Étiquette : olivier paquet

L’Esprit du Melkine – Olivier Paquet

l'esprit du melkineRésumé : Il a quinze ans et s’appelle Prodige. Encore enfant dans sa tête, il passe son temps les yeux levés vers le ciel. Le fils d’Ismaël est le dernier porteur d’un rêve qui appartient désormais au passé. Alors que le conflit des Fréquences entame sa dernière phase, alors que la Technoprophète savoure son triomphe imminent sur le Cheik noir et les conditionnements, un adolescent n’aspire qu’à rejoindre les étoiles.
Pour y réussir, il aura besoin du Melkine et de ses professeurs. Le navire a disparu mais, malgré le chaos général, il reste capable de miracles.

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : Il y a à peu près un an je me lançais dans ce cycle de Space-Opera qui me tentait vraiment. Après un premier tome intéressant, mais un peu introductif (ma chronique ici) et un second tome que j’ai trouvé vraiment efficace avec son univers fascinant et ses réflexions intéressantes (ma chronique ), j’avais hâte de voir ce qu’allait proposer l’auteur avec ce dernier tome. Vu que les Utopiales proposait ce livre en avant-première, je me suis dépêché de le faire entrer dans ma PAL. À noter la magnifique couverture, toujours illustrée par Manchu, qui reste dans le même esprit que les deux premiers tomes.

Quinze ans ont passés depuis la fin du second tome et donc trente ans depuis la fin du premier. La guerre des fréquences touche à sa conclusion, la technoprophète dominant le cheik noir et la dernière bataille approchant. Les lignes d’intrigues développées dans les tomes précédents commencent donc à dévoiler leurs conclusions, proposant toujours autant de machinations, de rebondissements et de complots. Un développement de l’histoire qui se révèle vraiment efficace même si assez linéaire dans sa construction et ses surprises.

Car voilà, ce qui marque dans ce récit n’est pas totalement l’histoire, même si elle sert de support et se révèle cohérente et intéressante, non ce qui happe le lecteur c’est la véritable fresque humaine que l’auteur nous dévoile au fil des pages, nous plongeant dans ce Space-Opera avec fascination et passion. Le rythme du récit se révèle posé et attentif, ce qui permet ici clairement de poser et développer les différents points importants ainsi que travailler l’émotion et dévoiler l’univers, mais pourrait peut-être en rebuter certains, donnant l’impression de stagner. Ce qui est dommage, car ce récit ouvre tellement de possibilités.

Rien que les personnages se révèlent vraiment fascinants, on les retrouve tous changés après tant d’années, ils ont évolué. La vie ne leur a pas toujours fait de cadeaux. Ils se révèlent toujours aussi complexes, denses et ambigus et reposent dans ce tome clairement sur les émotions, les sentiments et l’espoir qu’ils arrivent à partager et surtout à transmettre au lecteur. On retrouve aussi avec plaisir des anciens personnages du premier tome, même si parfois on aurait aimé en savoir plus sur ces années perdues. En tout cas les personnages ont un rôle prépondérant dans l’histoire, le lecteur s’attachant clairement à eux, à leurs réflexions, leurs besoins, leurs envies, leurs souffrances et surtout à leurs rêves. J’aurai juste un léger reproche concernant la technoprophète, elle tombe un peu dans le manichéisme dans ce tome ne servant que comme symbole de l’ennemi dans l’histoire, là où elle a toujours été au final un rêve brisé, mais rien de bien dérangeant.

Autre point vraiment intéressant, efficace et soigné dans ce roman ce sont les réflexions misent en avant par l’auteur concernant l’influence de la communication instantanée, principalement celle de banquise, sur la vie des peuples, sur leurs conditionnements. Elle cherche à les abrutir, en reniant leurs passés, détruisant tout aspect de pensée, de diversité, les forçant à tous rentrer dans un seul et unique moule creux et sans âme. Mais aussi la mise en avant de l’influence du passé dans la construction de soi et de son avenir, ou bien encore l’apprentissage et la découverte par soi-même. Des réflexions vraiment marquantes, mais surtout misent en avant et développées de façon intelligentes poussant le lecteur à se poser des questions sans jamais non plus trop le forcer.

Mais surtout là où l’œuvre a réussi à me toucher c’est, d’une certaine façon, en me faisant rêver d’étoiles. En me rappelant l’importance de simplement lever la tête et les admirer, se rendre compte de leurs beautés, de notre insignifiance. Le roman nous rappelle à travers un être simple tel que Prodige que notre vie finalement dépend de nos rêves, de nos véritables liens et pas simplement d’une reconnaissance virtuelle ou d’une liberté vide de sens et de compréhension. La conclusion pleine d’espoir se révèle vraiment accrocheuse, même si peut-être légèrement trop happy-end par certains aspects.

L’univers développé dans le livre montre justement bien ces dégradations misent en avant par ce travail des fréquences, remplaçant des mondes qu’on avait connus flamboyants et fascinants par des mondes en plein abrutissement, qui ne vivent que par procuration de leurs écrans, cherchant le regard et l’amour de gens qui ne sont que virtuels ou ne les regardent pas. Des planètes qui se croient libres, mais se révèlent en fait manipulés, où les différents peuples se révèlent perdus, se croyant aimés par une technoprophète qui ne cherche en fait qu’à imposer son point de vue. Les différents conditionnements et leurs effets néfastes, mais prônant une diversité, ont explosés, laissant place à quelque chose sans âme, sans esprit, des mondes où l’Histoire, les cultures et les mythes disparaissent au profit d’un message de rêve et de liberté factice, vide de sens et de racines. Parfois l’auteur va peut-être un peu trop loin, c’est vrai, dans sa façon de présenter cette évolution.

Alors, bien sûr, quelques points paraissent de temps en temps traités trop rapidement, des personnages évoluent parfois trop vite, des situations auraient pu mériter d’être un peu plus développés, ou encore certains retournements de situations se révèlent sans surprises. Mais voilà le tout est vraiment balayé par l’ambiance et le fait que l’auteur arrive à faire rêver, à nous emporter dans son univers plein d’étoiles et de mystères. Comme je l’ai dit ce cycle est une fresque, un roman choral à la fois fascinant, empli de rêve et d’étoiles, le tout porté pas une plume toujours aussi soignée, poétique et efficace qui nous happe vraiment dès les premières phrases. Le message portera sûrement différemment selon le lecteur, en tout cas pour moi il m’a touché.

Ma seule véritablement critique, plus globales, concerne le fait d’avoir découpé le livre en trois, car mis à part trois couvertures de Manchu l’intensité de l’histoire aurait gagné à ne pas être séparée. Mais bon simple avis personnel. En tout cas je sors ravi de ma lecture de ce troisième tome et de ce cycle qui a vraiment réussi au final à m’emporter.

En résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec le troisième tome de ce cycle, qui vient ainsi clôturer les différentes intrigues misent en avant depuis le premier tome. Une intrigue au rythme posé et parfois un peu linéaire, mais qui m’a vraiment emporté par son message d’étoiles et de rêves ainsi que par ses réflexions vraiment soignées et intelligentes sur l’influence de la technologie et de la communication dans nos vies, sur notre passé et notre avenir. Il est parfois bon de simplement lever la tête et admirer le ciel. On retrouve un univers en pleine décadence qui colle parfaitement au message que cherche à faire passer le roman, même si parfois il pousse un peu loin. Les personnages sont toujours aussi fascinant, complexes et attachants, même si j’ai trouvé que la technoprophète tombait parfois un peu dans la caricature de la méchante. Quelques petits points m’ont dérangés comme certains aspects traités trop rapidement ou encore un ou deux retournements de situations qui manquent de surprises, mais rien de bien gênant tant au final j’ai été emporté par le message véhiculé par ce cycle. Le seul commentaire que je ferai, c’est que je trouve dommage d’avoir coupé cette histoire en trois livres.

Ma Note : 8,5/10

La Mort du Melkine – Olivier Paquet

la mort du melkineRésumé : Le développement de la communication instantanée dans l’espace a bouleversé l’Expansion. Les Fréquences s’affrontent pour étendre leur influence, effaçant les conditionnements culturels. À ce jeu, la Technoprophète se révèle la plus brutale et la plus engagée des conquérantes.
À l’écart de ce conflit, les anciens élèves du Melkine cherchent leur place dans cet univers. Théo est retourné sur Giverne et ses mystérieux arbres de verre, rêvant du jour où il retrouvera les étoiles, tandis que sa femme, Myriam, tente d’assurer une vie confortable à leur famille.
Quand ils reçoivent la visite d’Ismaël, ce n’est plus l’adolescent chassé du vaisseau mais le dirigeant de Crépuscule, la seule Fréquence capable de rivaliser avec Banquise. Quinze années ont passé, que reste-t-il des serments d’amitié et des promesses ?
Insensible à ces enjeux, le Melkine poursuit son voyage dans l’espace. Cependant, tôt ou tard, Arthur, Indira et Alexandre, comme tous les professeurs, devront choisir leur camp ou disparaître.

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : Le premier tome de la trilogie, Le Melkine, nous offrait un Space Opera intelligent et à l’univers intrigant, mais il donnait surtout l’impression d’être un tome d’introduction qui servait principalement à mettre en place les bases de l’histoire et les personnages et j’avais donc hâte de voir ce qu’allait bien pouvoir nous proposer l’auteur pour la suite (Ma chronique du Tome 1 ici). Par conséquent quand j’ai vu que sortait ce tome 2 je n’ai pas attendu longtemps avant de le faire rentrer dans ma PAL. Puis il faut bien l’avouer je trouve la couverture, illustrée par Manchu, vraiment magnifique.

Après un premier tome qui nous offrait un voyage fascinant dans l’espace et le Melkine, ce deuxième tome change la donne, fini le temps de l’apprentissage et de la découverte, 15 ans se sont écoulés, les élèves du Melkine sont devenus grands et doivent maintenant faire face à ce qu’ils sont et doivent faire des choix qui risquent d’amener des bouleversements. D’ailleurs le premier chapitre nous met directement dans le bain et nous montre que le monde a changé, la guerre approche, l’adolescence et ses rêves c’est terminé. Le fil rouge de l’intrigue se dévoile un peu plus dans ce tome, dévoilant ses machinations, ses influences et ses jeux de pouvoir depuis l’apparition de la communication instantanée dans l’espace qui a bouleversé l’univers entier. Un tome, comme le premier loin d’avoir un rythme effréné, mais qui se lit avec plaisir et cherche vraiment à faire réfléchir le lecteur.

Car oui, ce tome offre pas mal d’axes de réflexion comme par exemple l’aspect culturel des populations, leurs absences de réflexions dû à leur conditionnement qui les enferment,  mais aussi l’influence de l’image et de l’ouverture de « l’univers » avec l’apparition de moyens technologiques qui permettent de connecter tout le monde, n’importe où, n’importe quand, mais  qui, sans préparation, offre une image faussée et trop souvent idyllique. Une réflexion qui reste, au final très contemporaine, que l’auteur développe à travers une guerre qui, finalement, se révèle à sens unique, car tous les camps veulent effacer les conditionnements, mais les méthodes diffèrent entre le faire de force sans aucun logique ni construction, ou amener les gens à avoir leurs réflexions propres. Mais surtout un tome qui, comme je l’ai dit, repose clairement sur les choix, des choix toujours difficiles, mais humains et qui doivent être faits par les personnages, mais aussi le choix des gens de se laisser ou non manipuler par des images.

Mais voilà il y a quand même certains points qui m’ont légèrement dérangé, déjà l’auteur a beau développer son intrigue, on reste énormément dans le flou, j’imagine bien que l’auteur veut garder certaines révélations, mais entendre certains héros annoncer l’importance de tel ou tel point sans explication est parfois frustrant. De plus l’auteur utilise parfois la narration omnisciente et parle du futur de certains personnages, c’est dommage, car on perd un peu de la beauté de certains gestes. Mais bon rien de bien méchant car au final l’auteur nous offre une œuvre maîtrisée, certes au rythme lent, mais qui m’a captivé et fait réfléchir, le tout porté par une plume soignée, travaillée et pleine d’imagination.

Concernant l’univers l’auteur continue à le développer et il se révèle vraiment foisonnant culturellement, vu que chaque planète se révèle conditionnée de façon différente. Ce tome met d’ailleurs plus l’accent, à mon goût, sur les planètes. L’auteur varie avec des mondes et des cultures aussi bien poétiques et magiques comme les signeurs, mais aussi d’autres issues de notre passé tel que la planète des Hussards Autrichiens par exemple. Surtout l’auteur nous met en avant l’effet pervers du conditionnement qui rend les populations sans substances n’offrant de vivre qu’une vie limite déjà écrite avec en parallèle le tout connecté qui offre un rêve magique, mais souvent factice. Un univers dont, au final, j’ai envie d’en savoir plus, surtout après une conclusion qui offre des ouvertures intéressantes concernant certaines planète.

Concernant les personnages on tourne dans ce tome autour de principalement trois personnages que sont Théo, Myriam et Ismaël, des anciens élèves du Melkine qui sont devenus adultes. Des personnages complexes, souvent perdus entre leurs rêves, leurs envies profondes et leurs obligations d’adultes. Des personnages vraiment attachants, complexes et soignés dont l’auteur arrive par moment à retranscrire les émotions, les choix et les interactions avec force et passion. Des personnages qui ne m’ont pas laissé indifférent et dont il est vraiment impossible de les juger, loin de tout manichéisme. Là où je reprochai parfois un côté un peu froid dans le tome précédent, ici beaucoup repose justement sur les liens des personnages, leurs émotions. Les autres personnages sont tout aussi intéressants, que ce soit les nouveaux comme les anciens, même si j’avoue j’aurai aimé en savoir plus sur l’évolution de certains anciens du Melkine, mais je ne doute pas qu’on en apprendra plus dans le troisième tome.

Au final un second tome qui développe plus l’histoire que le premier mais surtout offre des axes de réflexion intéressants. J’ai hâte de savoir ce que va proposer l’auteur dans le troisième et dernier tome.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment avec le second tome du cycle sur Le Melkine qui nous offre une histoire, certes au rythme assez lent, mais complètement maitrisée par l’auteur avec énormément d’axes de réflexions sur le conditionnement culturel mais aussi sur l’apport de la technologie. L’univers développé par l’auteur est toujours aussi fascinant, toujours aussi foisonnant que ce soit du point de vue des peuples mais aussi des cultures. Les personnages sont vraiment attachants et retranscrits avec force, le tout porté par une plume soignée et efficace. J’ai juste deux points qui m’ont dérangé le fait que, malgré que l’intrigue principale se développe, l’auteur cherche parfois à garder l’effet de surprise ce qui frustre un peu le lecteur, et aussi parfois la narration qui utilise l’omniscience et évoque le futur de certains personnages ce qui diminue la force de certains actes. Rien de complètement rédhibitoire car je lirai le troisième tome avec grand plaisir.

 

Ma Note : 8/10

Le Melkine – Olivier Paquet

le melkineRésumé : Depuis trois cents ans le navire-école Melkine parcourt la Galaxie, solitaire et vénéré, son algorithme de positionnement tenu secret. La guerre que lui a déclaré Azuréa, la très médiatique dirigeante de la Fréquence Banquise, met sa pédagogie et son idéal d’évolution de l’humanité en péril. D’autant que ses élèves ne peuvent être insensibles à un message en apparence si proche de celui qu’on leur enseigne…

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : Après avoir passé un très bon moment avec Les Loups de Prague du même auteur (chronique ici) et surtout après avoir été vraiment intrigué par la nouvelle de l’auteur dans le recueil Destination Univers (chronique ) qui se situe dans le même univers que Le Melkine, j’avais vraiment hâte de découvrir le premier tome de cette trilogie Space Opera, un genre qui me fascine toujours autant. Je dois dire que je trouve la couverture, illustrée par Manchu, vraiment sympathique et vertigineuse. J’ai même eu la chance de pouvoir me faire dédicacer ce livre et discuter avec l’auteur aux Utopiales ce week end.

Plonger dans le Melkine c’est un peu se plonger dans un magnifique voyage à travers les étoiles et la découvertes de différentes cultures toutes plus variées et intéressantes que les autres. C’est aussi un peu réaliser un rêve de pouvoir voyager dans l’espace, cet inconnu qui fait tant rêver. Car oui finalement ce livre est avant tout une fabuleuse exploration, une plongée dans les étoiles avant d’être une quête, une guerre ou autres. Ne vous attendez donc pas à un rythme effréné ou à une intrigue pleine de tension et de rebondissements. Ce qui ne veut pas dire que le livre n’en possède pas, il y a bien un fil rouge conducteur, des péripéties, mais voilà elles se révèlent ténues pour ce premier tome qui sert principalement à nous poser les personnages, les bases de l’histoire ainsi que l’univers foisonnant que l’auteur a mis en place.

Si vous recherchez l’action passez votre chemin, mais si vous souhaitez flâner dans l’espace et trouver ou retrouver cette passion pour l’infini, alors laissez vous tenter par ce premier tome qui m’a donné envie de lever les yeux vers le ciel, même si bon je l’avoue, un peu plus de tension et un rythme un peu plus haletant n’aurait pas été de refus. Par contre, j’aurai juste un petit reproche à faire à ce premier tome c’est quand même une certaine linéarité, seul la fin offre des surprises conséquentes et des rebondissements, rien de bien méchant tant on se laisse facilement plonger dans l’univers et l’histoire, mais tout de même surprenant. Un premier tome intelligent tout en permettant de faire rêver un peu le lecteur sur la beauté des étoiles et la grandeur de l’univers.

Justement, l’univers mis en place par l’auteur est un univers multiculturel passionnant, qui possède ses propres règles et ses différents conditionnements. Il se révèle être un univers vraiment intéressant à découvrir et il permet aussi de se poser des questions sur les différents conditionnements qui existent, même à notre époque, sur le contrôle et aussi sur l’influence des communications sur les différentes cultures. Mais aussi ce qui est, pour moi, un des points forts de ce livre est que, comme je l’ai dit, l’auteur arrive vraiment à nous faire passer sa passion pour l’espace, les étoiles ou encore les planètes, chaque personnage possède son propre point de vue, son propre amour des étoiles qu’il partage avec le lecteur et qui accroche et fascine. L’auteur offre aussi un aspect scientifique concernant les voyages, les communications ou encore les fréquences vraiment captivant sans être trop didactique ou ennuyeux et nous rappelle aussi par moments que malgré la fascination qu’on peut avoir pour l’espace, il reste dangereux.

Les personnages sont vraiment intéressants et surtout, la multiplication des points de vue, permet de découvrir la diversité de cet univers. Chaque personnage possède son propre caractère, ses propres sentiments, mais aussi sa propre vision du monde et aussi des différentes cultures rencontrés ce qui provoque parfois des tensions. Le Melkine étant une zone qu’on peut appeler « neutre » permet aussi de se rendre compte de l’influence des différentes cultures dans les approches et les interactions, pas toujours faciles, des différents personnages. Tous les personnages ne s’imposent pas de la même façon au lecteur, mais on sent que certains devraient prendre de l’ampleur dans les tomes suivants. Au final des personnages denses et vraiment attachants.

Le style de l’auteur est vraiment efficace, soigné et travaillé et nous plongea assez facilement dans son univers, dans ces étoiles qui le fascine et finalement nous fascine aussi, malgré peut être un côté légèrement froid surtout dans la présentation des vaisseaux, mais bon je chipote un peu. Un premier tome qui va se révéler être un bon tome d’introduction, certes avec peu de surprises et un peu lent, mais qui pose les bases d’une intrigue intéressante et qui, surtout, nous fais découvrir un univers vraiment passionnant et des personnages travaillés. Je lirai le second tome avec plaisir quand il sortira.

En Résumé : J’ai passé un bon moment avec ce roman qui nous offre un voyage vraiment captivant à travers les étoiles et cet univers fascinant. Alors, certes ce tome est un tome d’introduction ce qui fait que l’intrigue manque un peu de rythme et surtout l’histoire peut paraître linéaire et pourtant j’ai accroché à ce livre, à cette fascination, cette passion pour les étoiles et les enjeux qui en découlent. On sent tout le potentiel que peut nous offrir les suites. Les personnages sont vraiment travaillés et possèdent tous leurs propres vision du monde, leurs sentiments et leurs émotions ce qui les rend facilement attachant. Le style de l’auteur se révèle vraiment travaillé et efficace, nous plongeant facilement dans son histoire. Au final un premier tome intelligent et qui se révèle vraiment plaisant, me donnant envie de découvrir la suite une fois qu’elle sortira.

 

Ma Note : 7,5/10

Page 2 of 2

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre