Étiquette : Imaginales

Elfes et Assassins – Anthologie 2013 des Imaginales dirigée par Sylvie Miller & Lionel Davoust

elfes et assassinsRésumé : Les elfes sont beaux, puissants, séducteurs ; ou bien sombres, dominateurs et effrayants… Dans l’ombre, les assassins se montrent froids, méthodiques, grisés par la chasse, mais ils sont parfois fragiles, rongés par le doute, ou encore poussés par une cause qui les dépasse. À travers toutes les nuances de la fantasy, médiévale, héroïque, urbaine voire post-apocalyptique, découvrez leurs aventures et leurs mystères, de la tragédie à l’humour, de l’épique à l’émotion – entrez dans la danse des Elfes et Assassins !

Edition : Mnémos

 

Mon Avis : Depuis quelques années maintenant je me laisse tenter, tous les ans, par l’anthologie du festival Les Imaginales. Chaque année, selon un thème précis, l’anthologie nous propose différentes nouvelles qui offrent souvent une variété de possibilité et je dois dire que je n’ai jamais été réellement déçu. J’avais donc hâte de voir ce que Elfes et Assassins allait bien pouvoir nous proposer. Comme d’habitude cette lecture a été réalisée en mini LC avec Snow, mais aussi une nouvelle collègue de lecture Mariejuliet. Une mini LC vraiment agréable où tous les textes ont pu être discutés à fond.

La Dernière Affaire de Sagamor de Pierre Bordage. Cette nouvelle ouvre l’anthologie et j’avoue je l’ai trouvé terriblement classique, un maitre assassin qui a un contrat sur une elfe. Une histoire simple, écrite efficacement, mais qui clairement se révèle linéaire et sans véritable surprise. J’avoue que je suis resté un peu sur ma fin même si finalement, en tant que mise en bouche introductive, elle pose clairement le sujet.

La Seconde Mort de Lucius Van Casper de Raphaël Albert. Je dois dire que j’ai retrouvé avec plaisir Sylvio et ce Panam Stempunk fascinant avec ce texte vraiment intéressant que j’ai trouvé efficace et à la narration épistolaire intéressante. On suit l’histoire d’un homme à la recherche de son frère qui a terriblement changé. Alors, bien sûr la nouvelle en soit est un ton en dessous des romans, mais une nouvelle agréable avec tout de même son lot de surprises.

La Légende d’à Peu Près Punahikka de Nathalie Legendre. L’auteur nous livre une nouvelle ici agréable qui nous est raconté par la voix un conteur à son élève et qui offre une lutte entre un Elfe et un Assassin pour un bien encore plus précieux. Un affrontement efficace, qui ne manque pas de mordant, traité de façon légère et efficace et où il n’est pas toujours facile de détermine le bon camp, mais dont l’auteur, sur la fin, en fait un peu trop avec les surprises, ce qui est un peu dommage.

Le Sourire de Louise de Anne Duguël. Comme à son habitude l’auteur (aussi connue sous le pseudo Gudule) nous offre une histoire vraiment frissonnante, qui monte lentement en tension au fil des pages tel un cauchemar dont on aurait du mal à quitter pour notre plus grand plaisir. Une histoire vraiment efficace et passionnante qui se révèle sans temps morts, pleine de surprises et de rebondissements. L’auteur arrive toujours aussi bien à transformer efficacement et de façon passionnante pour tous les amoureux du genre, une histoire idyllique en cauchemar.

Le Sentiment du Fer de Jean-Philippe Jaworski. Avec ce texte on reconnait très vite la patte de l’auteur qui nous offre un texte toujours aussi travaillé sur la langue et la forme et qui nous présente un assassin qui se retrouve balancé au milieu de complots et de guerres. Mais voilà je n’ai pas réussi complètement à rentrer dans l’histoire, trouvant par moment la narration longue, je ne sais pas trop pourquoi. De plus le lien entre l’elfe et l’assassin reste très ténu. Une nouvelle sympathique tout de même, mais j’attendais mieux, même si on retrouve avec plaisir certains passages fascinant et truculents comme ce dialogue en argot entre deux personnages.

Du Rififi Entre les Oreilles de Anne Fakhouri. Sûrement l’un des meilleurs textes de cette anthologie selon moi. Un texte qui nous plonge dans les années 30, au temps de la prohibition et où les faes et les humains sont en trêve. Une histoire vraiment passionnante, avec son lot de surprises et de rebondissements, mais surtout pleine d’humour avec des personnages fascinants et un neveu de parrain de la mafia vraiment pittoresque  et passionné de psychologie ce qui va amener une nouvelle image au crime pleine de cynisme et de fantaisie. C’est drôle, efficace, entrainant et surprenant,  que demander de plus

La Nature de l’Exécuteur de Rachel Tanner. J’avoue je n’ai pas du tout accroché à ce texte, déjà le contexte reste classique, une demi-elfe qui travaille pour les services secrets et doit assassiner un elfe, qui plus est de sa famille. Mais là où ça bloque c’est que le texte en lui-même se révèle très politique, reprenant l’affaire de l’aéroport de Notre Dame des Landes comme fond et l’auteur cherche plus à asséner son message politique qu’à faire réfléchir, ce qui a le dont de toujours me bloquer. De plus l’auteur tombe quand même trop dans la facilité et aussi quelques absences d’explications. Dommage.

Libera Me de Fabien Clavel. J’avoue je sors un peu circonspect de cette nouvelle, c’est bien écrit, c’est sombre, c’est violent, mais voilà j’ai eu l’impression qu’il me manquait certaines clés pour vraiment apprécier cette œuvre. Je me suis senti frustré de ne pas tout comprendre, un peu comme s’il me manquait une pièce du puzzle. Pourtant, le personnage paraît intéressant à travers cette quête à travers une sorte d’abîme.

Eschatologie du Vampire de Jeanne-A Débats. Ce texte fait partie de mes textes préférés de cette anthologie, j’ai retrouvé avec plaisir Navarre de Métaphysique du Vampire qui vient nous présenter une vision complètement délirante, pleine d’humour et de cynisme des elfes. L’auteur nous livre une histoire enlevée, entrainante sur fond d’apocalypse maya et d’antéchrist, le tout toujours aussi bien porté par une plume vive, efficace, entrainante et pleine d’ironie. La situation va vite dégénérée et nous offrir son lot de surprises pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Elverwhere de Xavier Mauméjean. J’ai eu un peu de mal à entrer dans les premières pages de ce texte, mais finalement une fois happé j’ai passé un très bon moment. Une nouvelle qui nous offre une histoire de complots, de double voir triple jeu où les elfes ont dominé les humains à la façon troisième guerre mondiale. Le tout repose rapidement sur le personnage personnel qui se révèle énigmatique et va rapidement offrir son lot de surprises.

Sans Douleur de Fabrice Colin. Voilà une nouvelle originale sur le point de vue des elfes et qui offre aussi des axes de réflexions sur la maladie et l’oubli. J’ai trouvé le texte agréable à lire, mais pas non plus des plus transcendants, un texte agréable avec quelques surprises et rebondissements malgré des fois la présence de détails qu’on ne comprend pas toujours bien.

J’irai à la Clairière de David Bry. J’avoue que sur le fond ce texte avait un fort potentiel, l’auteur jouant sur l’opposition entre la religion qui cherche à s’imposer et les mondes féeriques, mais je n’ai jamais réussi à rentrer pleinement dans l’histoire. L’auteur nous offre des axes d’histoire comme la comptine ou encore la mère du héros dont on ne comprend pas bien l’utilité, alors qu’ils paraissent importants et la fin m’a paru mal amenée et surtout trop brusque, comme si l’auteur n’avait pas réussi à mettre totalement en avant ce qu’il voulait.

Grise Neige de Johan Heliot. Voilà un texte étrange, une nouvelle qui cherche à jouer avec le lecteur, avec le côté fantasy pour offrir une chute vraiment surprenante et qui ramène à la réalité. Mais voilà je n’ai jamais vraiment pu complètement rentrer dans cette nouvelle, surtout du point de vue émotionnel. Je ne sais pas trop pourquoi, ça vient peut-être de moi.

 

J’avoue je me sens légèrement frustré par cette anthologie qui, sans être mauvaise et ayant des textes vraiment passionnants, m’a paru être un ton en dessous que celle de l’année dernière. Peut être que le sujet m’a aussi moins touché, je ne sais pas trop. Ça reste tout de même une anthologie intéressante et accessible qui permettra à ceux qui veulent se lancer en Nouvelles de Fantasy de découvrir des textes variés et aux autres offrira une lecture sympathique avec tout de même quelques perles à découvrir. Par contre, je me pose la question du sujet qui sera choisi l’année prochaine.

En Résumé : J’ai passé un moment de lecture sympathique avec cette anthologie des Imaginales, mais, j’avoue, je l’ai tout de même trouver un ton en dessous que celle de l’année dernière, ce qui m’a un peu frustré. Ça n’empêche pas cette anthologie d’avoir de très bons textes mais certains se révèlent anecdotiques voir ne m’ont pas accrochés. Dommage. Peut être cela vient du sujet aussi. Je lirai quand même avec plaisir celle de l’année prochaine.

Ma Note : 7/10

Retrouvez la chronique de mes compagnes de LC : Snow, Mariejuliet

 

chalenge

Challenge JLNN 7ème lecture

Retour sur les Imaginales 2013

imaginales 2013

Les Imaginales sont devenus un rendez-vous incontournable et intéressant dans l’est de la France (voir même d’une grande partie de la France) pour tous les amoureux de l’imaginaire. Pour cette année 2013 j’en suis à ma sixième participation à ce festival et, pour tout dire, j’en suis même à ma quatrième édition d’affilée puisque je n’en ai loupé aucune depuis 2010. Puis ça fait toujours super plaisir de retrouver des auteurs, des amis et des blogueuses/blogueurs.

Commençons par le commencement et par l’arrivée sur site, le Jeudi 23 Mai, qui fut on ne peu plus mouvementée. Sorti du travail et là, oh surprise, la neige tombe dans les hauteurs alsaciennes et vosgiennes. Oui, oui, tu lis bien il est tombé de la neige un 23 Mai, ce qui a rendu le trajet un peu plus complexe que prévu, mais rien de bien gênant, je n’allais pas non plus louper une partie du festival et décaler mon arrivée.

DSC00358Oui vous ne rêvez pas, il neige

Une fois arrivé sur place j’ai donc décidé de rejoindre d’autres blogueurs/blogueuses. Je savais que Harmony était déjà présente sur le Festival. Alors, pour retrouver Harmony, c’est simple, vous prenez votre planning, vous trouvez une conférence où est présent Adrien Tomas; vous la trouverez au premier rang, fascinée et plus que charmée. Une fois la conférence terminée, et Harmony revenue sur terre, premier tour dans la bulle des livres, toujours aussi grande et toujours aussi remplie de livres partout, ce qui a de quoi fasciner un amoureux des livres. À partir de là première rencontres d’auteurs (avec quelques révélations car, oui, Lionel Davoust a bien perdu ses cheveux), premières dédicaces et premières discussions littérature et la journée touche rapidement à sa fin. Une petite photo avec les prémices de la frise pour bien constater son évolution en fin de festival et retour à l’hôtel.

SAM_0417Frise Jeudi en fin de journée

On redémarre le tout le vendredi matin avec mon premier Café Littéraire en compagnie de MarieJuliet sur le thème « Franchir la limite? Quand le roman va (presque) trop loin… », un échange intéressant mais peut être un peu court. Retour dans la bulle des livres pour de nouveau se laisser tenter au fur et à mesure des différents auteurs et stands, avant d’aller manger tranquillement pour bien se préparer pour une nouvelle après-midi bien remplie.

Repas terminé je change rapidement de casquette pour devenir Taxi pour aller chercher lors d’un premier voyage Ptitetrolle et Plumeline, puis lors d’un second la Marmotte à la gare nous voilà tous de retour. Et c’est reparti pour de nouvelles promenades que ce soit dans la Bulle du Livre, les différents lieux de conférences ou bien encore à l’espace exposition de l’Espace Cours. Bien entendu encore pas mal d’achats de livres et de dédicaces, le tout agrémenté de promenades dans le parc, car, oui, le soleil a fait son apparition (chose qu’on ne croyait plus possible). Une nouvelle journée encore passée trop rapidement.

Pour le samedi démarrage tranquille, vu que cette journée est souvent la plus remplie du festival, début de week-end oblige.

SAM_0427La bulle du livre samedi matin

Nouveau Café Littéraire sur le sujet « Le bruit et la fureur… Quand la fantasy s’enténèbre » avec une discussion vraiment intéressante sur le côté sombre des univers et des personnages, mais comme souvent une heure c’est assez court. Puis c’est reparti pour une nouvelle journée de ballade dans tous le festival avec encore des achats, des dédicaces, des rencontres de blogueurs et blogueuses, d’auteurs. J’ai aussi joué le conseiller, grâce à moi des blogueurs sont repartis avec encore plus de livres (oui je suis vilain 😀 ). Mais le samedi est aussi la possibilité de voir certaines animations, déguisements, maquillages qui sillonnent autour de la bulle du livre.

SAM_0437

SAM_0453Animation du week-end

J’ai aussi tenté ma chance pour me faire dédicacer quelques livres par Nicolas Fructus, mais le nombre de personnes en attente ajouter à quelques écrasements de pieds ont fait que j’ai décidé de revenir que le lendemain en espérant un peu moins de monde. Je finis la journée avec le conférence sur Ken Scholes. Au final une journée vraiment bien rempli et trop rapide où j’ai rencontré et discuté avec énormément de monde, je ne pourrai pas citer tout le monde, je manquerais de place.

Dimanche, dernière journée de ma présence au festival, une petite pointe de nostalgie se fait sentir en sachant que dans quelques heures ce sera fini pour l’édition 2013. Juste le temps d’accompagner La Marmotte à la gare et retour au festival. J’en profite le plus possible malgré le fait que le temps ait retrouvé sa morosité et je parcoure différents Cafés Littéraires et aussi les dernières rencontres . N’ayant pas pu profiter du concert, le samedi midi, de Ken Scholes je me rattrape devant une improvisation de l’auteur dans un stand.

SAM_0442Ken Scholes musicien

Je me lance dans la file d’attente, moins longue que samedi, pour me faire une dédicace de Nicolas Fructus et, après un peu d’attente, j’arrive à faire passer mon exemplaire de Kadath. Je trouve l’illustration vraiment magnifique et je vous la fais partager.

SAM_0461Dédicace de Kadath

Puis arrive le dernier tour de la Bulle du livre avant de devoir quitter les lieux pour rentrer chez soi. Au final encore une très belle édition des Imaginales, je reviendrai avec grand plaisir, sauf impossibilité, l’année prochaine même si ma PAL en profite, comme tous les ans, pour prendre un peu plus de volume. Si vous voulez savoir ce mes acquisition lors du festival, c’est ici. Encore un grand merci à tous les auteurs, blogueueses, blogueurs, et personnes rencontrées lors du festival qui ont fait que j’ai passé un excellent moment. Pour clôturer cet article la photo de la frise à mon départ.

SAM_0457

Mes achats du mois de Mai et des Imaginales!

Comme d’habitude en approchant de la fin du mois Mai arrive les Imaginales et son flot d’achats livresque qui font gonfler ma PAL. Cette année n’a pas fais exception à la règle et j’ai encore craqué pour 13 livres au festival auxquels s’ajoutent 2 livres achetés en e-book.

Mai-13

Voilà donc ce qui a fait gonfler ma PAL en ce mois de Mai à forte connotation des Imaginales :

  • La Maison des Mages de Adrien Tomas aux éditions Mnémos. Après m’avoir convaincu avec son précédent roman La Geste du Sixième Royaume je me suis laissé tenter par le nouveau roman de l’auteur.
  • Bloody Marie de Jacques Martel aux éditions Black Book. Ce livre m’a été vendu par Plumeline a coup de déambulateur. Faut dire que l’auteur me l’a aussi très bien vendu.
  • Bloodsilver de Wayne Barrow aux éditions Mnémos. Un livre qui m’a été très bien vendu par Morgane Caussarieu sur les vampires.
  • Elfes et Assassins anthologie dirigée par Sylvie Miller & Lionel Davoust aux éditions Mnémos.Comme tous les ans je repars avec l’antho qui sera lu en LC avec Snow.
  • Léviathan Tome 3, Le Pouvoir de Lionel Davoust aux éditions Don Quichotte. Après avoir été accroché par les deux premiers tomes j’avais hâte de lire la conclusion de cette histoire.
  • Le Calice du Dragon de Lucius Shepard aux éditions Le Bélial’. Après avoir adoré le recueil sur Griaule j’avais vraiment envie de savoir ce qu’allait nous proposer l’auteur dans ce roman.
  • La Dernière Terre Tome 1, L’Enfant Merehdian de Magali Villeneuve aux éditions L’Homme Sans Nom. Un livre qui me tentait depuis un certain temps déjà.
  • Les Étoiles s’en Balancent de Laurent Whale aux éditions Critic. Pour ceux qui le savent si ils suivent mon blog j’ai lu ce livre aux éditions Rivière Blanche, sauf que l’édition Critic change pas mal et il vaut mieux lire cette édition avant de se lancer dans la suite.
  • Les Damnés de L’Asphalte de Laurent Whale aux éditions Critic. Livre qui est la suite du roman dont j’ai parlé précédemment.
  • Les Coups de Coeur des Imaginales anthologie dirigée par Stéphanie Nicot aux éditions Actu SF. Un livre qui me faisait pas mal envie.
  • Le Puits des Mémoires Tome 3, Les Terres de Cristal de Gabriel Katz aux éditions Scrinéo. Je suis en train de finir le Tome 2, j’ai donc fais rentrer la suite dans ma PAL.
  • Vampires & Bayous de Morgane Caussarieu aux éditions Mnémos. Un essai de l’auteur sur les Vampires, j’avais bien envie de le découvrir, il a donc rejoins ma bibliothèque.
  • Un An dans les AIrs aux éditions Mnémos. Après avoir craqué sur le beau livre sur Kadath il y a quelques temps, cette fois-ci j’ai craqué sur celui-là.

Ajouter donc à cela deux livres numériques :

  • Le Boucher de Olivier Gay aux éditions Midgard.
  • La Pucelle et le Démon de Bénédict Taffin aux éditions Asgard.

En tout cas voilà encore un mois bien rempli en achats et en remplissage d’étagères. De bonnes lectures en perspectives j’espère en tout cas.

Reines et Dragons – Anthologie 2012 des Imaginales Dirigée par Sylvie Miller & Lionel Davoust

reines & dragonsRésumé : D’un univers à l’autre, de l’exaltation aventureuse à la retenue intimiste, tout l’éventail de la fantasy se déploie, porté par sa créature la plus légendaire et par sa figure la plus complexe, Drégonjon et son Elfrie, Chuchoteurs du dragon, Reines protectrices ou vengeresses, Sœur de la Tarasque, Eveilleuse entre deux mondes, Déesses aux deux visages : vivez les frissons de l’épopée et de l’émotion, assistez à la confrontation de ces Reines et Dragons.

Edition : Mnémos

 

Mon Avis : Comme l’année dernière, je suis reparti cette année avec l’anthologie des dernières Imaginales. Il faut dire que le sommaire des auteurs est vraiment intéressant et en plus, cette année, l’anthologie a été dirigée par Sylvie Miller et surtout Lionel Davoust. J’avais donc hâte de voir ce qu’allaient nous proposer les différents auteurs sur le thème de cette année : Reines & Dragons. Tout comme l’année dernière cette anthologie a été lue en mini LC avec Snow que je remercie et avec qui j’ai eu de bonnes discussions argumentées sur chacun des textes. Une LC vraiment agréable et vous pouvez d’ailleurs retrouver son avis ici.

Le Dit du Drégonjon et de son Elfrie de Chantal Robillard. Une nouvelle assez courte en forme de poème qui nous conte la souffrance de certaines Elfries maltraités par leurs peuples. Il m’a fallu quelques lignes pour rentrer dans ce texte, mais uns fois dedans il s’est révélé vraiment intéressant par sa profondeur et sa critique, mais aussi par son ton ironique et acerbe des plus captivants. Ajouter à cela un côté stylistique poussé avec un texte composé sans la lettre « a » et la répétition du refrain de façon mathématique selon la suite de Fibonacci et vous obtenez un texte, sous forme de poème, vraiment surprenant et agréable.

Chuchoteurs du Dragon de Thomas Geha. Une nouvelle qui nous raconte la vie d’une reine, choisie par le Dragon, mais qui va tomber amoureuse, ce qui va bouleverser sa vie et lui dévoiler certains secrets. Je dois bien avouer que j’ai trouvé ce texte un peu convenu, il traite de reine et de dragon de façon classique et donne l’impression d’avoir du mal de sortir des codes. Attention il n’est pas mauvais, il se lit bien, mais je ne sais pas, j’attendais peut être plus. Par contre, la fin est vraiment surprenante et mélancolique et l’idée des chuchoteurs et des demidames vraiment originale, de plus la plume de Thoma Geha est toujours aussi agréable à suivre. Le texte manque peut être un peu plus de surprises.

Ophéa de Adrien Tomas. Je ne connaissais pas cette auteur mais vu que je suis reparti du festival avec son roman j’ai pris cette nouvelle comme une découverte de son style et je dois dire que je ne suis pas déçu, un texte vraiment réussi, plein de surprises et de rebondissements. La trame reste aussi plutôt classique, avec la traque du dragon pour obtenir les faveurs de la reine, mais il est traité de façon décalé et pleine d’ironie et la fin se révèle vraiment surprenante et efficace. Les personnages ne manquent pas de prestance à leurs façons et se révèlent attachants. Un peu plus d’originalité aurait encore rendu le texte meilleur, mais bon je chipote.

Au Coeur du Dragon de Anne Fakhouri. Un texte ou les dragons sont des animaux sauvages comme les autres et ou les hommes et les femmes doivent nettoyer leurs déjections et y trouver aussi des pierres précieuses et y gagne leurs noms lors de l’épreuve finale. Un texte troublant qui pose des personnages vraiment soignés et humains, l’histoire est vraiment bien construite, originale et efficace. L’univers est vraiment bien amené et surprenant. La rencontre entre l’héroïne et le marchand permet pleinement de découvrir deux mondes différents entre ceux qui rêvent et les réalistes de la vie. L’histoire d’amour et le triangle amoureux qui se dessine est loin d’être mièvre et se révèle surprenant surtout que des questions restent sans réponse sur un personnage.

Achab Etait Amoureux (ou La Grande Déesse de Fer de la Miséricorde) de Justine Niogret. Alors là je me suis posé une question la nouvelle a deux titres, est-ce une erreur de l’éditeur ou est-ce fait exprès? En tout cas moi qui cherchait de l’originalité je dois dire que j’ai été gâté par ce texte vraiment surprenant avec une jeune fille s’appelant Reine, qui chasse la baleine au lance-tartine et qui philosophe sur la vie avec un personnage nommé dragon qui dirige un café. Des personnages soignés avec une héroïne bourrue et caractérielle et un dragon amical et compréhensif, mais surtout ce qui marque le lecteur c’est ce côté drôle, poignant et surprenant différent de ce que je connaissais de l’auteur. Après, j’ai fais mes propres hypothèses pour moi la chasse à la baleine c’est un peu comme chasser un rêve et surtout j’ai trouvé que l’histoire pouvait se lire en boucle. Une fois ce texte fini relisait le début et tenez-moi au courant. En tout cas un texte vraiment original et surprenant, mais voilà, je dois bien l’avouer je ne crois pas avoir tout compris.

Morflam de Pierre Bordage. Une reine est obligée de partir à la rencontre d’un dragon pour éviter la fin de son royaume. Je n’ai pas vraiment accroché à ce texte, déjà le personnage principal est antipathique au possible, fermée et égoïste, de plus j’ai trouvé que l’intrigue en elle-même offrait une impression de déjà vue et manquait clairement d’originalité et de souffle. L’écriture de l’auteur se révèle toujours aussi simple et efficace, mais voilà comme je l’ai dit une héroïne pas attachante et un univers qui manque de profondeur font que je suis resté de marbre devant cette nouvelle.

Azr’Khila de Charlotte Bousquet. Yaaza est la dernière survivante de son peuple, ce qui en donc la reine, et elle décide d’aller se venger. Un texte nerveux dès le départ et qui monte page après page en tension et souffrance avec un style efficace et très imagé, nous dévoilant ce que doit endurer notre héroïne pour arriver à mener à bien cette vengeance. Un univers sombre dominé par la violence et l’esclavage qui colle parfaitement à l’univers. Mais je trouve dommage la conclusion finale, qui vient chercher le rebondissement de trop, jouant sur l’onirisme, ce qui, selon moi, gâche un peu cette nouvelle.

Où Vont les Reines de Vincent Gessler. Ae est une princesse et elle vient de tomber enceinte et va devoir, comme punition, affronter les dragons. Un texte vraiment intéressant et intrigant qui se concentre sur le personnage et la découverte de sa vision des dragons qui ne sont pas obligatoirement ce que l’on croit. Une épreuve qui va faire évoluer l’héroïne et la faire devenir mère et reine, deux lourds fardeaux. Ce texte repose entièrement sur l’évolution de l’héroïne qui, au fil des pages, va découvrir la vérité et se l’approprier. La conclusion va se révéler vraiment surprenante et efficace qui nous fait réfléchir. D’ailleurs après la lecture de ce texte je me demande si toutes les mères ne sont pas des reines finalement. Un excellent texte poétique et prenant du début à la fin.

Le Monstre de Westerham de Erik Wietzel. Un texte qui va se révéler vraiment intéressant malgré un début, voulu selon moi, qui cherche à perdre le lecteur. L’auteur va jouer sur les faux semblants et les tromperies de façon bien amenés et efficaces pour nous amener à une conclusion mélancolique et qui nous dévoile le véritable visage du monstre. Les personnages sont vraiment efficaces entre une reine avide de pouvoir, le dragon Klarion curieux et sa soeur Akselle qui est une vraie peste. Mon seul regret avec cette nouvelle c’est qu’au final elle se révèle sans surprises.

Under a Lilac Tree de Mathieu Gaborit. Une jeune fille, une reine, part à la chasse au dragon qu’elle doit dompter pour sauver un homme. On se retrouve ici dans de la fantasy urbaine avec un mélange de monde tangible et un monde onirique. Je n’ai pas accroché à ce texte et je ne saurai dire pourquoi, il s’agit d’un texte poétique, mystérieux, vraiment original avec pleins d’idées intéressantes, mais voilà ça n’a pas marché sur moi. Je suis sorti de ce texte j’avais l’impression d’être complètement passé à côté de quelque chose.

Cet Oeil Brillant qui la Fixait de Nathalie Dau.  Nathalie Dau nous offre, comme à son habitude, un conte qui va se révéler vraiment intéressant. Les personnages sont vraiment charismatiques et l’univers guerrier entre deux peuples qui se battent depuis des années est vraiment intéressant et colle parfaitement à l’univers. Un conte qui oscille entre souffrance et amour ou va se mélanger magie, divinité et humanité. Un texte porté par la magnifique plume de l’auteur qui se révèle toujours aussi poétique et entrainante. Mon seul reproche une certaine facilité comme par exemple dans l’évasion de la princesse.

Les Soeurs de la Tarasque de Mélanie Fazi. Voilà l’un des textes, voir le texte, selon moi, le plus abouti de ce recueil. Une nouvelle très intimiste et pleine de sentiments se situant dans une sorte de couvent où se trouve une dizaine de jeunes filles et dont l’une d’elle sera choisie par le dragon pour devenir son épouse. Un texte fantastique ou l’Humain est vraiment mis en avant, on ressent pleinement les émotions à travers ce texte que ce soit la souffrance, les manipulations des jeunes filles par le dragon ou encore les premiers émois. Un texte qui a vraiment réussi à m’emporter et qui se révèle vraiment poétique et plein de mélancolie du début à la fin, rien n’est facile pour notre héroïne qui vit une sorte d’amour impossible, perdue, mais dont elle ne peut se passer. La plume de l’auteur est toujours aussi fluide, poétique et magique qui captive dès la première page et qui nous offre aussi pas mal de réflexions sur la religion, la sexualité, l’amour et l’amitié.

 

J’ai passé un agréable moment avec cette anthologie qui nous offre douze textes sur le thème de Reines et Dragons. Alors bien sûre toutes les nouvelles ne sont pas aux mêmes niveaux, certaines
m’ont complètement emporté tandis que d’autres n’ont pas réussi à m’accrocher, mais dans la globalité j’ai passé un bon moment et je trouve même cette anthologie plus soignée que celle de l’année
dernière.

Par contre, et j’ai déjà fais le reproche l’année dernière, les éditions Mnémos doivent vraiment faire attention certaines coquilles se sont glissés dans les textes, rien de dérangeant mais ça surprend toujours. Je me pose aussi la question de savoir quel est le véritable titre de la nouvelle de Justine Niogret.

En Résumé : Cette anthologie 2012 s’est révélée vraiment efficace et m’a offert un bon moment de lecture. On se laisse facilement emporter dans ces univers pleins de mystères, de surprises, de féerie et de magie le tout porté par des auteurs français vraiment talentueux. Alors bien sûr je ne le nie pas toutes les nouvelles ne m’ont pas autant touchés, certaines sortant vraiment du lot tandis que d’autres m’ont même laissé froid, mais dans son ensemble cette anthologie se révèle agréable et même un léger cran au-dessus de celle de l’année dernière.

 

Ma Note : 7,5/10

Page 2 of 2

© 2010 - 2022 Blog-o-Livre