The Gospel of Loki – Joanne M. Harris

Résumé : Loki, that’s me.
Loki, the Light-Bringer, the misunderstood, the elusive, the handsome and modest hero of this particular tissue of lies. Take it with a pinch of salt, but it’s at least as true as the official version, and, dare I say it, more entertaining.
So far, history, such as it is, has cast me in a rather unflattering role.
Now it’s my turn to take the stage.
With his notorious reputation for trickery and deception, and an ability to cause as many problems as he solves, Loki is a Norse god like no other. Demon-born, he is viewed with deepest suspicion by his fellow gods who will never accept him as one of their own and for this he vows to take his revenge.
From his recruitment by Odin from the realm of Chaos, through his years as the go-to man of Asgard, to his fall from grace in the build-up to Ragnarok, this is the unofficial history of the world’s ultimate trickster.

Edition : Gollancz

 

Mon Avis : Ce roman, je souhaitais le découvrir depuis des années, en fait c’est bien simple il m’avait initialement donné envie au moment de sa publication en VF chez l’éditeur Eclipse, maintenant disparu. C’est d’ailleurs l’arrêt de la maison d’édition et la disparition des livres des librairies qui a fait que finalement je n’ai pas eu le temps de me laisser convaincre. A l’époque lisant quasiment pas en Anglais j’ai un peu oublié ce livre, jusqu’à il y a quelques mois où Gollancz a proposé une promotion sur l’ebook qui a fait qu’il a pu enfin rejoindre ma PAL. A noter que Joann M. Harris est surtout connu pour avoir écrit la trilogie Chocolat, comédie romantique, dont le premier tome a été adapté au cinéma. Concernant la couverture, illustrée par Andreas Preis, je la trouve réussie et qui attire l’oeil.

Ce roman est en fait une réécriture des mythes nordiques, mais présentée du point de vue de Loki. On se retrouve ainsi à suivre le dieu de la discorde, la façon dont il est apparu, les périples qu’il a rencontré et aussi, surtout, les dégâts qu’il a causé et ce qui a pu mener à ses choix. L’autrice joue ainsi sur l’ambiguïté du héros, de son influence sur l’histoire des Ases. Franchement, j’ai passé un sympathique moment avec ce roman, certes ce n’est pas obligatoirement le roman le plus marquant qui soit, mais je l’ai trouvé divertissant et assez efficace. Déjà il faut savoir qu’il s’agit bien d’une réécriture des mythes et non pas une adaptation fidèle. Par conséquent, même si l’on est proche, je trouve, du matériel original, il y a quand même des variations par moment. Par exemple ici Loki n’est pas le fils de géants, mais d’éléments du chaos. C’est pourquoi, si vous cherchez un récit fidèle aux mythes nordiques, il vaut mieux passer votre chemin vous risqueriez d’être déçu, même si le livre de Joanne M. Harris « trahit » moins ces derniers que Marvel par exemple.  Pour ma part, vu que je ne me lançais pas obligatoirement dans cette lecture pour cela, je n’ai pas été dérangé, surtout que, je trouve, l’autrice propose quelque chose de prenant et d’entraînant. Il faut aussi savoir que ce livre est une préquelle au cycle Runemarks que je n’ai pas lu.

J’ai d’ailleurs trouvé très intéressant la façon dont elle se sert des mythes, les réutilise et vient leur donner corps. Il est vrai aussi, bien porté par un narrateur qui ne manque pas de gouaille, d’entrain et aussi de complexité. A la fois ombre et lumière, il n’est pas le dieu de la discorde pour rien. Ainsi, si on connait un peu les mythes, on y retrouve les nombreux passages les plus connus, les nombreuses épreuves que vont devoir affronter les Ases, le tout à travers le regard pas toujours neutre de Loki. Il y a une sorte de richesse, d’accroche qui se dégage de ce roman, on sent bien le travail mené par l’autrice pour construire quelque-chose de cohérent et d’un minimum soigné. On se laisse ainsi porté à la découverte de géants, de dieux et autres bestiaires et êtres mythologiques. Il y a aussi un travail réussi qui est mené sur l’ambiance qui m’a paru réussi, offrant ainsi au récit une atmosphère qui ne manque pas d’un côté épique, tout en offrant par d’autres passages un aspect plus intimiste. Le travail sur l’univers est solide, certes le récit ne révolutionne pas les mythes, mais la plume de Joanne M. Harris vient donner vie, qui surtout vient offrir un travail descriptif au niveau des décors et autres aspects que j’ai trouvé plutôt efficace. Alors oui, c’est vrai, elle reste par moment en surface, qu’un travail parfois plus profond aurait pu apporter un plus à l’ensemble, mais dans l’ensemble cela ne gêne en rien la lecture.

Concernant les personnages, tout tourne bien entendu autour de Loki le narrateur. On découvre ainsi un héros menteur, trompeur, mais aussi d’une certaine façon candide, à la recherche de liens. Il y a une complexité dans le personnage qui le rend attachant, mais aussi une rouerie qui fait qu’on ne croit pas obligatoirement ce qu’il dit, qu’on remet en cause SA vérité. Au final Loki tient, d’une certaine façon, le roman et le lecteur dans sa vision du monde, son ambiguïté, son humour ou bien encore sa malice. Si on n’accroche pas au héros alors il risque d’être compliqué d’apprécier ce récit. Ce qui est dommage c’est que, par moment, l’autrice cherche à offrir une sorte de narration moderne qui transforme Loki en adolescent un peu boudeur, ce qui est un peu dommage. Je regretterai par contre le fait que les autres personnages du roman ne soient finalement que des caricatures frustrantes. En effet, mis à part Odin qui offre un certain mystère et une certaine densité, les autres ne sont que des archétypes poussés trop à bout et qui en deviennent, je trouve par moment, ridicules. Par exemple Thor est présenté ici finalement comme un idiot musclé ou Freyja la déesse prête à tout pour de l’or en perdant toute finesse au point d’en devenir par moment dérangeante. C’est dommage, car les dieux de cette mythologie ont la possibilité d’offrir tellement plus.

Je regretterai aussi une construction finalement un peu répétitive, en effet l’autrice suit le déroulement de la mythologie offrant une suite d’aventures à nos héros qui sont traités en deux voir trois chapitres. Certes il y a beaucoup à raconter avec la mythologie nordique, mais parfois il vaut mieux faire des choix que d’offrir trop, mais le traiter un chouïa trop rapidement et parfois trop facilement. Ensuite, je ne sais pas si c’est un choix de l’autrice, mais certains passages m’ont paru un peu trop « moderne ». Ce que j’entends par là c’est, si je prends l’exemple du passage ou Tor et Loki rencontrent deux enfants  admiratifs de leurs exploits, sauf que d’admiratif on tombe ici limite dans le côté groupie de notre époque sans finesse, ce qui crée un décalage qui m’a légèrement dérangé. Alors, ça n’arrive qu’une ou deux fois, mais c’est assez perturbant, je ne sais pas si c’est pour viser un public plus large, mais pour ma part cela ne fonctionne pas toujours. Au final, malgré ces points j’ai quand même passé un moment divertissant avec ce roman qui s’avère agréable et sympathique, bien porté par une plume simple, efficace et le tout sur un rythme entraînant.

En Résumé : J’ai passé un moment de lecture sympathique avec ce roman qui s’avère divertissant et plutôt efficace. Certes ce n’est pas le récit le plus marquant que j’ai lu, mais je l’ai trouvé intéressant dans sa revisite des mythes Nordiques et surtout en offrant le point de vue de Loki. La façon d’ailleurs dont Joanne M. Harris vient donner corps à sa réécriture des mythes est efficace, plutôt captivant et offre une certaine richesse a l’histoire et l’univers. Alors attention, il s’agit d’une réécriture et non pas d’un respect complet de la mythologie, si vous cherchez un récit qui conserve dans les moindres détails cette mythologie il vaut mieux passer votre chemin. Le récit offre aussi une ambiance et une atmosphère efficace et envoutante ainsi qu’un travail sur la toile de fond, à défaut d’être marquant, qui s’avère solide. Concernant les personnages Loki sort vraiment du lot par sa complexité, son ambiguïté, même si parfois il tombe trop dans l’adolescent boudeur. Par contre, le soucis vient des autres personnages qui gravitent autour du héros tombent dans la caricature par moment frustrante et dérangeante et n’arrivent jamais à sortir de leurs archétypes ce qui est dommage. Je regrette aussi une impression de vouloir offrir trop d’aventures, ce qui amène un traitement rapide et parfois un peu facile. Le traitement par moment contemporain du récit amène aussi un décalage qui m’a parfois dérangé. Des défauts qui n’ont pas empêché ce roman de se révéler plus que divertissant, mais qui j’espère seront corrigé dans les suites que je pense lire. La plume de l’autrice est simple, efficace et entraînante.

 

Ma Note : 7/10

Précédent

Rétrograde – Peter Cawdron

Suivant

Shikasta – Doris Lessing

  1. Aïe! C’est dommage parce que le résumé me disait bien mais les défauts que tu pointes sont un peu rédhibitoires pour moi.

    • Je comprends parfaitement, de mon côté ça passe pour un premier tome, mais si la suite a les même défauts je risque d’abandonner vite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :