Étiquette : origines

Origines Tome 4, Le Crépuscule des Dieux – Stéphane Przybylski

Résumé : Mai 1942.
Reinhard Heydrich se meurt dans un hôpital de Prague. à moins que… Le monde est à feu et à sang, l’humanité se consume dans les affres d’une guerre comme elle n’en a jamais connu. Dans le chaos du conflit qui déchire le monde d’hier s’esquisse déjà celui de demain, mais les véritables enjeux de cette boucherie planétaire se dévoilent enfin — bien plus cruciaux que tout ce qu’il était possible d’imaginer. Un futur que l’ancien SS Friedrich Saxhäuser refuse, qu’il ne permettra pas. Désormais coule dans ses veines l’impensable puissance révélée au cœur du Kurdistan irakien. Un pouvoir tel qu’il pourrait bien provoquer ce que, dans les secrets méandres du complot, tous redoutent : le crépuscule des dieux…

Edition : Le Bélial’

 

Mon Avis : Il y a un peu plus de deux ans, je me suis lancé dans le premier tome de cette tétralogie sans franchement savoir dans quoi je me lançais. Je m’étais, à l’époque, laissé par convaincre par les différents retours, un résumé intrigant et une couverture accrocheuse. Trois tomes plus tard je dois bien admettre que je suis bien content de m’être lancé dans ce cycle qui n’était pas sans rappeler certaines séries SF, mélange de phénomènes paranormaux et de conspirations, qui ont accompagné mon adolescence. C’est donc logique que je me sois rapidement laissé tenter par ce quatrième tome qui vient conclure ce cycle, en me demandant comment allait s’en sortir l’auteur. Concernant la couverture, toujours illustrée par Aurélien Police, je la trouve superbe.

Lire la suite

Origines Tome 3, Club Uranium – Stéphane Przybylski

Club UraniumRésumé : Début 1940.
L’extraordinaire découverte faite par Friedrich Saxhäuser dans la vallée du Nahr al-Zab-al-Saghir est désormais aux mains d’un comité occulte basé en terres américaines. De Berlin à Washington D.C., tous s’accordent sur une chose : retourner au Kurdistan irakien est impératif. Qui se rendra maître du Château des millions d’années possédera un avantage crucial dans le conflit en cours… De chaque côté de l’Atlantique, le comte Erchingen et l’énigmatique M. Lee montent des expéditions secrètes avec l’Irak en point de mire, une gageure quand la guerre étend son empire sur l’essentiel du globe… Reste Saxhäuser, soldat hors normes confronté à l’indicible et aux convictions balayées. Peut-être lui appartiendra-t-il de sauver l’humanité ? Mais envisager pareille entreprise est-il seulement possible quand votre propre humanité semble vous échapper ?

Edition : Le Bélial’

 

Mon Avis : Il y a un peu plus d’un an maintenant, je me suis laissé tenter par le premier tome de cette tétralogie mélange de roman historique, de complot et de science-fiction. J’avoue m’être ainsi rapidement laissé emporter par un récit nerveux et efficace, confirmé par un second tome que j’ai aussi trouvé un peu mieux maîtrisé et percutant (ma chronique du Tome 1, Tome 2). C’est donc sans surprise que je me suis rapidement laissé tenter par ce troisième tome. Concernant la couverture, toujours illustrée par Aurélien Police, elle est selon moi toujours aussi réussie et magnifique.

Ce troisième tome est ainsi la suite directe des volumes précédents. La situation politique s’envenime, les tensions sont de plus en plus marquées entre les nations. La découverte effectuée par Saxhäuser dans le premier tome, et qui pourrait faire basculer la guerre du côté de celui qui la trouvera, est maintenant connu des grandes nations et attire la convoitise. Des expéditions sont ainsi lancées pour essayer de la retrouver et de s’emparer de ses secrets. Clairement ce troisième tome se présente un peu comme un tome de transition, mettant en place les derniers éléments pour ainsi amener le lecteur à se questionner et à attendre la conclusion du dernier tome. Je dois bien avouer que pour un tome de transition, l’auteur a franchement réussi à nous proposer une histoire solide et efficace, offrant quelques bonnes surprises.

Déjà, même si ce tome continue à suivre plusieurs personnages, une seule ligne d’intrigue se dégage, celle de l’expédition du Château des Millions d’Années, ce qui fait que l’ensemble s’avère encore plus fluide, vu qu’on alterne que très peu avec d’autres intrigues ou sous-intrigues. On est ainsi assez rapidement happé par ce récit qui, même s’il se révèle un peu moins porté sur l’action que le précédent, ne manque pas de rebondissements et de surprises. La tension qui monte au fil des pages fait que dans l’ensemble on se laisse ainsi porter facilement. Alors après l’auteur possède toujours cette habitude de vouloir trop en faire, je pense ici à l’utilisation des flashbacks pour expliquer un élément surprenant de la scène précédente, ce qui n’est pas toujours utile et donne plus l’impression de remplissage, mais franchement je n’ai pas non plus trouvé cela trop gênant tant j’ai tourné les pages avec plaisir et envie d’en apprendre plus. L’auteur, au final, ne révolutionne pas le récit historique avec complot alien, mais il offre quelque chose solide et d’efficace.

L’image de fond que construit l’auteur au fil des pages est, pour moi, le gros point fort du récit. Déjà le premier point qui fascine est l’aspect historique qui ne manque pas de se révéler détaillé et pointu, collant parfaitement au récit, sans jamais non plus se révéler trop lourd ou ennuyeux. On sent d’ailleurs bien que l’auteur est historien, mais sa grande force est ainsi d’arriver à finalement nous offrir un fond historique sans jamais trop en faire ou offrir trop de longueurs. Surtout que ce troisième tome développe un pan assez large de la seconde guerre mondiale allant de la période juste avant l’invasion de la France à la mort de Reinhard Heydrich, tout en développant des aspects vastes et pas toujours les plus connus de cette guerre comme l’influence de celle-ci en Afrique ou en en orient et principalement en Irak, les tentatives de paix d’Hitler, l’influence de l’Axe dans les choix allemands, l’africacorps ou bien encore des aspects on va dire plus intimiste comme par exemple la passion d’Hitler pour King Kong. Ayant pendant un temps étudié à fond cette période, on ressent clairement les connaissances de l’auteur qui apportent un vrai plus au récit sans jamais tenter de nous perdre.

L’autre aspect du roman vient aussi de son côté fantastique et là les amoureux comme moi de la série X-Files devraient en être ravi je pense. Entre influence des trois pays (Angleterre, USA, Allemagne) ou bien encore société secrète avec ces personnages mystérieux comme M. Lee, qui n’est pas sans rappeler l’Homme à la Cigarette, on y retrouve de nombreux codes du genre. Les aspects sur tout ce qui concerne complot, vérité cachée, groupes de personnalités influentes qui dirigent le monde, tout ce qui a fait le succès de certaines séries des années 90 se retrouvent dans ce roman. Certes cela a parfois un côté un peu kitsch assumé, et si vous n’appréciez pas ce genre d’idées il vaut mieux  alors passer votre chemin, mais moi j’ai bien apprécié. Surtout qu’il prend ici de l’ampleur, offrant de nombreuses révélations et amenant des divisions qu’on n’attendait pas forcément. D’étranges alliances vont alors se former. L’auteur se permet même de s’offrir quelques explications assez intéressantes sur des faits étranges de l’histoire, mais dont je ne dirai rien pour éviter de trop en dévoiler.

Concernant les personnages, on retrouve avec grand plaisir Saxhäuser comme personnage principal, même si d’autres ne sont pas non plus en restes. De nouveaux protagonistes intéressants, même si parois un peu sous-exploité, font aussi leurs apparitions, principalement du côté américain. L’auteur continue ainsi à construire un panel de personnages vraiment complexe et qui nous entraîne assez facilement dans leurs aventures. De plus, la rencontre entre notre héros et M. Lee m’a vraiment happé par la tension et les jeux de manipulations de chacun.  Alors, c’est vrai, parfois certains d’entre eux tombent dans une légère caricature, ce qui fait qu’ils s’enferment dans un rôle un peu convenu, ou bien je reprocherai aussi à notre héros principal de tomber dans le syndrome « James Bond » du bel espion qui fait tomber toutes les femmes et dont je n’ai jamais vraiment accroché, mais rien de non plus trop gênant. Autres point aussi à soulever, l’auteur propose de nombreux personnages, alors j’avoue que ça ne m’a pas franchement dérangé, les reconnaissant assez rapidement, mais parfois pour un ou deux il m’a fallu un peu de temps pour me souvenir de son rôle dans les anciens tomes. Au final les personnages construits s’avèrent travaillés, percutants et qui donnent envie d’en apprendre un peu plus sur eux et les machinations en cours tant certains continuent à garder des secrets par devers eux.

Quelques points m’ont tout de même frustré avec ce troisième tome. Déjà il s’agit du plus long de la série, ce qui parfois se ressent, offrant quelques longueurs comme par exemple avec ses flash-backs dont j’ai parlé plus haut ou bien un ou deux passages un peu verbeux. Ensuite, le fait de retourner au Kurdistan irakien possède un léger goût de redite par rapport au premier tome, même si traité de façon différente. J’ai aussi trouvé que certains retournements de situations se révélaient un peu faciles, voir reposaient un peu trop sur la chance. Enfin parfois l’auteur utilise des ellipses pour faire avancer son histoire de plusieurs semaines, mais qui par moment se sont révélées frustrantes à mon goût. Rien de non plus bloquant au niveau du récit, mais qui parfois m’ont un peu perturbé. Cela n’empêche pas pour autant ce troisième tome d’apporter son lot de révélations, avec en point d’orgue ce retournement de situation final qui donne vraiment envie de lire la suite. L’ensemble est toujours porté par une plume simple, efficace, entraînante dont mon seul regret vient de la présentation des personnages qui tombe un peu trop dans la fiche (taille, poids, couleurs des yeux, des cheveux …) mais rien de dérangeant tant j’ai plongé facilement dans ce troisième tome. Il ne me reste plus qu’à attendre la sortie du quatrième tome.

En Résumé : Ce troisième tome m’a ainsi offert de nouveau un bon moment de lecture nous offrant une histoire qui ne manque ni de rebondissements, ni de surprises. Certes il est peut-être un peu moins nerveux que le précédent, jouant un peu le tome de transition, mais ne manque pas de s’avérer solide et efficace. Le point fort vient de l’image de fond que construit l’auteur, tout d’abord dans son aspect historique soigné dont on reconnait la patte d’historien de l’auteur qui brosse de nombreux événements et informations de façon efficace et sans jamais tomber dans la longueur ou la lourdeur. Ensuite dans son côté très X-file, offrant complot alien, sociétés secrètes, trahisons et mensonges qui devrait plaire aux amoureux du genre, même si parfois il tombe un peu dans le kitsch assumé. Les personnages, que ce soit les anciens comme les nouveaux arrivants, se révèlent toujours aussi solide, efficaces et entraînants, même si parfois certains d’entre eux tombent un peu dans la caricature ou bien que le personnage principal a un peu trop, à mon goût, le syndrome James Bond du tombeur de ses dames. Alors quelques points m’ont tout de même dérangés, quelques longueurs se font ressentir comme principalement les flash-backs pas toujours utiles, refaire une expédition a un côté un peu redite du premier tome, certaines résolutions paraissent simples ou chanceuses ou bien encore certaines ellipses qui m’ont légèrement frustrés, mais rien de non plus trop bloquant. L’ensemble est porté par une plume simple, efficace et prenante, même si les descriptions font un peu trop fiche de personnage, et je lirai le quatrième tome avec grand plaisir tant la révélation finale donne clairement envie d’en apprendre plus.

 

Ma Note : 7,5/10

 

Autres avis : Apophis, Joyeux-Drille, …

Origines Tome 2, Le Marteau de Thor – Stéphane Przybylski

le marteau de thorRésumé : Fin 1939.
La mission archéologique de l’Ahnenerbe est un échec : l’extraordinaire découverte faite dans la vallée du Nahr al-Zab-al-Saghir semble aux mains de l’ennemi anglais, et Friedrich Saxhäuser est porté disparu au large de Madère… Heinrich Himmler ne peut tolérer pareil camouflet, d’autant que ce qui a été mis au jour dans le Kurdistan irakien se révèle à ce point stupéfiant, impensable, que l’ensemble des forces en présence, à l’aube du plus grand conflit que l’humanité ait jamais connu, pourrait s’en trouver balayé… Aussi, alors que la Wehrmacht écrase la Pologne et que les Einsatzgruppen de Heydrich déchaînent l’enfer dans les rues de Varsovie, le regard des chefs nazis se tourne-t-il vers l’Ouest. Retrouver la cargaison du Siegfried est désormais crucial : l’Allemagne hitlérienne s’apprête à abattre le Marteau de Thor sur l’Angleterre…

Edition : Le Bélial’

 

Mon Avis : En début d’année je me suis laissé tenter par le premier tome de ce cycle qui offrait un récit, mélange d’Histoire, d’aventure et de SF, qui se révélait efficace et surtout soigné au niveau des recherches et de la documentation, offrant ainsi une image de fond plus que solide. C’est donc sans surprise que je me suis rapidement laissé tenter par cette suite pour savoir comment l’auteur allait faire évoluer son intrigue. Vu que je suis dans une période ou je lis les suites des séries que j’ai entamé, il a donc rapidement fini entre mes mains. À noter de nouveau une couverture, illustrée par Aurélien Police, que je trouve magnifique.

Ce second tome nous plonge ainsi directement dans la suite des évènements du Château des Millions d’Années, où la fameuse arme secrète a été en partie perdue au profit des Anglais et où Saxhäuser est porté disparu. L’Allemagne décide donc de lancer une opération secrète pour retrouver l’élément manquant de cette arme qui pourrait changer le cours de la guerre, voir de l’Histoire. J’avoue avoir replongé très facilement dans cette suite. J’avais pourtant un peu peur de m’y perdre, car de nombreux personnages se télescopent dans le premier tome, mais l’auteur s’en sort franchement bien pour raviver nos souvenirs. Il y apporte ainsi les informations nécessaires pour qu’on se rappelle d’eux sans non plus se perdre dans trop de répétitions, le tout bien porté aussi par un glossaire qui possède toute son importance selon moi. L’attrait principal de cette suite, c’est aussi qu’on quitte le tome d’introduction pour se retrouver plonger dans un récit que j’ai trouvé encore plus nerveux, efficace et entrainant, alternant rebondissements et action de façon percutante. Le rythme se révèle tendu et prenant du début à la fin, j’ai même eu l’impression que l’auteur maîtrisait mieux son histoire, se perdant moins dans les détails que dans le tome précédent, même s’il continue parfois d’en faire un peu trop. La construction de l’histoire jouant avec la temporalité du récit entre flashback et bon en avant, permet ainsi aussi de développer de façon réussie et fluide les différentes intrigues qui se croisent et les personnages.

L’univers développé au fil du récit se révèle toujours aussi solide et soigné. On sent clairement que l’auteur a longuement travaillé cette période, ce qui se ressent dans le sens du détail et la profondeur de ce qu’il construit en image de fond sur l’aspect de la seconde guerre mondiale. Il évite ainsi, je trouve, de tomber dans la facilité, nous offrant une étude complexe de la situation que ce soit d’un point de vue politique ou encore social, et évite aussi le manichéisme, nous rappelant qu’en période de guerre beaucoup de choses sont permises. Un travail de fond captivant et surtout qui permet d’en apprendre plus sur cette époque, tout en se laissant entrainer dans des aventures pleines de rebondissements et de surprises. Mais surtout là où il arrive vraiment à s’en sortir c’est dans cette pointe de SF mise en place depuis le premier tome, et dont je ne révèlerai rien pour éviter de trop spoiler , mais qui se greffe de façon efficace à l’intrigue, sans non plus tomber dans le grand n’importe quoi. Un jeu d’équilibre réussi et dont il donne envie de voir ce qu’il va nous proposer par la suite et de savoir comment l’auteur va s’en sortir par la suite avec le mélange historique.

Concernant les personnages, je ne vais pas le cacher, le héros Saxhäuser est clairement en retrait dans ce tome qui met plus en avant la mission de récupération de l’arme et les personnages d’Erchingen, de Ziegler et de Maud. On découvre ainsi trois personnages qui ne manquent pas non plus d’intérêt, nous happent assez facilement permettant aussi de mettre en avant la complexité qu’il peut y avoir entre les différents services allemands, Erchingen représentant le service de renseignement militaire là où Ziegler lui fait parti des SS. Maud n’est pas non plus en reste, nous dévoilant une héroïne complexe, forte et qui ne manque pas de charisme, qui donne envie d’en apprendre plus sur elle tant elle garde de nombreux mystères par-devers elle. Cela ne veut pas dire pour autant que notre héros principal disparait, il reste présent de façon très ponctuel, nous proposant un protagoniste toujours en plein doute, qui doit faire face à des choix. Les personnages secondaires ne manquent pas non plus de se révéler efficaces, offrant de nombreuses surprises. Je reste toujours un peu en attente concernant le personnage d’Andrea, car même si ce tome offre quelques rebondissements, je pense qu’elle a encore des révélations à faire. À moins que je me trompe complètement.

Quelque points m’ont tout de même dérangé dans cette suite. Comme je l’ai dit, même si j’ai trouvé ce tome mieux maitrisé que le précédent, j’ai tout de même eu l’impression une ou deux fois que l’auteur se perdait dans son besoin du détail, là où certaines scènes auraient pu être épurées à mon goût, tirant un peu pour garder du suspens alors que ce n’est pas obligatoirement nécessaire. Ensuite, un point légèrement frustrant c’est qu’une fois la dernière page tournée, j’ai eu cette impression de ne pas avoir avancé. Comme je l’ai dit Saxhäuser reste en retrait, ce qui fait qu’on est plus dans ce qu’on pourrait considérer comme une intrigue « secondaire » mise en avant, alors que le fil rouge principal évolue que très peu. C’est un choix qui certes, j’avoue a tout de même plutôt bien marché, car je me suis retrouvé embarqué dans cette suite, je ne le nie pas, mais voilà j’attendais quand même un peu plus d’informations de ce second tome. Attention rien de non plus bloquant, j’ai largement apprécié ma lecture, mais voilà j’attendais plus sur certains aspects. En tout cas l’ensemble est toujours porté par une plume efficace, entrainante, précise qui nous plonge finalement assez facilement dans ce récit mélange d’aventure, d’action et de SF. Je lirai le troisième tome sans soucis et avec grand plaisir.

En Résumé : J’ai de nouveau passé un tr-s sympathique moment de lecture avec la suite de ce cycle qui nous offre une histoire mélange d’Histoire, d’aventures et de SF qui se révèle, selon moi, mieux maîtrisé dans son rythme que le premier tome, offrant une intrigue efficace, entrainante, pleine d’action et percutante. L’univers construit continue à se révéler solide, on sent bien toute la passion de l’auteur sur cette époque, nous offrant ainsi une image de fond nuancé et réussie. Concernant les personnages, le héros du premier tome est un peu en retrait, même si présent ponctuellement et toujours ainsi intéressant à découvrir. Cela permet de mettre en avant de nouveaux protagonistes qui ne manquent pas d’attraits, denses et nous entrainant assez facilement dans leurs aventures. Au final je regretterai tout de même deux choses, quelques longueurs l’auteur en faisant un peu trop quelque fois dans le détail, et surtout une intrigue qui, même si elle a des qualités, parait pour l’instant plus secondaire. Rien de non plus bloquant, car j’ai de nouveau été emporté par le récit, bien porté par une plume simple, efficace et entrainante. Je lirai la suite sans soucis.

 

Ma Note : 7,5/10

Quantika Tome 3, Origines – Laurence Suhner

quantika t3 originesRésumé : À l’aide d’un astronef de la milice, Ambre et ses compagnons ont pénétré les défenses du Grand Arc, Kalaân l’Ancien, et ils ont atterri à son bord. Pour les scientifiques, la surprise est totale : forêt primaire et océan à perte de vue…
Le Grand Arc est un vaisseau-monde.
Il est bien plus encore. Ne dit-on pas dans le mythe «qu’il ouvre et qu’il choisit le lieu comme le destin?»
Cette fois, les aventuriers ont troqué la glace et le froid de Gemma contre la mer et la chaleur. Ils croient avoir laissé derrière eux l’espace-temps d’AltaMira et la colère du Dévoreur…
Ils se trompent.
Ioun-ké-da a vu le jour sur Timhkâ, dans les profondeurs abyssales qui plongent sous Naha’netché, la Conque du Sud, gigantesque ascenseur spatial d’où sont jadis partis les Ouvreurs – les vaisseaux d’exploration timhkâns.
Au contact de Tokalinan, Ambre se transforme peu à peu. Elle revit son passé et renoue avec ses origines. Elle redevient Kantikâ, la petite-fille de Shânti Divakarûnî.
Mais sa métamorphose l’emmènera plus loin encore. Bien au-delà de l’humain.

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : Ce troisième tome de la trilogie Quantika, je l’attendais avec impatience. En effet, après un premier tome qui m’avait offert un très bon moment de lecture, offrant un planet-Opera efficace, complexe et entrainant (ma chronique ici) et un second tome, certes un peu de transition, mais qui se révélait prenant à travers un rythme plus nerveux et quelques révélations percutantes (ma chronique ), j’avais hâte de voir comment l’auteur allait terminer son cycle. C’est donc sans surprise que ce livre a rapidement terminé entre mains. À noter la couverture, illustrée par Manchu, que je trouve vraiment magnifique. Pour ceux qui le souhaitent vous pouvez retrouver un résumé des deux premiers tomes sur le site internet Quantika ici.

La conclusion du second tome m’avait laissé dans l’expectative, en effet nos héros avaient fui Gemma en plein anéantissement, par la faute de Ioun-Ké-Da, pour rejoindre le Grand Arc, dernier rempart face à la puissance du destructeur. Après un tome 2 tendu, il faut bien avouer que ce troisième tome va se révéler un peu plus calme, moins porté par l’adrénaline, permettant ainsi de prendre son temps pour découvrir le Grand Arc et tout ce qu’il recèle comme surprises, mais aussi de découvertes. Attention cela ne veut pas dire que l’on s’ennuie à travers cette histoire, loin de là, mais l’action et le côté nerveux sont remplacés par une menace qui se révèle plus diffuse, plus pernicieuse, faisant monter la tension, mais aussi une légère angoisse au fil des pages devant l’ampleur et la difficulté de la mission de nos héros.

Un récit que j’ai trouvé aussi plus intimiste, où chaque protagoniste va devoir clairement donner de lui-même et se découvrir pour pouvoir s’en sortir et avancer. On sent tout du long que l’auteur maitrise bien son intrigue, offrant ainsi de nombreux rebondissements et révélations  pour mieux happer le lecteur et lui faire tourner les pages sans jamais l’ennuyer, même si c’est vrai, parfois, elles se révèlent un peu convenues et prévisibles. La conclusion se dessine alors, et avec elle, les nombreuses réponses aux questions que je me posais et je dois bien avouer que l’auteur y répond de façon efficace et parfois surprenante. J’avais un peu peur que le cycle tombe dans la facilité d’un simple combat entre Ioun-Ké-Da et le Dieu Sombre, mais Laurence Suhner a vraiment réussi à me surprendre en élargissant le point de vue, en offrant quelque chose de plus « entier » et de plus réfléchi. Car oui on se retrouve aussi à se poser de nombreuses questions que ce soit sur nous-mêmes, notre individualité et toutes les conséquences qu’elles peuvent engendrer comme par exemple sur la communication ou sur notre évolution.

L’intérêt du récit vient aussi, en plus de l’intrigue, de l’univers qui est construit au fil des pages. En effet on se retrouve ici à quitter la froide et glaciale Gemma pour découvrir un climat beaucoup plus chaud, empli de forêts et de mystères. On va aussi découvrir Timhkâ, planète où tout a débuté, un monde chatoyant qui possède ses propres règles et qui donne envie, d’une certaine façon, d’en apprendre plus malgré les nombreux dangers qui y rôdent. Un changement brutal de décor qui ne va pas se révéler sans conséquences pour nos personnages. Se dévoile aussi un peuple différent du nôtre, malgré un certain anthropomorphisme, avec ses propres us et coutumes et qui surtout n’a pas la même vision du monde que la nôtre, plus spontanée, plus instinctive là où de notre côté l’on est réfléchi, où on dissèque et théorise tout. Deux visions complètement différentes et pourtant pas si éloignée que cela. L’aspect scientifique y est toujours présent, mais ne tombe jamais dans le côté Hard Science, l’auteur prenant clairement le temps de bien expliquer les concepts qu’elle utilise, même si parfois cela crée quelques longueurs quand on les connait déjà, mais rien de gênant. L’auteur continue aussi à saupoudrer un fond de culture hindou qui, je trouve, apporte un plus et se révèle vraiment intéressant, donnant envie de mener des recherches sur certains aspects. Elle cherche aussi à nous faire réfléchir sur notre façon de voir et traiter la Nature.

Concernant les personnages, je dois par contre avouer que j’ai eu un peu de mal avec certains d’entre eux, la faute à certains traits de caractère qui m’ont paru un peu trop poussés à l’extrême pour vraiment réussir à m’accrocher. Je pense ainsi à Haziel et Ambre qui se révèlent par moments égoïstes à un point tel qu’ils donnent l’impression de complètement déconnecter et se lancer à corps perdu sans jamais vraiment réfléchir et, pire, amener le danger vers leurs amis. Alors certes, on peut considérer qu’ils ont des circonstances atténuantes, mais parfois non. Heureusement cela se calme au fil des pages et on se rapproche ainsi un peu plus d’eux. C’est légèrement dommage, car on ne peut pas nier que les personnages se révèlent denses, soignés, efficaces et entrainants, possédant leurs propres émotions, leurs propres histoires, leurs propres besoins et leurs propres envies. Je regretterai peut-être aussi un ou deux personnages un peu trop stéréotypés, mais là rien de très bloquant.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi efficace, soignée, dense, faisant plonger le lecteur aisément dans son récit et son univers des plus passionnants. La conclusion répond de façon passionnante et intelligente aux nombreuses questions que le lecteur se pose, même si j’ai trouvé dommage que soit traité un peu trop rapidement l’aspect qui concerne la milice et Boubakine. Au final un cycle qui m’a offert un très bon moment de lecture, je lirai sans souci d’autres écrits de l’auteur.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec le troisième et dernier tome de ce cycle qui offre offrir une histoire efficace et qui vient répondre de façon intelligente aux nombreuses questions que l’on se pose, le tout à un rythme, certes un peu plus lent, mais tendu offrant de nombreuses menaces et rebondissements. L’univers se révèle toujours aussi intéressant à découvrir, on se retrouve ainsi à quitter la glaciale Gemma pour de nouveaux horizons chatoyants et qui donne envie d’être découvert, permettant aussi d’ouvrir une réflexion sur la façon dont on traite la nature. On découvre aussi Timhkâ, avec ses us et coutumes et ses traditions complètement différentes des nôtres. L’aspect scientifique est toujours présent et se révèle toujours aussi accessible par des explications claires et précises, même si parfois j’ai trouvé que cela offrait quelques longueurs vu que je connaissais déjà les théorèmes. Concernant les personnages, ils se révèlent denses, soignés et travaillés même si j’ai eu un peu de mal au début avec Haziel et Ambre qui m’ont paru trop poussés à l’extrême, mais cela se calme au fil des pages. Je regretterai peut-être un ou deux personnages stéréotypés, mais rien de bien gênant. La plume de l’auteur est efficace, entrainante et soignée. Au final une trilogie qui m’a offert un bon moment de lecture. Je lirai sans souci d’autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 8/10

Origines Tome 1, Le Château des Millions d’Années – Stéphane Przybylski

le chateau des millions d'anneesRésumé : Juin 1939.
Heinrich Himmler diligente une mission archéologique en Irak dans le but officieux de s’allier les populations locales afin de saper l’influence britannique et préparer l’avènement d’un nouvel ordre mondial…
Au sein de cette expédition qu’il dirige en sous-main, l’officier SS Friedrich Saxhäuser.
Héros de la Grande Guerre, agent naviguant dans les eaux troubles des divers services de renseignement du Reich, ce soldat hors normes a lié son destin à celui d’Adolf Hitler depuis le putsch manqué de Munich en 1923. Or, dans la vallée d’un affluent du Tigre, Saxhäuser met bientôt au jour l’impensable, une découverte si vertigineuse qu’elle pourrait bien changer la donne dans le conflit qui s’annonce… Mais encore faut-il pouvoir acheminer pareille trouvaille jusqu’en Allemagne. Et d’ailleurs, Saxhäuser le veut-il vraiment ?

Edition : Le Bélial’

 

Mon avis : Cela fait quelques mois que j’entends parler de ce roman, que ce soit par la communication faite autour, comme l’idée de lui offrir une sortie en feuilleton numérique qui me donnait encore plus envie de le découvrir, avec quand même la patience d’attendre le format papier. Il faut bien avouer que le résumé se révélait assez accrocheur, mélange d’histoire et de fantastique, et que je trouve la couverture, illustrée par Aurélien Police, vraiment magnifique. C’est donc sans surprise qu’il a très rapidement rejoint ma PAL.

 Ce roman nous propose ainsi de plonger en pleine période trouble, la montée au pouvoir d’Hitler qui va déboucher sur la seconde guerre mondiale, et d’y suivre le destin de l’officier SS Friedrich Saxhäuser qui va se retrouver au milieu d’aventures qui vont complètement le dépasser. Je dois tout de mettre avouer que je me lançais dans cette lecture avec une légère réserve, le mélange de mystique à cette période de l’histoire a déjà été de nombreuses fois utilisé, ce qui est plutôt logique vu la fascination de Hitler et son gouvernement pour l’ésotérisme, mais tombait parfois clairement dans le ridicule. Et pourtant j’ai été agréablement surpris, l’auteur s’en sort finalement plutôt bien, nous offrant une histoire pleine d’aventures, sans temps mors et se révélant efficace. L’intrigue ne manque ainsi ni d’intérêt, ni de rythme et le lecteur se retrouve rapidement emporter par les nombreuses péripéties et les nombreuses surprises que vont rencontrer les héros. Mais c’est surtout le mélange entre roman historique, roman d’aventures et paranormal qui offre ici un récit solide sans jamais trop en faire ou tomber un peu trop dans l’absurde. Il n’oublie pas pour autant de traiter de cette période de façon efficace et réfléchi offrant ainsi de nombreuses réflexions qui font même époque à notre époque contemporaine.

Stéphane Przybylski, comme présenté sur le quatrième de couverture, est aussi historien et possède à son actif de nombreux livres historiques et c’est ce qui, je trouve, rend don univers si efficace et réussi. En effet il nous offre un monde qui est franchement solide à travers de nombreuses anecdotes historiques et nous faisant découvrir de nombreux lieux et de nombreuses ruines des plus fascinantes. Concernant tout ce qui touche à l’époque, avec la prise de pouvoir d’Hitler et la montée en tension, même si l’ensemble ne renouvellera en rien le genre à travers son originalité, excepté peut-être le travail sur l’Irak, cela n’empêche pas l’auteur d’offrir de nombreux détails, ne cherchant pas que le côté aventure et nous dévoilant une époque sombre et en pleine crise. C’est ce fond historique soigné, travaillé, et dont on sent que de nombreuses recherches ont été réalisées, qui rend finalement l’ensemble si cohérent et intéressant. Là-dessus vient alors se calquer un aspect fantastique et SF qui, sans non plus se révéler des plus original, qui se révèle juste assez intrigant pour nous faire tourner les pages avec plaisir sans non plus tomber dans l’extrême ou dans le grand n’importe quoi. Un équilibre efficace dont il sera intéressant de voir comment l’auteur va s’en sortir par la suite, vu qu’il s’agit quand même d’une tétralogie.

Concernant les personnages, ils se révèlent denses, travaillés et assez complexes avec leurs questionnements, leurs émotions et surtout évoluent de façon logique en fonction des évènements qu’ils soient aussi bien historiques, comme les différentes péripéties qu’ils rencontrent, même, si c’est vrai ils se révèlent par moment un peu banals et que parfois on a un peu de mal à complètement s’attacher à eux comme s’il leur manquait une certaine « impulsivité ». Que ce soit Saxhäuser le charismatique espion aventurier éprit d’espace qui doute de lui même et oscille entre un être détestable coincé dans une idéologie et personnage plus nuancé, ou bien encore l’archéologue Schmundt qui est loin de tout dévoiler de lui, chacun des personnages possède encore de nombreux atouts à dévoiler et de nombreuses surprises. Je regrette par contre qu’il n’y est pas de personnages féminins un peu plus consistants, seul Andrea sort légèrement du lot, mais il est encore trop tôt pour bien comprendre son rôle, les autres femmes intervenant dans le récit ne servant que de rencontres purement sexuelles à notre héros. Ça m’a d’ailleurs parfois dérangé ce côté un peu trop tombeur de ses dames du héros, où toutes les femmes qu’il croise sans exception finissent dans son lit.

Je regrette par contre un certain essoufflement qui se ressent dans le dernier tiers du livre, l’auteur oublie parfois un peu trop qu’il est dans un roman et se perd dans trop de détails pour nous dévoiler des points qui, sans être non plus inutiles, ne méritait pas toujours autant d’informations ; peut-être le côté historien qui ressort. Ensuite j’avoue avoir eu un peu de mal dans la construction du récit qui m’a paru un peu trop, par moment, figé et dont l’auteur cherche à rendre plus énergique avec une accumulation de flashbacks qui n’apportent pas toujours quelque chose d’intéressants. Cela marche peut-être mieux dans un roman feuilleton que lu d’une traite, je ne sais pas. Alors au final rien de non plus bloquant ou vraiment dérangeant, mais qui se ressent tout de même légèrement durant la lecture.

La plume de l’auteur se révèle assez simple, sans non plus se révéler marquante, mais marche de façon efficace arrivant un minimum à happer le lecteur dans son récit efficace et entrainant. Au final ce premier se révèle être une introduction intéressante à une histoire qui possède encore de nombreuses questions en suspend et dont je lirai la suite avec plaisir en espérant qu’elle arrive à garder ce fragile équilibre entre histoire, SF et aventures.

En Résumé : J’ai passé un agréable moment de lecture avec ce premier roman d’une tétralogie qui oscille entre science-fiction et roman historique en pleine seconde guerre mondiale. Ce premier tome se révèle, certes, un tome d’introduction, mais se laisse lire assez facilement bien porté par les nombreuses péripéties que rencontrent nos héros et un rythme soutenu. L’univers se révèle dense, soigné avec de nombreux détails et des nombreuses références ; le côté historien de l’auteur y jouant énormément, sans non plus se révéler trop envahissant. Les personnages ne manquent pas de charisme, ni d’intérêt, même si parfois ils ont du mal à émouvoir le lecteur j’ai trouvé. Je regrette par contre le manque de personnages féminins intéressant, la quasi-totalité des femmes du récit ne servant qu’à tomber entre les bras et dans le lit du héros principal. J’ai ressenti aussi un certain essoufflement dans la dernière partie du récit, cherchant à trop vouloir en faire, ainsi qu’une accumulation de flashback pas toujours efficaces. Le style de l’auteur, sans se révéler des plus marquant, se révèle simple et entrainant. Un premier tome plus que sympathique qui me donne envie de découvrir la suite.

 

Ma Note : 7,5/10

 

Autres avis : Vert, Marijuliet, Cornwall, …

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre