Étiquette : bande dessinée Page 4 of 5

Sillage Tome 2, Collection Privée – Morvan & Buchet

sillage-t2.gifRésumé : Après sa découverte par Sillage, Nävis a été intégrée aux forces spéciales du convoi, en raison de sa capacité à ne pas être sondée mentalement.L’apprentissage des us et coutumes de Sillage ne s’est pas fait sans mal, et notre héroïne le rappelle lors d’une réunion avec la Constituante. Cela lui vaut de faire la connaissance du consul Enshu Atsukau, personnage ô combien étrange et louche. Nävis se rendra bientôt compte à ses dépends que le consul est très intéressé par celle-ci, pour sa « Collection Privée ».

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Je continue ma découverte de Sillage, un cycle de Science-Fiction Space Opera qui à ce jour compte quand même 15 tomes rien que dans sa série principale. Je dois avouer qu’après un premier tome solide et efficace j’avais bien envie de me lancer dans la suite pour découvrir les nouvelles aventures de Nävis, personnage qui dans le premier tome se révélait vraiment attachant et décalé. Je me suis donc rapidement lancé dans ce tome 2.

Nävis fait maintenant partie intégrante du convoi Sillage et elle est obligée de découvrir une nouvelle façon de vivre, de s’adapter à son nouvel environnement. Je dois bien avouer que j’ai trouvé ce second tome moins bon que le premier, l’intrigue parait aux premiers abords intéressante, nous dévoilant les aspects assez tendus de la politique de Sillage, qui doit contenter tout le monde, et pourtant je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire, principalement l’intrigue entre Nävis et le consul qui va essayer d’abuser d’elle, j’ai trouvé que l’idée développée par les auteurs n’est pas des plus passionnantes. Pas que l’intrigue soit complètement mauvaise, mais juste ramener les jeux de pouvoirs dans Sillage à une domination Masculin/Féminin ne m’a pas convaincu plus que cela. Ça se laisse lire, mais sans plus d’intérêt.

Dans ce tome pas de planète à découvrir ou autre on se trouve dans le convoi Sillage et on découvre au fur et à mesure différentes races qui composent ce convoi, mais aussi on découvre au fur et à mesure le cadre qui va composer la future vie de Navïs ainsi que ces compagnons. Car finalement c’est le point important dans ce tome le fait que l’héroïne commence à se faire des compagnons qui vont la soutenir et l’aider. Un tome qui travaille beaucoup sur ce rôle de l’amitié et de la fratrie qui est prête à soutenir son héroïne jusqu’au bout. Ce second tome nous dévoile aussi les débuts assez tendus de la vie dans une communauté où finalement chaque dissension peut créer un véritable problème.

Concernant les personnages je dois dire qu’ils sont toujours sympa à suivre mais j’avoue que je suis mitigé, dans ce tome, par le personnage de Nävis qui oscille entre être solitaire, plein d’émotions et de sentiments qu’elle fait partager aux lecteurs, et une petite peste imbue de sa personne qui de temps en temps mériterai quand même d’être un minimum recadré. De plus je n’ai pas complètement retrouvé cette fougue qui la caractérisait dans le tome 1 ainsi que sa gouaille et son humour. Concernant les autres personnages ils se révèlent sympathique, mais ils manquent
toujours un peu de profondeur ce qui est dommage, car quand Nävis n’assure pas on n’a personne d’autres vers qui vraiment se tourner.

Les graphismes sont vraiment sympathiques même si je les ai trouvés un peu moins réussi que le premier tome, peut être la faute à une colorisation un peu trop flashy à mon goût. Concernant les traits ils sont, par contre, toujours aussi vifs et vraiment efficaces et les scènes d’actions ne manquent pas de rythme et de réussite. Au final je savais que ce cycle possédait des hauts et des bas, mais je ne m’attendais pas à goûter un second tome, au final assez quelconque. Pas complètement raté, mais qui manque d’intérêt et de profondeur et qui aurait peut être mérité d’être traité de façon différente. Je lirai tout de même le troisième tome vu que je ne peux pas juger la série sur deux tomes et que j’ai entendu dire que ce troisième tome était excellent.

En Résumé : Finalement j’ai passé un moment de lecture assez mitigé avec ce second tome, pas complètement raté, mais dont l’intrigue manque clairement d’intérêt et aurait mérité un meilleur traitement pour dévoiler les arcanes du pouvoir. L’univers se développe doucement, mais surtout c’est l’univers proche de l’héroïne qui prend forme dans ce tome. Concernant les personnages, je dois bien avouer que je suis un peu déçu de Navïs qui est passé d’une fille forte, charismatique et pleine d’humour à parfois, dans ce tome, une gamine boudeuse et imbue de sa personne. Concernant les graphismes ils se révèlent efficaces possédant un trait soigné, mais j’ai trouvé par moment la colorisation un peu trop flash. Au final un second tome quelconque mais qui ne m’empêchera pas de lire la suite pour affiner mon avis.

 

Ma Note : 6/10

Orbital Tome 5, Justice – Sylvain Runberg & Serge Pellé

orbital t5 justiceRésumé : Après le désastre de Kuala-Lumpur, la Confédération a besoin de coupables. Peu importe que Caleb et Mézoké aient tenté l’impossible pour éviter le drame, peu importe aussi que Caleb soit entre la vie et la mort ; Mézoké, seul face à ses supérieurs, est tout désigné pour constituer le parfait bouc-émissaire.

 

Edition : Dupuis

 

Mon Avis : Orbital fait partie de ses séries, en Bandes Dessinées, que j’apprécie énormément offrant une histoire SF de Space-Opera dense et multi raciale pleine de surprises et de rebondissements. Après avoir passé de très bons moment des lectures avec les quatre premiers tomes (Chronique du Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4) j’avais hâte de lire ce cinquième tome, surtout après le cliffhanger qui clôturait le quatrième tome. En tout cas la couverture de ce tome est vraiment réussie.

Après deux premiers tomes qui permettaient de poser les personnages et l’univers, puis deux autres tomes qui venaient poser les prémices d’une intrigue plus globale tout en continuant à dévoiler l’univers, je trouve que ce cinquième tome est un peu le tome de la maturité, un tome qui se révèle vraiment dense, tendu et soigné de la première à la dernière page malgré le fait que, finalement, le scénario soit tout de même, dans les grandes lignes, quelque peu linéaire. Un tome qui ne manque ni d’action, de trahisons, de rebondissements et de retournements de situations tout en faisant monter la tension au fil des pages pour un final vraiment haletant et intrigant. Nos deux héros vont se retrouver dans une situation des plus difficile qui va les voir devoir faire des choix pas toujours aisés. Par contre pensez peut-être à relire les tomes précédents, même si ça ne dérange pas la lecture, ça permet tout de même parfois une meilleure compréhension des évènements.

Ce tome offre que peu de découvertes de nouveaux mondes, l’intrigue ciblant que quelques lieux spécifiques. Par contre, l’univers se développe plus, dans ce cinquième tome, au niveau des différents peuples extraterrestres et leurs différences, leurs tensions, leurs envies. La coalition qu’on nous présentait comme ferme et unidirectionnelle pour le partage et la découverte commence à révéler ses fissures et ses lacunes. Les peuples, leurs coutumes et leurs représentations se révèlent vraiment vastes et riches, même si je fais toujours le même constat que la majorité des entités aliens ressemblent fortement aux humains, mais rien de bien grave tant on voyage avec plaisir dans l’univers captivant et magnifiquement dessiné de cette série.

Les personnages sont toujours aussi soignés et travaillés que d’habitude et l’intérêt vient aussi que, Caleb étant entre la vie et la mort, les projecteurs se révèlent projetés en grande partie sur Mézoké. Une Mézoké qu’on va découvrir au fil des pages entre émotions, sentiments et violence  que ce soit par les phases où elle est obligée de se battre pour sa survie et celle des autres, ou que ce soit par des phases plus intimistes comme les rencontrer avec son peuple. Une Mézoké un peu méconnue dans les tomes précédents mais qu’on découvre pleinement dans ce tome ce qui la rend encore plus attachant. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et certains commencent à se dévoiler pleinement et pas toujours de la façon dont on l’attendait.

Concernant les graphismes, je ne sais pas si c’est moi, vu que je n’avais pas les tomes précédents sous la main, mais je les trouve encore plus aboutis que les précédents. Que ce soit par les personnages, les bestiaires des peuples, les cadres et décors SF ou encore les phases d’actions, d’émotions et de sentiments je les ai trouvés vraiment réussi et sublimes, nous entrainant avec facilité et une grande réussite dans l’histoire. Puis arrive cette conclusion, une conclusion efficace, surprenante mais qui appelle à attendre la sortie du tome 6, et c’est peut-être finalement le seul gros défaut devoir attendre des mois pour connaître la suite, mais rien de vraiment dérangeant car je suis prêt à attendre s’ils continuent à nous offrir des tomes de cette qualité.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment avec ce cinquième tome de la série Orbital qui nous offre une histoire, certes un peu linéaire, mais qui se révèle passionnante, dense et vraiment captivante entre trahisons, jeux de pouvoir, rebondissement et retournements de situations le tout maîtrisés efficacement par les auteurs. L’univers mis en place par les auteurs continuent à nous dévoiler ses richesses, mais surtout joue sur les tensions entre ces soi-disant peuples alliés. Les personnages se révèlent toujours aussi denses et travaillés et le fait que les auteurs s’attardent plus sur Mézoké permet de mieux la comprendre et de s’attacher à elle devant ses phases de lutte ou encore d’émotions. Les graphismes continuent, selon moi, à s’améliorer au fil des tomes et atteignent dans ce cinquième tome un trait vraiment maîtrisé, efficace, plein de sentiment et d’émotion et nous offrant des décors sublimes et parfaitement colorisés. Il ne reste plus qu’à attendre la sortie du tome 6 pour obtenir nos réponses à cette conclusion efficace et assez surprenante.

 

Ma Note : 9/10

Sillage Tome 1, A Feu et à Cendres – Morvan & Buchet

sillage-t1.gifRésumé : Sillage est un convoi multiracial de vaisseaux spatiaux à la recherche de planètes à coloniser. Les Hottards, peuple du convoi, doivent absolument s’implanter quelque part.
Sillage leur accorde une planète couverte de jungles et d’océans qui n’est habitée – selon ses critères – par aucune espèce intelligente. Mais le premier Hottard qui débarque tombe sur Nävis, une enfant sauvage d’une race jusqu’alors inconnue de Sillage : les Hommes?

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Dernièrement j’ai envie de lire quelques Bandes Dessinées de science fiction et en attendant la sortie du prochain Orbital (qui ne devrait plus tarder, encore quelques jours) j’ai demandé conseil à mon libraire pour une bonne BD Space-Opera. Il m’a alors fortement conseillé Sillage et je me suis laissé tenter par l’intégrale des trois premiers tomes qui annonçait une histoire vraiment intéressante malgré, selon mon libraire, quelques baisses de régimes selon les tomes. Voilà ma chronique du premier tome.

Ce premier tome nous plonge dans la découverte de ce convoi spatial qu’est Sillage, convoi multi-races, qui recherche des planètes, mais aussi la découverte de Nävis l’héroïne charismatique de cette série. Je dois dire que ce premier tome ne manque pas d’action ni de rebondissements et on ne s’ennuie pas un seul instant malgré une intrigue qui se révèle quand même par moment un peu trop simpliste et parfois possédants quelques raccourcis faciles pour tenir l’histoire en un tome. Il est même parfois surprenant de voir comment s’en sort aussi facilement l’héroïne sauvageonne devant tant de technologies. Et pourtant ça se lit facilement, le rythme est parfaitement maîtrisé, les personnages efficaces et on tourne les pages pour voir comment tout va se finir.

Concernant l’univers mis en place par les auteurs, il se révèle assez foisonnant de jungles et d’animaux en tous genres avec des décors qui se révèlent vraiment magnifiques et flamboyants. Un univers intéressant à découvrir même si je reproche un peu le fait que les « races » aliens soient en grandes majorités trop proches de l’homme avec deux bras, deux jambes etc.. mais rien de vraiment méchant ,car on le remarque souvent dans d’autres livres ou BD. Les différents peuples ont leurs propres façons de vivres, d’évoluer, de se comporter ce qui apporte une grande diversité à l’univers mis en place, mais le plus intéressant et intrigant et cette absence d’humanité, mis à part Nävis. C’est cette question qui va se révéler être le fil rouge de l’histoire. La technologie omniprésente est vraiment intéressante et originale.

Les personnages se révèlent intéressants à découvrir et assez attachants malgré, parfois, une certaine simplicité comme peut l’être Heiilig le Hottard qui aurait mérité plus d’approfondissement ou encore les Migreurs qui sont des êtres simples mais efficaces dont seul Bobo paraît avoir ne conscience. Mais finalement le personnage le plus important reste Nävis qui s’impose facilement pour le lecteur grâce à sa simplicité, sa joie de vivre, sa sauvagerie, mais surtout son charisme et son intelligence particulière, le tout porté par des dialogues souvent percutants et incisifs. C’est vraiment Nävis, sa survie, son passé qui fait qu’on se passionne pour cette histoire.

Les graphismes sont vraiment réussis et possèdent un trait travaillé, efficace et vif et qui fait qu’on se laisse facilement emporter par cette histoire. Les décors ainsi que les personnages sont fidèlement représentés et ne manquent pas d’émotions et de sentiments. La colorisation chaude apporte vraiment un plus à cet univers de jungle. En tout cars je sors de la lecture avec une impression plutôt agréable malgré quelques défauts dans l’histoire, peut être un peu trop simpliste et même si on est loin du niveau d’une BD comme Orbital ça reste vraiment sympathique à lire. Je lirai la suite avec plaisir pour découvrir les nouvelles péripéties de Nävis.

En Résumé : J’ai passé un bon moment avec cette Bande Dessinée de Space-opera qui offre une histoire nerveuse et pleine d’action malgré un côté assez simpliste et quelques raccourcis faciles. L’univers mis en place par les auteurs ne manque pas de charmes et de surprises et se révèle vraiment plaisant à découvrir. Concernant les personnages Nävis est un personnage vraiment passionnant à découvrir par son côté sauvage, simple et impertinent et les personnages secondaires se révèlent intéressant malgré parfois quelques facilités qui arrangent bien l’histoire. Les graphismes se révèlent soignés, travaillé et efficaces nous plongeant facilement dans l’histoire. Au final un premier tome vraiment agréable qui me donne envie de découvrir la suite.

 

Ma Note : 7,5/10

S.A.M. Tome 1, Après L’Homme – Marazano & Shang

sam-apres-l-homme.jpgRésumé : Après le Grand Effondrement, seuls quelques enfants et ados tentent de survivre dans la mégalopole. Traqués par des robots tueurs chargés d’éradiquer toute trace de vie, même végétale, ils se sont réfugiés dans les sous-sols et égouts, et ne remontent à la surface que pour chercher de quoi subsister. Un beau jour, Yann, l’un de ces enfants, à l’écart de son groupe, tombe nez à nez avec un robot de type inconnu. Se produit alors un événement qui pourrait changer la face de ce monde en perdition : le robot ne tue pas Yann, pourtant à sa merci ; sur la
structure de ce robot, les initiales S.A.M…

Edition : Dargaud

 

Mon Avis : Dernièrement je dois bien avouer que j’ai envie de lire un peu d’histoires SF Post-Apocalyptique. Le résumé de ce premier tome de S.A.M. ainsi que la couverture ont fait que j’ai trouvé que cette Bande Dessinée paraissait intéressante et m’a donné envie de la découvrir. Ajouter à cela des machines et cette BD a donc rejoins ma PAL en espérant une agréable découverte.

L’histoire se révèle agréable, une bande de jeunes qui tentent de survivre dans les bas fonds d’une ville, remontant à la surface pour la recherche de fournitures, évitant les robots meurtriers. Une relation ambigu va se créer entre une machine et un gamin. Une histoire, certes classique, mais bien menée, efficace et sans temps morts qui ne ménage pas les moments d’actions et les rebondissements sans trop se prendre la tête. Alors certes ce premier tome se répète un peu sur certains points, sert principalement à poser les personnages ainsi que le début de l’intrigue et surtout vise un public très large, ce qui empêche d’être trop sombre dans l’histoire, mais il y a quelque chose d’attachant qui fait que le lecteur suit avec plaisir cette BD. Je reprocherai peut être a ce premier tome un côté un peu « je tourne en rond » sur l’aspect entre le robot, Yann et ses amis.

Concernant l’univers il va se révéler très classique, sans grande originalité avec les machines qui ont décidé de se rebeller et prendre le pouvoir, dans un monde complètement détruit où seuls les enfants ont l’air d’avoir survécus, mais il se révèle assez solide pour ne pas perdre le lecteur. Les auteurs maîtrisent parfaitement les codes du genre pour happer le lecteur même s’il est rarement surpris. Un univers qui plaira aux amoureux de la SF comme aux novices sans les dérouter. La survie des enfants se révèle intéressante dans leur façon de se gouverner. Ce premier tome laisse pas mal de questions en suspens sur la cause de la catastrophe, ses origines ce qui donne envie de découvrir la suite pour en apprendre plus. Le monde est aussi bien porté par des graphismes soignés et réalistes, mais je trouve dommage que l’histoire se situe sur à peine deux ou trois lieux, ce qui rend parfois répétitifs les zones visitées.

Les personnages principaux se révèlent intéressants et surtout attachants, surtout le couple Yann et Ella qui se dévoilent lentement au fil des pages malgré certaines facilités. Les personnages secondaires servent plus de remplissages et paraissent un peu trop stéréotypés et parfois simples, mais remplissent au final parfaitement leurs rôles et surtout évite un peu les caricatures. Les auteurs ont réussi à rendre intéressant leurs évolutions en fonction de leurs survies mais aussi de leurs besoins, des personnages qui vont devoir évoluer. Mais le plus intéressant reste tout de même cette drôle de relation entre ce robot, S.A.M., et cet humain, Yann, personnages antagonistes dans cet univers, mais qui soulèvent pas mal de grandes questions qui font qu’on tourne les pages en espérant en apprendre plus sur le fait que ce robot ne le tue pas.

Les graphismes se révèlent vraiment sympathiques et efficaces avec un trait lorgnant fortement vers un aspect un peu manga, cela vient peut être des origines du dessinateur qui est chinois, mais qui se révèle tout de même prenant offrant un monde détruit, couverts de gravats, mais surtout gigantesques à ses enfants perdus et aussi des robots méthodiques et efficaces dans leurs traques. La colorisation est, je trouve, vraiment réussie jouant entre ombres et couleurs de façon captivante. Au final un premier tome vraiment sympathique, même s’il n’a rien de révolutionnaire dans sa construction et son univers et malgré son côté jeunesse, mais dont j’attends la suite avec plaisir pour essayer de répondre à mes questions.

En Résumé : Ce premier tome se révèle être un tome d’introduction vraiment très sympathique nous offrant une histoire Post-Apo  dans un monde gouverné par des robots et où des enfants doivent survivre. L’histoire, malgré son côté un peu jeunesse, reste efficace et plonge le lecteur dans de nombreuses questions et le fait tourner les pages facilement. L’univers, malgré son léger manque d’originalité, reste solide, les auteurs sachant se servir des codes du genre. Les personnages sont travaillés et attachants malgré parfois quelques personnages secondaires un peu trop stéréotypés. Les graphismes sont vraiment efficaces, tendent parfois vers le manga et le tout est porté par une colorisation entre ombres et couleurs réussies. Je lirai la suite avec plaisir même si cette BD ne risque pas de révolutionner le genre.

 

Ma Note : 7/10

La Licorne Tome 3, Les Eaux Noires de Venise – Mathieu Gabella & Anthony Jean

la-licorne-t3.jpgRésumé : À Milan, Ambroise Paré et ses alliés ont découvert le laboratoire d’où tout est parti. Surtout, ils savent comment cet incroyable chantier a été mis en oeuvre, qui est à l’origine de la mutation du corps humain et comment il a procédé. Mais les découvertes s’arrêtent là ! L’Ennemi engage une lutte sans merci, emportant Ambroise. Désemparé, le groupe doit néanmoins poursuivre sa quête… à Venise.

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Je dois dire que pour le moment je ne suis pas déçu de ma découverte après la lecture des deux premiers tomes du cycle La Licorne qui m’ont offert une intrigue dense et intelligente le tout porté par des personnages captivants (chronique Tome 1 ici, Tome 2 ), j’avais donc hâte de pouvoir lire la suite. Ajouter à cela une couverture que je trouve vraiment réussi pour ce troisième tome, il n’a donc pas mis longtemps à rejoindre ma PAL.

Ce troisième tome commence à faire la part belle aux révélations et aux reponses, mais aussi à l’action qui se révèle très présente dans ce tome, ce qui rend peut être l’intrigue moins dense que les tomes précédents, mais qui n’empêche pas l’histoire d’être toujours aussi riche et soignée et on se retrouve facilement happé par les aventures de nos médecins. Ce tome va de révélations en surprise, nous offrant rebondissements, des trahisons et retournements de situation que les auteurs maîtrisent parfaitement du début à la fin, offrant un rythme haletant à leur histoire. Le puzzle commence doucement à se dévoiler dans ce troisième tome toujours aussi passionnant.

L’univers mis en place se révèle toujours aussi proche du nôtre et cette fois on découvre Venise, ville magnifique et qui colle parfaitement à ce troisième tome qui va nous faire découvrir les primordiaux marins. On sent encore une fois que les auteurs ont effectués pas mal de recherche pour nous rendre cet univers vivant et surtout pour faire cohabiter tous ses personnages connus dans l’histoire, mais aussi grâce aux ajouts en fin de volume d’explications historiques. Un univers palpitant mêlant médecine, pouvoir, fantasy et qui mérite d’être découvert.

Les personnages se révèlent toujours aussi intéressants à découvrir, ils se révèlent vraiment humains, denses et soigné même si parfois, sur quelques case, un peu simplistes. Mais rien de dérangeant car on s’accroche facilement à eux, à leurs aventures et leurs émotions. Les personnages que je trouvais peu utilisés dans les tomes précédents prennent enfin de l’importance. Par contre, j’ai un petit reproche à faire, je trouve que parfois certaines pages sont un peu trop saturées en bulles de dialogues. J’ai trouvé ça un peu dommage, mais rien de bien grave.

Concernant les graphismes, je ne sais pas si c’est moi, mais je les trouve des plus en plus réussis de tome en tome, plus détaillés et plus prenants. Les scènes de flash-back sont vraiment réussies. Un trait vraiment efficace et vivant qui nous plonge facilement dans cette histoire que ce soit à travers les scènes d’action ou encore par les émotions des personnages. En tout cas un troisième tome aussi réussi que les deux premiers ou les révélations commencent à tomber, un tome vraiment efficace et captivant. J’ai hâte de lire la quatrième tome qui viendra conclure ce cycle.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce troisième qui commence à nous offrir plus de réponses que de questions. L’intrique se révèle peut être moins dense mais toujours aussi riche et soigné nous offrant pas mal d’action, de rebondissements et de trahisons. Les graphismes sont toujours aussi réussi nous offrant un trait vif et efficace. L’univers est toujours aussi passionnant et dense que les tomes précédents et les personnages sont toujours aussi attachants et travaillés. Mon seul petit regret avec ce tome est parfois une saturation en dialogue sur certaines planches mais rien de vraiment dérangeant. J’ai hâte de lire le dernier tome.

 

Ma Note : 8,5/10

Tony Chu Détective Cannibale Tome 1, Goût Décès – Guillory & Layman

tony-chu-t1.jpgRésumé : L’inspecteur Tony Chu possède un don pour le moins étrange : il est cibopathe. Cela signifie qu’il est capable de retracer psychiquement la nature, l’origine, l’histoire, et même les émotions, de tout ce qu’il mange. Ce qui ne l’empêche pas d’être aussi un policier tout à fait respectable… lorsqu’il ne goûte pas à la victime d’un meurtre afin de découvrir l’identité du coupable et ses motifs.

 

Edition : Delcourt

 

Mon Avis : Voilà un comics que j’ai envie de lire depuis un petit moment déjà. Je dois dire que le quatrième de couverture nous offre vraiment un héros et une histoire qui s’annonce complètement décalé et déjanté, loin des super héros habituels qu’on peut découvrir. De plus la couverture m’a vraiment plu par son côté sanglant et légèrement humoristique et j’avais donc hâte de lire le premier tome de cette série.

L’idée de départ de ce comics est vraiment originale, Tony Chu est policier, et comme tous super héros il a un pouvoir, mais un pouvoir assez particulier, il est cibopathe. Quand il ingère n’importe quel aliment il peut retracer son histoire entière. En voilà un héros complètement décalé, vraiment original, obligé de parfois goûter ses victimes pour découvrir la vérité. Un humour noir, très noir qui colle parfaitement à l’univers et qui change complètement de ce qu’on peut voir d’habitude dans les comics. Je me suis bien marré au cours de ce premier tome devant les situations cyniques, le tout en traitant de sujet sérieux.

Ajouter à cela des personnages complètement décalés et déjantés, de l’action et une bonne dose d’humour et voilà de quoi accrocher le lecteur. Mon seul reproche vient des enquêtes policières qui
m’ont paru trop classiques et parfois manque un peu d’originalité et de souffle. Rien de bien dérangeant car elle se révèle tout de même assez solide et on les suit avec un certain plaisir. De plus le fil rouge qui se met lentement en place annonce une machination qui s’annonce intéressant. Puis arrive la conclusion surprenante, nous dévoilant certains aspects de ce fil rouge et qui donne vraiment envie de découvrir la suite rapidement.

L’univers mis en place par l’auteur se révèle tout aussi décalé que l’idée de base, on se retrouve dans un monde où la Grippe Aviaire a fait des millions de morts, où le poulet est devenu prohibé ce qui a amené à l’apparition d’un marché noir et une mafia. Mais voilà dit-on vraiment la vérité? Est-ce la grippe aviaire qui a fait tant de mal. Franchement on trouve ici un univers vraiment solide, sérieux et pourtant possédant aussi ses aspects déjantés et plein d’humour.

Les personnages sont, comme je l’ai dit, véritablement décalé entre Tony Chu qui mange les victimes pour découvrir la vérité, son mentor, cibopathe lui aussi et aussi titan et machine de combat ou encore des personnages secondaires qui ont aussi leurs propres caractéristiques, qui se fondent parfaitement dans l’univers et qui vont surprendre le lecteur qui va assez facilement s’attacher à eux malgré leurs différences. Les dialogues sont percutants, efficaces et apportent une dose supplémentaire d’humour.

Concernant les graphismes ils sont assez caractéristiques et paraissent complètement décalé, un peu comme une série policière des années 70/80 avec son côté assez coloré et plein de vitalité. Les traits se révèlent par contre très anguleux à mon goût et il m’a fallu un léger temps d’adaptation pour vraiment rentrer dans les images, mais rien de bien dérangeant car une fois les premières pages passés j’ai eu du mal à lâcher ce premier tome et je me suis bien marré. En espérant que les prochains tomes soient aussi réussis.

En Résumé : J’ai passé un bon moment avec le premier tome de ce comics qui possède une idée vraiment originale, déjanté et efficace avec cet inspecteur cibopathe et malgré des enquêtes peut être parfois un peu trop convenues, l’auteur développe un fil rouge captivant qui se met doucement en place. L’univers se révèle solide, tout aussi cynique et se révèle vraiment intéressant à découvrir. Les personnages ne manquent pas de qualités, se révèlent attachants et surtout plein d’humour. Les graphismes sont peut-être légèrement déroutants au début mais finalement se révèlent efficaces avec leurs côtés colorés et pleins de vitalités. Un premier tome plus qu’efficace qui m’a donné envie de découvrir la suite.

 

Ma Note : 8/10

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre