Catégorie : Fantasy Page 1 of 69

The Kingston Cycle Book 1, Witchmark – C.L. Polk

Résumé : In an original world reminiscent of Edwardian England in the shadow of a World War, cabals of noble families use their unique magical gifts to control the fates of nations, while one young man seeks only to live a life of his own.
Magic marked Miles Singer for suffering the day he was born, doomed either to be enslaved to his family’s interest or to be committed to a witches’ asylum. He went to war to escape his destiny and came home a different man, but he couldn’t leave his past behind. The war between Aeland and Laneer leaves men changed, strangers to their friends and family, but even after faking his own death and reinventing himself as a doctor at a cash-strapped veterans’ hospital, Miles can’t hide what he truly is.
When a fatally poisoned patient exposes Miles’ healing gift and his witchmark, he must put his anonymity and freedom at risk to investigate his patient’s murder. To find the truth he’ll need to rely on the family he despises, and on the kindness of the most gorgeous man he’s ever seen.

Edition : Tor

Mon Avis : J’ai entendu parler pour la première fois de ce roman un peu avant sa sortie, grâce à la communication qu’en avait fait l’éditeur, allant même jusqu’à proposer d’en découvrir en avance une dizaine de chapitres. Pour autant, je n’avais pas craqué à l’époque de sa sortie, certes le résumé m’intriguait, mais pas assez pour me pousser à l’acheter tout de suite. Il a donc fallu attendre que l’éditeur le propose, il y a quelques mois, en ebook gratuit pour que je décide enfin de le faire entrer dans ma PAL et le découvrir. Concernant la couverture, illustrée par Will Staehle, je la trouve très sympathique et collant finalement assez bien dans l’ambiance du roman.

Lire la suite

Le Chant Mortel du Soleil – Franck Ferric

Résumé : Il s’appelle Araatan, il est le Grand Qsar. On le surnomme la Montagne car il est haut comme deux hommes, large comme un auroch. Le destin de ce géant est de mener son peuple de cavaliers sur la route de la Toute Fin : achever l’extermination totale des dieux. Une seule divinité a survécu à leur déicide : celle de la cité d’Ishroun. Pour abattre les murailles d’Ishroun et éteindre le culte de la Première Flamme, Araatan se donne un an. Elle s’appelle Kosum. Née esclave, elle était la meilleure dresseuse de chevaux des plaines. Pour avoir tenté de castrer le fils de son maître, elles a été enchaînée nue à une tour pleine de morts. Alors qu’elle attend résignée le baiser mortel du gel, quatre cavaliers la délivrent. Ces hommes durs retournent auprès du Grand Qsar. Kosum, qui croyait mettre un pied dans la guerre, va entamer un tout autre voyage.

 

Edition : Albin Michel Imaginaire

 

Mon Avis : J’ai découvert Franck Ferric, il y a un peu plus de 8 ans maintenant, avec ma lecture de son roman La Loi du Désert qui m’avait offert un très bon moment de lecture à travers le voyage proposé (ma chronique ). Je métais ensuite laissé tenter par sa Fantasy urbaine, Les Tangences Divines, qui m’avait aussi offert un bon moment dans sa lutte face à un monde qui change (ma chronique ici). Je m’étais ensuite laissé tenter par Trois Oboles pour Charon et sa revisite du mythe de Sisyphe, que j’avais trouvé sympathique, mais qui m’avait moins marqué que ce que j’espérais (ma chronique ). Aussi, quand Albin Michel Imaginaire a proposé de sortir le nouveau roman de l’auteur, je savais qu’il terminerait rapidement dans ma PAL, encore plus après les nombreux retours positifs que j’ai vu passer. Concernant la couverture, illustrée par Guillaume Sorel, je la trouve très sympathique.

Lire la suite

Le Livre Jaune – Michael Roch

Résumé :Un pirate s’échoue sur les rivages de Carcosa, la Cité d’Ailleurs. Persuadé d’être mort, il est amené au Roi en jaune, hanté par le souvenir de ses amours. Ce dernier lui propose de revenir à la vie s’il parvient à le débarrasser de sa malédiction.

 

Edition : Mü éditions

 

Mon Avis : J’ai découvert Michael Roch il y a un peu plus d’un an, avec son premier livre : Moi, Peter Pan. Il m’avait offert un très bon moment de lecture avec un récit philosophique, métaphysique, efficace et surtout porté par une plume soignée et poétique, qui avait fait que je me suis retrouvé rapidement immergé dans son récit, même si certaines réflexions m’avaient paru traité de façon parfois un peu sommaire (ma chronique ici). Il était donc logique que je me laisse rapidement tenté par le nouveau livre de l’auteur. Par conséquent, quand j’ai vu que Babelio le proposait dans son dernier masse critique, j’ai tenté ma chance et j’ai eu la chance d’être sélectionné. Je remercie donc Mü éditions et Babelio de m’avoir permis de découvrir ce livre. Concernant la couverture, j’avoue, pour ma part, elle me laisse un peu de côté, mais c’est personnel.

Lire la suite

After The War Book 1, Redemption’s Blade – Adrian Tchaikovsky

Résumé : Ten years ago, the renegade demigod known as the Kinslayer returned. His armies of monsters issued from the pits of the earth, spearheaded by his brutal Yorughan soldiers. He won every battle, leaving burnt earth and corruption behind. Thrones toppled and cities fell as he drove all before him. And then he died. A handful of lucky heroes and some traitors amongst his own, and the great Kinslayer was no more.
Celestaine was one such hero and now she has tasked herself to correct the worst excesses of the Kinslayer and bring light back to her torn-up world. With two Yorughan companions she faces fanatics, war criminals and the monsters and minions the Kinslayer left behind as the fragile alliances of the war break down into feuding, greed and mistrust.
The Kinslayer may be gone, but he cast a long shadow she may never truly escape.

 

Mon Avis : J’ai découvert Adrian Tchaikovsky il y a peu, avec son roman Dans la Toile du Temps publié il y a un an maintenant en VF chez Denoël. J’avais passé un excellent moment de lecture avec ce livre, offrant un récit intelligent, efficace, prenant et il m’avait donné envie de découvrir plus de récits de l’auteur (ma chronique ici). Malgré le fait que j’ai dans ma PAL Guns of the Dawn de l’auteur, j’ai plutôt décidé de me laisser tenter par Redemption’s Blade, déjà dans un premier temps parce que, même s’il rentre dans un cycle, chaque roman est un one-shot, et ensuite le retour positif, même si tout ne l’avait pas accroché, qu’en avait fait Apophis m’avait convaincu de le lire. Concernant la couverture, illustrée par Tomasz Jedruszek, je la trouve très réussie.

Lire la suite

L’Ours et Le Rossignol – Katherine Arden

Résumé : Au plus froid de l’hiver, Vassia adore par-dessus tout écouter, avec ses frères et sa sœur, les contes de Dounia, la vieille servante. Et plus particulièrement celui de Gel, ou Morozko, le démon aux yeux bleus, le roi de l’hiver. Mais, pour Vassia, ces histoires sont bien plus que cela. En effet, elle est la seule de la fratrie à voir les esprits protecteurs de la maison, à entendre l’appel insistant des sombres forces nichées au plus profond de la forêt. Ce qui n’est pas du goût de la nouvelle femme de son père, dévote acharnée, bien décidée à éradiquer de son foyer les superstitions ancestrales.

Edition : Denoël Lunes d’Encre

 

Mon Avis : Ce roman j’en ai entendu parler la première fois quand il a commencé à faire le buzz dans les pays anglo-saxons avec de nombreux retours et avis qui s’avéraient plus que positifs. La preuve sur Goodreads puisque le roman se retrouve avec une note supérieur à 4 avec près de 70000 lecteurs, ce qui est rare, même si cela reste bien entendu un indicateur versatile. J’avoue, pendant un temps j’ai même été tenté de le faire entrer dans ma PAL en VO, mais quand j’ai entendu qu’il allait être traduit et publié chez Denoël en VF, j’ai préféré attendre un peu. Il faut dire aussi que le résumé avait de quoi me convaincre, moi qui aime les contes j’avais de quoi être tenté par ce qui est présenté comme une réécriture des contes et folklore Russe. Concernant la couverture, illustrée par Aurélien Police, je la trouve tout simplement superbe.

Lire la suite

Le Livre des Martyrs Tome 2, Les Portes de la Maison des Morts – Steven Erikson

Résumé : Les Portes de la Maison des Morts nous emmènent sur le vaste continent de Sept-Cités, au cœur du Saint-Désert de Raraku où l’oracle Sha’ik rassemble son armée pour une rébellion des plus sanglantes : un maelström de fanatisme et de férocité qui façonnera des destinées et enfantera des légendes… Félisine, la plus jeune fille de la Maison Paran, tombée en disgrâce, rêve de vengeance dans les mines d’Otataral. Pendant ce temps, le sapeur Violain et l’assassin Kalam, deux Brûleurs de Ponts devenus hors-la-loi, se sont fixé comme mission de ramener la jeune Apsalar chez elle et, ce faisant, de confronter l’Impératrice Laseen. Tandis qu’à Hissar, Coltaine, commandant de la 7ème Armée de Malaz, s’apprête à lancer ses fidèles Wickiens et ses troupes dans une ultime bataille pour sauver les populations jetées sur les routes par le chaos de la rébellion. C’est ce moment que choisissent deux vagabonds séculaires pour revenir : Mappo le Trell et son compagnon Icarium de demi-sang Jaghut, porteurs d’un secret dévastateur qui menace de rompre ses chaînes à tout instant…

Edition : Léha

 

Mon Avis : Il y a quelques mois j’ai enfin pu découvrir ce cycle, dont j’entendais énormément parlé depuis des années, grâce à cette nouvelle traduction et nouvelle publication. La lecture du premier tome m’avait ainsi offert un excellent moment, certes il y avait un léger côté un peu brouillon par moment, mais la richesse de l’univers, la complexité de l’intrigue et un aspect épique percutant, ont réussi à me captiver du début à la fin. C’est donc sans surprise que je me suis très rapidement laissé tenter par ce second tome, me demandant ce qu’allait bien proposer l’auteur. Concernant la couverture, illustrée par Marc Simonetti, je la trouve franchement magnifique. Alors, je ferai un petit point concernant l’édition, beaucoup de choses ont circulé sur la traduction, pour ma part elle ne m’a pas énormément bloquée, mais je reconnais qu’une relecture aurait clairement été un plus. J’ai plusieurs fois buté sur certaines phrases étranges et l’accumulation du terme « Yep » tendait vers l’overdose et paraissait parfois surprenant, surtout entre deux personnages de différents grades dans l’armée.

Lire la suite

Page 1 of 69

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre