Étiquette : la mer eclatee

Shattered Sea Book 3, Half a War – Joe Abercrombie

half a warRésumé : Princess Skara has seen all she loved made blood and ashes. She is left with only words. But the right words can be as deadly as any blade. She must conquer her fears and sharpen her wits to a lethal edge if she is to reclaim her birthright.
Only half a war is fought with swords
The deep-cunning Father Yarvi has walked a long road from crippled slave to king’s minister. He has made allies of old foes and stitched together an uneasy peace. But now the ruthless Grandmother Wexen has raised the greatest army since the elves made war on God, and put Bright Yilling at its head – a man who worships no god but Death.
Sometimes one must fight evil with evil
Some – like Thorn Bathu and the sword-bearer Raith – are born to fight, perhaps to die. Others – like Brand the smith and Koll the wood-carver – would rather stand in the light. But when Mother War spreads her iron wings, she may cast the whole Shattered Sea into darkness…

Edition : Harper Voyager

 

Mon Avis : Il y a un peu plus d’un an, je me lançais dans la lecture de ce cycle où l’auteur cherche à viser un public plus large, allant de l’adolescent, au jeune adulte voir même les lecteurs rompus au genre. Après un premier tome efficace, sombre et entrainant (ma chronique ici), un second tome tout aussi percutant et captivant et que j’ai trouvé légèrement mieux maîtrisé (ma chronique ) je me suis donc assez rapidement lancé dans ce troisième tome. A noter, une illustration de couverture que je trouve un peu moins réussie que celles des tomes précédents, mais qui a le bon ton de mettre directement dans l’ambiance.

De la même façon que les tomes précédents, on va ici découvrir un nouveau point de vue et, après Thorn et Yarvi, on va cette fois suivre le destin de Skara, jeune héritière du Throvenland qui va subir de plein fouet la guerre par la destruction de son pays. Comme toujours avec ce cycle, le récit va se révéler initiatique, transformer un personnage principal, souvent adolescent, vers l’âge adulte et de façon brutale, le confrontant à de nombreux choix qui ne se révèlent pas toujours facile. Ici Skara va ainsi être une des rares survivante de son pays qui vient de subir l’ire du Haut-Roi et qui va tenter de reconstruire son pays. On quitte donc une guerrière, Thorn dans le tome précédent, pour suivre une histoire qui va plus nous faire plonger dans les jeux de pouvoirs, les manipulations et tout ce que cela peut entrainer. L’auteur n’oublie pas non plus pour autant l’aspect guerrier du récit, faisant ainsi monter la tension au fil des pages, de cette terrible vengeance entamée dès le premier tome, qui a clairement changé les forces en place. Il nous propose aussi quelques scènes de batailles qui ne manquent pas de se révéler épiques et percutantes. L’histoire que va construire l’auteur va se révéler sombre, cynique, sans concessions pour l’ensemble des personnages où la guerre va amener son lot de rebondissements, de morts et de surprises. La conclusion ne manquera pas de se révéler captivante, incisive, offrant ainsi de nombreuses surprises et révélations étonnantes, offrant ainsi un final réussi même si j’ai trouvé que certains aspects sur GrandMother Wrexen ou bien encore sur le Haut Roi m’ont paru traité un chouïa trop rapidement.

La grande force de l’auteur, est qui se ressent un peu plus dans ce cycle selon moi, c’est sa capacité à brosser des personnages qui ne laissent pas indifférents, se révélant charismatiques et accrocheurs. Surtout que dans ce dernier tome rien ne va être aisé pour eux. Ils vont ainsi connaitre des pertes, des souffrances, des joies, parfois éphémères parfois non, mais surtout vont devoir faire face à des choix qui vont les changer, les bouleverser, aux conséquences parfois sanglantes. C’est d’ailleurs, je trouve, un des points intéressants de l’histoire, de voir l’évolution des héros que l’on a côtoyé mais d’un oeil différent. Cela se ressent principalement avec Yarvi qui va peu à peu se laisser emporter par son besoin de vengeance au point limite de s’y perdre. Skara, malgré une première prise de contact un peu passive, plus par le besoin de l’auteur de maintenir ces nombreuses lignes d’intrigues intacts, ce qui fait qu’elle a un peu de mal à s’imposer dans les premiers chapitres, va finalement, au fil des pages, se révéler une héroïne intéressante. De nouveau l’auteur nous propose ainsi une héroïne complexe, avec ses forces et ses faiblesses, qui va devoir grandir trop vite et devoir se battre avec ses mots pour s’imposer au milieu des loups et faire ce qui lui parait le plus juste. Comme toujours les personnages secondaires qui gravitent autour se révèlent eux aussi intéressants à découvrir, proposant des protagonistes soignés dont on retrouve les aventures avec plaisir, même si c’est parfois légèrement frustrant de voir en retrait certains personnages importants des tomes précédents. Dans tous les cas des personnages ambigus qui évoluent de façon intéressantes, pas toujours comme on l’attendait et qui ne manquent pas parfois de surprendre et nous happent facilement dans leurs intrigues.

Concernant l’univers, ce tome étant le dernier du cycle, il vient donc y apporter son lot de réponses, principalement concernant les Elfes dont on entend parler depuis le premier tome. En effet toutes les grandes questions que l’on se posait sur eux, leurs importances, leurs influences, trouvent ici leurs réponses, même si certains points restent encore ouvert sur leurs disparitions. Qui sait, peut-être pourquoi pas à travers un nouveau récit dans ce monde. On voyage par contre peut-être un peu moins que dans les précédents romans, mais cela n’empêche pas l’ensemble de se révéler toujours solide et efficace, typé vikings dans les régions comme dans les coutumes. J’ai bien apprécié l’idée de pouvoir séparer en deux entre le roi du royaume qui doit parler pour la guerre et du ministre qui doit parler pour la paix, même si cela n’est clairement pas toujours le cas. On en apprend aussi plus sur la magie, ces conséquences, sa puissance et aussi son coût. Dans tous les cas un univers qui donne envie d’en apprendre et où je retournerai avec plaisir si l’auteur décide d’y revenir.

Par contre j’ai constaté une ou deux longueurs, principalement vers le milieu du récit où l’auteur tente de tirer un peu l’intrigue, mais rien de non plus trop dérangeant ainsi que, comme je l’ai dit, deux ou trois points qui m’ont paru traité rapidement sur la fin ainsi qu’une certaine linéarité. La plume de l’auteur se révèle clairement entrainante, efficace et percutante, bien porté aussi par un sens du dialogues et de l’action qui fait qu’on tourne les pages facilement. Au final un troisième tome réussi, dans la lignée des tomes précédents, qui m’a offert un bon moment de lecture, épique et efficace.

A noter que ce troisième tome a été publié en VF par Bragelone sous le titre La Mer Éclatée Tome 3, La Moitié d’une Guerre.

En Résumé : J’ai de nouveau passé un bon moment de lecture avec le troisième tome de ce cycle qui vient clore l’histoire de façon efficace et entrainante. On suit avec plaisir Skara, nouveau personnage principal du récit, même si elle a un peu de mal à s’imposer dans les premières pages tant l’intrigue de fond est présente. Cela ne l’empêche pas au fil des pages et à travers son évolution de se révéler intéressante et surtout d’offrir un regard différend sur des personnages qu’on a déjà croisé. C’est d’ailleurs la grande force du récit, la caractérisation des différents protagonistes. L’intrigue monte ainsi en tension au fil des pages, entre jeux politiques et manipulations, avec de scènes de batailles épiques et percutante pour aboutir à une conclusion réussie avec son lot de surprises, même si certains points auraient, selon moi, mérité plus de développement. L’univers se dévoile aussi enfin, principalement sur les zones d’ombres que sont les Elfes et donne toujours autant envie d’en apprendre plus. Je regretterai peut-être quelques longueurs, principalement vers le milieu ou encore une certaine linéarité, mais rien de non plus trop bloquant. La plume de l’auteur se révèle toujours aussi efficace et percutante bien porté par des dialogues toujours aussi savoureux.

 

Ma Note : 7,5/10

Shattered Sea Book 2, Half the World – Joe Abercrombie

half the worldRésumé : Sometimes a girl is touched by Mother War.
Thorn is such a girl. Desperate to avenge her dead father, she lives to fight. But she has been named a murderer by the very man who trained her to kill.
Sometimes a woman becomes a warrior.
She finds herself caught up in the schemes of Father Yarvi, Gettland’s deeply cunning minister. Crossing half the world to find allies against the ruthless High King, she learns harsh lessons of blood and deceit.
Sometimes a warrior becomes a weapon.
Beside her on the journey is Brand, a young warrior who hates to kill, a failure in his eyes and hers, but with one chance at redemption.
And weapons are made for one purpose.
Will Thorn forever be a pawn in the hands of the powerful, or can she carve her own path?

Edition : Harper Voyager

 

Mon Avis : Il y a quelques mois je me suis lancé dans le premier tome de cette nouvelle saga de l’auteur qui a décidé de se lancer dans un cycle plus large public, touchant autant les adolescents que les jeunes adultes, et qui m’avait offert un bon moment de lecture, efficace, entrainant et sombre, même si légèrement plus « sage » que ces récits adultes (ma chronique ici). C’est donc sans surprise que je me suis rapidement laissé tenter par cette suite, pour savoir ce qu’allait nous proposer l’auteur. À noter l’illustration de couverture que je trouve de nouveau très réussie.

Le point intéressant du récit vient que, cette fois, ce n’est plus Yarvi le héros principal du récit, mais Thorn une jeune fille qui souhaite devenir guerrière du Gettland où la guerre se rapproche de plus en plus, suite aux bouleversements qu’à créée la quête de vengeance de Yarvi dans le tome précédent. Celui-ci devient ainsi plus un héros secondaire, mais qui dirige toujours le fil rouge, puisque c’est lui qui va entrainer Thorn dans une quête d’allié pour défendre le pays. Et j’avoue que le fait de changer de personnage principal apporte un véritable plus, puisqu’il évite ainsi un peu le tome de transition entre le changement de pouvoir au Gettland et la guerre qui s’annonce. De plus, le fait de mettre une guerrière en avant, outre les questions sociétales que cela ouvre, certes traités parfois de façon assez simple, permet aussi d’offrir de nombreuses scènes guerrières et épiques qui font qu’au final ce second tome se lit très facilement, se révélant haletant, sans temps morts et terriblement efficace. Je le trouve même plus maîtrisé que le premier tome qui, c’est vrai, servait aussi un peu d’introduction à l’univers et aux jeux de pouvoirs. Que ce soit d’un point de vue politique, guerrier ou personnel l’auteur arrive clairement à nous happer dès la première page pour ne plus nous lâcher. Les nouveaux points de vue permettent aussi ainsi de nuancer ceux qu’on avait suite au premier tome, de voir les machinations misent en place avec un regard complètement différent.

On y retrouve aussi les qualités qui faisaient la réussite du premier tome, offrant une histoire sombre, cynique, violente, où rien n’est jamais acquis dans un monde où la guerre est omniprésente et où la paix n’est jamais facile, ni gratuite. Une suite aussi différente sur la construction, même si on y retrouve le voyage initiatique, mais ici pas de quête de vengeance et de traque, plus une héroïne rejetée parce-qu’elle est une fille qui va, à travers les épreuves, se découvrir et s’affirmer le tout avec en toile de fond une guerre sans merci qui se dessine ou l’acier ne parait être la seule réponse. L’auteur confirme aussi qu’il a décidé de ne pas prendre le lecteur, jeune ou moins jeune, pour un gamin, offrant une histoire âpre et sanglante, certes moins que ces récits adultes, mais qui colle quand même parfaitement à cet univers guerrier. Je regretterai peut-être juste quelques légères longueurs, même si rien de vraiment dérangeant non plus.

D’ailleurs l’univers, parlons-en, je l’ai trouvé toujours aussi intéressant à découvrir offrant de nouveaux lieux, de nouvelles cultures et de nouveaux peuples à découvrir. Le voyage entrepris par Yarvi, qui va traverser la moitié du monde pour trouver des alliés, va nous apprendre plus sur cet univers toujours aussi typé vikings et toujours aussi captivant. On en apprend aussi un peu plus sur la gestion du pouvoir entre les rois, le haut roi, les ministres, on se rend ainsi compte de la complexité d’un tel univers et des jeux de machinations qui s’engagent, où Thorn n’est finalement qu’un maillon de la chaine qui va se retrouver à faire bouger les choses. L’auteur n’oublie pas non plus de continuer à dévoiler doucement les différents aspects liés à ce peuple mystérieux des elfes, qui a laissé des ruines assez fascinantes, mais surtout des histoires et des objets à la fois haï et admirés, même si l’ensemble continue à garder son aspect mystérieux ce qui donne envie au lecteur d’en apprendre plus. Ce second tome va aussi commencer à toucher à la magie, une magie loin d’être gratuite et qui offre un plus intéressant je trouve.

Pour ce qui s’agit des personnages je dois bien avouer que je me suis rapidement accroché à Thorn l’auteur arrivant à caractériser une adolescente de 16 ans, avec toutes ses convictions sur sa force, le fait qu’elle mérite plus que les autres et le tout sans la rendre antipathique. Les épreuves qu’elle rencontre au fil des pages ainsi que sa disgrâce, dès le premier chapitre, vont ainsi lui faire apprendre que rien n’est acquis et que tout se gagne par le travail et l’entrainement. Mais surtout elle est nuancée par Brand, lui aussi adolescent qui veut devenir guerrier mais qui doute, cherchant toujours à vouloir faire le bien, sans concessions, là où Thorn elle possède vraiment plus un caractère de guerrier, sauvage et explosif. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, on y retrouve de nombreux protagonistes du premier tome, mais aussi des nouveaux qui viennent apporter un véritable plus. Que ce soit hommes, femmes, guerrière, mère, roi, ministre, forgeronne, etc… ils s’imposent tous assez facilement et se révèlent charismatiques tant l’auteur arrive vraiment à les rendre vivant et réussis. Autre point intéressant, le fait d’avoir Thorn comme personnage principal permet d’offrir une vision différente de Yarvi, qui garde clairement le potentiel sympathie du premier tome, mais se révèle différent, plus manipulateur, même s’il ne s’en cache pas.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi percutante, fluide, incisive et efficace, plongeant le lecteur très facilement dans son récit emplie de rebondissements et de surprises. Un second tome qui m’a offert un très bon moment de lecture, où les pièces se mettent en place, où la guerre approche et où les personnages se dévoilent et qui donne clairement envie de lire la suite qui devrait être publiée le moi prochaine en VO.

À noter que ce second tome sera publié en France par Bragelonne, le 15 juillet 2015, sous le titre La Mer Éclatée Tome 2, La Moitié d’un Monde.

En Résumé : Ce second tome du cycle m’a offert un très bon moment de lecture. Le fait de changer de personnages principal permet aussi de ne pas tomber dans le tome de transition, offrant de nouvelles découvertes et tout en dévoilant une intrigue que j’ai trouvé mieux maîtrisé que celle du premier tome se révélant épique, captivante et terriblement efficace. L’univers développé au fil des pages continue à s’avérer intéressant à découvrir, nous faisant découvrir de nouvelles régions tout en continuant à développer cette ancien peuple elfique mystérieux. L’aspect politique prend un peu plus d’ampleur entre manipulations et trahisons, et la magie se dévoile un petit peu. Les personnages se révèlent complexes, attachants et vraiment captivants à découvrir, nous offrant de constructions nuancés et efficaces. Je regretterai peut-être quelques longueurs sur la fin, mais rien de non plus bloquant. En tout cas le tout est porté par une plume incisive, efficace et fluide, offrant une conclusion qui donne envie de lire rapidement la suite.

 

Ma Note : 8/10

Shattered Sea Book 1, Half a King – Joe Abercrombie

half a kingRésumé : Prince Yarvi has vowed to regain a throne he never wanted. But first he must survive cruelty, chains and the bitter waters of the Shattered Sea itself. And he must do it all with only one good hand.
Born a weakling in the eyes of his father, Yarvi is alone in a world where a strong arm and a cold heart rule. He cannot grip a shield or swing an axe, so he must sharpen his mind to a deadly edge.
Gathering a strange fellowship of the outcast and the lost, he finds they can do more to help him become the man he needs to be than any court of nobles could.
But even with loyal friends at his side, Yarvi’s path may end as it began – in twists, and traps and tragedy…

Edition : Harper Voyager

 

Mon Avis : C’est bien simple, de Joe Abercrombie j’ai lu tous ses romans et je dois bien avouer que je n’ai jamais été déçu. Ils m’ont toujours offert des histoires terriblement efficaces, pleine de cynisme et de surprises qui ont toujours su m’entraîner tout en revisitant les codes de la Fantasy. Cette fois l’auteur a décidé de se lancer dans une nouvelle trilogie, mais un peu plus jeunesse ou, pour être un peu plus précis, Young Adult. J’ai longtemps hésité à commencer ce cycle en VO, la sortie VF étant annoncé en octobre chez Bragelonne je pensais pouvoir attendre jusque là, mais j’avoue, j’ai été convaincu de le lire en anglais après avoir découvert l’illustration de couverture que je trouve vraiment réussie.

Ce roman nous propose donc de découvrir et de suivre le Prince Yarvi, second fils du roi de Gettland, rejeté par son père face au handicap d’une de ses mains qui le rend infirme et par conséquent considéré comme faible, qui va voir sa vie bouleversée lorsque son père et son frère se font assassiner par un roi voisin. Il n’a d’autre choix alors, poussé par sa mère, que de porter la couronne. Mais cette idée ne plait pas à tout le monde et il va se retrouver rapidement trahi et abandonné. Ce qui est vraiment intéressant avec l’auteur c’est qu’il nous plonge directement dans l’intrigue, le lecteur se retrouve donc happer par le nouveau destin qui s’ouvre devant ce prince, devenu roi dès les premières pages, et se retrouve à tourner les pages avec envie pour en apprendre plus. On sent d’ailleurs bien tout son talent de conteur avec un début un peu lent, qui sert de présentation, court et entrainant et qui se révèle alors par la suite au fil des pages de plus en plus haletant, prenant et sans temps morts offrant ainsi son lot de surprises, de révélations et de rebondissements. Le héros, lui qui n’a connu que la vie de château et les études qui ont développé son esprit mais pas vraiment son corps, va se retrouver plonger dans un monde dur, violent, sauvage et il va devoir faire face à des péripéties qui vont le changer complètement, mais aussi se faire des alliés à sa cause.

Alors, Je ne vais pas le cacher, globalement l’histoire n’a rien de révolutionnaire. Une histoire de vengeance, d’envie et de jeux de pouvoirs qui vont amener leurs lots de trahisons, en Fantasy cela reste assez classique. D’ailleurs dans les grandes lignes on voit quand même quelques passages arriver à l’avance, avec ce voyage initiatique de Yarvi qui va de la trahison, à la découverte d’amis improbables qui vont l’aider à tenter de reconquérir son trône. Mais voilà l’ensemble est porté par ce qui fait la force de l’auteur : son côté sombre, cynique où rien n’est rose, rien n’est acquis, où tout le monde peut souffrir. L’auteur a toujours poussé ses héros au maximum, devant se battre à chaque instant et côtoyer la mort régulièrement pour obtenir ce qu’ils veulent ; et personne n’en sortira intact. C’est justement ce dont j’avais un peu peur, que l’auteur, devant son envie d’écrire un récit un peu plus jeunesse, s’assagisse de trop et perd un peu de son côté noir et violent qu’on retrouve dans ses romans adultes, mais il prouve que non. Attention ne me faites pas dire non plus ce que je n’ai pas dit, c’est loin d’être aussi sauvage, sanglant et de prendre autant aux tripes que ces livres plus matures. Obligatoirement ce Half a King est un peu plus « sobre », mais il évite clairement le côté gentillet qui m’aurait dérangé. Ce qui est une très bonne chose.

Concernant l’univers construit tout au long du roman il se révèle solide, efficace et surtout appelle clairement à en apprendre plus, même s’il reste pour le moment assez classique pour un lecteur de Fantasy. L’auteur nous offre ainsi un monde typé moyenâgeux avec une couche viking, constitué de plusieurs pays avec leurs us et coutumes, chacun possédant leur Roi et le tout sous la gouvernance du Haut-Roi. L’aspect du pouvoir est intéressant avec donc le souverain guidé par son ministre, formé pour être toujours à ses côtés, qui possède les connaissances. Concernant tout le côté mythologique, on retrouve ici quelque-chose qui se révèle simple, assez vaste et qui, j’espère, sera plus développé dans les prochains tomes, comme par exemple devant tous les dieux qui nous sont esquissés. Il s’offre aussi un peu de mystère avec ce peuple elfique disparu qui a laissé des constructions indestructibles, ce qui fait légèrement penser à Locke Lamora et son Verre d’Antan, et qui donne envie d’en apprendre plus. Au final un univers efficace qui garde encore son lot de mystères de par devers lui, qui j’espère seront étoffés par la suite.

Concernant les personnages ils ne manquent pas d’attraits. On s’attache finalement assez facilement à Yarvi, rejeté pour sa différence, impossible de vraiment s’imposer dans son monde, et qui va au fil des épreuves se fortifier et devenir un véritable leader. C’est cette transformation qui d’ailleurs joue beaucoup sur le fait qu’on continue à suivre avec envie ses aventures, le fait que le héros ne reste pas figé, obligé d’apprendre la vie et d’évoluer à travers les coups qu’il reçoit. Les personnages secondaires qui entourent notre héros sont nombreux, soignés, ayant leurs propres convictions et leurs propres envies que ce soit à travers les compagnons du héros, comme ses ennemis, chacun s’avère humain. Je regrette peut-être juste qu’un ou deux des protagonistes possèdent certains traits de caractère parfois un peu trop proche de certains héros qui apparaissent dans ses autres séries, mais franchement rien de bien bloquant non plus.

La plume de l’auteur se révèle incisive, efficace et percutante, nous entrainant dans son récit avec facilité pour faire découvrir les nombreuses péripéties que va rencontrer le héros. Au final on obtient un roman, visant un public assez large, qui se révèle solide, certes avec certains aspects classiques, mais dont l’auteur apporte sa touche personnelle pour offrir un ensemble qui ne manque pas d’intérêt et dont on tourne facilement les pages. La conclusion de ce premier tome apporte d’ailleurs sont lot de révélations et de surprises tout en donnant envie d’en apprendre plus. Je lirai la suite sans soucis qui devrait normalement sortir en Anglais début 2015.

À noter que ce livre sera publié en France par Bragelonne, le 22 octobre 2014, sous le titre La Mer Éclatée Tome 1, La Moitié d’un Roi.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce premier tome de la nouvelle trilogie de l’auteur. Il nous offre une histoire solide, entrainante et captivante qui nous happe dès les premières pages. J’avais un peu peur que Joe Abercrombie, devant son envie d’écrire aussi pour un public plus jeune, perde de son côté sombre et violent, mais il n’en est rien. Alors certes ça reste plus « sage » que ce qu’il propose en adulte, mais il sait toujours aussi bien rendre la vie compliquée à tous ses héros. L’univers développé se révèle intéressant et possède encore son lot de mystères que j’espère voir développer par la suite. Concernant les personnages on s’attache assez facilement à Yarvi rejeté la faut à son handicap et qui va devoir évoluer dans la douleur et la souffrance. Les personnages secondaires sont aussi intéressants à découvrir, même si une ou deux fois certains traits de caractère nous rappellent des héros d’autres séries de l’auteur. La plume est toujours aussi incisive et percutante, nous entrainant avec facilité dans son histoire pour aboutir à une conclusion réussie, pleine de révélations et de surprises. Au final un premier tome plus que solide qui vient poser l’univers et les personnages et qui me donne envie de lire la suite.

 

Ma Note : 7,5/10

© 2010 - 2020 Blog-o-Livre