The Dandelion Dynasty Book 2, The Wall of Storms – Ken Liu

Résumé : Kuni Garu, now known as Emperor Ragin, runs the archipelago kingdom of Dara, but struggles to maintain progress while serving the demands of the people and his vision. Then an unexpected invading force from the Lyucu empire in the far distant west comes to the shores of Dara—and chaos results.
But Emperor Kuni cannot go and lead his kingdom against the threat himself with his recently healed empire fraying at the seams, so he sends the only people he trusts to be Dara’s savvy and cunning hopes against the invincible invaders: his children, now grown and ready to make their mark on history.

Edition : Saga Press

 

Mon Avis : Il y a un peu plus d’un an maintenant, je me lançais dans la lecture du premier cycle de Fantasy de Ken Liu avec The Grace of Kings. Il m’avait alors offert une Fantasy épique, fascinante, entraînante, nous plongeant dans un univers dense et nous faisant découvrir des personnages soignés et captivants à suivre et à découvrir (ma chronique ici). C’est donc sans surprise qu’au moment de la publication de ce second tome, je me sois rapidement laissé convaincre de le faire entrer dans ma PAL, même si le premier tome possédait sa conclusion propre. Bon après, comme souvent, il faut trouver le bon moment pour se lancer dans un récit de près de 900 pages, mais en cette fin d’année j’avais envie de ce genre de Fantasy, en espérant y retrouver le plaisir du premier tome. A noter une illustration de couverture que je trouve toujours aussi réussie. Je risque par contre de spoiler dans ma chronique le premier tome (même si le résumé le fait déjà d’une certaine façon).

On plonge dans ce roman six ans après la fin du premier tome qui a vu Kuni Garu monter sur le trône de Dara et devenir Empereur. La paix est revenue dans l’archipel, mais cela ne veut pas dire pour autant que tout est calme. L’empereur doit faire face à de nombreux jeux de pouvoirs pour maintenir cette paix. Tout va voler en éclat quand une invasion du Lyucu va survenir. Je me suis ainsi lancé dans la lecture de ce second tome, me demandant comme l’auteur allait offrir une suite au premier volume qui pouvait se voir comme un one-shot. Pour autant, une fois la dernière page tournée, je dois bien admettre que l’auteur a réussi à me surprendre et à m’offrir un très bon moment de lecture. C’est vraie, il n’est peut-être pas complètement au niveau du premier tome (quoi que), mais je n’ai pas pour autant boudé le plaisir de replonger dans cet univers et me laisser porter par ce récit. Déjà on change clairement de registre, la guerre qui a vu la chute de l’empereur Mapidéré au profit, après de longues batailles et de nombreuses souffrances, de l’empereur Kuni Garu, laisse maintenant place à une Paix bienvenue. Hors il est parfois plus compliqué de gérer les choses en temps de paix qu’en temps de guerre, surtout quand de nombreuses manoeuvres, de son camp comme de camps adverses, sont réalisés pour essayer d’imposer sa vision « idyllique »  de ce qu’est le pouvoir et la gestion d’un Empire. Un vrai travail d’artiste et de jonglerie que va devoir réussir à mener le nouvel empereur s’il veut voir sa vision « progressiste » s’imposer.

Alors c’est vrai, je l’avoue, le démarrage de ce roman peut paraitre lent, voir même un chouïa long, j’avoue surtout après la conclusion assez tendue du roman précédent. Je ne m’attendais pas obligatoirement à un tel démarrage pour cette suite. Attention, je ne dis pas par là que l’auteur fait du remplissage, ou cherche à gonfler son roman, je ne l’ai jamais franchement ressenti comme tel. Simplement à travers 150 à 200 pages il doit rattraper six ans et aussi présenter les nouveaux personnages qui prendront de l’importance dans ce second tome, ce qui pourra en déranger certains. Pour autant je trouve cette narration intéressante, alternant entre présent et passé à travers principalement une nouvelle héroïne, Zomi, de ce tome. Il offre ainsi un double attrait à ces premières pages, que ce soit dans le plaisir de retrouver les anciens protagonistes et voir ce qu’ils sont devenus, comment ils ont évolué, tout en essayant de comprendre l’importance de Zomi, de la découvrir, de voir son évolution dans un royaume de Dara qui a connu de nombreux changements. Oui, cela peut possèder un côté frustrant de replonger dans ce qu’on pourrait considérer comme une introduction pour un second tome, mais une fois entrer dans le récit, ce sentiment laisse vite place à l’envie d’en apprendre plus.

Il faut dire aussi que la plume et la narration proposée par Ken  Liu joue grandement dans le fait qu’on se retrouve à nouveau rapidement captivé. Il a, je trouve, un vrai talent de conteur ce qui rend ainsi l’ensemble fluide, entraînant, oscillant entre phases plus descriptives et explicatives, phases de constructions et phases de tension, sans jamais franchement perdre un seul instant l’attention du lecteur. Une certaine « magie » se dégage, je trouve, de ce roman et j’ai ainsi eu l’impression, sans non plus dire que le récit prenait vie devant mes yeux, qu’on était véritablement porté et emporté par lui. On pourrait limite croire qu’une telle histoire a existé tant, je trouve, elle a réussi à me marquer. Sa capacité à offrir un récit à multiples voix et surtout à offrir à chaque voix quelque-chose d’unique offre aussi un vrai plus à l’ensemble. Alors après l’auteur offre une certaine théâtralité dans son récit qui pourra peut-être en déranger certains, une impression de trop en faire dans les dialogues, les émotions, les actions, mais qui pourtant colle parfaitement à ce que construit l’auteur. Elle offre ainsi, je trouve, quelque-chose à la narration et au côté épique du récit, sans jamais tomber dans le surjoué et amenant même une certaine tension supplémentaire par moment.

Concernant l’univers, malgré le côté nouveauté en moins, il est toujours aussi fascinant à découvrir que ce soit à travers le travail que propose l’auteur dans sa densité et sa construction, mais aussi dans son côté dépaysant et clairement original selon moi. Cet imaginaire chinois change clairement, offrant véritablement des choses différentes qui apportent un souffle différent au récit. Cela joue aussi obligatoirement, c’est vrai, sur mon ressenti, l’auteur offrant une Fantasy différente dans son univers des nombreuses publications actuelle. Que ce soit à travers son aspect social, son aspect culturel, sa mythologie ou encore sa magie Ken Liu nous propose un monde soigné, fascinant à découvrir et passionnant. On sent qu’il est maîtrisé dans le moindre détail et surtout vient se glisser dans le récit sans jamais le ralentir, ou donner l’impression de trop en faire. C’est l’un des gros points forts, je trouve, de ce cycle, cette plongée envoutante et fascinante dans ce monde qu’on prend plaisir à découvrir et redécouvrir au fil des pages. Surtout que l’auteur a aussi décidé de sortir de Dara pour nous faire découvrir l’empire de Lyucu qui va apporter des traditions différentes, des visions différentes mais aussi des points de vus différents. L’aspect technologique et magique ne sont pas non plus en reste. Toujours dans ce côté Silkpunk, le mélange opère bien et montre une évolution qui ne manque pas d’attrait. Les dieux sont toujours présents de façon légère. L’auteur n’oublie pas pour autant de nous offrir des batailles épiques, des trahisons, des jeux de pouvoir qui offre un rythme efficace et prenant au récit.

Surtout ce second tome n’oublie pas de nous faire réfléchir. On est ainsi clairement dans un tome que j’appellerai de transition, mais non pas d’un point de vue du récit, mais plus de transition dans les personnages, générations, les traditions, les visions. C’est un roman de changement, de basculement qui voit le monde de Dana changer, évoluer, devoir faire face à de nouvelles idées, de nouvelles philosophies et de nouvelles opinions. C’est là, je trouve la force du roman, intégrer ses réflexions dans le corps du récit et de ce monde et surtout ne jamais chercher à les imposer ou à trop en faire. A travers le côté choral du récit on découvre ainsi de nombreux points de vues contradictoires, de nombreux idéaux qui différent mais reposant toujours sur une logique et qui poussent le lecteur à se poser des questions. Que ce soit sur la notion de politique, la notion sociale, ou bien encore sur l’aspect ressources, rejet des autres, luttes de classes, position de la femme l’auteur brasse ainsi de nombreux sujets qui ne laissent pas indifférents et fait cogiter le lecteur.

Concernant les personnages, l’auteur a toujours cette capacité à construire des protagonistes complexes, denses et fascinants à suivre et à découvrir. Surtout ici c’est la façon dont l’auteur les a fait évoluer depuis la fin du premier tome et tout le long de ce second tome. En effet plusieurs héros et héroïnes du premier tome vont détonner par rapport à ce qu’on connaissait d’eux. Les changements survenus vont ainsi les amener à voir le monde autrement, à penser de façon différente. Attention, rien de véritablement incohérent, pour moi les évolutions, les changements, même si je ne m’y attendais pas forcément, sont logiques et bien amenées que ce soit dans la logique comme dans les arguments. A noter aussi un inversement dans ce tome. Le premier tome, comme je le disais à l’époque, ne faisait pas obligatoirement la part belle aux héroïnes (même si certaines sortaient du lot), ici c’est tout l’inverse puisque le roman nous fait suivre principalement des personnages féminins. Que ce soit Jia, Risana, Zomi, Théra et les autres on découvre ainsi des héroïnes complexes, percutantes et qui ne manquent pas de nous captiver dans leurs aventures, leurs réflexions, leurs visions, leurs désirs, leurs peurs et leurs envies. Cela n’empêche pas pour autant de retrouver et découvrir des personnages masculins intéressants et c’est ainsi avec plaisir que j’ai retrouvé le destin de Kuni, Luan ou encore de nouveaux personnages comme Timu ou par exemple Phyro. Les personnages secondaires ne sont pas non plus en reste et offrent des personnages qui ne manquent pas de profondeurs, comme par exemple avec l’arrivée des gens de Lyucu qui viennent confronter la vision de Dara.

Après je ne le nie pas, quelques légers défauts apparaissent ici ou là comme par exemple par moments quelques longueurs qui se font ressentir par moment. J’ai aussi trouvé que certains retournements de situations étaient par moment traités trop rapidement. Enfin j’ai trouvé une ou deux facilités dans l’évolution du récit. Mais franchement rien de très dérangeant tant ce roman m’a offert une Fantasy épique, intelligente et dense qui propose de plonger dans un monde dépaysant, coloré et entraînant. Je ne doute pas que ce cycle ne plaira pas à tout le monde, mais franchement je ne peux que vous conseillez au moins de lui laisser une chance tant, je trouve, qu’il mérite d’être découvert. La plume de l’auteur est franchement efficace, soignée et pleine d’imagination qui a réussi à me happer rapidement pour ne plus me lâcher. J’ai hâte de savoir ce que va proposer l’auteur pour la suite.

En Résumé : J’ai à nouveau passé un très bon moment de lecture avec la lecture de ce second tome du cycle de fantasy de Ken Liu. Certes il est peut-être un chouïa moins prenant que le premier, mais cela ne l’empêche pas d’offrir une Fantasy toujours aussi épique, captivante, fascinante et entraînante. Après nous avoir plongé dans la guerre ce second volume nous plonge six ans après la fin de The Grace of Kings, dans la paix. Sauf que voilà, la paix c’est souvent plus compliqué que la guerre avec son lot de manipulations, de jeux de pouvoirs et de trahisons où tout va voler en éclat avec l’invasion de l’empire du Lyucu. Certes le démarrage pourra paraitre un peu long pour certains, mais il ne manque pas pour autant d’intérêt nous présentant à la fois les nouveaux personnages et l’évolution de ceux que l’on connait déjà. Le talent de conteur de l’auteur fonctionne toujours autant, ce qui fait que je me suis retrouvé facilement emporter par ce récit. L’univers est toujours aussi captivant à découvrir que ce soit dans ses différents aspects comme dans sa notion de Silkpunk, mélange de magie et de technologie, ou bien encore tout ce qui tourne autour des dieux. Un imaginaire chinois  qui offre un vrai plus et surtout une originalité à l’ensemble. Un univers maitrisé, soigné et dense qui ne manque pas de captiver. Concernant les personnages ils sont toujours aussi complexes, travaillés et attachants avec ici une part belle aux héroïnes. Alors après c’est vrai quelques longueurs se font parfois légèrement ressentir, une ou deux facilités apparaissent ou bien certains points sont traités un peu rapidement, mais franchement rien de trop dérangeant. La plume de l’auteur est toujours aussi efficace et pleine d’imagination, proposant une Fantasy épique passionnante et réfléchie qui mérite au moins d’être découverte pour se faire un avis. Je lirai la suite avec grand plaisir.

 

Ma Note : 8/10

Précédent

Louisiana Breakdown – Lucius Shepard

Suivant

Le Meilleur des Mondes Possibles – Karen Lord

  1. Je sais qu’un jour je finirais par la lire cette série, j’ai d’ailleurs déjà le premier dans ma PAL.
    Du coup je n’ai lu que la conclusion pour l’instant pour pas trop me spoiler mais en tout cas ça me donne envie de la sortir de ma PAL ^^

    • En tout cas j’espère que ce cycle te plaira autant qu’à moi. Bonne lecture et n’hésite pas à repasser me donner ton avis si tu le souhaites.

  2. Je crois que je vais finir par faire comme toi et lire ce cycle en anglais. Les droits du tome 1 ont été achetés il y a un moment déjà (par Fleuve éditions, il me semble), mais ils ne semblent pas pressés de le sortir en VF.

    • Ça reste quand même des beaux pavés, mais je n’ai pas trouvé l’Anglais si difficile. Pour la VF oui j’avais entendu qu’ils devaient être publié chez Fleuve dans leur collection Outre Fleuve, mais depuis je n’ai rien vu passer comme information.

  3. Je l’attends aussi même si j’ai peur des longueurs quand même.

    T’as écrit « il est peut-être un chouïa moins prenant que le prenant » dans la conclusion, c’est joli 🙂

    • J’aime réinventer mes écrits c’est pour cela ^^
      Faut corrigée, merci de me l’avoir indiqué.

      Concernant les longueurs, je pense que ça dépendra vraiment des attentes de chacun.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :