Étiquette : olivier peru

Martyrs, Livre 2 – Oliver Peru

martyrs livre 2Résumé : Irmine et Helbrand, deux frères assassins descendant d’un ancien peuple guerrier, vivent dans les ombres de la plus grande cité du royaume de Palerkan. Alors qu’ils se croient à l’abri des persécutions dont ont souffert leurs ancêtres, leur passé sanglant les rattrape, sous les traits d’un borgne qui semble nourrir pour eux de sombres projets. Et tandis que la guerre menace d’embraser le monde, que les puissants tissent de noires alliances, ils vont devoir choisir un camp. Leur martyre ne fait que commencer…

Edition : J’ai Lu

 

Mon Avis : Il y a un peu plus d’un an sortait le premier tome de cette trilogie sur lequel je me suis, j’avoue, rapidement jeté. Il faut dire que je n’avais jamais été déçu par un roman de l’auteur et, ce premier livre de Martyrs, confirmait tout le bien que je pensais, offrant une histoire sombre, pleine d’action et d’aventures avec des personnages soignés, dans un univers que je trouvais original et intéressant (ma chronique ici). Un premier livre plein de révélations et de surprises dont j’attendais la suite avec une grande impatience. C’est donc sans surprise que, dès le jour de sa sortie, il ait fini dans ma PAL. À noter que les éditions J’ai Lu propose de nouveau une très belle édition avec rabats, cartes en couleur, illustration intérieurs et une couverture que je trouve très réussi même si, je ne sais pas trop, elle me rappelle Druide, son premier roman.

Une fois la dernière page tournée je dois bien avouer que j’ai de nouveau été emporté par ce second tome et que j’ai hâte de lire la suite, même si, c’est vrai, je l’ai quand même trouvé légèrement en dessous du précédent. Suite au cliffangher de la fin du premier tome je me demandais comment l’auteur allait continuer les différentes lignes d’intrigues qu’il a mis en place et je trouve au final qu’il s’en sort très bien, nous offrant un second tome admirablement bien rythmé, sans temps morts, alternant les personnages pour offrir une fresque assez passionnante et entrainante des différentes luttes qui se mettent en place dans ce royaume. On sent bien qu’il maîtrise l’ensemble et possède un sens du rebondissement et du retournement de situation efficace tant on tourne les pages avec envie d’en apprendre plus. Après un premier volume assez explosif et rempli de coups de théâtres percutants, ce second livre se révèle plus de transition; les trahisons sont tombés et on rentre maintenant dans diverses machinations et manipulations, soit pour revenir sur le devant de la scène soit pour asseoir une nouvelle position. Rien n’est acquis et tout peut basculer ce qui ajoute une certaine tension qui s’accentue au fil des pages où le lecteur se demande bien qui va s’en sortir et qui va tomber.

L’intrigue va se révéler aussi plus vaste que celle du premier tome, en effet on alterne entre le temps présent et aussi dans ce qui se passe près d’un siècle avant. Cela permet clairement de diversifier l’ensemble et d’offrir deux mondes complètement différents, un complètement dominé sous le joug du pouvoir et l’autre, dans le passé, rempli de petits territoires qui se font régulièrement des guerres. On évite aussi ainsi de trop trainer au même endroit, variant ainsi les lieux et les combats. Énormément de révélations apparaissent dans ce tome, entre manipulateurs et manipulés, chacun commence à dévoiler son jeu, les intrigues se relient les unes aux autres pour aboutir à une conclusion, certes moins explosive et pleine de cliffangher que le volume précédent, mais quand même terriblement efficace, montrant que tous les pions sont enfin en place ; la dernière partie peut enfin se lancer dans le troisième tome que j’ai maintenant hâte de découvrir. Ce tome se révèle aussi assez sombre, le premier l’était déjà pas mal, mais ici le mot Martyrs prend encore un peu plus de son sens et peu de personnages se sortent clairement indemnes de ce qui arrive, je pense principalement à Karmalys ou à l’intendant. Mais pourtant l’auteur à beau essayer, j’ai toujours cette impression qu’il a peur de dépasser une certaine limite, il cherche toujours à offrir une lumière que ce soit aux personnages comme à certains passages, restant aux limites de ce que peut proposer d’autres comme Martin ou Abercrombie sans jamais non plus les atteindre. C’est parfois dommage, car à force de trop chercher d’honneur dans des personnages les nuances s’estompent un peu et on a parfois du mal à totalement y croire.

Concernant l’univers qui se développe au fil des pages, il a certes perdu de son aspect nouveauté, mais reste toujours aussi solide, efficace, entrainant et intéressant à découvrir. Le fait de varier les époques permet aussi de développer plus en profondeur certaines régions et certaines castes comme ces Arseker, de travailler sur des cultures et des sociétés qui sont différentes. Ce livre nous offre aussi énormément de révélations sur pas mal de points qui étaient nébuleux dans le premier tome, comme par exemple les fantômes, sur cette religion qu’est l’Écriture, ou bien encore sur ce fameux Roi Silence. Il apporte aussi de nouveaux aspects efficaces que je vous laisse découvrir pour ne pas spoiler.

Concernant les personnages ils se révèlent toujours aussi soignés, complexes et riches. J’avais un peu peur que, devant la multiplication des protagonistes, l’auteur s’y perd un peu et développe moins certains d’entre eux, mais ce n’est pas le cas. Chaque héros possède son propre caractère, sa propre vision, ses propres envie et besoins ce qui offre ainsi une palette de personnage assez large et dense. Les femmes sont clairement misent en avant dans ce tome avec par exemple Arkinessa la Main Douce qui a un rôle de plus en plus important et qui offre une vision du pouvoir complètement différente de celle de son frère, mais qui va se rendre compte de la difficulté de le tenir et des manigances qui peuvent se tramer, ou bien encore Kassis dont j’avais peur de son côté adolescente crédule dans le tome un, mais les évènements l’ont clairement obligé à évoluer, à grandir et à prendre de l’assurance pour survivre et avancer, ou bien aussi Allena qui prend de plus en plus d’ampleur et se révèle une pièce maîtresse dans l’intrigue. On retrouve donc des personnages féminins réussis, efficaces, loin du « lampadaire » qui attend que les choses se passent, et qui prennent leurs destins en main.

Concernant les frères Hellbrand la fin du premier livre à changer énormément de choses ils doivent donc s’adapter et se retrouver, alors parfois certains aspects sur l’évolution de leurs relations sont un peu trop faciles et certaines révélations jouent un peu trop sur le twist, mais ils se révèlent toujours aussi attachants. Je reproche par contre certains chapitre avec des personnages « jetables », je m’explique, je parle de ces chapitres où on nous présente un personnage qu’on ne retrouve pas par la suite, ou très peu, et qui servent surtout à amener un indice. Pourquoi construire un personnage sur un chapitre entier pour si peu ?

Alors oui, c’est vrai, j’ai trouvé tout de même ce tome légèrement en dessous du précédant, il reste clairement réussi, mais certains aspects font que parfois je me suis senti légèrement frustré. Comme par exemple certains aspects de sous-intrigues qui sont, selon moi, traités un peu trop facilement voir même trop rapidement, je pense par exemple aux différents passages entre le roi Karmalys et le chef des Lirander Cavall. On notera aussi le personnage de Dorian, sombre, violent qui remplit parfaitement son rôle. Par contre j’ai trouvés que certains passages, eux, traînaient un peu en longueur, comme par exemple ces fameux chapitres 0 qui auraient, je pense, mérité d’être raccourcis pour certains. Enfin  il en fait aussi parfois un peu trop dans la construction de ces personnages, se sentant obligé après chaque action de nous expliquer les sentiments qui les habitent ou encore de leur trouver une explication, c’est parfois frustrant, le lecteur pouvant se faire ses propres conclusion, même si rien de non plus gênant.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi soignée, percutante et entrainante plongeant le lecteur avec facilité de nouveau dans son univers pour notre plus grand plaisir. Certes parfois il use un peu trop de répétitions, comme sur ces fameux yeux d’or, mais cela ne gêne en rien la fluidité du récit. Par contre d’un point de vue de l’édition, un glossaire des personnages aurait peut-être apporté un plus, car parfois j’ai mis une ou deux pages à remettre certains héros secondaires. En tout cas un second tome que je trouve réussi, qui m’a fait passer un très bon moment de lecture, même si légèrement en dessous que le premier, et j’attends maintenant avec impatience le troisième et dernier tome de ce cycle.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce second tome du cycle de Martyrs qui nous propose une histoire entrainante, bien rythmée et efficace, moins explosive sur les révélations, mais mieux géré sur la durée niveau tension. Les intrigues se mettent doucement en place, les rebondissements sont maîtrisés et l’écheveau de manipulations commence à se révéler. L’univers développé au fil des pages a certes perdu de son aspect nouveauté, il se révèle tout de même toujours aussi solide, efficace et entrainant et des explications sont faites comme par exemple sur la religion de l’Ecriture, les Arsekers ou encore le Roi Silence. Les personnages sont toujours aussi complexes, riches et attachants et surtout l’auteur ne laisse pas de côté les personnages féminins qui ont une grande importance dans ce tome. Pourtant j’ai trouvé ce tome légèrement moins bon que le premier, pas grand-chose, mais voilà j’ai trouvé que certains aspects étaient traités trop rapidement tandis que certains passages, principalement dans les chapitres 0 traînaient un peu en longueur. De plus je trouvais que parfois il en faisait un peu trop, explicitant trop certaines choses, mais là rien de bien gênant. La plume de l’auteur est toujours aussi fluide, entrainante et efficace malgré quelques petites répétitions. En tout cas un second tome réussi, j’ai hâte de lire la suite maintenant.

 

Ma Note : 8/10

Les Haut-Conteurs Tome 5, La Mort Noire – Olivier Peru & Patrick McSpare

les hauts conteurs 5 la mort noireRésumé : Rome, automne 1193. Humbles ou puissants, les gens meurent par milliers, foudroyés par la Mort Noire. De sinistres semeurs de peste y veillent, hantant les rues et les collines de la ville.
Les Haut-Conteurs semblent être les seuls à pouvoir arrêter ces créatures. Mais, accusés de sorcellerie, pourchassés par la foule qui les adulait hier encore, ils deviennent les jouets d’un ennemi fait d’ombres et de secrets.
Alors que le temps joue contre eux et le monde entier, Roland, Mathilde, Salim et Corwyn voient se réaliser les pires prophéties du Livre des Peurs. Ainsi, l’heure est venue de tout comprendre, comme Roland le pressentait, lui, l’enfant maudit piégé dans un combat inégal contre son destin. Pourtant, il n’abandonne pas et se battra jusqu’au bout de son ultime aventure.
Car nul mieux qu’un Haut Conteurs ne sait quand une histoire doit trouver sa fin…

Edition : Scrinéo Jeunesse

 

Mon Avis : Enfin, je me lance dans le dernier tome du cycle les Haut-Conteurs, une série qui, sur les quatre premiers tomes, avait plus ou moins réussi, selon les volumes, à me captiver proposant une fantasy, certes classique, mais efficace avec son lot de mystères et de rebondissements dans un univers solide et avec des personnages intéressants (Chronique Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4). C’est donc avec grand plaisir que je me suis lancé dans ce tome qui vient conclure l’histoire et apporter ainsi toutes les révélations. À noter l’illustration de couverture, plus sombre, qui est vraiment réussie et colle parfaitement à l’histoire.

Car oui ce récit est vraiment le plus sombre et le plus funeste de toute la série, il va pousser nos héros dans leurs tous derniers retranchements et les forcer à faire des choix qui ne se révéleront pas toujours facile. La caste des Haut-Conteurs va aussi être mise à mal dans son ensemble, elle va se retrouver désavouée et traquée devant les différents traquenards et manipulations qui sont misent en place par leurs ennemis. Un tome où la mort plane à chaque instant. L’histoire prend très rapidement son envol, ne laissant que peu de repos aux héros après un quatrième tome déjà éprouvant, et va se révéler haletant au fil des pages entre révélations, aussi bien sur le Livre des Peurs que sur nos héros, trahisons et action. Le lecteur tourne facilement les pages avec envie d’en apprendre plus. Les auteurs nous offrent des rebondissements et de retournements de situations qui se révèlent maîtrisés et efficaces même si, livre plutôt jeunesse oblige, le tout est quelquefois amené de façon un peu simple et sans surprise. Rien de dérangeant non plus.

L’intrigue est vraiment dense, ce qui est autant un aspect positif que négatif. Positif car, comme je l’ai dit le tout possède de bonnes idées et se révèle sans temps morts devant les surprises et révélations, mais voilà l’ensemble va justement trop vite. Il y a énormément d’aspects qui sont développés dans ce cinquième tome, mais à chaque fois le tout est résolu beaucoup trop rapidement. À chaque trahison et péripétie mise en place elle se termine le chapitre d’après ce qui est légèrement frustrant. Surtout que les auteurs tournent un peu trop en rond et c’est souvent une pirouette scénaristique un peu facile qui offre la vérité où la libération à nos héros ; heureusement que Asa est là vu le nombre de fois où par magie elle vient aider nos héros. Pour moi ce tome aurait mérité d’être plus long, voir d’être traité sur peut-être plus de tomes tant les auteurs ont des choses à raconter mais s’oblige à traiter l’ensemble dans un espace limité. Cela n’empêche pas ce tome de se révéler intéressant, loin s’en faut, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.

Cette fois après avoir visité Londres, Paris, la Forêt Noire et la Norvège nos héros vont se retrouver à Rome, ville hautement symbolique d’un point de vue du pouvoir, mais aussi des religions. Concernant l’univers les auteurs développent ici encore plus l’aspect divinité déjà développé dans le quatrième tome et dévoile aussi, enfin, la vérité sur Le Livre des Peurs qui se révèle intéressante et importante. L’aspect historique se révèle toujours aussi intéressant, même si modifié pour l’histoire, avec toujours les apparitions de personnages connus historiquement. La magie est toujours présente et prend un peu plus d’ampleur avec aussi la mise en avant, légère, des divinités celtiques irlandaise. Un univers qui se révèle dont toujours aussi solide, efficace et qui offre un cadre intéressant et sombre à l’histoire même si parfois quelques explications supplémentaires auraient été intéressantes.

Concernant les personnages ils vont devoir affronter de grands défis et devoir évoluer en fonction des épreuves qu’ils vont rencontrer, que ce soit aussi bien dans leurs actes que dans leurs émotions. Car oui nos héros vont aller de désillusions en déceptions et vont devoir tout faire pour tenter de s’en sortir ce qui accroche vraiment le lecteur. On les retrouve dans ce tome aussi plus dans l’action que dans le développement psychologique, même si certains passages dévoilent le passé de certains ce qui offre un regard nouveau sur eux. Dans l’ensemble ils se révèlent toujours efficaces, attachants et entrainants et donnent envie de suivre leurs aventures, leurs péripéties.

Pourtant j’avoue certains passages concernat certains protagonistes m’ont légèrement énervé, je pense par exemple à Roland, devenu au début du tome adulte et Haut-Conteur à part entière, et qui pourtant manque souvent de jugeote. Ajouter à cela ses jugements de valeurs et d’honneur qu’il assène régulièrement, du genre les gens qui restent en arrière pour faire des recherches pour tenter de faire tomber l’ennemie sont des lâches ou encore sur tel personnage qui est obligé de jouer double voir triple jeu dans les manipulations de la cour est un homme sans honneur, m’ont vraiment agacés surtout venant d’un personnage qui, il faut le rappeler, a obtenu sa cape de conteur sur un énorme mensonge dans le premier tome. Dommage aussi que Lothar reste un peu une caricature de méchant il avait un sacré potentiel que, je trouve, il n’a jamais réussi a vraiment développé dans ce cycle. Bon après je chipote un peu, car dans l’ensemble les personnages m’ont intrigué et m’ont donné envie de lire la suite au fil des pages.

La plume des auteurs est toujours aussi vive, entrainante et captivante même si, c’est vrai, quelques longueurs apparaissent ici ou là dans ce tome. La conclusion, tant attendue, se révèle plutôt réussie évitant de tomber dans le côté « happy-end » et offrant ainsi son lot de surprises, de souffrances et de rebondissements. Je suis juste un peu frustré devant cet épilogue qui aurait peut-être mérité un peu plus de développement, mais bon rien de bien gênant. En tout cas une fois la dernière page tournée une certaine nostalgie s’installe en sachant qu’on ne suivra plus ses héros, alors que de nombreuses histoires auraient pu être encore racontées. Au final voilà un cycle qui, sans révolutionner le genre et reprenant de façon efficace les classiques de la fantasy, m’a offert un agréable moment de lecture et s’est révélé offrir une histoire solide et divertissante ce qui est déjà bien.

En Résumé : J’ai passé un agréable moment de lecture avec ce cinquième et dernier tome du cycle des Haut-Conteurs qui vient enfin apporter les réponses aux questions. L’histoire se révèle vraiment haletante, sans temps mort et va mettre à mal l’ordre des conteurs forçant nos héros à devoir faire des choix compliqués. L’intrigue se révèle dense, ce qui se révèle a double tranchant, offrant de bonnes idées et des complots intéressants, mais manquant de développements, limité par le nombre de pages de ce tome. Peut-être que la développer sur le plus long terme aurait permis d’y gagner en intérêt. L’univers continu à se développer de façon efficace et les personnages se révèlent toujours aussi solide et intéressants même si je les ai trouvés un peu plus manichéens que d’habitude, principalement Roland et sa notion d’honneur. La plume des auteurs est toujours aussi vive et captivante offrant une conclusion qui évite le happy-end, même si elle aurait pu être plus développée. Alors certes, il y a quelques longueurs et l’aspect jeunesse amène certains aspects traités un peu trop simplement, mais dans l’ensemble ce cinquième tome, ainsi que cette série, m’a offert une lecture divertissante, entrainante et efficace ce qui est le principal.

 

Ma Note : 7/10

 

Autre avis : Mariejuliet, Phooka, Nymeria, Imagin, Lou lit la, …

Les Haut-Conteurs Tome 4, Treize Damnés – Olivier Peru & Patrick McSpare

les haut conteurs treize damnesRésumé : Perdu dans un pays de glace, Roland est prisonnier de sorcières. Indomptable, il tente de percer le mystère de ses bourreaux sans perdre l’esprit, mais la folie est inlassable. Elle le dévore peu à peu, et même un Cœur de Lion ne saurait lui résister. Pourtant, les réponses aux questions qu’il s’est toujours posées sont à portée de voix… Car ses geôlières semblent tout connaître du Livre des Peurs.

À Rome, Alexandrie, Bruxelles, les Haut-Conteurs cherchent Roland et Mathilde la Patiente. Tous deux se sont évaporés après leur aventure sur les terres maudites de Ravengen. La jeune Éléna, le truculent Bouche-Goulue, Salim l’Insondable et Corwyn le Flamboyant collectent des indices et progressent vers le nord de l’Europe, sur la piste des Treize damnés et des origines du Livre.

Roland et ses amis sont-ils prêts à découvrir ce que nul Conteur avant eux n’avait seulement osé imaginer ? Dans la vaste cité souterraine peuplée de spectres, l’Immortel attend son heure.

Edition : Scrinéo Jeunesse

 

Mon Avis : Après trois premiers tomes, plus ou moins réussis et passionnants, qui nous plongeait dans la vie de Roland le Haut-Conteur au Moyen-Age, entouré de mystères et d’être mystiques (Chronique du Tome 1, Tome 2, Tome 3), je me suis lancé avec plaisir dans la lecture de ce quatrième et avant dernier tome de la série pour voir quelles péripéties nos héros allaient vivre, surtout que le tome 3 finissait sur un cliffangher intéressant. On remarque que la couverture se révèle d’ailleurs plus mystérieuse même si je trouve dommage qu’elle nous révèle certains des futurs ennemis.

Après un troisième tome qui se révélait plus sombre et plus mature, les auteurs continuent, avec ce volume, sur cette lignée. En effet dans ce roman on se retrouve deux ans après et certains de nos héros se retrouvent prisonniers. Des péripéties qui vont vraiment marquer les personnages, les transformer tout au long du récit de façon parfois sombre et aussi parfois dure. On est directement plongé dans le récit tant on va se passionner dans cette histoire où les personnages vont tout faire pour survivre et s’enfuir. L’intrigue se révèle sans temps morts, pleines de surprises et de rebondissements malgré toujours, par moment, une certaine simplicité dans certaines actions ou péripéties et une certaine linéarité. Rien de bien gênant non plus. Ce quatrième tome va aussi nous en apprendre plus sur les Haut-Conteurs, les Noirs-Parleurs, mais aussi sur le livre des Peurs qui est au centre de toute l’histoire de Roland.

L’aspect aussi intéressant de ce récit est d’avoir une narration éclatée, vu que les protagonistes se retrouvent séparés, ça permet vraiment de se concentrer sur chaque personnage, de mieux les connaitre et de voir leurs réactions face à ce qu’ils vivent. Mais voilà même si j’ai été happé par ce roman et par ses révélations sur le fil rouge, certains points m’ont tout de même déranger. Je sais que c’est un roman jeunesse, je sais donc qu’il y a clairement un manichéisme et les camps sont clairement définis, là-dessus pas de soucis, mais dans ce roman on parle de deux ans de torture et de disparition, hors nos héros sont à peine impactés, juste un peu faible. Aucune conséquence physique ni même psychologique, excepté une certaine faiblesse. Nos héros sont tellement en forme qu’ils peuvent se battre face à une armée de zombies. J’avoue j’ai eu un peu de mal à y croire. Ce qui n’empêche pas au roman de se révéler toujours aussi plaisant, plein d’aventures et sans temps morts.

L’univers développé par les auteurs continue à se développer au fil des pages et se révèle toujours aussi solide et efficace, envoyant cette fois nos héros dans le grand nord, dans une montagne hurlante qui devrait en faire frissonner plus d’un. Le travail sur la cité, les sorcières et leur culte est vraiment intéressant et au fil de la lecture on en apprend vraiment plus sur tout ce qui gravite autour de ce Livre des Peurs et son utilité. L’univers continue à devenir plus sombre dans ce tome, confrontant nos héros à des êtres vraiment inquiétants, entre sorcières immortelles et zombies. Un univers intéressant qui colle bien à l’histoire.

Les personnages développés dans ce récit continuent à gagner en complexité et en intérêt au fil des pages, principalement en ce qui concerne Roland et Mathilde. On va même découvrir Lothar. Roland devient clairement de plus en plus « adulte » au fil des tomes et ce tome va vraiment l’aider à grandir, principalement à travers les épreuves qu’il va subir et qui vont l’amener  à changer. Le lien entre Mathilde et Roland va aussi évoluer, d’une certaine façon, il va se retrouver mis en difficulté. On découvre aussi Lothar, qui est intéressant, mais tombe parfois un peu trop dans la caricature du vilain. Concernant les personnages secondaires l’Immortel m’a vraiment intéressé. Les autres membres des Hauts-Conteurs et des Noirs-Parleurs, j’avoue, n’apportent pas obligatoirement grand-chose à l’histoire ils servent juste à la conclusion.

La plume des auteurs se révèle toujours aussi efficace, vive et entrainante, nous plongeant directement, dès le premier chapitre, dans cette histoire. Un récit vraiment plaisant sans temps morts et plein d’aventure, même si certains passages m’ont paru un peu trainer en longueur, mais rien de bien grave. La conclusion se révèle vraiment explosive avec son lot de combats et d’action. Je reproche juste qu’on a l’impression, une fois la dernière page tournée, que ces deux années de malheur ont été oubliées en un claquement de doigts pour nos héros. En tout cas je lirai le cinquième et dernier tome avec plaisir.

En Résumé : J’ai passé un agréable moment avec ce roman, l’histoire se révèle toujours aussi vive, sans temps morts au démarrage vraiment rapide et prenant. Un récit qui se révèle aussi plus sombre, plus mature. Un tome charnière à travers ses révélations sur le livre de la peur ainsi que sur les Haut-Conteurs et les Noirs-Parleurs. L’univers se révèle toujours aussi solide et intéressant. Les personnages principaux continuent à se développer, par contre concernant les personnages secondaires, ceux qui cherchent à retrouver nos disparus, ils m’ont paru ne pas apporter énormément à l’histoire. L’écriture se révèle toujours aussi vive, efficace et entrainante, malgré parfois quelques longueurs. Mais voilà, je sais qu’il s’agit d’un livre jeunesse j’accepte donc sans soucis l’aspect manichéen, mais voilà ce tome va faire vivre à ns héros énormément des souffrances qui, je trouve, sont trop rapidement et facilement assimilés. C’est dommage. Je lirai tout de même le dernier tome sans soucis et avec plaisir pour connaitre la conclusion.

 

Ma Note : 7/10

Martyrs, Livre 1 – Oliver Peru

martyrs-livre-1Résumé : Irmine et Helbrand, deux frères assassins descendant d’un ancien peuple guerrier, vivent dans les ombres de la plus grande cité du royaume de Palerkan. Alors qu’ils se croient à l’abri des persécutions dont ont souffert leurs ancêtres, leur passé sanglant les rattrape, sous les traits d’un borgne qui semble nourrir pour eux de sombres projets. Et tandis que la guerre menace d’embraser le monde, que les puissants tissent de noires alliances, ils vont devoir choisir un camp. Leur martyre ne fait que commencer…

Edition : J’ai Lu

 

Mon Avis : J’ai découvert Oliver Peru il y a quelques années avec son premier roman adulte, Druide, qui avait fait le buzz lors de sa sortie; buzz que je trouvais largement mérité tant ce livre se révélait être passionnant, sombre et sans temps morts (ma chronique ici). Je suis aussi en train de lire la série Les Hauts Conteurs que l’auteur écrit en association avec Patrick McSpare que je trouve vraiment agréable malgré son côté classique et parfois trop jeunesse. Alors, quand j’ai vu le nouveau roman de l’auteur je n’ai pas attendu longtemps avant de la faire rentrer dans ma PAL et de le lire tout aussi rapidement. D’ailleurs je trouve la couverture, illustrée par Oliver Peru lui-même, vraiment magnifique. A noter aussi la très belle édition proposée par J’ai Lu avec carte couleur côté couverture intérieure et pas mal de dessins de l’auteur qui viennent égayer les différents chapitres.

Encore une fois l’auteur va nous offrir une histoire vraiment efficace, passionnante, à l’intrigue qui se révèle très rapidement dense, complexe et pleine de surprises. Certes l’intrigue pourrait paraître classique aux premiers abords, avec un pays au bord de la guerre et son lot de personnages qui va influencer les évènements, mais voilà l’auteur arrive à insuffler un véritable souffle à son histoire qui fait qu’on est véritablement emporté par le récit. Surtout l’auteur sait s’amuser avec les codes de la Fantasy Epique, jouant avec les rebondissements, les retournements de situation et surtout apportant sa propre vision, sa propre originalité, apportant aussi retournements de situations, les mystères et les surprises offrant ainsi un rythme soutenu et entrainant à ce roman. On tourne chaque page de ce livre pour en savoir plus tant l’auteur joue avec le lecteur, apportant des réponses au compte goutte et où chaque réponse apporte son lot de nouvelles questions. J’ai vraiment été captivé par cette histoire entrainante, mais qui se révèle aussi sombre, sanglante, adulte et qui ne ménagera pas le lecteur. D’ailleurs le livre ne s’appelle pas Martyrs pour rien.

Une des grandes forces de ce roman est aussi de mélanger les lignes d’intrigue, absorbant le lecteur du début à la fin, mais sans jamais non plus le perdre ou l’ennuyer. Chaque intrigue paraît avoir son importance, sa complexité, mais surtout, plus on avance dans le roman, moins on devine qui manipule qui, qui cherche vraiment le pouvoir ou la vengeance. Les intrigue et sous-intrigues sont vraiment travaillées, soignées et paraissent le plus souvent crédibles, cohérentes et efficaces. Mais voilà j’ai quand même deux reproches à faire à l’histoire, premièrement concernant cette histoire d’amour entre deux des héros qui tourne un peu, par moment, au côté guimauve, ce n’est que mon point de vue, et aussi, parfois, l’auteur en fait un peu trop ce qui fait que parfois j’avais deviné certaines révélations un peu à l’avance, comme certains points de la conclusion. Rien de bien méchant, car, autant le dire tout de suite, la conclusion m’a en partie bluffé et m’a clairement donnée envie de lire la suite.

Concernant l’univers mis en place par l’auteur, c’est un peu comme l’intrigue, l’auteur ne cherche pas obligatoirement à révolutionner le genre mais il arrive à nous offrir quelque chose de vraiment solide, efficace et captivant tout en venant insérer quelques idées vraiment prenantes et originales. Car finalement la grande force de ce monde que nous présente l’auteur c’est sa richesse que ce soit par les différents peuples, la diversité du monde présenté ou encore tout ce qui concerne les fantômes. Un univers qui mérite vraiment le coup d’oeil même si parrfois je l’ai trouvé pas assez esquissé sur certains aspects, en tout cas j’espère en savoir plus dans les prochains romans. On a envie d’en savoir plus sur les Arseker, ces hommes un peu mystiques aux capacités un peu hors norme. Dans tous les cas un univers qui, sans être le plus originale et le plus foisonnant qui existe, donne vraiment envie d’être découvert et ne manque pas de charme et d’attrait.

Concernant les personnages ils se révèlent vraiment soignés et surtout possèdent tous une véritable profondeur, que ce soit de caractère, d’émotions ou encore de sentiments. Entre des assassins, un roi, une soeur de roi, un guerrier ou encore un révolutionnaire l’auteur a vraiment su créer des personnages uniques, passionnants, mais surtout possédant leurs forces et leurs faiblesses, car aucun n’est véritablement parfait, bon ou mauvais. Mais surtout chaque personnage possède sa propre histoire, son propre background qui fait qu’il est tel qu’il est et qu’on s’attache facilement à eux, ou au minimum qu’on a envie d’en savoir plus sur eux. Le plus souvent ce sont des personnages qui ont souffert ou connu un traumatisme, même si parfois l’auteur l’oublie un peu, mais rien de bien méchant. Par contre j’avoue, j’émets quelques réserves sur Kassis, certes c’est une adolescente, mais voilà par moment elle fait un peu trop jeune fille en fleur et en « rut », alors attention pas toujours, mais bon, quelques fois je me suis posé des questions sur la fameuse intelligence de cette fille. Alors je sais ce qu’on va me dire, c’est une adolescente, mais bon. Un autre léger reproche, c’est aussi la facilité d’acceptation des personnages, comme par exemple le fait que des gardes acceptent en quelques chapitres deux assassins dans leurs rangs, rien de dérangeant, mais cela offre quelques légères facilitées.

Le style de l’auteur est vraiment dense, travaillé et surtout véritablement captivant, sachant nous entrainer dans un univers sombre, violent tout en nous offrant une histoire vraiment passionnante. Je reprocherai juste à l’auteur parfois l’utilisation d’un peu trop de superlatif dans ces descriptions et ses explications. Dans tous les cas j’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman qui se révèle, pour le moment et si je ne compte pas les suites, l’une des meilleures surprises publiées de ce début d’année. J’ai vraiment hâte de lire la suite même si j’ai cru comprendre qu’elle ne sortirait pas avant au minimum 2014.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce livre qui nous plonge dans une histoire vraiment passionnante, sombre et adulte qui, sans révolutionner le genre, nous offre une intrigue solide pleine d’intrigue et de sous intrigue qui jouent avec le lecteur sans jamais l’ennuyer. On tourne les pages avec grand plaisir de ce livre en essayant de déterminer qui manipule qui et qui cherche à prendre le pouvoir. L’univers mis en place se révèle solide, intriguant et vraiment intéressant à découvrir l’auteur nous offrant un mélange efficace d’originalité et de classique. Les personnages sont vraiment travaillés, soignés et ne manquent pas d’attacher le lecteur et le tout est porté par un style dense, soignée et efficace. Dommage que parfois l’auteur en fasse un peu trop ce qui fait qu’on devine certains points, aussi que l’auteur nous offre une histoire d’amour un peu trop guimauve ou encore certaines facilités d’acceptation des personnages un peu surprenante. Mais franchement rien de dérangeant tant j’ai été emporté par ce roman jusqu’à cette conclusion pleine de surprises et je lirai la suite avec grand plaisir.

 

Ma Note : 8,5/10

Les Haut-Conteurs Tome 3, Coeur de Lune – Olivier Peru & Patrick McSpare

les hauts conteurs coeur de luneRésumé : Ravengen est une terre maudite, tous ses habitants vous le diront. Le seigneur Othon le Loup y a sauvagement tué sa femme, la douce Beatrix, avant de disparaître à son tour, en laissant de nombreux cadavres derrière lui. Quarante années plus tard, l’on murmure encore que le spectre de la Dame de Lune hante ces bois sombres, accompagnée de l’âme perdue de son bourreau. Happés par un tourbillon de folie et de sang, dans la chaleur torride de l’été germanique, les Haut-Conteurs, Roland Cœur de Lion et Mathilde la patiente, rejoints par le truculent Geoffroy Bouche-Goulue, vont tenter de percer les mystères de ce sinistre pays. Qui est cette Bête Dévoreuse, hurlant à la Lune et coupable de tant d’atrocités ? Amours secrètes, vengeances assassines, monstres démoniaques… Sous l’œil glacé de la pleine Lune, les évènements pourraient bien s’avérer fatals à nos héros…À Cœur de Lune, Cœur de Lion !

Edition : Scrinéo Jeunesse

 

Mon Avis : Après un premier tome qui se révélait agréable et efficace, sans non plus révolutionner le genre (ma chronique ici) et après un second tome qui se révélait un ton en dessous manquant légèrement de souffle et de surprises (ma chronique ), je me lance maintenant dans le troisième tome en espérant retrouver le même plaisir et le même côté divertissant que dans le premier tome. La couverture de ce tome reste dans la même thématique que les précédents et se révèle toujours, selon moi, sympathique et agréable.

Après nous avoir fait découvrir l’Angleterre puis la France cette fois les aventures de Roland vont nous emmener en Allemagne et plus précisément du côté de la Forêt Noire et de ses mystères. L’intrigue de ce tome va se révéler différente des deux précédents, pas de Page à retrouver, mais une intrigue, mélangeant amour et folie, vraiment plus complexe, plus dense et aussi plus sombre pour nos héros. Une histoire aux multiples facettes un mélange de vengeance, de pouvoirs et de trahisons vraiment efficaces et parfois surprenants, malgré, c’est vrai, une certaine linéarité et parfois une certaine simplicité, qui ne dérange en rien la lecture de ce tome tant on est happé. Une intrigue qui ne laissera pas à nos héros le temps de souffler et qui les amènera parfois à faire des choix pas toujours simples. Au final une histoire un peu plus adulte, plus complexe et surtout plus sombre qui m’a captivé assez facilement, même si elle garde les caractéristiques et légères accentuations liées au fait que ce soit un roman jeunesse.

L’univers mis en place par les auteurs est toujours aussi agréable, solide et sympathique à découvrir même s’il continue à se révéler sans grosses surprises. Après le vampire un nouvel être
démoniaque fait son apparition, certes le titre du livre l’annonce fortement, mais je trouve qu’il est bien amené et reste intéressant malgré peut être un ou deux points de mythologies qui ont eu du mal à passer. Par contre, l’univers se révèle lui aussi plus mature, plus sombre. Un univers Moyenâgeux avec ses seigneurs, ses paysans, ses castes et ses luttes de pouvoirs et de richesses qui amènent souffrances, domination et violences qui vont se révéler difficile à gérer surtout pour seulement trois haut-conteurs. Un univers qui colle enfin parfaitement à l’époque à laquelle se situe le roman. Alors, bien sûr, on est loin d’un univers à la Trône de Fer, mais tout de même un univers intéressant et assez sombre qui trouve rapidement son intérêt dans l’histoire.

Les personnages sont toujours égaux à eux-même, possédant cette jovialité et cette passion qui les caractérisent et qui fait qu’on se laisse facilement emporter par eux malgré un côté un peu trop simpliste et manichéen propre à la littérature jeunesse, ce qui n’a rien de mauvais ou de contraignant loin de là. J’attendais peut être juste un peu plus de réflexions et de complexité, surtout vu que l’intrigue et l’univers gagne en maturité et devient un peu plus sombre et aussi que nos héros sont confrontés à la mort, la souffrance de la population et des drames qui devraient les
changer plus en profondeur. Mais rien de bien méchant, car vu qu’il s’agit d’un livre jeunesse ça colle plutôt bien. On retrouve de toute façon avec plaisir Roland et Mathilde, ainsi que leurs joutes verbales et leurs taquineries. Par contre, l’histoire entre Roland et Elena m’a paru peut être un peu trop téléphonée.

Le style des auteurs reste toujours aussi fluide, simple, efficace et surtout très visuel, nous plongeant tout de même assez facilement dans leur histoire et leur intrigue pleine de surprises, d’action, de mystères et de combats. Le roman gagne doucement en maturité même si il reste tout de même très jeunesse par certains aspects comme certaines réflexions ou encore les personnages. Rien de bien gênant, car ce tome se révèle finalement un bon tome, efficace et prenant qui fait passer un bon moment de lecture et de détente et je ne demandais rien de plus. En tout cas un tome qui relève le niveau après un second tome que je trouvais un ton en dessous. La conclusion se révèle vraiment intéressante, surprenante et me donne vraiment envie de lire la suite.

En Résumé : J’ai passé un vraiment bon moment avec ce livre qui offre une intrigue plus complexe, plus mature et plus sombre que les tomes précédents. Alors, certes, le roman reste jeunesse, mais il se révèle vraiment agréable et efficace et on plonge facilement dans l’histoire tournant les pages avec un certain plaisir. L’univers reste toujours efficace et solide malgré un ou deux points qui ont eu, pour ma part, du mal à passer. Les personnages sont toujours aussi passionnant et efficaces malgré le fait qu’ils restent tout de même assez simpliste surtout devant les aspects plus matures et sombres de l’histoire qui aurait peut-être mérité un peu plus de réflexions. La plume des auteurs est toujours aussi fluide et captivante ce qui fait qu’on se laisse tout de même facilement porter par le fil de l’histoire et la conclusion, intéressante et surprenante appelle vraiment à lire la suite.

 

Ma Note : 7,5/10

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre