Étiquette : nathalie dau

Le Livre de l’Enigme Tome 2, Bois D’Ombre – Nathalie Dau

Résumé : Les ténèbres ont un cœur de lumière.
Une abomination.
C’est ainsi que me voient les hommes.
Nombreux voudraient que je n’existe pas. D’autres rêvent de m’asservir, corps et âme. Même Cerdric attend de moi que je renonce aux robes bleues de l’Équilibre, car elles augurent d’un avenir trop dangereux.
Mon frère ignore ce que j’endure au Séminaire.
Mais, pour respecter l’Énigme et entrer dans Bois d’Ombre, il me faut en passer par là, et trouver de quoi conserver ma lumière.

Edition : Les Moutons Electriques

 

Mon Avis : Il y a quelques mois je me suis lancé dans la lecture du dernier cycle de Nathalie Dau avec le premier tome Source des Tempêtes qui m’avait offert un excellent moment de lecture. On plongeait ainsi dans un monde sombre et captivant, avec des personnages complexes et attachants qui offraient une histoire pleine de surprise et évitant le côté classique qui pouvait transparaître à travers le résumé (ma chronique ici). J’avais donc hâte de retrouver Cerdric et Ceredawn et connaître la suite de leurs aventures. Concernant la couverture, illustrée par Melchior Ascaride, je la trouve superbe et qui donne envie de plonger dans ce récit.

On avait laissé nos deux héros, à la fin du premier tome, au séminaire d’Atilda où Ceredawn venait d’être accepté pour étudier et, au bout de six ans si tout va bien, aller braver Bois d’Ombre comme le veut l’Enigme. Cerdric quant à lui doit trouver sa place à Atilda, gagner l’argent nécessaire pour les études de son frère et attendre son retour en espérant qu’il devienne raisonnable. Sauf que rien ne va se révéler simple pour chacun d’entre eux. J’avais un peu peur de me replonger dans ce cycle, de ne pas y retrouver l’intérêt que j’y avais trouvé dans le premier tome, la magie de la nouveauté étant retombée. Pourtant je dois bien avouer que ce second tome a de nouveau fonctionné parfaitement avec moi. J’ai ainsi passé un excellent moment de lecture, même si un ou deux points m’ont tout de même laissé perplexe. Ce qu’il faut savoir en plongeant dans un roman de Nathalie Dau, c’est qu’elle propose clairement un récit intimiste, poignant et prenant qui tourne principalement autour des personnages. Cela ne veut pas dire que l’histoire passe au second plan, loin de là, mais que le point fort vient de la construction des protagonistes qui se veut complexe, travaillée et dense, mais aussi de l’attachement qu’on leur porte au fil de l’avancement de l’histoire.

Les personnages sont ainsi clairement le gros point fort du récit et même si on commence à les connaitre depuis le premier tome, ils ne manquent pas de nous happer de nouveau facilement dans leurs aventures. Ils vont ainsi devoir évoluer et avancer, malgré les nombreuses péripéties qui vont leur tomber dessus. Ce monde ne va d’ailleurs pas être tendre avec eux, on est clairement dans un univers sombre, très sombre. Cela se voit avec la vie de Cerdawn au séminaire qui va être loin de s’avérer une partie de plaisir. Ce qu’il va devoir endurer, ce qu’il va subir pour se permettre de défier Bois d’Ombre va se révéler par moment extrême. Trop? Non je ne dirai pas ça, car rien n’est gratuit et nous présente un monde ou la violence règne et où les rives sont considérés comme des moins que rien. Cela n’est pas non plus gratuit et ne cherche pas non plus simplement à choquer le lecteur. Ce qui rend finalement certaines scènes dures, éprouvantes, c’est que l’auteur a vraiment réussi à rendre son personnage attachant, sensible, touchant au point qu’on ressent presque ce qu’il vit, les injustices et les violences qu’il subit. C’est vraiment ce tour de force qui rendent ces scènes si réelles. Cela pourra peut-être en bloquer certains, mais c’est finalement une obligation qui va faire évoluer Ceredawn. Il passe du monde de l’enfance au monde adulte de façon brutale, se remettre en cause et surtout remet en cause l’Enigme, mais j’y reviendrai. Je laisse à chacun de se faire son propre ressenti en tout cas, mais sachez le ce second tome offre son lot de noirceur et de souffrance et devrait ne pas laisser indifférent.

Concernant le personnage de Cerdric, contrairement à Ceredawn qui passe au premier plan dans ce tome, lui se retrouve un peu en retrait et surtout son destin va se révéler moins sombre. Cela ne veut pas dire que le personnage est moins intéressant à suivre, non, car finalement ce qui marque l’intérêt de ce second tome c’est sa façon d’avancer et aussi l’évolution du lien avec son frère. Tous les deux grandissent et vont apprendre que tout ne peut pas être dit, qu’il est parfois nécessaire d’avoir son jardin secret. C’est ainsi à travers les non-dits et les silences que vont se tendre leurs rapports, pour aussi mieux se rapprocher. Une relation qui va ainsi connaître des remous, mais aussi sa part de bonheur et de joie. On sent ainsi clairement l’amour que chacun porte pour l’autre, mais leurs incapacités à le montrer clairement. Ils doivent ainsi trouver leurs voies. Chacun d’eux doit grandir, apprendre et évoluer. Alors parfois, comme dans le premier tome, j’avais envie de secouer Cerdric tant il est obtus, mais au final c’est son caractère, il est comme ça ce qui ne le rend pas moins intéressant à suivre. Concernant les personnages secondaires, là-aussi, l’auteur nous offre quelque-chose de complexe et d’attrayant, dévoilant ainsi un peu plus le monde, les mœurs, mais aussi les religions. Que ce soit Avrilith, Ninnos ou bien encore par exemple Myrinielle, chacun d’entre eux apporte sa pierre à l’édifice que construit l’auteur. Seul Mabève n’a pas vraiment réussi à m’accrocher, beaucoup trop prévisible dans ce qu’elle apporte, même si je ne doute pas qu’elle puisse me surprendre dans les autres tomes.

Au niveau de l’intrigue l’auteur évite de trop tomber dans le côté Harry Potter, certes on y retrouve cette notions de cours, d’apprentissage de professeurs irascibles ou préférés, mais cela passe au second plan devant le côté humain, les relations et aussi l’Enigme. Enigme qui retrouve un peu ici son côté classique, l’élu étant cette fois clairement défini, mais qui finalement va se révéler moins traditionnelle qu’on pourrait bien le croire au fil des pages. De plus cette « prophétie » dans le monde de Natahlie Dau tourne aussi à la malédiction et questionne. Au milieu de tout cela l’auteur n’oublie pas non plus de nous offrir quelques réflexions intéressantes, que ce soit sur le regard que l’on porte aux autres, sur la façon dont on les considère et dont on les traite, ou bien encore sur la notion d’amour, d’amitié et des sacrifices qu’on peut faire dans de telles situations. L’univers continue aussi à s’étoffer dans ce tome et on y plonge de nouveau avec plaisir et envie d’en apprendre plus. Que ce soit concernant la magie, la religion, les mentalités ou encore les coutumes on découvre ainsi un monde fascinant, complexe, alternant entre beauté et souffrance le tout porté par des descriptions vivantes et magnifiques qui donne envie d’en apprendre plus tant il parait à peine esquissé et encore mystérieux. La part de merveilleux est un peu moins présente ici, mais cela n’empêche pas pour tout l’aspect magie  de gagner en intérêt et en explication.

Alors après je noterai un ou deux points qui m’ont légèrement dérangé. J’ai ainsi trouvé par moment que l’auteur utilisait un peu trop les dialogues ce qui par moment donnait un sentiment de trop en faire, de rendre la scène moins fluide, mais rien de non plus dérangeant. J’ai aussi trouvé légèrement dommage que l’auteur utilise une ellipse temporelle pour faire passer quelques années d’études du héros. Même si je me doutais bien qu’on n’allait pas suivre les 6 ans, un peu de chaque année aurait peut être permis certaines évolutions plus graduelles. Enfin j’aurai aimé que le côté justement étudiant apporte un peu plus d’informations. Je prends pour exemple ce cours sur le chaos qui offre une vision intéressante, mais qui se révèle au final trop court. Après ce ne sont que des broutilles tant j’ai de nouveau été emporté par ce roman, le tout porté par une plume poétique, soignée, dense et entraînante qui nous plonge facilement dans l’histoire au point que j’ai eu du mal à lâcher ce livre. Je lirai le troisième tome avec plaisir.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec le second tome de ce cycle qui nous offre une intrigue efficace, prenante mais aussi très sombre. En effet durant les six années de Ceredawn au séminaire, il va devoir endurer des épreuves qui vont aussi bien le marquer que marquer le lecteur. Il faut dire que le travail effectué par Natahlie Dau sur ses personnages est tel qu’on ne peut que s’attacher à eux et à ressentir pleinement ce qu’ils vivent. Cela pourra peut-être en déranger certains tant c’est parfois dur, mais cela oblige finalement le héros à grandir, évoluer  et à devoir faire face à ce qu’il est et au monde où il vit. Cerdric n’est pas non plus en reste, que ce soit sa relation avec son frère comme son intégration dans la ville on va suivre ses aventures avec intérêt, même si par moment je l’aurai quand même bien secoué. Les personnages secondaires ne manquent pas non plus d’attraits, mais j’avoue tout de même avoir moins accroché à Mabeve trop prévisible dans ce qu’elle apporte. L’auteur évite de tomber dans le côté Harry Potter, offrant un travail sur les personnages et les relations, tout en n’oubliant pas l’Énigme et la remettant même en cause. L’univers continue à se densifier au fil des pages, toujours bien porté par des descriptions soignées et efficace. Je regretterai au final par moment une impression d’utilisation excessive des dialogues, l’ellipse temporelle qui permet de passer un certains nombres d’années d’écoles du héros ou encore que l’aspect séminaire apporte plus d’information sur le côté mystique, mais rien de bloquant tant j’ai de nouveau été emporté par le récit. La plume de l’auteur est toujours aussi travaillée, poétique et efficace et je lirai le troisième tome avec plaisir.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Xapur, Au Pays des Caves Trolls, Book en Stock, Elhyandra, Lodael, …

Le Livre de l’Enigme Tome 1, Source des Tempêtes – Nathalie Dau

le livre de l'enigme 1 source des tempetesRésumé : Les ténèbres ont un cœur de lumière.
Je l’ai su quand j’ai vu l’enfant dans la tempête. J’ai entraperçu l’azur de sa magie étrange et intense, mon univers s’est métamorphosé. Moi qui me sentais si seul, si désespéré, j’ai découvert soudain pourquoi j’étais venu au monde : pour protéger celui qu’on m’a donné pour frère. Un frère pas tout à fait humain, pas tout à fait possible. Le protéger des autres et de lui-même : des décisions qu’il voudrait prendre afin de résoudre sa maudite Énigme. Car ce petit est doué pour se mettre – nous mettre – en péril ! Mais j’ai la faiblesse de croire que je suis plus têtu que lui.

Edition : Les Moutons Electriques

 

Mon Avis : Si vous suivez ce blog depuis le début, vous savez donc que je suis un grand fan des écrits de Nathalie Dau qui ont toujours réussi à me captiver aisément, offrant des récits poétiques et intelligents. C’est donc sans surprise que son dernier roman a rapidement terminé sa course entre mes mains. Je vais par contre préciser un peu les choses concernant ce cycle. Le premier tome a déjà été publié, il y a quelques années, dans une maison d’édition qui a maintenant disparu. Je l’avais d’ailleurs lu à l’époque et m’était retrouvé frustré de me dire que je n’aurai peut-être pas la suite, heureusement, les Moutons Electriques ont décidé de relancer ce cycle. Alors maintenant la question que certains doivent se poser, y a-t-il une différence entre l’ancienne édition et celle-là? Franchement oui, il y a 13 chapitres et près de 200 pages en plus. Attention pas 13 chapitres en plus disséminés, mais bien 13 chapitres qui viennent prolonger la fin de l’ancienne édition, donc si vous l’avez lu à l’époque et vouliez attendre directement la suite je ne peux que vous conseillez de lire cette nouvelle édition, car sinon vous risquez de manquer d’éléments.

Maintenant qu’on a fait le tour on va peut-être parler de l’histoire. Les mages bleus ont été exterminés. Seul survivant, Kéral Asulen, dernier mage bleu sur lequel repose une ancienne prophétie, va se retrouver châtié et exilé. On suit ainsi l’histoire de Cerdric fils de Kéral, qui ne sait rien de son père et inversement, et de Nérasia qui n’a jamais voulu de lui. Annoncé comme cela on pourrait se dire que le récit se révèle très classique en Fantasy, proposant prophétie et élu, sauf que non, ne fuyez pas, c’est bien loin d’être le cas et l’auteur arrive à dépasser ce sentiment pour nous le faire oublier. En effet Cerdric n’est pas l’enfant de la prophétie, car même s’il a été conçu pour l’être ce n’est pas le cas il est réfractaire. C’est, selon moi, le point le plus original de l’intrigue. On ne se retrouve donc pas avec un héros élu, mais plus avec un personnage rejeté, voire abandonné car, sans rien faire, il ne répond pas aux attentes qu’on avait mises en lui, alors que lui tout ce qu’il recherche c’est être aimé, apprécié, de ne pas être seul.

On plonge alors dans un récit plein d’émotions et de sentiments, où la quête initiatique de notre héros va ainsi se révéler extrêmement touchante et poignante. Je me suis retrouvé happé par la vie de Cerdric, ses souffrances, ses plaisirs, ses découvertes, ses haines, ses peurs, ses forces. C’est d’ailleurs la grande force du récit, je trouve, sa capacité à nous immerger dans ce personnage sensible, à fleur de peau, qui ne manque pas de profondément affecter le lecteur, de suivre cet enfant qui grandit en quête d’amour alors qu’il est plongé au milieu de jeux de pouvoir qu’il ne comprend pas et dont il est à la fois l’objet et l’instrument. On a souvent comparé Nathalie Dau à Robin Hobb et je dois bien avouer que dans Cerdric j’y retrouve justement un peu de Fitz. Attention je ne parle pas d’un personnage copié sur l’autre, loin de là, chacun ayant son existence et son caractère propre. Je dis juste que je me retrouve autant attaché à Cerdric que je le suis avec Fitz.  Après, j’avoue, il a par contre aussi récupéré un défaut de Fitz, celui de pousser le lecteur à avoir envie de le secouer tant parfois il se morfond de trop ou fait de mauvais choix, même si parfois on le comprend. En tout cas rien de non plus trop gênant.

Les personnages autour ne sont pas non plus en reste, ils se révèlent eux aussi passionnants à découvrir, loin de tout manichéisme et surtout se révélant profondément humains. Chaque relation, chaque choix, chaque trahison, chaque mensonge, se retrouve ainsi posséder son explication, son histoire, reposant sur les ambitions, les envies et les souffrances de chacun. Cela fait que le personnage, qu’il soit aimé ou détesté, d’une certaine façon on se retrouve à comprendre pourquoi il fait ce qu’il fait. Ce sont finalement leurs imperfections qui les rendent si prenants et efficaces. Des protagonistes complexes, denses, travaillés dont on découvre la vie et l’histoire lentement, au fil du récit et qui happent facilement le lecteur, ce qui fait qu’on tourne les pages avec grand plaisir, histoire d’en apprendre plus sur eux. Que ce soit Nérasia, trahie pour une prophétie qui se sent avilie, Kéral qui a tout perdu et qui a peur de perdre encore plus, Ardégyl monarque à la personnalité complexe ou encore Ceredawn puissant et fragile, chacun d’entre eux se révèle excellent et nuancé.

L’histoire se révèle ainsi, on pourrait dire, séparé en deux grandes parties, la première qui est la quête initiatique de Cerdric de l’enfance vers l’âge adulte avec, comme je l’ai dit, toutes ses victoires et ses chutes, ses reconnaissances et ses haines, puis une seconde partie qui, elle, permet de développer tout ce qui tourne autour de la prophétie et des influences qu’elle peut avoir et peut créer. Une chose est sûre j’ai trouvé l’ensemble fluide, maîtrisé et captivant. L’auteur ne cherche pas à construire une fantasy épique ou portée par un rythme percutant, elle préfère prendre le temps de construire le tout, de le développer et de le soigner, mais le tout sans jamais tomber dans des longueurs ou des lourdeurs. Certes, si vous recherchez l’action et la tension passez votre chemin, car même si l’auteur offre quelques scènes mouvementées ce n’est pas le cœur du récit. Elle cherche plus à offrir une histoire intimiste, poétique, ambigüe, magique proposant aussi son lot de découvertes, de voyages et de dépaysement, et cela marche à la perfection. Alors après, j’avoue, un ou deux passages m’ont paru de trop, mais cela s’oublie très rapidement devant la fluidité et la densité de l’œuvre que j’ai eu du mal à lâcher avant la fin.

L’univers développé tout du long s’avère aussi fascinant à découvrir. Que ce soit aussi bien la magie, l’influence et la puissance qu’elle peut avoir, les jeux politiques et les manipulations des uns et des autres, ou encore dans les découvertes de personnages féeriques et mystiques, l’ensemble est plus que convaincant et donne clairement envie d’en apprendre plus. La mythologie que construit l’auteur, avec cette prophétie et l’importance qu’elle a, certes ne révolutionne pas le genre, mais l’auteur la rend attrayante, offrant de nombreuses questions au lecteur qui devraient trouver leurs réponses par la suite. J’ai aussi remarqué une certaine dualité dans cet univers, avec le monde des « hommes » qui parait plus froid, plus ordonné et plus austère, là où le monde mystique offre ainsi plus de sensualité, de liberté, de fascination, ce qui n’empêche pas pour autant chacun des mondes d’avoir leurs bons et leurs mauvais côtés. L’auteur se sert aussi de son univers pour traiter de la différence, que ce soit par exemple d’un point de vue de peuples, avec les Rives qui sont devenus un peuple esclave et objet, ou bien encore de la sexualité, même si parfois certains points m’ont légèrement déroutés, mais devraient trouver leurs réponses par la suite. Un univers qui s’avère sombre, possédant une violence sourde qui s’en dégage, mais qui nous dévoile aussi, à travers des descriptions magnifiques, des passages lumineux et superbes. Dans tous les cas un monde profond et plein d’imagination, qui donne envie d’en apprendre et d’en découvrir plus.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi poétique, travaillée, soignée, dense, travaillant chaque passage de son récit pour happer le lecteur et le plonger dans un univers et une histoire fluide et passionnante. Au final un premier tome qui m’a offert un excellent moment de lecture et dont j’attends maintenant la suite avec impatience.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman qui nous offre une histoire qui certes, au premier abord peut paraitre classique avec cette idée de prophétie, mais dont l’auteur arrive à se servir et s’affranchir en grande partie pour nous happer et nous le faire oublier. Une histoire touchante, humaine avec des héros complexes, travaillés, profonds dont, qu’on les apprécie ou pas, on comprend les motivations, les besoins et les envies. Je regretterai peut-être que Cerdric donne parfois envie de le secouer tant une ou deux fois il se morfond de trop ou fait le mauvais choix de façon tellement impulsive, mais rien de bloquant tant le héros se révèle à fleur de peau et captive le lecteur. L’univers n’est pas non plus en reste, mélange de loi, de magie et de féérie qui donne clairement envie de le découvrir, d’en apprendre plus, bien porté par des descriptions magnifiques. Un univers sombre, « adulte », qui nous offre aussi quelques réflexions intéressantes. La plume de l’auteur se révèle poétique, soignée, travaillée et nous happe facilement dans son récit. Alors après si vous cherchez un début de cycle énergique et bourré d’action passez votre chemin, cette Fantasy se révèle plus intimiste et humaine, au tempo lent et attirant. J’attends maintenant la suite avec impatience.

 

Ma Note : 9/10

En Revenir aux Fées – Nathalie Dau

en revenir aux feesRésumé : La Terre, futur proche.
À force de mépris, l’humanité a provoqué l’Échec. La technologie a régressé. La Nature a grandement souffert. L’air et le sol sont si pollués que les gens vivent confinés, mal nourris.
De leur côté du monde, les fées s’interrogent. Faut-il agir pour sauver ce qui peut l’être, ou doit-on achever de purger la planète de ceux qui l’ont défigurée ?
Follette plaide en faveur des ingénieurs, des rêveurs et des artistes – surtout son cher Julian, dont les rimes et les récits lui ont permis de subsister.
Mais seule une très ancienne divinité, défigée après cinq mille ans, a vraiment le pouvoir de trancher la question.

Edition : Mythologica

 

Mon Avis : Nathalie Dau fait partie des auteurs dont je suis les publications avec plaisir, m’offrant ainsi régulièrement des textes que je trouve touchants, magiques et entrainants, mélange des genres de l’imaginaire, ne laissant pas non plus de côté l’aspect réflexion. Il était donc logique que ce recueil de textes finisse rapidement dans ma PAL. A noter aussi une couverture que je trouve sympathique, collant plutôt bien au récit. Ce livre est finalement, comme le dit l’éditeur, un roman mosaïque de plusieurs textes (nouvelles et poèmes) qui vont ainsi former une histoire globale, je vais donc construire ma chronique plus sur l’ensemble que sur chaque texte.

On plonge ainsi dans un futur où le monde a connu le grand Echec, a été obligé de s’enfermer tant l’air est devenu irrespirable et l’environnement a été détruit. Le monde féérique a quasiment disparu, seuls quelques membres continuent à visiter les Hommes. Sauf que voilà des évènements vont venir tout basculer, annonçant de grands changements. L’intrigue que construit Nathalie Dau au fil des récits nous présente ainsi un univers sombre, post-apocalyptique, où l’humanité a trop tiré sur la corde de la technologie, de la consommation sans se soucier de la planète et de ses limites au point de sombrer et de tout perdre. On découvre aussi un monde à deux vitesses, où les plus aisés s’en sortent ainsi beaucoup mieux que les autres, où le silence et l’apathie sont de mise. Un futur , certes classique, mais qui se révèle solide et efficace gardant assez de mystères pour que chacun se fasse son propre avis. Un monde qui finalement vient aussi nous poser des questions sur notre avenir et ce qu’on est en train d’accepter, de ce qu’on est prêt à laisser faire. L’auteur vient alors compenser cette noirceur par sa mythologie qui se révèle plus lumineuse, plus magique, mélange de faits qui vont changer ce monde en perdition et d’histoires qui vont émerveiller et réveiller le lecteur. On se retrouve ainsi emporté, enchanté par toute l’imagination que développé l’auteur au fil des pages, qui, sans non plus révolutionner l’aspect féérique et les légendes, offre un ensemble qui se révèle assurément réussi, entrainant, efficace et enchanteur. L’ensemble est aussi bien porté par des descriptions denses, poétiques et marquantes, que ce soit dans le côté sombre de notre terre en souffrance, comme dans l’aspect féérique superbe. Un univers foisonnant qui donne ainsi envie d’en apprendre plus, bien porté justement par cette dualité troublante.

Mais ce que construit l’auteur ici est un récit d’espoir, de magie, car malgré l’aspect post-apocalyptique, le message qui se diffuse au fil des pages essaie plutôt de réenchanter et de faire revivre ce monde. L’espoir qu’une autre voie est possible qui ne soit pas obligatoirement totalement destructrice mais qui repose sur une harmonie. Une voie de partage, de réflexion et de beauté. Un message qui se révèle aussi ambigu, qui va chercher à nous faire réfléchir, à nous faire réagir, notre avenir ne pouvant reposer sur un deus ex machina, mais plus finalement sur chacun d’entre nous, sur nos actes. On se laisse ainsi happer assez facilement par la mosaïque que construit l’auteur autour des personnages de Follette et de Julian, des artistes amoureux du mots, du plaisir et de la joie. Des personnages, avec leurs sentiments et leurs émotions, qui vont devoir ainsi faire des choix, pas toujours faciles pour aller au bout de leurs convictions, qui vont devoir se battre et se faire entendre pour offrir une nouvelle chance à la Terre. La narration par alternance entre nouvelles et poésie se révèle, selon moi, très intéressante, offrant ainsi un certain rythme à l’ensemble et une certaine élégance. Chaque légende contée, chaque mythe travaillé vient ainsi apporte une pierre supplémentaire à tout l’aspect mythologie qui est développé et vient dépayser le lecteur de façon captivante.

Alors après j’avoue tout de même que certains points m’ont tout de même dérangés dans ma lecture. Certaines nouvelles avaient déjà été publiées dans des précédents recueils, jusque là rien de gênant, mais j’ai trouvé qu’un ou deux ici avaient du mal à s’intégrer dans la mosaïque qui est construite comme par exemple la réécriture de Lancelot qui parait un peu à part dans le livre. Ensuite, certains textes, malgré la beauté et l’intérêt qui s’en dégage, m’ont paru jouer légèrement trop sur la simplicité des retournements de situations et une certaine notion binaire un peu facile entre la technologie et la nature, ce qui m’a légèrement frustré et aurait mérité un peu plus de complexité. Enfin un point sûrement plus personnel, j’ai trouvé que certains personnages auraient mérité d’être plus développé tant ils possèdent un fort potentiel, mais là rien de bloquant ou de dérangeant.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi soignée, poétique, captivante et entrainante, pleine de mystères et de magie qui viennent éblouir le lecteur et l’immerger dans ces histoires. Certains textes sortent ainsi clairement du lot, comme par exemple cette histoire d’amour impossible entre un être féérique de la nuit et un du jour qui a clairement réussi à me toucher. Au final un livre de toute beauté qui, malgré quelques légers défauts, nous propose des récits enchanteurs, mystérieux et sensibles où vient se mélanger de nombreuses émotions allant de l’espoir à la mélancolie et qui devraient en toucher plus d’un.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman mosaïque qui nous propose plusieurs récits et poèmes qui viennent former ainsi une intrigue plus complexe nous dévoilant un monde post-apocalyptique qui suite au grand Echec voit sa population cloitrée sous peine de mourir par la pollution. Un univers mélange de sombre et de lumière, entre ce monde en plein effondrement et cet univers féérique qui vient illuminer l’ensemble par bribes de magie, de mystère et de beauté. L’auteur vient aussi nous offrir une réflexion, classique, mais bien menée et intéressante, sur la façon dont nous gérons la Terre et nos ressources, et vient ainsi ici apporter une lueur d’espoir, une autre voie même si pour cela les personnages devront faire des choix. Alors après certains point m’ont dérangé, un certain aspect binaire qui se dégage, quelques simplicités, ou encore l’impression que certaines nouvelles, précédemment publiées, ont un peu de mal à s’intégrer à l’ensemble, mais rien de non plus bloquant. La plume de l’auteur se révèle toujours aussi soignée, poétique et entrainante, nous plongeant dans un univers féérique et superbe, offrant d’une certaine façon espoir et réenchantement.

 

Ma Note: 8/10

 

CRAAA

Challenge CRAAA 11ème lecture

Le Livre de L’Enigme Tome 1, La Somme des Rêves – Nathalie Dau

le livre de l'enigme 1 la somme des revesRésumé : Les Mages Bleus, servants de l’Equilibre, ont été décimés, mais l’un des leurs a survécu au prix de son honneur, motivé par le besoin impérieux de transmettre la vie. Le jeune Cerdric, né bréon de la noble famille Tirbald, va, quant à lui, affronter une mère qui ne l’a pas désiré, un monde qui semble incapable de l’aimer. Et si la solution à ses tourments résidait dans la Marche voisine, là où vit son mystérieux père, en exil ? Mais au terme de son voyage, Cerdric recevra surtout le poids d’un secret terriblement lourd à porter : celui de la Somme des Rêves, une espérance de renouveau pour ceux qui refusent de s’incliner devant les Dieux…

Edition : Asgard

 

Mon Avis : J’ai découvert les écrits de Nathalie Dau un peu par hasard, en effet c’est Snow qui m’avait fortement parlée en bien de cette auteur et je m’étais donc laissé tenter par la lecture de ces recueils de nouvelles; Les Contes Myalgiques (Chronqieu Tome 1, Tome 2) qui m’avaient fasciné. Depuis j’ai toujours été conquis par les différents textes que j’ai pu lire de l’auteur, mais voilà toujours au format nouvelle. Il s’agit donc de ma première lecture d’un roman de l’auteur et je me demandais donc ce qu’allait proposer l’auteur à travers ce cycle. En tout cas je dois bien avouer que je trouve la couverture, illustrée par Mathieu Coudray, vraiment réussie.

Au final je dois dire que j’ai vraiment été convaincu par ce premier tome. Pourtant, le résumé me laissait perplexe, reprenant un peu trop les classiques de la Fantasy. Alors, certes l’auteur se sert des stéréotypes, mais elle arrive vraiment à se les réapproprier et à les détourner de façon efficace pour vraiment les rendre passionnants et captivants tout au long du récit. En effet l’auteur met clairement en avant comme héros principal un enfant qui a été conçu pour répondre à une prophétie, mais qui, au final, n’apparaît pas être celui espéré. On se retrouve avec une histoire qui joue clairement sur les sentiments des personnages, sur leurs besoin émotionnels. On n’est pas obligatoirement dans une quête initiatique classique, mais plus dans les envies d’un enfant d’être accepté et aimé des personnes qui lui sont le plus proche.

Pourtant j’avoue, j’ai peut-être eu un peu de mal à vraiment me lancer dans le récit. Le problème c’est que j’avais un peu l’impression de me retrouver « balancer » dans cette histoire sans véritables explications. En effet on est loin des pages de présentation d’intrigue et d’univers, l’auteur nous plonge directement dans l’histoire et il faut s’accrocher un peu pour avoir les éléments permettant de mieux comprendre où elle veut nous emmener. Puis voilà, la magie a rapidement commencé à opérer au fil des pages, me happant pour me plonger avec grand plaisir dans cette histoire et l’envie de tourner les pages pour en savoir plus sur nos héros et leurs aventures. L’auteur n’oublie pas non plus de nous offrir aussi une intrigue vraiment intelligente, pleine de surprises, de rebondissements et de trahisons, dont les rouages se dévoilent vraiment peu à peu au fil de la lecture pour mieux surprendre le lecteur. Une histoire au rythme assez lent, mais qui devrait en captiver plus d’un devant son intensité et son efficacité.

L’univers mis en place par l’auteur se révèle tout aussi passionnant, dense, complexe et surtout on sent bien que l’auteur le travaille depuis un petit moment. Que ce soit les aspects mythologiques, avec cette lutte entre ceux qui s’inclinent devant les dieux et ceux qui croient en un équilibre magique ou encore les prophéties, les aspects magiques avec ce Drac, qui se révèle vraiment intéressant et dont on a envie d’en savoir plus, ou encore les fées, mais aussi cet aspect social qui ne manque pas de machinations et de trahisons, ou encore le simple aspect découverte d’un monde qui ne manque pas de charme et de mystère; l’ensemble a vraiment réussi à me convaincre offrant quelque chose de cohérent, de vraiment efficace et passionnant. Rien n’est vraiment laissé au hasard dans ce roman et on a vraiment envie de découvrir et d’en savoir plus sur ce monde et tout ce qui l’entoure.

Concernant les personnages je dois dire qu’ils ne sont pas en reste non plus et se révèlent tout aussi complexes, denses et intéressants. On retrouve souvent des personnages déchirés, brisés d’une certaine façon, qui sont à la recherche de meilleurs moments, d’amour ou encore d’être connus et reconnus. On suit avec grand plaisir et envie les différents personnages qui sont présentés. Des personnages loin d’être tout blanc ou tout noir, qui vont vivre des aventures qui vont les obliger à faire des choix pas toujours faciles, les transformer, qu’on va se retrouver à aimer ou à détester, mais qui devraient toujours fasciner le lecteur. Entre Cerdic, enfant manipulé pour tenter de répondre à la prophétie, sa mère, qui l’a jamais désiré et son père, qui reste en retrait pour plusieurs raisons, on retrouve vraiment des personnages variés et captivants avec des protagonistes secondaires tout aussi intéressants et surprenants.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi poétique, soignée, construite et magique, offrant une histoire captivante, pleine de mystères, de rêves et de fééries, mis aussi avec des passages durs et emplis de souffrances qui vont nous ramener parfois sur terre rappelant la dureté de la vie et qui vont aussi marquer nos héros et peuvent aussi frapper le lecteur. La qualité du livre repose aussi en partie justement sur le style de l’auteur vraiment travaillé, dense et passionnant. Un premier tome de grande qualité, malgré peut être un démarrage pas obligatoirement facile évitant le balisage, et qui donne clairement envie de lire la suite.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment avec le premier tome de ce cycle de Nathalie Dau. L’histoire nous offre vraiment une intrigue pleine de mensonges et de trahisons, détournant de façon efficace les codes de la Fantasy et nous offrant un tout autre point de vue sur les prophéties. Le démarrage est peut-être un peu déroutant, mais très vite on se retrouve happé dans ce roman et on tourne les pages avec envie. L’univers développé par l’auteur est vraiment travaillé, captivant et on sent bien que l’auteur travaille dessus depuis un moment. Les personnages se révèlent complexes, remplis d’émotions et de sentiments et loin de tout manichéisme. La plume de l’auteur se révèle vraiment soignée, efficace et poétique et ajoute clairement un plus dans l’attrait que j’ai eu pour ce livre. Je lirai la suite avec grand plaisir.

 

Ma Note : 9/10

 

Autres avis : Phooka, Nymeria, LaureduMiroir, Lauryn, …

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre