pour relancer leur intérêt, ou bien ceux qui souhaiteraient découvrir le cycle. Moi j’ai trouvé ce court récit plutôt sympathique et un minimum divertissant, même si elle entre dans le vite lu, apprécié mais pas obligatoirement des plus marquant.

Ma Note : 6,5/10
Vous pouvez découvrir cette nouvelle en VO ici.

 

The Memoirs of Lady Trent Book 2, The Tropic of Serpents – Marie Brennan

the tropic of serpentsRésumé : Three years after her fateful journeys through the forbidding mountains of Vystrana, Mrs. Camherst defies family and convention to embark on an expedition to the war-torn continent of Eriga, home of such exotic draconian species as the grass-dwelling snakes of the savannah, arboreal tree snakes, and, most elusive of all, the legendary swamp-wyrms of the tropics.
The expedition is not an easy one. Accompanied by both an old associate and a runaway heiress, Isabella must brave oppressive heat, merciless fevers, palace intrigues, gossip, and other hazards in order to satisfy her boundless fascination with all things draconian, even if it means venturing deep into the forbidden jungle known as the Green Hell . . . where her courage, resourcefulness, and scientific curiosity will be tested as never before.

Edition : Tor Books

 

Mon Avis : Je continue ma découverte des aventures Lady Trent qui m’a convaincu avec un premier tome vraiment intéressant, que ce soit concernant les dragons comme dans la vision de cette héroïne qui se bat contre son époque (ma chronique ici). Une Fantasy différente, plus d’ambiance et de réflexion. C’est donc sans surprise que j’ai rapidement fait rentrer cette suite dans ma PAL VO. J’avoue que j’avais hâte de voir comment l’auteur allait renouveler son récit dans ce second tome. Concernant les illustrations de Todd Lockwodd, que ce soit celle de la couverture comme celles qui parsèment le récit, elles sont toujours aussi magnifiques, apportant un vrai plus à l’objet en lui-même. Par contre, je préviens d’avance, je risque de spoiler le tome 1 pour mettre en avant les évolutions dans cette suite, donc si vous ne l’avez pas encore lu il vaut peut-être mieux passer votre chemin.

Ce second volet des mémoires de notre héroïne nous plonge ainsi trois après la fin du premier tome. Suite aux évènements survenus dans le volume précédent, sa vie a changé, elle commence à être, certes difficilement, un tout petit peu reconnue en tant que naturaliste. Sa nouvelle expédition va alors provoquer une certaine agitation, que ce soit d’un point de vue personnel ou bien encore concernant les traditions de l’époque. Concernant l’intrigue on repart clairement sur les mêmes bases que le premier tome, notre héroïne qui se lance dans la découverte de nouveau dragon dans une nouvelle région. On pourrait croire que c’est répétitif, et pourtant non, ça fonctionne toujours aussi bien. Il faut dire que sur le fond, le roman a réussi à franchement évolué, que ce soit dans le traitement de son héroïne, mais aussi dans la profondeur de son univers qui se révèle toujours aussi fascinant à découvrir.

J’ai ainsi été de nouveau rapidement happé par ses nouvelles aventures et les nombreuses péripéties qu’elle va rencontrer. Le récit se sert ainsi de la Fantasy pour nous offrir une réflexion sur la position de la femme et sur les combats que doit mener notre héroïne pour se faire reconnaitre. Les jugements des autres, comme la vision qu’ils ont sur sa position, ce qui lui est normalement autorisé ou non, ainsi que son combat, tout cela sonne juste. Surtout que le tome précédent à changer son statut, elle se retrouve à lutter avec encore plus d’idées pré-conçues. Après clairement on n’est pas dans un roman d’action nerveux, plein d’aventures explosives. Le récit ne manque pas pour autant de péripéties, mais le tout est amené sur un rythme posé, lancinant, qui permet, d’une certaine façon, d’apprécier, voir de savourer encore plus ce que propose l’auteur. C’est vraiment ce travail sur le « rôle » de la femme, le regard qu’on peut avoir sur elles, qui est fascinant et ouvre a de nombreuses questions. Surtout que l’auteur n’impose en rien un point de vue, elle ne fait que développer des situations réelles contre lesquelles doit se battre l’héroïne. La différence avec le premier tome vient dans l’évolution de l’héroïne. Attention je vais spoiler. Devenue veuve et mère d’un enfant elle a certes gagné en assurance, mais ses combats sont aussi plus « durs » tant l’image de la mère est de rester au foyer et non pas courir le monde. C’est cette évolution qui, je trouve, évite à ce second tome un côté un peu de redite, offrant plus de profondeur.

Concernant l’univers l’auteur continue à le développer au fil des pages. Cette fois notre héroïne va aller en expédition sur ce qui est le pendant du continent africain, nous plongeant dans une région à la chaleur insupportable, aux grands déserts et aux forêt luxurieuses, mais mortelles. Un véritable dépaysement se dégage de lieux qu’on visite au fil du récit, bien porté par un travail de description efficace et qui nous donne envie d’en découvrir plus, de visiter. La politique gagne aussi en densité avec ce second tome. Certes notre héroïne n’est en rien une politicienne et elle évite clairement de s’engager, mais elle va s’y retrouver plonger par la force des choses, nous dévoilant ainsi des manipulations qui ne sont pas sans rappeler celles encore actuelles où la bonté de certains pays riche n’est pas toujours philanthropique. Concernant les dragons, je le répète si vous cherchez un roman centré sur eux, éviter ce livre. Ils sont présents, s’avèrent passionnant à découvrir, principalement à travers cet aspect anthropologique, découverte en profondeur et non pas comme souvent guerrier, mais ne sont en rien les monstres à abattre qu’on peut trouver dans d’autres récit. Ils sont plus comme des « animaux » sauvages, indomptables et sauvages. Le récit nous offre aussi quelques réflexions, parfois un peu simple, sur le rôle scientifique, principalement à l’époque. En tout cas un univers palpable qui donne envie d’en apprendre plus.

L’intérêt principal du roman vient toujours de l’héroïne, Isabella, qui a profondément changer suite aux évènements du premier tome et qui va continuer à évoluer au fil des pages de ce second tome. Il y a un vrai travail en profondeur sur elle, sa vie, sa famille et les gens qui gravitent autour d’elle et qui la confronte, la font réagir et avancer. Une héroïne au caractère bien trempé, charismatique, qui peut paraitre parfois un peu froide, mais qui finalement montre qu’elle cache des sentiments profonds et contradictoires. Elle a juste été obligée de se créer une carapace pour s’aventurer dans ce monde. Le soucis quand le personnage principal s’impose de trop dans le récit, c’est que les protagonistes secondaires sont un peu en-dessous. C’est le cas ici, ils restent un peu en retrait surtout que le roman fait moins de 350 pages, mais cela ne les empêche pas d’être intéressants à suivre et font évoluer l’intrigue de façon efficace. De plus je pense que cela va changer par la suite, car les prémices d’un travail plus profond sur d’eux d’entre eux apparait ici. A voir comment l’auteur va faire par la suite.

Au final, j’ai trouvé ce second tome un peu mieux maîtrisé au niveau du rythme, les longueurs de la fin du premier tome ne se ressentant pas, pour moi, dans cette suite. Par contre l’auteur me donne toujours cette impression de précipiter un peu trop sa conclusion. Elle n’est pas mauvaise en soit, mais elle est un peu trop rapide et trop « arrangeante » à mon goût comme si elle devait terminer son roman rapidement. Mais bon rien de non plus bloquant tant je considère ce second tome de qualité. La plume de l’auteur est toujours aussi soignée, efficace, et captivante, nous plongeant facilement dans son récit. Il ne me reste plus qu’à faire entrer rapidement la suite dans ma PAL.

A noter que ce roman sortira chez l’Atalante le 22 Septembre 2016 sous le titre Mémoires par Lady Trent, Le Tropique des Serpents.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce second tome des mémoires de Lady Trent. L’intrigue peut paraitre aux premiers abords répétitive, mais c’est dans l’évolution de l’héroïne, de ses combats et de l’univers que l’auteur arrive à renouveler son roman. En effet c’est vraiment dans l’évolution du destin d’Isabella que j’ai été happé, de par sa passion pour les dragons qu’elle arrive à nous partager, mais aussi dans ses combats pour être respectée alors qu’elle est une femme. L’univers développé continue à se densifier, nous faisant découvrir de nouveaux territoires dépaysant, de nouveaux dragons et de nouveaux personnages. La politique s’insinue aussi dans ce tome, forçant notre héroïne à devoir jongler avec des jeux de pouvoirs pour s’en sortir. Le personnage d’Isabella est toujours aussi captivante à découvrir, offrant une héroïne forte, charismatique et entraînante, qui pourrait paraître froide, mais qui finalement montre au fil du récit des sentiments complexes. Dommage que les personnages secondaires pâtissent un peu de l’aura de l’héroïne, mais je pense que cela va changer par la suite. Contrairement au premier tome, j’ai trouvé celui-ci mieux maîtrisé au niveau du rythme, moins de longueurs. Par contre, la conclusion me paraît toujours un peu précipitée, même si rien de non plus bloquant. Au final un second tome réussi, porté par une plume soignée et efficace. Il ne me reste plus qu’à faire entrer la suite dans ma PAL VO.

 

Ma Note : 8/10

A Natural History of Dragons : A Memoir by Lady Trent – Marie Brennan

a natural history of dragonsRésumé : All the world, from Scirland to the farthest reaches of Eriga, know Isabella, Lady Trent, to be the world’s preeminent dragon naturalist. She is the remarkable woman who brought the study of dragons out of the misty shadows of myth and misunderstanding into the clear light of modern science. But before she became the illustrious figure we know today, there was a bookish young woman whose passion for learning, natural history, and, yes, dragons defied the stifling conventions of her day.
Here at last, in her own words, is the true story of a pioneering spirit who risked her reputation, her prospects, and her fragile flesh and bone to satisfy her scientific curiosity; of how she sought true love and happiness despite her lamentable eccentricities; and of her thrilling expedition to the perilous mountains of Vystrana, where she made the first of many historic discoveries that would change the world forever.

Edition : Tor Books

 

Mon Avis : J’avoue je n’ai découvert cette série que sur le tard, puisque ce premier tome est entré dans ma PAL VO qu’il y a quelques mois seulement alors qu’un quatrième tome va être publié prochainement. En fait c’est surtout en tombant sur différents retours VO du tome 3 que j’ai décidé de me laisser tenter. Il faut dire que je suis un amoureux des dragons, donc je ne pouvais pas, ne pas être attiré par ce récit. De plus j’espérais trouvé ici avec ce roman ce que je n’avais pas complètement trouvé avec le personnage d’Alise dans la Cité des Anciens de Robin Hobb. Concernant le livre en lui-même, les différentes illustrations réalisées par Todd Lockwodd, que ce soit celle de la couverture, comme celles qui sont parsemées dans ce livre sont vraiment magnifiques et ajoute clairement quelque chose à l’ensemble.

Ce livre est ainsi construit comme des mémoires, Lady Trent vient ainsi nous raconter sa vie, son enfance, sa fascination pour les dragons qui va ainsi la forcer, au fur et à mesure qu’elle grandit, à braver les interdits de la société très victorienne qui veulent que les dames restent à la maison à  broder, parler potins et à concevoir ainsi qu’à garder les enfants. Elle va ici nous raconter sa première expédition pour étudier les dragons, qui va se révéler loin de tout repos puisque les dragons locaux attaquent les hommes sans raisons particulières ce qu’ils ne faisaient pas avant. Ce roman va alors se révéler être bien plus que de simple mémoires, comme on se l’attendait, on plonge ainsi dans un roman d’aventures, où on se retrouve à voyager, à découvrir, à étudier, à devoir survivre, où l’héroïne va devoir trouver bravoure et intelligence pour mener à bien cette quête. Alors attention, si vous cherchez un roman sur les dragons nerveux et bourré d’action avec des combats épiques d’êtres de légendes, passez votre chemin, ce n’est pas le but du livre Isabelle n’étant pas obligatoirement une Indiana Jones, même si elle sait trouver du courage quand il le faut. On est plus dans un récit d’aventure posé, qui met en place son intrigue et ses mystères calmement, cherchant plus à faire réfléchir les différents personnages, à les pousser à comprendre qu’à vraiment se lancer dans de l’action effrénée. On est aussi plus dans la découverte en profondeur des dragons. Cela n’empêche en rien ce récit de se révéler plus que plaisant et fascinant, tant ce que construit l’auteur se révèle captivant, que ce soit dans son aspect scientifique comme dans son aspect découverte. On est ainsi clairement plus dans un récit d’exploration on va dire, le tout parsemé d’une enquête pour essayer de deviner ce qui trouble ces dragons.

On découvre ainsi au fil des pages une Terre différente de la nôtre, un univers parallèle mais pas tant que cela, où les noms des pays et des lieux ne sont pas les mêmes et où des animaux fantastiques comme les dragons existent et sont bien vivants. Cela permet ainsi à l’auteur de ne pas non plus se perdre dans l’aspect historique sans pour autant perdre le lecteur. Ce qui est par contre, selon moi, le point fort du récit c’est son aspect scientifique, le côté naturaliste. On ne sait finalement que peu de choses sur ces êtres de légendes, mises à part quelques études, et ce sont des expéditions comme celles menées par Isabella et ses compagnons qui permettent d’en apprendre plus. Cela permet ainsi de découvrir, on va dire, plus en profondeur ces animaux mystiques aussi bien sur leurs anatomies que sur leurs moeurs, qui se dévoilent au fil des pages. Cela permet d’offrir une vraie profondeur supplémentaire à cet univers et surtout à le rendre crédible et réaliste. Le travail sur l’anatomie de dragons ou autre permet vraiment au lecteur de croire à leurs existences, à les rendre palpables.

Concernant l’époque, l’auteur parait s’être fortement inspirée de l’époque victorienne je dirais, avec leurs moeurs et leurs coutumes parfois désuètes (certes pas toutes). Alors certes, cela à déjà été traité, mais on découvre une époque avec ses idées préconçues, ses avancées, ses idées, sa façon de traiter et respecter les étrangers ou les différentes classes sociales et où notre héroïne va justement se battre contre cela, ou va même devoir évoluer face à certaines idées qu’elle avait pour changer. Les lieux que l’on découvre au fil du récit ne manque pas non plus d’attrait, que ce soit dans le parallèle entre le faste de la capitale par rapport au petit village de montagne de Drustanev, mais aussi dans le croisement des deux mondes. Ce regard hautain de l’héroïne, qui se considère civilisée et qui va changer. Drustanev qui n’est pas non plus sans faire écho à certains villages « angoissants » qu’on peut retrouver dans certains fils fantastiques, ce qui offre une touche de tension supplémentaire et intéressante.

L’autre principal intérêt du roman vient clairement d’Isabella qui va se révéler être une héroïne attachante, percutante, soignée et charismatique. Que ce soit dans la plongée dans son enfance et le début de sa passion pour l’étude des animaux, et plus principalement des dragons qui la dévore, ou bien encore sa fougue, ou encore une fois mariée, sa façon de devoir gérée sa passion, de la cacher. Elle se sent clairement coincée dans cette position de « femme » qu’on lui impose et qu’elle n’apprécie pas ; où sa curiosité concernant l’étude doit être cachés pour éviter d’être mal vue. On suit ainsi un véritable « combat » de la jeune femme pour gagner le respect de ses pairs et de tout le monde. Elle va ainsi devoir mettre en avant son intelligence, sa passion, son envie, tout en sachant ne pas aller trop loin tant l’époque patriarcale est pleine de préjugés, souvent contraignants, et elle pourrait tout perdre. Surtout il se dégage une vraie évolution dans le personnage, qui se ressent d’ailleurs encore plus avec le contraste entre la Lady Trent posée, réfléchie qui raconte sa vie et celle présentée plus jeune pleine de fougue et d’envie, cela donne ainsi clairement envie d’en apprendre plus pour comprendre cette évolution. Au final une héroïne pleine de rêves qu’elle nous partage et qui va devoir se battre pour les réaliser. Sauf que voilà, la fait d’avoir une telle héroïne aussi « marquante » fait que les autres personnages paraissent un peu moins captivants. Attention ils ne sont pas mauvais, mais ils me paraissent moins profonds, moins travaillés que notre héroïne, voir parfois être présent que pour mettre en avant Isabella, ce qui est parfois dommage, même si rien de bien bloquant.

Malgré la qualité du récit j’ai quand même noté un ou deux points qui m’ont légèrement dérangés. Dans le dernier quart du livre l’auteur a du mal à tenir l’intérêt du récit, elle donne un peu l’impression de tourner en rond ce qui provoque quelques légères longueurs et se révèle dommage car la conclusion m’a paru, au contraire, légèrement précipité. Tout va se résoudre un peu trop rapidement, même si cela répond à l’ensemble des mystères et complots mis en place, et que l’auteur a réussi à garder aussi pas mal de surprises et de révélations. Rien de non plus trop dérangeant quand même. Au final un tome d’introduction intéressant et efficace, bien porté par une plume qui se révèle soignée, dense, travaillée et qui colle parfaitement bien à l’époque. Je m’en vais de ce pas faire rentrer la suite dans ma PAL.

A noter que ce roman a été publié en VF chez l’Atalante sous le titre Mémoires par Lady Trent, Une Histoire Naturelle de Dragons.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman qui nous propose une fantasy, calme, posé, dans une monde parallèle au nôtre, où les dragons existent. L’auteur a vraiment axé son récit sur l’aspect scientifique et naturaliste des dragons, alors on est très loin du côté action qu’on peut parfois attendre de ce genre d’être de légendes, mais, je trouve, offre une vision complètement différente, originale et palpable. On a vraiment l’impression de croire qu’ils existent. Marie Brennan n’oublie pas pour autant d’offrir une aventures, certes sur un rythme lent, mettant plus en avant révélations et réflexions, mais qui se révèle vraiment intéressante malgré un certain essoufflement vers la fin et une conclusion qui m’a paru légèrement précipitée même si percutante. L’autre point fort du récit vient clairement d’Isabella, une héroïne vive, attachante, charismatique, coincée dans un univers victorien aux préjugés bloquants et qui va devoir se battre pour faire vivre sa passion. Cela permet aussi de nous offrir une réflexion sur l’égalité ou encore sur la façon dont sont vus les étrangers. Sauf que voilà cela se révèle aussi à double tranchant, l’héroïne éclipsant un peu les autres personnages, ce qui est parfois légèrement dommage, même si rien de bien bloquant. La plume de l’auteur se révèle vraiment soignée, travaillée, fluide et entrainante et je lirais sans soucis la suite de ce cycle.

 

Ma Note : 7,5/10

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre