The Rain Wild Chronicles Book 4, Blood of Dragons – Robin Hobb

blood of dragonsRésumé : Dragon blood and scales, dragon liver and eyes and teeth. All required ingredients for medicines with near-miraculous healing powers. The legendary blue dragon Tintaglia is dying of wounds inflicted by hunters sent by the Duke of Chalced, who meanwhile preserves his dwindling life by consuming the blood of the dragon’s poet Selden Vestrit. If Tintaglia perishes, her ancestral memories will die with her. And the dragons in the ancient city of Kelsingra will lose the secret knowledge they need to survive. Their keepers immerse themselves in the dangerously addictive memory-stone records of the city in the hope of recovering the Elderling magic that once allowed humans and dragons to co-exist. In doing so they risk losing their own identities, even their lives. And danger threatens from beyond the city, too. For war is coming: war between dragonkind and those who would destroy them.

Edition : Harper Collins

 

Mon Avis : Encore une nouvelle lecture anglaise, je suis assez content de moi je trouve que j’arrive de mieux en mieux à lire en VO, limitant mes aller-retour avec le dictionnaire. Je me lançais dans le quatrième tome de cette série avec, j’avoue, un léger ressenti, le troisième tome trainant, pour moi, un peu trop en longueur (chronique du Tome 1, Tome 2, Tome 3). J’avais donc un peu peur que ce quatrième tome ne soit pas obligatoirement à la hauteur de mes espérances, surtout qu’il vient aussi clôturer le cycle. D’un autre côté j’avais pourtant hâte de voir comment allait s’en sortir certains personnages et les choix qu’ils allaient faire. En tout cas la couverture est clairement dans la lignée des précédents et je la trouve assez sympathique, annonçant même quelque-chose d’un peu plus guerrier. Attention par contre il y a de gros risques de spoiler, je m’en excuse d’avance.

Je dois bien avouer que, finalement, une fois la dernière page tournée, je ressors de ma lecture avec un léger sentiment de déception. Je ne vais pas dire que ce récit est complètement mauvais, il y a tout de même des aspects qui se révèlent intéressants, mais j’ai trouvé que l’auteur se base un peu trop sur ses acquis de conteuse et en oublie le reste. Déjà reprenons l’intrigue, pour rappel on suit des dragons qui sont nés difformes et décident, accompagnés de volontaires humains, de retrouver Kelsingara la ville disparue des Elderlings (les anciens en VF si je ne me trompe pas) le tout teinté d’un conflit avec Chalced qui cherche à tuer des dragons pour sauver le Duc. Déjà là, j’aurai dû me rendre compte qu’il y avait un soucis, tenir quatre tomes sur, je schématise, une bande de scouts qui traversent une rivière avec des monstres asociaux, c’est un véritable tour de force. Niveau épique, comme clairement annoncer sur la couverture, on repassera aussi, car finalement pendant quatre tomes on ne fait que tourner en rond sur les considérations sentimentales et émotionnelles des personnages. Sur un voir deux volumes je pense que l’ensemble aurait bien marché, sur quatre cela donne clairement l’impression de stagner et de ne pas avancer.

Pourtant l’auteur arrive toujours aussi facilement à nous offrir des personnages humains, complexes qui ne manquent pas d’intérêts et se révèlent un minimum attachants. J’ai apprécié voir Alise prendre enfin son destin en main, faire ses propres choix et affronter ses démons, tout comme j’ai bien aimé le personnage de Rapskal qui sombre lentement dans la folie. Concernant Thymara, je ne sais que dire, je trouve le personnage intéressant avec ses doutes et ses forces, mais voilà mettre tout un cycle, d’environ 2000 pages, pour se sortir laborieusement d’un triangle amoureux m’a vite ennuyé. Bon il faut aussi avouer que les triangles amoureux m’ont toujours laissé perplexe et même si ici Robin Hobb s’en est un peu mieux sorti que d’autres c’est quand même long, surtout que finalement son choix se fait plus par défaut. Concernant les personnages de Malta et de Reyn je reste perplexe, je me souvenais d’eux dans Les Aventuriers de la Mer comme des héros fougueux, luttant pour leurs choix, hors ici j’ai eu l’impression de les trouver fantomatiques, abattus, comme si les évènements glissaient sur eux et qu’ils restaient limite spectateurs, alors qu’il y avait mieux à faire. Pareil le troisième tome avait mis en avant Selden et Hest comme personnages principaux, j’avoue à l’époque j’étais resté perplexe, trouvant qu’ils servaient plus de remplissage et ce quatrième a confirmé ce que je pensais. Les passages concernant Selden sont vraiment répétitifs et Hest joue un peu le rôle du Bad Boy qu’on traine pour avoir un vilain et qu’on fait disparaitre sans véritable logique une fois qu’on a plus besoin de lui. Dommage.

Concernant l’univers il se révèle toujours aussi intéressant à suivre et à découvrir au fil des pages, même s’il perd un peu de son aspect nouveauté. On en apprend enfin plus sur Kelsingara qui se dévoile et ne manque pas de charme, que ce soit à travers les descriptions proposées comme les différents éléments et objets qu’elle offre. On en apprend plus aussi sur Chalced, et plus principalement sur son Duc et le pouvoir, offrant des passages plus sombres, plus violents ce qui ajoute une touche supplémentaire intéressante je trouve. Concernant les Dragons, ils sont enfin de retour et se révèlent toujours aussi arrogant, se sachant clairement plus forts et supérieurs que les humains et j’apprécie toujours autant cette vision des choses qui me parait tellement cohérente, même si par moment j’ai trouvé qu’elle les humanisait peut-être un peu trop. En tout cas un monde qui donne toujours envie d’en apprendre plus.

Surtout l’impression que me donne ce roman c’est de ne pas être abouti, pendant près de trois tomes trois-quart l’ensemble avant à un rythme assez lent puis j’ai eu l’impression que pour le dernier quart de ce Blood of Dragons l’auteur donne la sensation de trop accélérer et limite de bâcler cette partie. Pour dire la fameuse bataille entre les Dragons et Chalced on ne la verra jamais, une ellipse tellement frustrante fait qu’on passe d’une page où on a, je schématise encore, « on va tuer les méchant » à la page suivante « le méchant Duc étant mort la paix est donc revenue dans le royaume ». Je ne dis pas que cette guerre méritait des pages et des pages, mais ici c’était un peu le point d’orgue du cycle, venant le conclure et ne pas la traiter m’a frustré. De plus l’épilogue que propose l’auteur parait assez clair, elle n’a pas encore abandonné les dragons et risque d’y revenir à travers d’autres romans. Si elle écrit, j’y reviendrais sans soucis, c’est sûr, mais j’espère qu’elle arrivera à mieux gérer son récit sinon je risque de vite abandonner cette fois.

Pourtant ce qui est assez fascinant c’est que j’ai continué à tourner les pages de ce livre, j’arrive toujours à me laisser emporter par la plume de l’auteur qui se révèle toujours aussi efficace, soignée et fluide. Je trouve qu’elle possède un vrai talent de conteuse et, même si je n’accroche pas toujours à ses personnages, elle arrive à les rendre attachants et humains. D’où aussi sûrement une plus grande frustration car, finalement, ce que je reproche à ce livre c’est que l’auteur a voulu trop en faire, nous offrant une série en 4 tomes là où 2 auraient fortement suffit je trouve, ce qui donne l’impression que les derniers tomes sont mous. Au final cette série est loin d’être ma préférée de l’auteur, surtout comparer aux excellent moments qu’on pu me proposer L’assassin Royal ou encore Les Aventuriers de la Mer, et j’avoue ressortir de ma lecture légèrement frustré. Cela ne m’empêchera de lire d’autres écrits de l’auteur. D’ailleurs je devrais faire rentrer sous peu le premier tome de sa nouvelle série sur Fitz et le Fou toujours en VO.

À noter que ce 4ème tome en VO correspond aux tomes 7 et 8 de La Cité des Anciens paru en VF.

En Résumé : Je ressors de ma lecture de ce quatrième et dernier tome pas totalement convaincu, loin de là. Alors certes la plume de l’auteur est toujours aussi fluide et entrainante, sachant conter avec talent une histoire, de plus l’univers est toujours aussi solide et intéressant à découvrir avec Kelsingara qui se dévoile enfin, mais voilà le reste ne suit pas vraiment. L’histoire m’a paru prendre beaucoup trop son temps et ne s’intéresser finalement qu’à des considérations sentimentales, oubliant parfois un peu le reste. De plus la conclusion qui doit aboutir à une guerre, point d’orgue de ce cycle, m’a paru bâclé et se reposant sur des ellipses frustrantes. Concernant les personnages je suis plutôt mitigé, certains héros sortent vraiment du lot, mais d’autres paraissent trainer toujours les mêmes problèmes depuis le début ou bien donnent l’impression d’être inutiles. Pour moi ce cycle aurait dû tenir en deux tomes, quatre je trouve que ça fait beaucoup trop. Une série qui au final a du mal à se révéler marquante, mais cela ne m’empêchera pas de lire d’autres écrits de l’auteur, d’ailleurs je devrai bientôt faire entrer dans ma PAL le premier tome sur Fitz et le Fou en VO.

 

Ma Note : 5,5/10

Précédent

Chroniques du Grimnoir Tome 3, Foudre de Guerre – Larry Correia

Suivant

Pixel Noir – Jeanne-A Debats

  1. Je suis plutôt d’accord avec toi. J’adore Robin Hobb, j’aime ses écrits, son travail de fond sur les personnages. Mais là, j’ai clairement la sensation qu’elle s’embourbe sans cesse dans le même type d’histoire : personnages caricaturaux qui vont se remettre en question, évoluer au fil des pages, et à la fin, happy end général.
    Mon gros soucis avec elle, c’est qu’en ouvrant un de ses livres, je connais déjà la fin. Ou en tous cas, je sais que ça se terminera bien pour les « gentils » et mal pour les « méchants ». Et ça me dérange.
    Voir ma propre chronique du dernier tome : http://lamagiedesmots.be/les-cites-anciens-tome-8-robin-hobb/

    • C’est vrai que le côté manichéen avec les gentils et les méchants se retrouve régulièrement avec l’auteur, mais après si le voyage est réussi franchement ça ne me dérange pas. Ici vu que le voyage est laborieux l’ensemble a donc du mal à se révéler marquant.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :