Étiquette : mira grant

Feed Tome 3, Red Flag – Mira Grant

feed 3 red flagRésumé : Révoltez-vous!
2041, Amérique post-zombie. La cabale secrète qui détient le pouvoir dans l’ombre se porte bien. On ne peut pas en dire autant des blogueurs qui ont osé révéler la vérité à la population. À peine sortis des griffes de leurs ennemis, Shaun Mason et son équipe sont de nouveau sur le sentier de la guerre. Le temps leur est compté, et les obstacles s’avèrent nombreux : une meute de savants fous, une administration politique corrompue et même un ours zombie. Une chose est sûre, dans l’Amérique d’après le Jour des Morts : la situation peut toujours empirer.

Edition : Bragelonne

Mon Avis : Comme je lai annoncé précédemment 2014 s’annonce comme une année bien remplie en nouveaux tomes de série que j’attends depuis un moment et en fin de cycle. Ce livre rentre ainsi dans la seconde catégorie, venant conclure la trilogie Feed. Après un premier tome vraiment réussi, haletant et plein de surprises (ma chronique ici) et un second tome un peu moins bon car porté par Shaun dont je trouvais le personnage moins intéressant et peu réfléchi (ma chronique ), j’avais hâte de voir comment l’auteur allait conclure tout cela. À noter qu’il risque d’y avoir des SPOILER dans ma chronique. Vous êtes prévenus.

Ce tome se situe juste après la fin du second tome qui a amené de nombreuses révélations. On repart donc avec nos héros en grand danger et qui se retrouvent au milieu d’une conspiration dont ils vont devoir se dépêtrer. En tout cas une chose est sûre, ce tome retrouve des points qui m’avaient vraiment accroché dans le premier tome avec une histoire enlevée au rythme effréné qui accroche le lecteur rapidement pour ne jamais vraiment le lâcher avec peu de temps morts. L’auteur sait jour habilement avec les rebondissements et retournements de situations pour toujours surprendre et ne jamais ennuyer. La narration alternée permet aussi de mieux apprécier ce livre que le précédent, évitant ainsi de toujours suivre Shaun qui, selon moi, manque clairement de charisme et dont sa seule logique est de vouloir frapper et insulter. J’ai tourné les pages avec envie tant l’auteur a réussie à insuffler quelque chose d’efficace dans ce récit et pourtant je ressors quand même un peu déçu de cette lecture vis-à-vis de mes attentes principalement sur le fond.

Déjà je reproche à l’auteur sa capacité à se répéter énormément, que ce soit sur le virus, les testeurs ou autres aspects comme cette pub pour coca j’ai bien dû voir les mêmes explications plus d’une cinquantaine de fois et, le plus ennuyeux, expliqué à chaque fois de la même façon voir avec les mêmes mots. Ce qui est dommage c’est qu’à côté de ses répétitions, qui remplissent inutilement des pages, l’auteur n’offre quasiment pas d’informations sur des sujets qui peuvent avoir son importance comme par exemple l’immunité de Shaun qui n’a quasiment aucune explication et qui, surtout, soulève de nombreuses questions dont le fait de comprendre pourquoi il est le seul à l’être dans le monde entier alors que l’ensemble laisse paraitre que d’autres devraient l’être. Ensuite, l’auteur possède parfois un sacré manque d’imagination, principalement pour faire avancer son intrigue. Elle donne l’impression que le seul moyen de faire avancer une histoire c’est d’aller forcer le CCPM, donc après l’avoir fait deux fois dans Deadline c’est reparti pour un tour. D’ailleurs je suis toujours aussi étonné de l’absence flagrant de système de sécurité, même pas une caméra rien du tout, on rentre chez eux comme dans un moulin.

Autre problème qui m’a dérangé c’est l’intrigue principal, déjà j’ai un peu de mal à comprendre comment on est passer d’une intrigue politique et de lutte de pouvoir dans le premier tome à une conspiration mondiale. Je trouve cela un peu gros et un plutôt mal amené à mon goût. J’ai eu légèrement l’impression de voir certains récits jeunesses ou deux héros adolescents font tomber la grande et vilaine conspiration pas gentille. Mais surtout le premier tome offrait quelque chose d’intelligent, ici on tombe dans le complot que j’appellerai pop-corn, celui où il vaut mieux parfois débrancher son cerveau et simplement se laisser porter par l’action et les rebondissements, comme une petite série B sans prétention.

Je prends comme exemple cette histoire de clonage, où le CCPM a décidé de cloner Georgia pour l’amener à Shaun et ainsi les forcer à dire leur vérité et non La vérité. Franchement. Dépenser des milliards simplement pour avoir une blogueuse? Il n’y avait vraiment que Georgia pour faire cela? Le monde entier n’écoute donc plus qu’elle et personne d’autre? Comment cela pourrait être possible vu que l’auteur ne présente jamais aucun retour de l’impact de leurs écrits dans le monde, l’histoire restant souvent en vase clos ne donnant aucune information sur l’état de la presse ou autre. C’est d’un simpliste. De plus ce clonage vient, selon moi, fortement diminuer l’impact émotionnel de la fin du premier tome et tout ce qui en découle, ce qui est dommage. Ajouter à cela une conclusion qui donne surtout l’impression que nos héros ne servent à pas grand-chose ici, et que si les services secrets avaient eus un cerveau on n’en serait pas là, voilà ce qui me fait dire que l’histoire ne recherche que l’aspect explosif plutôt que l’aspect réflexion, le tout avec bien entendu son président porté en héros, ce que j’ai eu du mal à accepter vu comment c’est présenté.

Concernant l’univers je reste un peu circonspect concernant ce tome. Comme les précédents il doit servir à démontrer comment une population, face à une catastrophe d’envergure, réagit et surtout se renferme sur elle-même par des lois de plus en plus liberticides. Mais ici l’auteur décide d’y ajouter quelques réflexions assez « fumeuses » du genre Internet dit toujours la vérité ou encore la science provoque plus de catastrophe qu’autre chose et qu’on vivrait mieux sans. Vouloir expliquer que la science peut, mal exploité, amener à des catastrophes ça peut être intéressant si c’est bien amené ; montrer que TOUS les scientifiques sont des psychopathes qui préfèrent faire du mal et faire souffrir les autres pour faire aboutir leurs recherches ou leurs idées là, j’accroche plus vraiment et mon côté scientifique se met à râler.

Ensuite un autre point m’a légèrement dérangé, mais depuis le temps qu’on le voit dans les livres ou le cinéma je m’y suis fait, c’est la capacité à voir les US comme le sauveur et le centre du monde. L’exemple de l’évolution de l’épidémie au début du récit est flagrant, l’influence de ce nouveau vecteur de virus s’arrêtant bien gentiment aux frontières comme si le reste n’existait pas. Je suis aussi un peu déçu que l’auteur aie oubliée que son récit était un récit de zombie, franchement la scène avec l’ours aurait pu être tellement fun, pourquoi ne pas l’avoir développé déjà qu’on voit très peu de scènes de zombies, je me suis senti frustré.

Concernant les personnages ils m’ont plus convaincu que le tome précédent, mais pas autant accroché que le premier. Shaun est toujours un crétin violent qui considère ses amis comme acquis et je n’accroche toujours pas à sa petite voix dans la tête qui se révèle, comme par enchantement, plus intelligente que lui et le sauve régulièrement. Becks tourne un peu à l’héroïne sous testostérone dont le seul impact se révèle dans l’action. J’ai bien accroché à Mahir et Maggie qui apporte un peu de subtilité et de sentiment dans cette intrigue. Par contre, un point qui m’étonne, c’est l’absence totale de réaction devant la relation amoureuse fracassante de deux héros qui n’a l’air de choquer ni de surprendre personne alors que l’effet recherché, sur le lecteur, est justement l’inverse et qui parait surtout improbable.

Une des grandes réussites de ce livre par contre vient de la plume de l’auteur qui se révèle certes simple, mais vraiment entrainante, prenante et haletante ce qui a fait que j’ai continué à tourner les pages, même si j’ai bien senti que l’histoire ne serait jamais au niveau de Feed cherchant plus l’effet complot frénétique alors que la réussite du premier tome était justement d’être un roman de zombie et d’offrir une critique sociale sur l’enferment d’un pays devant une catastrophe. Au final sur cette trilogie je vous conseille fortement de lire Feed, les deux autres tomes à vous de voir, mais selon moi ils paraissent dispensables.

En Résumé : De nouveau je ne ressors pas complètement convaincu par la lecture de ce livre. On est passé d’une intrigue politique prenante et réfléchie dans le premier tome à un complot mondial pop-corn dans les deux tomes suivants où le lecteur ferait bien de ne pas trop réfléchir pour ne pas se rendre compte de certaines grosses lacunes de l’intrigue. Ajouter à cela des répétitions à foison ainsi que le développement d’idées que je trouve caricaturales et fumeuses et vous comprenez pourquoi j’ai moins accroché à ce tome. Pourtant, l’ensemble n’est pas non plus totalement mauvais, on tourne les pages facilement, bien porté par un rythme haletant, de l’action et de nombreux rebondissements et retournements de situations efficaces. Le soucis c’est que l’auteur cherche à en faire toujours plus plutôt qu’une histoire simple de zombies avec des réflexions médicales affutées comme le Tome 1. Concernant les personnages je reste mitigé, je n’accroche plus vraiment à Shaun depuis le second tome et Becks m’a paru caricaturale, heureusement les autres se révèlent intéressants. La narration alternée, apporte un vrai plus par rapport au Tome 2. Concernant la plume de l’auteur elle se révèle simple et entrainante. Au final de cette trilogie je recommande Feed Tome 1, les deux autres me paraissant dispensables.

 

Ma Note : 6/10

 

Autres avis : Lune, …

Feed Tome 2, Deadline – Mira Grant

feed-2-deadlineRésumé : Shaun Mason part à la dérive. Il a tout perdu, et l’homme de terrain qui taquinait le mort-vivant au petit déjeuner n’a plus le goût de rien, si ce n’est celui de la vengeance. Lorsqu’une chercheuse rebelle du CCPM lui demande son aide, une horde de zombies affamés sur les talons, Shaun découvre, effaré, la véritable étendue du complot que sa soeur et lui avaient mis au jour. Les implications à l’échelle médicale autant qu’humaine dépassent tout ce qu’ils avaient imaginé. Le virus n’a jamais frappé au hasard et le temps presse : il lui faut
démasquer les responsables dans l’ombre avant qu’un second Jour des Morts balaie les survivants…

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Je dois bien dire que j’attendais beaucoup de ce livre car, après un premier tome qui se révélait vraiment efficace, plein de surprises, de rebondissements et qui offrait une histoire vraiment intelligente et soignée (ma chronique du tome 1 ici), j’avais hâte de savoir ce que pouvait nous proposer l’auteur pour cette suite. De plus étant plutôt un amoureux de la littérature de zombies j’allais encore moins manquer ce second tome, même si j’avais un léger doute suite à la fin du premier tome, principalement sur les personnages. La couverture reste dans la lignée du premier, plutôt sanglante et se révélant efficace. RISQUE DE SPOILER, ayant besoin de révéler des zone du tome un dans ma chronique pour parler de ce livre, mais aussi de parler de ce tome pour expliquer mon point de vue. Par contre, je pousse un petit coup de gueule contre l’éditeur car une relecture n’aurait pas été du superflu parfois.

Un an s’est écoulé depuis la fin du premier tome et on retrouve Shaun qui tente tant bien de survivre après la mort de sa soeur et pour cela il s’investit pleinement dans son blog d’information et son équipe, jusqu’au jour où une chercheuse du CCPM le rejoint avec des révélations. Alors, autant le dire tout de suite j’ai eu du mal à complètement accrocher à ce second tome, l’histoire ayant du mal à m’embarquer complètement. Pourtant, tout est là pour emporter le lecteur un complot médical, des révélations, énormément de rebondissements, de l’action et des surprises, mais voilà j’ai clairement eu l’impression que l’auteur avait du mal à mettre tout ça en forme, elle donnait l’impression de prendre trop son temps et de ne pas savoir où elle allait. Tout commençait bien avec un démarrage qui dépote et sans temps morts, avec de nouvelles révélations sur le virus, mais très vite l’auteur tombe dans une sorte de cycle répétitif qui clairement m’a ennuyé et repose sur le fait que, finalement, Shaun possède la finesse d’un rhinocéros. C’est simple dès le début on sait que le CCPM cache la vérité et va donc chercher à faire disparaitre Shaun et son équipe, comme toute personne intelligente il décide donc d’aller se présenter au CCPM pour chercher la vérité (oui oui vous avez bien lu, limite il aurait pu mettre un panneau sur sa tête avec « je suis le mec à abattre »), ça ne marche pas, il manque de mourir, il retourne donc se cacher puis il va obtenir de nouvelles informations qui vont faire qu’il décide de retourner au …… CCPM, logique quand tu nous tiens. Il m’a été aussi parfois difficile d’admettre que devant un tel rapport de force entre le CCPM et un groupe de blogueurs, les protagonistes puissent faire autant de choses si facilement.

Pourtant c’est bien dommage car, ce n’est pas non plus mauvais, l’auteur arrive toujours à maintenir une certaine tension et un rythme efficace pour tenter d’emporter le lecteur grâce à des retournements de situations efficaces, dont certains « retournent » le lecteur, mais voilà ils concernent soit des intrigues secondaires, soit des révélations par rapport à des évènements du premier tome. L’intrigue principale donne clairement l’impression de ne pas avancer et l’auteur se focalisant plus sur la fuite en avant pour la survie de Shaun et son équipe qu’elle en oublie tout l’aspect développement politique et la conspiration de Feed. On aurait pu croire que l’action aurait pris le dessus, mais même pas tant l’auteur tombe dans des développements et des explications qui sont parfois même un peu longue. Je reproche aussi à l’auteur certaines facilités comme par exemple ce qui concerne Maggie, cette fille de riches milliardaires qui possède les dernières technologies de pointe, aussi un débat sur l’éthique médicale assez louche, montrant presque que si tu obtiens des résultats tu peux tout te permettre du moment que tu ne joues pas avec l’homme (Chiens, Chats si vous n’avez rien à faire venez vous faire infecter pour la science) ou encore un débat sur le journalisme parfois clairement trop simpliste.

Heureusement, les cent dernières pages remontent clairement le niveau nous offrant enfin quelque chose d’haletant, sans temps morts et surtout bien construit qui a enfin fait que je me suis senti concerné par l’histoire et le devenir des personnages. L’auteur nous retourne sur cette dernière partie avec LE rebondissement efficace et elle vient clôturer son intrigue avec un Cliffangher qui force clairement à lire le troisième tome. C’est d’ailleurs peut être là que le bât blesse, car j’ai eu l’impression de tourner en rond pendant 400 pages et me retrouver avec 100 pages qui se révèlent être plus une première partie d’un tome qu’une conclusion. Franchement, je m’avance peut être, mais elle aurait mis ces 100 dernières pages au début du troisième tome et se limiter à écrire un diptyque je pense que ça aurait été suffisant. Concernant l’univers, comme le Tome un on n’est clairement pas dans un roman 100% de zombies, les zombies ne servant qu’à montrer les effets d’une catastrophe sur la population, leurs réactions face à cette crise, mais voilà je trouve que dans ce tome on ne voit que deux fois les zombies, au début et à la fin, ce qui est quand même un peu dommage. Donc si vous cherchez un livre où c’est rempli de zombies avec plein d’action passez votre chemin ce n’est pas ce que recherche l’auteur, elle cherche plus à nous offrir une conspiration.

Concernant les personnages je dois dire que je n’ai pas été complètement convaincu. Par rapport au premier tome on perd cette triangulaire équilibrée entre Shaun, Georgia et Buffy pour se retrouver qu’avec Shaun qui, clairement, ne m’a pas vraiment convaincu en tant que personnage principal et narrateur. Le problème vient principalement du fait que Shaun est violent, il le dit lui-même, il a déjà frappé ses collaborateurs et le plus souvent pour des broutilles que ce soit un problème informatique ou encore un argumentaire qui le contrariait. Il a tout le temps besoin de se défouler et le plus souvent sur un mur voir sur ses collègues et amis. Alors, on va me dire qu’il a souffert, je comprends bien, mais j’ai du mal à accepter cette mentalité du « je t’aime, mais je te frappe, ce n’est pas de ma faute c’est mon côté j’ai trop souffert j’évacue », de plus ça remet en cause toute la cohésion du groupe car j’ai clairement du mal à imaginer comment des collègues, avec un patron un minimum violent, puissent se sacrifier pour lui ou ne se sont pas encore barrés en courant. Autre point qui m’a dérangé, Shaun, suite au décès de sa soeur, l’a « recréer » dans sa tête, mais c’est parfois mal géré par l’auteur car ça rend parfois Shaun beaucoup plus intelligent et intuitif que ce qu’il paraissait être dans le premier tome grâce à sa sœur clairement imaginaire. Concernant les personnages qui gravitent autour de lui ils sont intéressants, bien construits, mais tombent parfois un peu dans la caricature.

La plume de l’auteur est toujours aussi simple, efficace et entrainante et c’est justement ça qui est dommage, car si elle n’avait clairement pas transformé ce second tome en introduction pour le troisième tome, ce livre aurait sûrement était une meilleure réussite. Par contre, je ne l’avais pas trop éprouvé dans le premier tome, mais je l’ai plus ressenti dans ce tome, c’est la capacité de l’auteur à se répéter énormément comme par exemple sur les aiguilles des testeurs, le café ou encore le coca. Je trouve aussi tout de même dommage que l’auteur ait un peu laisser tomber le côté développement politique du premier tome pour simplement se consacrer à cette enquête médicale qui d’ailleurs ne possède pas de réponse finale et finalement peu de développement dans ce tome et sert juste de lancement au troisième. Alors, j’ai quand même passé un moment sympathique avec ce livre, principalement grâce aux 100 dernières pages, mais voilà j’attendais peut être trop de ce second roman.

En Résumé : Je suis un peu déçu de ma lecture de ce second tome, la lecture s’est révélé moyenne, mais surtout s’est clairement révélé en dessous des attentes que j’avais concernant la suite de feed. La faute à une intrigue, certes entrainante et qui se lit facilement, mais qui donne l’impression de tourner en rond et qui abandonne clairement des aspects intéressants du premier tome comme l’aspect politique. De plus l’auteur s’offre quelques longueurs dans des explications et quelques simplicités qui m’ont un peu dérangé. Heureusement les 100 dernières pages relèvent clairement le niveau redevenant une histoire haletante et dont la fin appelle obligatoirement à lire la suite. Concernant les personnages j’avoue je n’ai pas accroché plus que cela à Shaun qui est un personnage violent et sans raison. Pour ce qui est des personnages secondaires ils sont intéressants même si parfois un peu caricaturaux. La plume de l’auteur est toujours aussi vivante et énergique même si l’auteur tombe facilement dans la répétition. Par contre, tout comme le premier tome, ce livre n’est pas un livre sur les zombies, les morts-vivants n’étant là que comme cause d’un changement dans le monde donc si vous cherchez des zombies il y en aura très peu. Malgré ma légère déception je lirai quand même la suite mais j’ai clairement eu l’impression que ce tome ne servait que d’introduction au troisième tome.

 

Ma Note : 6/10

Feed, Tome 1 – Mira Grant

feed

Résumé :2034. Il y a vingt ans, l’humanité a vaincu le cancer. Le rhume n’est plus qu’un mauvais souvenir. Mais elle a créé une chose terrible que personne n’a été capable d’arrêter. Une infection virale. Qui s’est propagée à une vitesse redoutable, le virus prenant le contrôle des cerveaux, avec une seule obsession : se nourrir.

Issus de cette génération sacrifiée, Georgia et Shaun Mason sont les maîtres de la blogosphère, devenue le seul média indépendant proclamant la vérité sur ce qui se passe derrière les barricades. Shaun, la tête brûlée, et Georgia, l’âme du duo, enquêtent sur l’affaire la plus importante de leur carrière : la sinistre conspiration qui se cache derrière les infectés. Et ils sont bien décidés à faire éclater la vérité, même s’ils doivent y laisser la vie.

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Comme vous devez le savoir si vous suivez un minimum mon blog je suis un accro de la littérature de zombies nous offrant, soit des histoires vraiment divertissantes, soit des histoires intelligentes, et parfois même un mélange des deux. Vous vous doutez donc bien que Feed allait être un livre qui allait fortement m’intéresser et donc quand j’ai vu que Livraddict proposait un partenariat avec Bragelonne pour découvrir ce livre j’ai donc décidé de tenter ma chance et j’ai eu la chance d’être sélectionné. Je remercie donc Livraddict et les éditions Bragelonne pour m’avoir permis de lire ce livre. En tout cas je trouve la couverture vraiment intéressante.

Dans ce roman point d’apocalypse live ou de fuite pour survivre, les zombies existent depuis près de 20 ans, les habitants doivent vivre avec, mais la vie a repris son cours, comme elle peut. La preuve une nouvelle élection présidentielle va démarrer aux USA et, grande nouveauté, elle va être suivie par un groupe de blogueur; Shaun, Georgia et Buffy. L’histoire de ce livre a décidé de ne pas complètement se baser sur les zombies, mais plus sur l’humanité qui a survécu tout en nous offrant une intrigue politique intéressante à travers cette élection présidentielle vraiment prenante, intelligente et soignée. Le but de l’auteur n’est pas de toujours rechercher les sensations fortes, même s’il y en a, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, mais c’est de faire réfléchir le lecteur sur plusieurs aspects comme principalement la presse ou encore la politique. En effet à travers une plume acerbe et critique l’auteur offre une critique sans concession et très réaliste de la politique ou encore de la presse actuelle qui ne cherche pas toujours la vérité, mais parfois le coup d’éclat, mais l’auteur n’oublie pas qu’elle écrit un livre sur les zombies offrant donc aussi par moment la part belle à l’action et la survie.

Le parti pris de l’auteur de mettre en avant les blogs est intéressant même si l’amalgame tombe parfois un peu trop sur le côté Blog = vérité et presse = Consensualité/mensonge, mais rien de dérangeant. Le début prend légèrement son temps permettant à l’auteur d’expliquer son univers, ses causes et ses conséquences ce qui n’empêche pas au texte de posséder son rythme, on a vraiment du mal à lâcher le livre tant il se révèle prenant, efficace, intelligent et jouant facilement sur les surprises, les trahisons et les rebondissements. Le roman offre de façon vraiment efficace un mélange de suspens, d’explications, d’action et de réflexions, qui fait qu’on ne tombe jamais vraiment dans l’ennui ou dans des longueurs qui pourraient saccader la lecture. Une intrigue où les zombies servent surtout à faire réfléchir le lecteur sur l’information, le cocon qu’on imagine protecteur du monde où l’on vit et surtout sur cette vérité difficile à obtenir. Finalement le seul petit point négatif est finalement l’intrigue, ce complot, qui se révèle sans surprises, mais ce n’est pas dérangeant tant l’histoire est menée efficacement, tambour battant et que le lecteur est pris dans l’histoire. La conclusion se révèle être un véritable florilège d’évènement et de surprises, et ceux malgré que j’avais deviné les grandes lignes, qu’on a vraiment du mal à lâcher les cent dernières pages.

L’univers mis en place par l’auteur est vraiment efficace et repose sur un background qui se révèle très travaillé et détaillé, on sent que l’auteur n’a pas ménagé ses recherches pour écrire son livre. A noter l’idée intéressante de l’auteur qui a décidé d’expliquer les zombies par un virus, une combinaison de sérums qui ont créé une maladie faisant renaitre les morts, ce qui rend les zombies encore plus effrayants car il ne suffit plus d’être mordu pour se transformer, se retrouver en présence de fluide contaminé peut suffire à la transformation ou manger de la viande rouge crée aussi un risque; j’ai trouvé cette idée vraiment originale. De plus l’auteur nous plonge aussi dans une campagne politique américaine qui se révèle vraiment intéressante, dévoilant tous les aspects liés aux élections. Ne vous inquiétez pas, pas besoin d’être américain pour comprendre, mise à part une ou deux notions propres aux USA et facilement explicites pour être comprises (comme le super Thuesday) tout est facilement compréhensible. L’univers est aussi vraiment intéressant justement sur cet « après les zombies », la façon dont les gens gèrent ce changement, leurs habitudes, mais aussi le mélange générationnel entre ceux qui ont connu la vie sans les zombies et ceux qui sont nés après. La technologie se révèle aussi présente et efficace, bien intégré dans le récit et l’histoire sans jamais détonner avec le reste malgré peut être une ou deux légère facilité.

Les personnages sont vraiment intéressants à découvrir et surtout vont se révéler vraiment complémentaires, que ce soit Georgia qui est la tête pensante, le côté réfléchi du groupe, celle qui
cherche la vérité ou encore Shaun qui est un peu l’intrépide du groupe, celui qui recherche le frisson, la lutte avec les zombies ou encore Buffy dont son pseudo prouve son amour pour les séries télé qui est la technicienne du groupe, la pro en informatique et celle qui apporte un peu de poésie. On s’attache assez rapidement aux personnages, même si je l’avoue parfois, ils agacent dans cet insistante envie de découvrir la vérité, froidement, sans émotions alors que des gens meurent, mais rien de bien dérangeant. L’auteur n’y va pas de main morte avec ses personnages ils vont se retrouver chahuter, bousculer et vont souffrir, mais ils vont aussi profiter de moment de bonheurs, de joies, des personnages loin des stéréotypes et de tout manichéismes, possédant leurs moments de charmes et leurs moments d’agacements. Par contre, j’ai eu un peu de mal avec le sénateur, un peu trop lisse, trop blanc, trop parfait ce qui est, pour moi, incongru quand on parle de politique et avec le côté technique de Buffy qui est finalement la hacker de génie qui peut tout faire, mais rien de vraiment dérangeant au final.

Le plume de l’auteur est simple, mais se révèle vraiment efficace que ce soit par son intrigue prenante et intelligente ou bien encore par sa possibilité de mettre en place tout au long du récit une ambiance anxiogène alors qu’on ne voit finalement pas tant de zombies que cela. Elle y arrive grâce à son univers, le développement d’un monde qui s’est replié sur lui-même limitant tous les contacts et ne gardant finalement que le contact informatique, froid et distant. On ressent la peur de tous ces gens de se retrouver peut être avec un contaminé. Au final un premier tome réussi et efficace malgré quelques petits points dérangeant comme parfois des personnages trop froids ou une intrigue un peu trop facilement devinable, mais le tout est tellement bien mené qu’on se laisse porter et je lirai la suite avec grand plaisir, même si je me demande ce que l’auteur va bien pouvoir nous proposer dans les prochains tomes et surtout quel équilibre elle va trouver dans son récit et sur les personnages.

En résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman sur les zombies qui offre une intrigue, basée sur la politique et les complots, qui se révèle vraiment efficace, prenante et intelligente malgré un côté peut être un peu trop facilement devinable, mais l’auteur rend son texte tellement puissant et prenant qu’on a du mal à le lâcher. L’univers mis en place par l’auteur est vraiment solide et intéressant à découvrir et surtout l’auteur arrive vraiment à faire transpirer cette peur des zombies sans non plus entrer dans la surenchère de zombies. Les personnages sont vraiment denses et soignés et se complètent parfaitement. Ils sont attachants malgré peut être un ou deux qui m’ont paru un peu « trop » dans leurs domaines, mais bon rien de gênant. La plume de l’auteur se révèle simple et pourtant tellement efficace et passionnante, nous plongeant avec facilité dans son univers, son histoire et nous faisant frémir avec plaisir; le tout pour aboutir à une conclusion vraiment coup de poing qui touche le lecteur. J’ai maintenant hâte de pouvoir lire la suite.

 

Ma note : 8,5/10

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre