Étiquette : anna starobinets

Le Vivant – Anna Starobinets

Résumé : Dans un futur lointain, les humains sont connectés via des implants à un réseau commun. Ensemble, ils forment un organisme unique, le « Vivant ». La mort n’y existe pas : dès qu’un individu est « mis sur pause », son code génétique renaît dans un nouveau corps. Le nombre d’humains est constant – trois milliards : Le Vivant vacille sur ses bases lorsque l’impensable survient un homme naît. Il est sans code, sans patrimoine, il n’est la réincarnation de personne. On l’appelle Zéro. Placé sous étroite surveillance, il devra trouver des réponses sur son identité dans un monde réputé parfait…

Edition : Mirobole
Poche : Pocket

 

Mon Avis : J’ai découvert les écrits d’Anna Starobinets il y a quelques années maintenant avec ma lecture de son recueil de nouvelles : Je Suis la Reine. Ce livre, composé de six textes, m’avait offert un très bon moment de lecture dans l’ensemble, principalement à travers un fantastique prenant, des histoires percutantes et une ambiance étrange et envoutante (ma chronique ici). J’avais alors décidé de faire entrer d’autres écrits de l’autrice dans ma PAL, mais comme souvent il m’a fallu du temps pour les en sortir. C’est le passage d’Anna Starobinets aux dernières Imaginales qui m’a ainsi rappelé à leur donner une chance et c’est donc comme cela que Le Vivant a terminé entre mes mains. A noter une couverture, comme toujours avec Mirobole, étrange, sobre et qui a un petit je ne sais quoi d’accrocheur.

Je Suis la Reine – Anna Starobinets

je suis la reineRésumé : Tous les enfants s’inventent des règles à respecter. Mais pour Sacha, transgresser les Règles pourrait avoir de terribles conséquences. Lorsque Dima monte dans le train, il est loin de se douter qu’il va retrouver sa famille – une famille qu’il n’a jamais vue. Oublier une soupe dans un réfrigérateur peut avoir des répercussions inattendues. Que s’est-il vraiment passé ce chaud dimanche d’août pour que Maxime, huit ans, change au point d’affirmer à sa mère : «Je suis la reine»? Il y a quelque chose d’étrange chez Yacha, ce matin, mais quoi? Est-ce vraiment son cœur qui s’est arrêté de battre?

Edition : Mirobole
Poche : Folio SF

 

Mon Avis : Ce livre, j’en entends parler depuis un petit moment déjà. Il faut bien avouer qu’un recueil de nouvelles fantastiques a aussi toujours le don de m’attirer, surtout qu’il s’agit d’un genre qui a, je trouve, de plus en plus de mal à se faire publier. Pourtant il a fallu attendre sa sortie en poche pour que je me laisse enfin tenter et fasse rentrer ce livre dans ma PAL. Manque de temps, d’espace et surtout j’attendais les premiers retours pour savoir à quoi m’en tenir. Une fois rassuré, même si je manque toujours de temps et d’espace, je me suis rapidement laissé tenter par ce livre. Concernant la couverture, illustrée par Bastien Lecouffe-Deharme, je la trouve réussie. Il est à noter que ce recueil contient six nouvelles de l’auteur.

Les Règles : Ce texte se base sur une idée toute simple, les règles qu’un enfant se fixe sans lesquelles le monde ne tournerait plus si bien pour lui. Qui ne s’est d’ailleurs jamais lancé dans ce genre de règle de marcher un carreau sur deux, d’avancer selon une contrainte bien précise ou encore par exemple considérer que tel élément doit être obligatoirement rangé de cette façon sous peine de voir des catastrophes? C’est sur cette idée que l’auteur nous fait découvrir un enfant dont les règles tendent vers les TOC. Un texte court, incisif, percutant et surtout lentement insidieux et dérangeant, offrant ainsi un fantastique léger, qui joue avec la folie et qui se révèle terriblement accrocheur. Vérité ou jeu de l’esprit, le lecteur se fait sa propre idée, mais surtout se retrouve emporté par ce récit à la conclusion glaçante.

La Famille : Cette nouvelle nous offre aussi ici un récit qui peut paraitre classique, avec un homme qui va voir sa vie se déconstruire et prendre une tournure qu’il ne pensait pas voir, se retrouvant marier, et surtout qu’il va finalement relativiser. Sauf que voilà l’auteur rend l’ensemble clairement fascinant à suivre avec cette ambiance déroutante, perturbante, parfois légèrement angoissante, jouant de nouveau entre folie et fantastique, réalité et imagination, où chacun se laisse emporter, se faisant sa propre idée. Elle y ajoute aussi une légère pointe d’humour, d’absurde et de cynisme qui apporte un plus à l’ensemble, déroutant un peu plus de façon positive le lecteur. De nouveau un texte réussi et efficace, même si je l’ai trouvé légèrement moins réussi que le premier par un sentiment légèrement « brouillon » dans sa construction.

J’Attends : Cette fois on quitte un peu le fantastique angoissant, pour quelque chose de plus léger, un fantastique où l’humour se retrouve bien présent, mélangé toujours à cet aspect de folie qui se développe lentement au fil des pages. On découvre ainsi un homme qui va laisser une soupe par inadvertance se transformer dans son frigo en quelque-chose qui va changer sa vie. Un très court texte poisseux, déroutant, surprenant, qui certes, j’ai trouvé qu’il possédait un avait de déjà-vu, mais qui se révèle au final solide et efficace.

Je Suis la Reine : On plonge ici dans le gros morceau de cette anthologie avec le texte qui a donné son nom au recueil. De nouveau l’auteur joue ainsi avec le lecteur, nous plongeant dans le quotidien d’une mère divorcée de jumeau, Maxime et sa soeur Vika, qui va voir son fils sombrer dans une sorte de folie douce, de rejet et de solitude. Je me suis rapidement retrouvé happé par ce texte qui, finalement, traite de problème clairement d’actualité, comme celle de famille décomposée ou encore l’adolescence, en y ajoutant une bonne couche de fantastique, étrange, surprenant, perturbante, offrant ainsi une ambiance assez sombre qui monte en tension au fil de l’avancée du récit. L’angoisse de cette mère ne laisse pas le lecteur indifférent tant elle se révèle palpable, incompréhensible et tellement réaliste. Le dernier tiers va ainsi proposer une réponse, une conclusion, que j’ai trouvé efficace et surprenante malgré les nombreux indices. L’ensemble est aussi porté par des personnages humains et soignés, des protagonistes comme vous et moi avec leurs forces, leurs faiblesses, leurs doutes et leurs questionnements qui cherchent à vivre une vie normale et offre un travail de fond travaillé. Une belle réussite tant j’ai tourné les pages avec envie d’en apprendre plus concernant cette nouvelle qui devient de plus en plus sombre, plongeant dans l’horreur de façon prenante et captivante plus on avance dans le récit.

L’Agent : Cette nouvelle nous plonge finalement dans la vie d’un agent, une personne tout ce qu’il y a de plus banale, qui mettent en place et font respecter des scénario de vie, de vengeance ou autre. Un texte qui va se révèle vraiment captivant, porté par une ambiance froide et le tout porté par une narration détachée qui fait qu’on se retrouve encore plus intrigué par cet agent, ce qu’il propose et sur tous les mystères qui entourent cette société et son but. Surtout on y retrouve cet aspect de jeu avec le lecteur, entre réalité et imaginaire. Un texte étrange, à la fois intriguant et déroutant par son personnage principal, la place qu’il prend et les révélations qui vont survenir. Une nouvelle de nouveau réussie, même si je reste légèrement frustré de la conclusion qui m’a paru manqué de complexité. Mais bon rien de dérangeant.

L’Eternité selon Yacha : La dernière nouvelle du recueil nous plonge ainsi à la découverte de Yasha qui un jour constate que son coeur ne bat plus et va, par conséquent, être déclaré mort alors qu’il continue à exister. On se retrouve ainsi embarquer dans une nouvelle qui prend le parti pris de l’absurde, offrant au lecteur de nombreuses scènes pleines d’humour noir et de cynisme, et qui au fil des pages va changer ; l’émotion et la pitié lié à ce personnage qui se retrouve complètement perdu prenant le pas sur l’absurdité de la situation, tout en restant cohérent et efficace. Le travail psychologique de son personnage joue beaucoup dans l’intérêt qu’on porte au récit, dans sa façon de sombrer lentement dans une folie devant une telle situation et ses conséquences. Autre point intéressant, la conclusion que j’ai trouvé réussie par son côté surprenant.

 

Au final ce qui transparait à travers ces six textes c’est la façon dont l’auteur travaille sur des situations souvent réels, des maux et des folies qui existent, du quotidien, et à y insuffler une légère dose de fantastique, de dérangeant, de sombre, d’horreur pour facilement happer le lecteur à travers des textes qui se révèle dans l’ensemble maîtrisé, percutant, déroutant et surprenant. Il faut dire aussi que la plume de l’auteur, possédant ce je ne sais quoi de poétique et de troublant joue énormément à la réussite de la construction de ces textes. Les personnages ne sont pas non plus en reste, chacune se révélant attachant, touchant à sa façon, que ce soit dans sa folie comme dans son incompréhension de ce qui arrive. Cela n’empêche pas non plus parfois de traiter de chaque sujet comme la famille, l’adolescence, le couple ou encore par exemple la vie et la mort, le tout avec justesse. Alors certes on pourrait reprocher un certain aspect « classique » aux récit que nous propose l’auteur, mais franchement rien de bien dérangeant tant Anna Starobinets s’en sort parfaitement bien, offrant des textes réussis et captivants. En tout cas de quoi me donner envie de lire d’autres écrits de l’auteur.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce recueil de six nouvelles qui nous propose des récits, mélange à la fois complexe et réussi de fantastique, de psychologie,  d’émotion et de personnages denses. L’univers fantastique qui se développe à chaque texte, certes reste très classique, mais se révèle solide, efficace et parfaitement maîtrisé par l’auteur. Surtout chaque texte possède sa propre voix, son propre style, sa propre construction ce qui évite clairement les longueurs et permet au lecteur de se plonger avec un plaisir renouvelé dans chacune d’entre elle. Alors après, c’est vrai que un ou deux textes possèdent quelques légers défauts, mais franchement rien de non plus dérangeant tant j’ai été emporté par ce mélange d’aspect dérangeant, étrange et parfois très sombre, où l’humour noir et le cynisme ne sont pas non plus en reste. Il faut aussi bien dire que l’ensemble est très bien porté par une plume qui se révèle accrocheuse, dérangeante et d’une certaine façon poétique et humaine. En tout cas je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

Ma Note : 8/10

Autres avis : Lelf, Cornwall, Cachou, …

CRAAA

Challenge CRAAA 5ème lecture

© 2010 - 2020 Blog-o-Livre