The Sacred Throne Book 1, The Armored Saint – Myke Cole

Résumé : In a world where any act of magic could open a portal to hell, the Order insures that no wizard will live to summon devils, and will kill as many innocent people as they must to prevent that greater horror. After witnessing a horrendous slaughter, the village girl Heloise opposes the Order, and risks bringing their wrath down on herself, her family, and her village.

 

Edition : Tor

 

Mon Avis : Cette novella, sorti il y a presque un an maintenant, m’avait énormément donné envie de la découvrir au moment de sa publication. J’avoue avoir été très rapidement fasciné par la couverture, illustrée par Tommy Arnold, que je trouve superbe, ainsi que par le résumé qui annonçait une Fantasy intéressante et percutante. Pourtant, malgré les bons retours que j’ai vu passé à l’époque, il n’est jamais entré dans ma PAL, sûrement perdu dans les nombreux livres que j’ai déjà en attente de lecture. Il a fallu attendre que l’éditeur Tor propose son ebook gratuitement pendant quelques jour, fin de l’année dernière, pour que je décide enfin de le faire entrer dans ma PAL.

Cette novella nous fait suivre Heloise, une jeune fille qui vit dans un monde où la violence, la magie et les démons sont présents. L’Ordre a pour rôle de traquer toute magie pour la faire disparaitre avant qu’elle ne dégénère et fassent entrer les démons. Un jour le village de l’héroïne va être enrôlé pour faire face, justement, à des démons, qui ont envahi le village voisin, au côté de l’ordre. Le massacre auquel ils vont assister ne va pas les laisser indifférent et va provoquer de graves bouleversements pour Héloise et sa famille. Alors j’avoue, j’ai passé un sympathique moment de lecture avec ce récit, mais je trouve quand même qu’il aurait pu être encore meilleur, tant certains points m’ont parfois frustré. L’auteur ne prend pas de gants nous plonge directement, rapidement et facilement dans son intrigue, ne cherchant pas à prendre son temps, sans pour autant nous perdre, sachant fournir les informations de façon simple et compréhensible. Je me suis ainsi retrouvé rapidement happé, porté par une nervosité présente du début à la fin et qui monte en tension au fil des pages. Cela offre au texte une efficacité qui fait qu’on se retrouve à tourner les pages assez facilement. L’intrigue en soit est solide, plutôt bien construite et même si elle est en partie prévisible, elle fonctionne bien offrant même une ou deux surprises.

Concernant l’univers, il s’avère très intéressant et surtout ne manque pas de se révéler solide. On plonge ainsi dans un monde ou la magie est bannie pouvant, soit-disant, ouvrir de portails qui libèrent des démons, même si plus personne n’est là pour en témoigner. Un ordre religieux, main guerrière de l’empereur, servent à « réguler » l’apparition de magicien même si pour cela il faut savoir frapper fort, existe. On se rend rapidement compte qu’on est dans un univers, sombre, violent, où l’ordre règne plus par la terreur qu’autre chose, où le peuple est éduqué pour considérer l’Empereur comme un dieu et son armée comme divine. Il y a ainsi une ambiance plutôt oppressante, angoissante qui se dégage de ce texte. L’aspect social, a défaut d’être complexe et révolutionnaire, joue pleinement la carte de l’émotion et du percutant, ce qui fonctionne plutôt bien dans sa notion de justice, d’insécurité et de soumission. Obligatoirement cela fait réfléchir sur la notion de religion, de croyance, d’oppression, de servitude, de vérité. Concernant la magie on est plutôt dans du classique, jouant plus sur cette vérité, ou non, sur l’apparition de portes démoniaques, ce qui dans l’ensemble offre quelques mystères intéressants et s’avère efficace. L’autre attrait du récit, qui est à peine esquissé pour le moment mais présent sur la couverture, vient de la technologie des armures qui tendent vers le méca et qui vient offrir ainsi au récit un final explosif. A voir comment ça évolue par la suite, mais pour le moment cela aporte un plus efficace au récit.

Concernant les réflexions soulevées par ce roman, outre ce qui tourne autour de la religion, de la servitude, de la foi voir de la folie, l’auteur vient aussi traiter de la notion de différence, d’amour et de sexualité. Pour un texte de 200 pages, il traite ainsi de nombreuses thématiques en offrant quelque-chose d’assez intéressant, même s’il y avait moyen je pense d’offrir quelque-chose de plus complexe. Ce qui est dommage c’est que cela tombe par moment un peu trop dans le binaire, la faute à des personnages qui manquent quand même de complexité, se révélant plutôt manichéens. Les méchants et les gentils sont ainsi facilement devinables, ce qui influence obligatoirement l’impact du message passé. Alors après, si on parle des personnages, outre Héloise dont je parlerai un peu plus tard et en dehors de ce côté binaire, les membres du villages présents et la famille de l’héroïne m’ont paru solides que ce soit dans ce qu’il apportent au récit, mais aussi dans leurs constructions. Plusieurs d’entres eux se retrouvent à devoir faire des choix pas toujours facile. Ce qui est dommage c’est que les antagonistes, eux, manquent quand même de complexité ne restant qu’à cette image de méchant guerrier ayant tout pouvoir. J’espère que cela va changer dans les prochains tomes sinon ça risque de devenir, à force, un peu trop caricatural.

J’ai gardé mon avis sur Heloise pour la fin, pour la simple et bonne raison qu’autant elle peut être intéressante à découvrir par certains aspects, autant elle m’a paru aussi être le point faible de ce roman. Oui, dans un certain sens elle apporte des éléments et s’avère efficace à travers sa différence, une vision qu’elle a de la vie, même si on pourrait se demander comment elle peut être aussi fleur bleue dans un tel univers, mais ça passe. Pour autant dans plus de la moitié des cas et malgré tous les avertissements qu’on lui donne, dès que l’héroïne doit faire un choix on ne sait pas ce qu’il se passe sa capacité de réflexion atteint le niveau d’un bulot beaucoup trop cuit. C’est le genre d’héroïne à qui tu dis, ne sort pas des gens veulent te faire du mal, il n’y a littéralement aucune raison pour sortir, pourtant elle sort. Alors c’est vrai, certains choix douteux repose sur des explications logiques et nuancent ces mauvaises décision, mais d’autres pas du tout, elle est juste cruche au point de mettre régulièrement en danger les autres. Alors dans ce premier tome le reste du récit, l’aspect découverte, l’univers, compense en partie ce défaut, ainsi qu’un final nerveux, tendu et explosif. Pour autant, si dans la suite l’héroïne ne change pas, je risque de très vite me lasser. La plume de l’auteur est simple et efficace et je lirai la suite pour voir ce que va proposer l’auteur et en espérant que certains défauts s’atténuent.

En Résumé : J’ai passé un sympathique moment de lecture avec cette novella qui ne manque de se révéler efficace, montant en tension au fil des pages et aboutissant à un final explosif. L’intrigue, sans se révéler révolutionnaire pour autant, ne manque pas de se révéler solide et offre même une ou deux surprises intéressantes. L’univers ne manque pas non plus d’attrait, offrant quelque-chose de sombre, de violent avec une ambiance plutôt oppressante qui colle bien au récit. On découvre un monde dominé par la peur et la foi par un Empereur qui donne tout pouvoir à son armée, cela amène quelques réflexions sur la notion de religion et d’oppression intéressante. Le récit amène aussi d’autres réflexions sur la notion de différence, de sexualité, d’amour ou encore de foi et de folie. Pour autant même si les thématiques et questions sont intéressantes elles manquent parfois de complexité la faute à des personnages un peu binaires. Concernant les personnages, outre cette problématique et des méchants un peu caricaturaux, je les ai trouvés intéressants dans leurs constructions. Seul Héloise m’a laissé perplexe, car autant elle apporte certaines bonnes choses au récit, autant sa capacité à prendre des décision tend vers le bulot trop cuit. C’est d’ailleurs un peu le point dommageable du récit, sa capacité à faire reposer son intrigue par le manque complet de jugeote de son héroïne. Heureusement le reste compense ce point, mais il ne faudrait pas que ça se répète dans les autres tomes sinon ça va vite devenir lassant. La plume est simple et efficace et je lirai la suite histoire de voir ce que peut proposer l’auteur.

 

Ma Note : 6,5/10

Précédent

Nous qui n’existons pas – Mélanie Fazi

Suivant

Swastika Night – Katharine Burdekin

  1. L'ours inculte

    Je vais effectivement passer mon tour, j’aime pas les protagonistes horripilants 😀

    • Je peux parfaitement le comprendre. Après comme je l’ai dit, pour moi le reste compense en partie cette faiblesse et me donne à minima envie de voir ce que peut donner la suite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre