Étiquette : frissons Page 3 of 4

Livres de Sang, Intégrale Tome 1 – Clive Barker

livres de sang integrale 1Résumé : « Nous sommes tous un livre de sang : où qu’on nous ouvre, c’est rouge. »
Simon McNeal se prétend médium, mais n’est qu’un escroc. Embauché pour enquêter sur une maison hantée, il compte comme d’habitude faire semblant d’avoir des visions.
Pourtant, cette fois, les morts ont rendez-vous avec lui.
Les esprits qui rôdaient dans les ténèbres s’emparent de lui et écrivent des mots dans sa chair : des récits atroces et terrifiants, des histoires visionnaires de perversion et d’horreur viscérale… des livres de sang.

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Clive Braker est un auteur, touche à tout, dont j’apprécie beaucoup les textes et sa facilité à faire frissonner les lecteurs. Je n’allais donc pas manquer de faire entrer dans ma PAL cette édition intégrale des Livres de Sang en deux tomes qui regroupent environ une bonne trentaine de nouvelles, plus ou moins longues, frissonnantes et terrifiantes de l’auteur. Puis il faut bien avouer que la couverture, illustrée par Sarry Long, met vraiment dans l’ambiance. Il y a dans cette première intégrale une vingtaine de nouvelles je vais donc faire un avis global.

Si on aime avoir peur alors je dois bien avouer qu’on rentre facilement dans cette première intégrale; dès l’introduction l’auteur nous présente son monde d’horreur, de monstres, de différences ou encore de fait étranges qui font qu’il accroche assez facilement le lecteur. L’auteur ne cherche pas à utiliser le gore pour le gore, il préfère créer une ambiance, souvent sombre, pleine de souffrance et glauque, qu’il agrémente alors de sang, de morts et de violences pour faire frissonner le lecteur. L’auteur s’offre aussi le plaisir de mélanger les genres entre fantastique et horreur avec grande facilité et sans jamais se perdre ou perdre le lecteur. Pour cela il se base sur quelques thématiques qui se répètent au fil des oeuvres, mais ne manquent pas de marquer toujours autant le lecteur, telle que la souffrance, le plaisir et le sang.

Ces Livres de Sang sont aussi un hommage que rend l’auteur à des écrivains qui l’ont marqué dans sa jeunesse, tel que Alan Edgarrd Poe ou encore Ray Bradbury, dont on retrouve un peu les grandes lignes de certaines de leur oeuvres que Clive Barker manipule à sa propre sauce de façon réussie et surprenante, mais surtout sanglante. Mais voilà l’auteur ne s’arrête pas non plus à tenter de nous faire trembler, il nous offre aussi pas mal d’axes de réflexions sur notre société. Certes, certaines de ses idées ont peut-être un peu vieillies, mais elles arrivent encore à faire réfléchir le lecteur. Les thèmes que présente l’auteur varient selon les histoires, passant des zombies, aux monstres, mais aussi à une violence plus proche de nous, plus urbaine, mais tout aussi angoissante et efficace.

Alors certes tous les textes ne sont pas aux mêmes niveaux, mais ils restent dans l’ensemble de bonnes factures, oscillant entre l’agréable et l’excellent, et arrivent vraiment à nous plonger dans ces personnages à la logique surprenante, qui glissent doucement mais sûrement dans cet univers des plus glauque, sombre et dérangeant. Mais voilà ce que je trouve dommage, c’est que l’auteur a un peu de mal à passer le cap pour nous plonger parfois dans l’horreur pleine et entière. On se sent frémir, frissonner, on a un peu peur, mais jamais on se retrouve complètement angoissé par ces textes, excepté quelques passages des plus surprenants. Rien de complètement dérangeant car l’auteur nous offre quand même une intégrale qui ne laissera pas indifférent le lecteur par son ambiance et le développement d’histoires des plus intéressantes, mais des fois on aimerait passer cette limite.

La plume de l’auteur est changeante selon les histoires, elle s’adapte facilement aux différents personnages, aux différentes intrigues et aux différents univers que l’auteur met en place et vient se coller parfaitement à l’histoire sans jamais surprendre ou faire décrocher le lecteur. L’auteur sait vraiment s’adapter maniant aussi bien le cynisme, l’ironie que l’horreur et le frisson. Au finale un premier tome d’une intégrale vraiment prenant et angoissant qui sera ravir les amateurs de sensations fortes et de frissons, mais aussi les amoureux de Barker même si quelques défauts apparaissent ici ou là.

En Résumé : Voilà un premier tome de l’intégrale des Livres de Sang qui m’a fait passer un très bon moment de lectures nous offrant des nouvelles, certes pas toutes au même niveau, mais qui dans l’ensemble vont faire passer aux lecteurs des moments pleins d’angoisse, de souffrance et de sang. Des textes qui ne cherchent pas à utiliser le gore pour le gore mais prennent le temps de poser une ambiance vraiment prenante et efficace qui embarque le lecteur dans des univers sombres, glauques avant de le surprendre. L’auteur s’offre aussi le plaisir de mettre quelques axes de réflexions sur notre société parfois assez intéressantes. Mon seul léger reproche est que l’auteur a parfois du mal à passer cette frontière pour vraiment nous faire tomber dans l’horreur mais rien de dérangeant tant on se retrouve devant des textes sombres, sanglants, mais aussi intelligents et qui savent faire trembler le lecteur.

 

Ma Note : 8/10

La Baby-Sitter – Gudule

la baby-sitterRésumé : Étrange gouvernante pour de très bizarres enfants…
Et si la rassurante baby-sitter se laissait dominer peu à peu par la sauvage et sanglante violence que contiennent les contes de fées qu’elle lit le soir aux enfants ? Les deux gamins pourront-ils échapper à celle qui tout d’un coup se prend pour l’ogre et traque les chères têtes blondes ?
Le grand méchant loup se lèche les babines…

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Cela fait un petit moment que j’ai envie de découvrir Gudule et plus principalement ces histoires à faire peur. Alors, quand Bragelonne a proposé son offre ebook à 99cts et qu’il proposait un court roman de l’auteur je me suis facilement laissé tenter. Vu que j’aime bien frissonner avec ce genre de livre j’espérais ne pas être déçu. En tout cas j’aime beaucoup la couverture.

Dans une maison isolée en campagne, une nouvelle baby-sitter va s’occuper de deux charmants enfants. Entre amusement et contes de fée la jeune baby-sitter va au fil des jours changer et sombrer. Je dois dire que l’histoire en elle-même reste plutôt classique, mais elle va se révéler vraiment percutante. Dès les premières pages de ce court roman on se trouve happé dans cette histoire qui va devenir de plus en plus sombre et de plus en plus sauvage et meurtrière. Le climat de tension est exacerbé par le côté huit-clos de la maison isolée entourée d’une forêt sans aucune
possibilité de se déplacer ou s’enfuir. On se laisse facilement porter par ce texte qui monte crescendo en tension pour aboutir à un final assez explosif.

Les personnages vont se révéler sous leurs véritables natures quand tout va déraper que ce soit Lucy la baby-sitter qui cache un très lourd secret qu’elle pensait enfui ou encore les deux jeunes enfants quand ils vont vite se rendre compte qu’ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent. Leurs côtés sombres et cruels vont se dévoiler et au fil des pages on va quitter le côté angélique de façon saisissante et surprenante. Des personnages saisissants qui font, au fil des pages, de plus en plus froid dans le dos.

L’auteur joue d’ailleurs avec le lecteur en nous offrant une histoire somme toute classique mais avec laquelle elle va s’amuser à effrayer et à surprendre le lecteur. Alors, bien sûr l’histoire reste tout de même linéaire mais ce défaut s’efface tant on est pris par l’histoire et ses rebondissements. Le parallèle entre cette histoire et la cruauté de certains contes qu’on retrouve dans le livre ajoute une certaine tension supplémentaire et nous fais redécouvrir les contes de façon moins enjouée.

Le style de l’auteur est assez simple mais se révèle vraiment efficace et captivant. Du début à la fin j’ai eu du mal à lâcher ce livre pour essayer de comprendre et de deviner la fin. Mais rien n’y a fait la fin m’a surpris pas une conclusion sans happy end, sombre et terriblement réaliste. Au final un court roman glaçant et cruel qui nous fait sombrer dans la folie et qui fera qu’on en regardera plus jamais une baby-sitter de la même façon. Alors certes l’histoire se révèle classique et linéaire et l’auteur se permet quand même certaines facilités, parfois surprenantes, mais rien de vraiment dérangeant.

En Résumé : J’ai vraiment passé un bon moment avec ce livre qui va nous offrir une histoire qui va vite basculer du côté angélique vers un côté plus sombre et beaucoup plus glauque. L’intrigue peut paraitre convenue mais l’auteur sait jouer avec le lecteur et la folie et arrive à nous happer facilement dès les premières pages pour ne plus lâcher ce livre jusqu’à la conclusion qui va se révéler froide, cruelle et réaliste. L’atmosphère se révèle pesante et efficace. Les personnages vont, au fil des pages révéler leurs vraies natures et je ne verrai plus jamais une Baby-Sitter de la même façon. Alors bien sûr, l’histoire manque quelque peu d’originalité et l’auteur s’offre parfois des facilités mais pas de quoi bouder mon plaisir.

 

Ma Note : 8/10

Vampire Story Tome 4, 23 Heures – David Wellington

23 heuresRésumé : Laura Caxton, passée du mauvais côté de la loi, se retrouve dans une prison haute sécurité pour femmes.
Un lieu sinistre où tout peut arriver. Car le pire danger vient de l’intérieur… Le plus vieux vampire au monde, la sanguinaire Justinia Malvern, a infiltré les lieux et compte bien accroître ses pouvoirs en décimant la population carcérale. Caxton est la seule à pouvoir l’arrêter, et Malvern le sait. Elle lui pose un ultimatum que Caxton ne peut refuser. L’ex-flic n’a que vingt-trois heures pour se sortir de cet enfer et empêcher la terreur de se répandre au-dehors.

Edition : Milady

 

Mon Avis : Voilà le quatrième et dernier tome sorti en français du cycle Vampire Story, lancé par David Wellington qui cherche, avec ces livres, à nous rappeler que les vampires sont des monstres et non des playboy dopés à l’amour. Le premier tome se révélait être énergique et efficace (chronique ici), le second tome restait efficace mais se perdait légèrement dans un contexte historique inutile (chronique ) et le troisième tome se révélait être sympathique mais manquait quand même de renouvellement (chronique ). Ce quatrième tome s’annonçait donc charnière pour moi qui attendait un peu de changement. En tout cas 3 ans que j’attends ce tome et gros changement, nouveau style de couverture sobre mais un peu molle à mon goût et nouveau traducteur.

Finalement je ne suis pas déçu de ce quatrième tome qui apporte quelques changements qui se révèlent les bienvenues. Comme vous le savez, si vous avez lu le tome précédent, Laura se retrouve en prison après avoir failli tuer un témoin pour obtenir des informations et éliminer Arkeley le vampire. Et finalement c’est là le point le plus dur à accepter dans ce livre, comment Laura peut se retrouver en prison pour un tel crime alors qu’elle a sauvé le monde. Elle a bien entendu fortement intimidé ce témoin en question, qui se révélait être un psychopathe. Avec un bon avocat ne me dites pas qu’on ne peut pas faire passer cela en circonstances très atténuantes, comme une démission forcée ou autres. Mais voilà, finalement, après quelques pages on s’en fout.

Car oui on retrouve ce qui faisait la réussite des tomes précédents de l’action, de la souffrance du sang et des vampires démoniaques au plan tordus et machiavéliques. Mais en plus de tout ça l’histoire évolue, ce n’est plus Laura qui part traquer un vampire mais Malvern, vampire présente depuis le premier tome, qui va traquer Laura dans sa prison. Entre action, rebondissements et quelques surprises bien placés je dois dire que j’ai retrouvé pleinement le plaisir du premier. L’auteur a enfin réussi à renouveler son histoire. Alors, bien sûr ça reste assez linéaire et parfois on voit les choses arriver de loin, mais ça reste vraiment distrayant, nerveux et efficace. De plus le côté prison donne un sentiment de huis-clos parfois assez oppressant qui ajoute une pointe de frisson, même si finalement c’est une très grande prison.

Lors du tome précédent Laura m’avait moins accrochée, l’auteur l’ayant transformée en machine à chasser les vampires sans coeur et sans aucun sentiments. Dans ce tome on retrouve une Laura plus attachante et intéressante qui se révèle toujours aussi froide dans sa traque de vampire, mais qui possède des remords et des sentiments. Par contre là où dans les tomes précédents on trouvait d’autres personnages intéressants, tel que Arkeley, là ce tome manque quand même de protagonistes construits autour de l’héroïne. Il y a bien Clara mais pour moi ce personnage manque cruellement de charisme et chouine quand même un peu trop et pour un rien. Sinon il y a Gertrude qui se révèle intéressante mais un peu trop caricatural.

Concernant la plume de l’auteur c’est sans surprise toujours aussi simple, efficace et fluide permettant de facilement se plonger dans cette histoire pleine d’action et de frissons. Comme à son habitude les scènes de combats se révèlent très visuelles et prenantes. La fin cherche à se révéler surprenante et risque d’en étonner peut être quelques-uns, mais j’avoue que j’avais vu les choses arrivées. Par contre je croyais que ce quatrième tome était le dernier et finalement non, un cinquième existe. Ca n’empêche pas que je me suis bien éclaté avec ce tome, certes comme les trois premiers ce n’est pas de la grande littérature et vaut plus pour son côté nerveux et sanglant que pour autre chose et pourtant de temps en temps un peu d’hémoglobine ça fait du bien.

En Résumé : J’attendais du changement dans ce quatrième tome et je dois dire que j’ai été servi, l’auteur inverse la traque ce n’est plus Laura qui traque les vampires mais l’inverse et le tout en huis clos dans une prison de Haute Sécurité. Une histoire qui va se révéler efficace et, comme les tomes précédents, nerveuse et pleine d’actions et de frissons. Le personnage de Laura retrouve son côté plus humain et la rend de nouveau plus attachante et intéressante à suivre par contre sans Arkeley il manque quand même un second rôle travaillé à ses côtés. Le style de l’auteur est toujours aussi fluide et efficace même si l’intrigue se révèle par moment linéaire et sans surprise on se laisse emporter par la déferlante de sang et de combats. Un quatrième tome au niveau du premier et je lirai le cinquième une fois sorti.

 

Ma Note : 7/10

World War Z – Max Brooks

world-war-z.jpgRésumé : La guerre des Zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l’ensemble de l’humanité.  L’auteur, en mission pour l’ONU – ou ce qu’il en reste – et poussé par l’urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d’âmes jusqu’aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Il a recueilli les paroles d’hommes, de femmes, parfois d’enfants, ayant dû faire face à l’horreur ultime. Jamais auparavant nous n’avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l’existence – de la survivance – humaine au cours de ces années maudites.
Prendre connaissance de ces comptes-rendus parfois à la limite du supportable demandera un certain courage au lecteur. Mais l’effort en vaut la peine, car rien ne dit que la Ze Guerre mondiale sera la dernière.

Edition : Calmann-Lévy

Poche : Le Livre de Poche

 

La Maison qui Glissait – Jean-Pierre Andrevon

la-maison-qui-glissait.jpgRésumé : Un immense fracas le réveille. Le tonnerre ? Peut-être… Le jour pointe, la chaleur est déjà étouffante dans l’appartement minuscule occupé par Pierre au 13e étage de sa tour de banlieue. Ensommeillé, il entrouvre le rideau de la fenêtre depuis son lit… et demeure pétrifié par le panorama qui se révèle à lui. Un brouillard poisseux bouche l’horizon, c’est à peine s’il distingue la silhouette de la tour des Tilleuls à quelques dizaines de mètres de là. Le brouillard, avec une telle canicule ?… Ainsi débute le cauchemar pour tous les résidents de cette barre HLM coupée du monde par un mur cotonneux qui semble abriter de terrifiantes créatures, une réclusion forcée qui va contraindre les habitants à s’organiser pour faire face à l’indicible et révéler la vraie nature de chacun. Car après tout, le pire n’est peut-être pas dans la brume…

Et d’ailleurs, d’où vient-elle, cette brume ?

Edition : LeBélial’

 

La Lignée – Guillermo Del Toro & Chuck Hogan

la ligneeRésumé : Depuis son atterrissage à l’aéroport JFK à New York, un avion en provenance de Berlin ne répond plus à la tour de contrôle. Le spectacle qu’Ephraïm et son équipe d’épidémiologistes découvrent à bord a de quoi glacer le sang : tous les passagers sauf quatre sont morts, en apparence paisiblement. Ont-ils été victimes d’un attentat au gaz ? D’une bactérie foudroyante ? Lorsque, le soir même, deux cents cadavres disparaissent des morgues de la ville, Ephraïm comprend qu’une menace sans précédent plane sur New York. Lui et un petit groupe décident de s’organiser. Pas seulement pour sauver leurs proches. C’est la survie de l’humanité entière qui est en jeu…

Edition : Presses de la Cité

Poche : Pocket

 

Page 3 of 4

© 2010 - 2021 Blog-o-Livre