The Divine Cities Book 1, City of Stairs – Robert Jackson Bennett

Résumé : In the city of stairs, nothing is as it seems.
You’ve got to be careful when you’re chasing a murderer through Bulikov, for the world is not as it should be in that city. When the gods were destroyed and all worship of them banned by the Polis, reality folded; now stairs lead to nowhere, alleyways have become portals to the past, and criminals disappear into thin air.
The murder of Dr Efrem Pangyui, the Polis diplomat researching the Continent’s past, has begun something and now whispers of an uprising flutter out from invisible corners.

Edition : Jo Fletcher Books

 

Mon Avis : Après ma lecture de American Elsewhere de Robert Jackson Bennett, j’ai décidé de sortir un des livres que j’avais de lui et qui traînait dans ma PAL en Anglais depuis quelques mois. En effet, son dernier roman publié en VF m’ayant offert un bon moment de lecture, offrant un récit fantastique que j’ai trouvé franchement efficace, percutant et entraînant, même si un peu long (ma chronique ici) et une discussion avec l’auteur m’ont donné envie de lire d’autres de ses romans. Alors, même si Foundryside, son dernier livre publié, me faisait très envie, j’ai décidé d’abord de sortir ce City Of Stairs qui est le premier tome d’un cycle déjà terminé. Concernant l’illustration de la couverture, je la trouve plutôt sympathique.

Ce roman nous plonge dans la ville de Bulikov, anciennement le siège du monde à l’époque où les dieux existaient encore, que l’on découvre bien des années après l’élimination de ses dernier par le leader du Syapur, le Kaj. La ville est tombée depuis dans la pauvreté, la ruine et la désolation, sous le joug du Syapur et ses technologies qui imposent ses règles jusqu’à interdire toutes discussions, toutes références concernant les dieux maintenant disparus. Un jour le Dr Efrem Pangyui, un e éminent savant de Syapur, est assassiné ce qui amène Shara Komayd a venir enquêter sur place, elle qui l’a bien connu et souhaite que son meurtre ne soit pas impuni. Pourtant, Shara n’est pas au bout de ses surprises. J’avoue, une fois la dernière page tournée, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre. J’avais un peu peur au début, trouvant les premières pages un peu convenues, mais très vite je me suis retrouvé happé par ce récit allait offrir bien plus qu’une simple enquête de meurtres. On sent ainsi rapidement que l’auteur construit quelque-chose de dense et de complexe, qui s’avère, je trouve maîtrisé et entraînant.

Il faut dire que Robert Jackson Bennett possède une voix qui lui est propre et un vrai talent de conteur, ce qui fait qu’une fois embarqué, j’ai clairement eu du mal à lâcher ce roman. L’ensemble est porté par un rythme plutôt posé, qui permet ainsi de vraiment soigner la toile de fond, avant de monter en tension et en intensité pour aboutir à un final qui ne manque pas de se révéler explosif. Alors certes un ou deux points m’ont parfois légèrement frustré, j’y reviendrai, mais globalement je suis très content de ma lecture. L’intrigue est certes plutôt classique, avec ce meurtre à résoudre, mais cela ne l’empêche pas d’être solide et ne manque pas de surprises, de révélations et de rebondissements qui font que globalement on se laisse facilement porter par le récit. Je me suis ainsi retrouvé à tourner les pages avec l’envie d’en apprendre plus, mais surtout de découvrir tout ce qui tourne autour tant l’auteur construit quelque-chose de riche et de clairement prenant.

Ainsi, le gros point fort de ce roman vient ainsi du travail mené par l’auteur sur la construction de l’univers que je trouve vraiment fascinante, dense et captivante. Le récit nous offre ainsi un monde où vient se mélanger les genres avec de la technologie et des armes à feu, mais aussi de la magie et des êtres divins. Il y a, je trouve, une certaine fraicheur et une certaine originalité qui se dégage de cette toile de fond et surtout de la façon dont Robert Jackson Bennett la construit et l’amène. Alors certes, parfois on sent qu’il aime un peu trop son univers, qu’il cherche par moment à trop le détailler, mais pour autant cela ne m’a pas trop dérangé tant le reste est vraiment prenant et entraînant. Il y a ainsi un vrai soin, une vraie envie de densité et de complexité, que ce soit aussi bien sur la religion, l’aspect social ou bien encore politique. Rien ne paraît ainsi laissé au hasard et au fil des pages se dévoile un monde qui donne envie d’en apprendre plus, bien porté par un travail de description efficace et très intéressant. Surtout que la ville de Bulikov a énormément souffert, après la chute des dieux elle a connu le Blink qui a fait disparaitre le faste de cette ville, l’a rendu dévastée et limite au bord de la ruine. J’ai trouvé d’ailleurs très réussie cette idée de Blink, de la façon dont elle est amenée et ce que cela apporte comme idées et conséquences ainsi que dans l’atmosphère, d’une certaine façon austère et sombre, que cela offre.

Pour moi, la grande force du roman vient aussi clairement du travail sur l’histoire de la ville de Bulikov et ses habitants, mais surtout dans la notion de domination de Syapur sur cette dernière. Ainsi on ressent clairement cette déchéance d’une ville dominante avec ses dieux, qui est maintenant tombée dans la pauvreté, la souffrance, la maladie. Cette relation entre ses deux groupes ne laisse pas indifférent et soulève de nombreuses questions sur la guerre, la notion de gagnant, d’imposition de sa vision et aussi l’histoire qui est toujours écrite par ceux qui ont gagné la guerre. On comprend ainsi cette ambiance délétère entre des vainqueurs qui souhaitent ne pas voir cette ville retrouver le faste, la puissance d’antan, et des vaincus qui n’ont d’autres choix que de se soumettre, mais où la violence gronde tout de même. D’ailleurs, l’aspect Histoire, recherche, a aussi une grande importance dans le récit dans la façon dont on peut réécrire les choses les influencer. Bien entendu il y a aussi obligatoirement, vu le résumé, un aspect divin, magique, qui vient apporter un plus à l’ensemble, avec en parallèle aussi une avenir plus technologique qui n’est pas sans rappeler cette idée que la magie perd peu à peu sa place face à la technique, face aux machines. Cela soulève aussi l’idée, plus métaphorique, de l’Homme qui a vaincu ses dieux, les a abattus par la science et technologie. Au final un univers très réussi, qui donne envie d’y plonger à nouveau tant il y a encore à développer.

Concernant les personnages il s’avèrent très solides et intéressants à suivre et à découvrir. Alors c’est vrai, je ne le nie pas, ils ont une caractérisation plutôt classique dans les grandes lignes, avec l’héroïne venue enquêter sur la mort d’un homme qu’elle a aimé, la militaire qui en a tellement connu qui cherche à se voir offrir un poste au soleil ou bien encore le « gros-bras », mais pour autant ils arrivent à accrocher le lecteur soit par leurs actions, leurs évolutions ou bien en prenant parfois un peu à contre-pied leurs stéréotypes. J’ai ainsi beaucoup apprécié le personnage de Sigrud, le guerrier qu’on pourrait croire sans cervelle, mais qui va rapidement offrir bien plus que cela, ou bien encore Turyin général blasée qui souhaite prendre une retraite bien méritée et va pourtant amener quelques bonnes surprises. L’héroïne Shara est, elle, plus classique dans sa représentation et son évolution, mais cela ne l’empêche pas d’offrir une héroïne intéressante, efficace et qui ne manque pas de force et de charisme, ce qui fait que j’ai suivi ses aventures avec plaisir. L’auteur évite d’ailleurs l’écueil d’une romance trop facile ce qui, je trouve, n’aurait rien apporté au récit. Concernant les personnages secondaires, ils sont solides dans leurs constructions, dans leur apport au récit et aux révélations, mais ils restent là par contre peut-être un peu trop classique. Rien de bien gênant, tant l’ensemble des personnes croisées sont globalement efficaces, mais voilà certains auraient peut-être mérité un chouïa plus de soin et de complexité.

Ce que je regretterai par contre à ce premier tome, c’est une certaine linéarité dans l’intrigue et son évolution. Attention, je ne veux pas dire que le récit est totalement prévisible, il y a plusieurs bonnes surprises, mais globalement on va du point A au point B par une construction globalement très classique, ce qui fait que certaines révélations sont quand même rapidement devinables. Bon après soyons clair aussi, en lisant les premières pages de ce premier tome je me suis très vite douté d’une des grosses révélations à la fin sur les dieux, mais elle était tellement logique que l’avoir deviné n’est pas dérangeant. Par contre, là où j’étais un peu frustré c’était concernant la révélation sur le grand méchant que j’avais vu venir un peu trop facilement par des indices un peu trop gros. Je regretterai aussi, mais de façon moindre que dans American Elsewhere, c’est l’utilisation de passages sur des personnages qu’on ne voit qu’une seule fois pour disparaitre après, car même si c’est mieux maîtrisé ici, parfois certains m’ont paru ne rien apporter. Pour autant malgré ces petits défauts, j’ai passé un très bon moment de lecture, bien porté par une plume simple, entraînante et efficace.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce City of Stairs qui offre une intrigue, certes plutôt classique, mais surtout solide et entraînante. L’auteur possède un vrai talent de conteur et je me suis retrouve rapidement captivé par ce récit, porté par un rythme posé qui monte doucement en tension au fil des pages pour aboutir à un final assez explosif. Le gros point fort de ce roman vient clairement de l’univers qui y est présenté qui ne manque pas de se révéler dense, complexe et travaillé. On sent bien que l’auteur ne laisse rien au hasard nous offrant une toile de fond vraiment fascinante et prenante que ce soit aussi bien au niveau politique, de la religion, de l’aspect social ou bien encore sur cette dualité entre « nouveau » monde technologique et « ancien » monde avec ses dieux et sa magie. Le récit ne manque pas non plus d’offrir des réflexions intéressantes principalement sur la guerre, la notion de vainqueur et de vaincu et tout ce que cela peut amener ou bien encore d’Histoire et de culture. Concernant les personnages ils peuvent paraître classiques dans leurs grandes lignes, mais pour autant je me suis accroché à eux, principalement dans leurs interactions, leurs visions ou bien encore dans leurs évolutions arrivant même par moment à prendre à contre-pied certains stéréotypes. Après, je regretterai une certaine linéarité dans l’évolution de l’intrigue ce qui rend quelques passages facilement devinables. Attention tout n’est pas prévisibles et certaines surprises fonctionnent, mais d’autres m’ont paru téléphonés et parfois frustrants. Je regretterai aussi l’utilisation de ce que j’appelle des chapitres uniques pour amener un autre point de vue ou une autre vision, qui donnent parfois l’impression de ne pas toujours apporter grand-chose. Maintenant même si tout n’est pas parfait, cela ne m’a pas empêché de passer un très bon moment avec ce livre bien porté par une plume efficace et entraînante et je lirai la suite rapidement.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Lianne, …

Précédent

Bifrost n°79 – Spécial Yves et Ada Rémy

Suivant

Anatèm, Tome 2 – Neal Stephenson

  1. Merci de ce retour très intéressant !

  2. Ta chronique est tres inetressante, ayant beaucoup aimé American Elsewhere, tu me donnes vraiment envie de decouvrir les autres romans de l’auteur

    • Normalement il va avoir le premier tome de son tout dernier cycle qui va être traduit chez AMI si tu n’aimes pas lire Anglais. En français il avait aussi vu publié son MrShivers chez Eclipse, mais qui m’avait moins accroché.

  3. Après avoir lu le second tome, et sans avoir relu ma chronique qui commence à dater voici mon analyse de maintenant avec beaucoup de recul.

    En fait mon problème pour ce livre a été de le lire juste après avoir lu le premier de Craft Sequence. Et en fait les deux séries ont une atmosphère un peu similaire, du moins un monde assez complexe dans un mélange de genres (entre le coté technique et magique) qui n’est pas très éloigné (le reste n’a rien à voir).

    Du coup je n’ai pu que les comparer et c’est vrai que j’ai trouvé celui ci moins bon.
    Déjà il a eu un effet moins « waou », qui était peut être justement du au fait qu’il passait en second.
    Et ensuite comme tu le dis les personnages sont mine de rien un peu clichés j’ai trouvé. Mais justement cliché de l’anti-cliché.

    En fait je l’ai sentit venir à des kilomètres et ça m’a un peu saoulée à certains moments. J’avais l’impression que l’auteur voulait trop faire « bien ».
    C’est d’autant plus visible dans le second (ou alors je m’y attendais bien plus et du coup je n’ai pu que le remarquer encore plus).

    Craft sequence a aussi des défauts (notamment certains tomes beaucoup moins percutants au niveau intrigue) mais je continue à la préférer pour l’instant parce que le monde est finalement plus original sur le long terme. A voir si le troisième tome de cette série renverse la tendance !

    • N’ayant pas lu Craft Sequence encore je ne peux pas faire d’élément de comparaison, mais je comprend que s’il y a des similitudes ça dérange surtout quand les deux lectures sont proches.

      Après ce qui m’a fait apprécier ce bouquin comme je dis c’est surtout son univers, oui les personnages sont loin d’être géniaux, même s’ils sont quand même plutot bons et très solides, et certaines révélations sont très prévisibles, mais pour autant j’ai accroché. Je lirai la suite et je verrai bien comment cela évolue.

  4. Très tentant. Reste à attendre une traduction française… 😉

  5. On dirait que cet auteur s’avance comme une valeur sûre. Avec un deuxiéme titre en prévision en VF, je vais attendre pour voir si celui-ci sera lui aussi traduit et surtpout su l’auteur me botte.

    • Bah pour autant le premier roman que j’avais lu de lui, Mr Shivers, m’avait que moyennement convaincu. Mais là les romans que je viens de lire de lui ont clairement fait remonter sa cote à auteur à suivre.

  6. J’ai bien aimé les 2 que j’ai lu de lui j’en lirai avec plaisir d’autres.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :