Étiquette : laurent whale

Goodbye Billy – Laurent Whale

goodbye billyRésumé : 14 juillet 1881, Old Fort Sumner. Lorsque la nuit tombe sur ce coin perdu du Nouveau-Mexique, l’Ouest américain ne le sait pas encore, mais on va l’amputer d’une légende. Tapi dans l’ombre, Billy the Kid attend son heure. Dans quelques secondes, ses actes changeront à jamais le cours de l’Histoire.
Décembre 2012, Washington, bibliothèque du Congrès. Un archiviste examine un exemplaire du Miami Chronicle daté de 1934. Soudain, une photo retient son attention : les revenants existeraient-ils ?
Tandis que les sbires d’un candidat à la présidence suppriment les dossiers compromettants de leur employeur, un groupe d’historiens de choc, dirigé par Richard Benton, se met en quête de la vérité. Quel lien unit donc un jeune hors-la-loi du XIXe siècle à un requin politique de l’ère spatiale ?
Dick Benton et son équipe feront l’impossible pour le savoir.

Edition : Critic

 

Mon Avis : De Laurent Whale j’ai à peu près lu tous ses romans, il ne me manque que la lecture du livre Le Chant des Psychomorphes pour que ce soit le cas, et je dois bien avouer que je n’ai jamais été déçu tant il offre des histoires énergiques et entrainantes. D’ailleurs ce livre manquant m’attends dans la PAL de la Marmotte, je ne devrais donc pas trop tarder. C’est donc sans surprise que je me suis laissé tenter par son dernier roman qui, en plus, change des habitudes, puisqu’il ne s’agit pas ici de Science-Fiction, mais de Thriller historique. J’avais donc hâte de voir ce qu’allait bien pouvoir proposer l’auteur. En tout cas l’illustration de couverture met directement dans l’ambiance ; cela va être western. Attention par contre au risque de spoiler.

L’idée de construire son récit sur le fait que Billy the Kid ne serait finalement pas mort sous les balles du shérif Garrett en 1881, ce qui aurait alors engendré un lien avec la famille d’un homme politique américain en 2013 candidat aux élections américaines, s’annonçait comme quelque chose d’intrigant et de très intéressant. Pourtant j’ai eu du mal à complètement m’accrocher au démarrage de cette histoire. Autant la partie historique, très western, se révèle entrainante et énergique avec son lot de fusillade et d’action, autant la période contemporaine avec la présentation de l’équipe d’historiens et de Dick Benton m’a paru trop caricaturale.

Pour présenter les choses Dick Benton est un ancien du FBI mis au placard qui se retrouve à diriger une équipe de rats de bibliothèque composé d’une génie de l’informatique à qui aucun système ne résiste (bien entendu), une punkette dont il ne faut pas se fier aux apparences et un ancien, roi de la fouille sur archives. Dans les années 90 ce mélange de X-files et de Lone Gunmen, la SF en moins, m’aurait accroché, aujourd’hui je trouve que cela fait un peu caricatural, surtout que l’auteur vient nous sortir LA révélation qui pose l’équipe ; elle a résolu le meurtre de Kennedy le tout en toute discrétion, car une telle bombe ne peut être révélée au public. Trop dangereux. Bon ok, ça démarre fort, j’en suis à la page 40. J’avoue que là, personnellement je me suis senti dans le syndrome de trop de révélations et de complots tue la révélation.

Heureusement tout cela va rapidement passer au second plan et j’ai alors retrouvé dans cette histoire ce que j’étais venu chercher. Une intrigue bourré adrénaline et d’action, qui ne prend pas le temps de laisser souffler le lecteur, de réfléchir et encore moins de se reposer. On y retrouve d’ailleurs la patte de l’auteur nous proposant des chapitres courts, énergiques, efficaces et qui font que le lecteur se trouve à tourner les pages alignant rebondissements, révélations, courses poursuites et fusillades le tout de façon percutante et sans fioritures. L’auteur joue d’ailleurs facilement avec son lectorat entremêlant ces deux histoires de façon captivante, pour ne jamais trop en dévoiler sans non plus perdre son lecteur.

On voit d’ailleurs qu’il connait parfaitement les règles du thriller, les retranscrivant de façon réussie et performante, même si je lui reprocherai peut-être d’un peu trop les user par moment, cherchant à prendre trop de temps pour dévoiler certains plans ou certaines révélations. De plus l’auteur s’offre aussi quelques facilités, que j’ai déjà aussi retrouvé dans d’autres romans, comme par exemple la présence du génie en informatique qui peut aller partout, espionner partout ce qui débloque bien trop facilement certaines situations avec juste son petit PC, mais qui parallèlement n’arrive pas à retrouver l’IP cachée d’un mail. Mais ce ne sont que des détails qui sont finalement balayés tant je me suis retrouvé emporté. On y retrouve aussi une critique de la société souvent acerbe et percutante, même si parfois ce sentiment de colère et d’injustice que retranscrit l’auteur au travers de ses lignes est un peu trop présent.

Concernant les personnages, malgré comme je l’ai dit un démarrage un peu compliqué, je les ai trouvé clairement vivants, prenants et entrainants. On se retrouve à suivre avec envie les nombreuses péripéties et aventures qui leurs tombent dessus. L’équipe va finalement se dévoiler plus complexe que le début le laisser présager et même si certains héros ont un air de déjà-vu l’auteur arrive à faire qu’on s’intéresse à eux. Le personnage qui sort, selon moi, du lot c’est Billy le Kid, présentant un protagoniste plus futé et intelligent qu’on le croit. Le héros, Richard Benton, se révèle aussi très intéressant à suivre, possédant ses forces et ses faiblesses et devant effectuer des choix pas toujours faciles. Par contre je n’ai jamais réussi a accrocher à Antonia, mis à part sa capacité à pirater les PC et apporter des informations j’ai trouvé que l’auteur cherchait à la rendre trop mystérieuse sans jamais, justement, lui offrir assez de profondeur pour captiver.

L’atmosphère nerveuse et bourré d’adrénaline qui est construite au fil du récit est bien porté par des dialoguer percutants et vif, malgré parfois c’est vrai un peu trop de tout de passe-pas pour ne pas trop dévoiler d’informations. On retrouve aussi dans ce roman une passion de l’auteur, les avions, que j’avais déjà remarqué dans Les Étoiles s’en Balancent, et qui se révèle toujours aussi intéressante à découvrir, apportant un plus à l’ensemble, le tout sans non plus perdre le lecteur dans trop d’explications ou de descriptions. L’ambiance western se révèle elle aussi réussie, on a l’impression de s’y retrouver plongé, entourer de fusillades, de saloon et d’alcool.

Je regrette par contre que l’auteur en fasse parfois un peu top dans les scènes qu’il met en place, je pense principalement à la scène de diversion qui m’a paru quand même manqué clairement de crédibilité, ce que j’ai trouvé dommage. Ensuite le jeu de piste concernant Billy le Kid à l’air de mettre en jeu plusieurs acteurs, je ne comprends donc pas pourquoi l’auteur nous rajoute une sous-intrigue secondaire concernant un détenu condamné à mort. Certes elle va influencer un personnage, mais franchement elle n’a jamais réussi à me captiver, surtout qu’elle n’apporte rien à l’intrigue principale, linéaire et facilement devinable. Peut-être que l’auteur voulait offrir une critique sur la peine de mort aux USA, mais franchement, l’ensemble n’a jamais réussi à me toucher. Dommage. Heureusement que cette intrigue secondaire soit assez court au final.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi entrainante, explosive et vivante, offrant ainsi ici un thriller des plus haletant, certes qui possède ses défauts, mais qui se lit facilement et sans temps morts. Une lecture qui colle aussi parfaitement avec la période de « lecture d’été, très divertissante. Si l’auteur décide de construire une suite à cette équipe de « Rats de bibliothèque » je la lirai aussi sans soucis en sachant que je ne devrai pas m’ennuyer.

En Résumé : J’ai donc passé un moment de lecture sympathique et efficace avec ce roman qui, malgré un démarrage un peu caricatural à mon goût, nous offre une intrigue entrainante, explosive, bourrée d’adrénaline et sans temps morts. L’auteur connait parfaitement les codes du Thriller et les réutilise de façon réussie, même si parfois, c’est vrai, il en fait un peu trop dans les rebondissements et les surprises, tout en offrant une critique de la société percutante. Les personnages, malgré un démarrage un peu compliqué, se sont révélés intéressant à suivre même si je n’ai pas réussi à accrocher à Antonia. Je regrette juste une courte intrigue secondaire auquel je n’ai jamais accroché et certains passages qui me paraissaient manque de crédibilité. L’univers western sur la partie de Billy The Kid se révèle immersive et la passion de l’auteur pour les avions apporte un véritable plus. La plume de l’auteur se révèle toujours aussi vive, explosive et captivante, happant le lecteur entre courses poursuites et explosions. Au final on a là un Thriller historique qui remplit de façon efficace son rôle de divertissement et si l’auteur propose d’écrire une suite sur cette équipe de « rats de bibliothèque » je la lirai sans soucis en sachant que je ne m’ennuierai pas.

 

Ma Note : 7/10

 

Autres avis : Les Mandragores, Boudicca, Dup, …

Les Damnés de L’Asphalte – Laurent Whale

les damnes de l'asphalteRésumé :Quinze ans ont passé depuis l’invasion venue du Nord, mais le monde ne s’est pas amélioré, bien au contraire… La misère et la famine règnent sur un pays ravagé. Villes fantômes, bandes organisées, soldats de fortune et sectes d’illuminés en tout genre se partagent la route du Sud. Il faudrait être fou pour l’emprunter. Fou… ou déterminé.
Lorsque son frère est porté disparu, Miki, le jeune mécano, se met en tête de rallier la péninsule ibérique. À ses côtés, Toni, le pilote, et Cheyenne, le hors-murs, reprennent du service ! Commence pour eux un périple à travers un pays en proie aux flammes et au chaos.
Et, alors que les survivants se disputent les miettes de la civilisation, une menace resurgit des abysses du monde d’avant. Un cauchemar sans nom qui pourrait bien barrer la route aux damnés de l’asphalte…

Edition : Critic

 

Mon Avis : Lors des dernières Imaginales je suis tombé sur ce roman, je ne savais pas que l’auteur avait décidé d’écrire une suite au livre Les Étoiles s’en Balancent et je me suis donc retrouvé rapidement intrigué par ce roman. Je suis donc reparti, après discussion avec l’auteur concernant le premier tome, avec les deux romans sous le coude. Juste le temps de relire le premier tome (ma chronique ici) et me voilà lancé dans cette suite. En tout cas je trouve la couverture, encore illustrée par Ronan Toulhoat, toujours aussi magnifique et qui colle bien au récit.

L’auteur nous offre une histoire qui se déroule 15 ans après le premier tome, Tom Costa a disparu avec son frère et Miki monte l’expédition de la dernière chance pour les retrouver. L’auteur repart sur les mêmes bases que le roman précédent, nous offrant une histoire pleine d’aventure, sans temps mort, remplie de rebondissements et de retournements de situations. Si le lecteur cherche l’action, l’adrénaline et les fusillades il risque de ne pas s’ennuyer, surtout que l’auteur continue aussi à offrir une histoire un minimum intelligente principalement à travers l’univers qu’il présente et qui s’effondre de plus en plus au fil des jours ainsi que les rencontre que vont faire nos héros. Dans ce roman l’auteur nous offre aussi une histoire plus sombre, pleine d’espoir brisé, de souffrance et de défaitisme qui vient se coller parfaitement au monde présenté, même les personnages n’y coupent pas et doivent régulièrement se remettre en question au fil de leur quête et de leur avancée.

L’univers présenté par l’auteur, justement, a énormément évolué depuis les 15 ans qui le sépare du tome précédent. Il se révèle beaucoup plus noir, un monde sans cohésion ou la seule unité possible revient soit à des petites communautés de survivants, soit s’obtient par la force. La technologie est de plus en plus oubliée et l’humanité régresse sauf exception. Par contre, ce qu’on perd par rapport au livre précédent, c’est tout cet aspect sur le monde de l’aviation, on se retrouve ainsi dans un monde post-apo plus classique. Rien de bien méchant là-dedans, car l’auteur s’en sort plutôt bien nous offrant un monde cohérent, efficace, un minimum original et entrainant tout en nous dévoilant ce que l’humanité pourrait devenir si elle se retrouvait livrer à elle-même. A noter que cette fois le roman fait quitter la France à nos personnages pour nous les envoyer en Espagne. J’ai juste un petit reproche concernant les Rugoso, j’avoue ne pas avoir complètement accroché à cet aspect.

Pourtant, je dois bien avouer j’ai trouvé ce roman un léger ton en dessous du précédent. Le premier point qui m’a dérangé c’est cet aspect de décalage entre les personnages et le monde où ils vivent, on a l’impression que leurs émotions sont exacerbées, comme s’il n’avait jamais vécu à cette époque et qu’ils découvraient tout. Des personnages un peu trop « pur » pour le monde où ils vivent. Ensuite la quête de nos héros parait, par moments, tourner en rond du style on avance, on rencontre un obstacle, on l’élimine en se demandant dans quel monde on vit et on continue à avancer ce qui crée quelques fois un léger sentiment de lassitude. Il y a aussi l’aspect logistique, c’est un petit point certes, mais il m’a légèrement dérangé, les personnages n’arrêtent pas de dire qu’ils doivent économiser les munitions, pourtant ils tirent à tout va et vident chargeur sur chargeur sans jamais se retrouver en pénurie. Enfin vient aussi l’aspect chance, je crois que les héros sont des tireurs d’élite, plus de 99% de leur tirs font mouches. Au final rien de complètement gênant là dedans, le roman remplissant toujours son rôle de divertissement et de lecture agréable et sympathique, mais ça surprend.

Concernant les personnages on retrouve une partie des personnages du tome précédent ainsi que de nouveaux protagonistes rencontrés parfois au fil de l’aventure. L’auteur nous offre des personnages intéressants, qui se glissent parfaitement bien dans cette histoire et donnent envie de suivre leurs aventures même si parfois les liens se font un peu trop facilement. Je reprocherai juste à certains anciens personnages d’avoir peu évolué depuis 15 ans, rien de bien gênant. Par contre ici on change de narrateur, on passe de Tony à Miki, ce qui est une bonne idée, car Miki ayant une vision plus sombre et moins  optimiste de la vie il colle plus facilement à ce récit, même si je lui reproche d’avoir un peu trop un avis sur tout sans jamais chercher à développer ni à comprendre ce qui a pu amener à cette décision ou à cette situation.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi vive, incisive et entrainante ce qui colle parfaitement à ce récit de SF post-apo rempli d’aventures et de péripéties et qui offre au final un roman vraiment divertissant et sans temps morts. La conclusion, par contre, m’a parue trop rapide et surtout un peu trop facile par moment à nos héros. Au final un roman un ton en dessous du précédent mais qui, pour moi, se laisse lire et se révèle vraiment divertissant et intéressant à découvrir. Par contre, le tout dernier chapitre, désolé, il m’a fait penser au Roi Lion.

En Résumé : J’ai passé un agréable moment de lecture avec ce livre même si je l’ai trouvé un ton en dessous du précédent. L’histoire se révèle plus sombre, plus violente offrant toujours au lecteur une intrigue efficace et intéressante qui fait qu’on tourne les pages avec plaisir pour connaitre la fin. L’univers est aussi plus noire, l’humanité régresse, mais j’ai trouvé dommage que l’auteur met complètement de côté tout l’aspect aviation développé dans le roman précédent. De plus j’ai moyennement accroché au Rugoso. Les personnages sont intéressants et happe facilement le lecteur dans les aventures je reproche juste certains anciens personnages de ne pas avoir trop évolué. La plume est toujours aussi incisive et efficace. Je regrette tout de même un décalage entre les personnages et l’univers, un problème de logistique avec les armes et aussi un aspect légèrement répétitif dans la construction de l’intrigue par moment. Une suite agréable qui offre un roman de post-apo qui se laisse lire avec un minimum plaisir sans trop se prendre la tête.

 

Ma Note : 7/10

Les Etoiles s’en Balancent – Laurent Whale

les etoiles s'en balancentRésumé : Dans une France plongée dans la violence, la famine et la misère, Tom Costa fait ce qu’il doit pour survivre ; à bord de son petit avion, il chine et glane sa subsistance. Et, dès qu’il peut, il fonce la retrouver, elle, San, sa douce, sa lionne. Mais bientôt, venu du Nord, un péril bien plus grand que les hordes de chiens sauvages ou les hors-murs le guette : une invasion a commencé, et les Villes-Etats tombent les unes après les autres… Pour contrer cette menace, le vagabond du ciel va devoir former une escadrille de choc. Il pourra compter sur une poignée de têtes brûlées, parmi lesquelles Miki, le petit mécano, et Cheyenne, l’insoumis. Ensemble, ils devront tout mettre en oeuvre pour sauver leurs miches et ce qu’il leur reste de toit… tandis qu’au-dessus d’eux, les étoiles s’en balancent !

Edition : Critic

 

Mon Avis : Si vous suivez mon blog depuis le début, vous devez savoir que j’ai déjà lu et chroniqué ce roman (ma chronique ici). Alors pourquoi le relire et surtout le chroniquer à nouveau, me direz-vous? Tout simplement car lors de ma rencontre avec l’auteur aux dernières Imaginales on a discuté des différences entre l’édition rivière blanche (que j’ai lu) et l’édition Critic, il m’a expliqué qu’il avait effectué pas mal de modifications et qu’il est préférable de relire l’édition Critic avant de se lancer dans la lecture de la suite. En tout cas je trouve la couverture, illustrée par Ronan Toulhoat, vraiment magnifique. Je ne fais et ne pense rarement faire de nouvelles critiques de livres déjà chroniqué, mais là j’ai fait une exception justement car l’histoire à subie des changements.

On se retrouve ici dans un roman de Science-Fiction et surtout d’aventures qui se lit avec plaisir sans trop se prendre la tête, tout en offrant tout de même un récit intelligent. En effet on tourne les pages avec grand plaisir pour suivre cette histoire dont l’auteur maîtrise efficacement les rebondissements, les retournements de situations et les surprises, le tout rempli d’action et d’adrénaline qui offrent un rythme haletant. Surtout l’auteur vient nous offrir une intrigue vraiment intéressante et un minimum travaillée à travers cette histoire de survie du héros dans un monde de plus en plus proche du gouffre. Le mélange fonctionne vraiment bien, comparé à la précédente version on y gagne même en fluidité et la conclusion évite clairement l’accumulation de rebondissement; ce que je reprochais à l’édition Rivière Blanche. Par contre, certains m’ont tout de même parus un peu trop « improbable », je pense principalement à la révélation sur le Khan.

L’univers futuriste présenté par l’auteur se révèle vraiment efficace, sombre, violent et intéressant, se basant sur l’implosion des gouvernements amenant le retour des communes où chaque ville possède son propre gouvernement, pas toujours démocratique. Ce qui ressort principalement, et ressortait déjà dans la précédente version, c’est le travail de l’auteur sur le milieu aérien et les avions. Il arrive vraiment à nous faire partager cette passion et cet amour de l’air et du vol sans non plus ennuyer ou bien tomber dans le côté trop technique et ardu. Limite ça donne envie de voler.

Ce qui est aussi intéressant c’est tout cet aspect mis en avant sur l’adaptation de l’homme pour survivre dans un monde où la technologie se meurt doucement mais sûrement et où la violence reprend ses droits pour survivre. L’homme va donc se retrouver à mélanger reste de science et techniques de base pour ne pas mourir. Mon reproche est que tout repose trop souvent sur une seule personne qui a les connaissances et aussi un certain parti pris de l’auteur sur certains aspects.

Autre point qui ressort fortement dans ce récit, mais qui se révèle à double tranchant, c’est toujours cette optimisme qu’on retrouve tout au long du roman. Autant cette bonne ambiance se révèle communicative et apporte le sourire, autant à force elle en devient aussi un peu lassante tant on se demande comment on peut toujours être aussi positif avec tout ce qui tombe sur la tête des personnages. Autre point qui m’a dérangé c’est aussi cette sorte de « fusion » qui apparait à travers le groupe d’amis qui se forme au cours du roman. Cela me surprend toujours cet aspect où un gars rencontré il y a quelques semaines va limite mourir pour vous simplement parce que, bon, vous êtes amis. Alors, rien de bien gênant non plus, mais voilà ça surprend.

Concernant les personnages ils se révèlent intéressants à suivre tout au long du récit. Ils ne manquent pas de charisme et possèdent un niveau de profondeur intéressant qui font qu’on s’accroche assez bien à eux. Bien sûr certains personnages secondaires paraissent un peu caricaturaux et manquent parfois de surprises tant on devine leurs façon de penser, mais au final chaque personnage colle vraiment parfaitement à cette histoire d’aventures et surtout pleines de divertissement. Le personnage principal, Tom Costa, qui est aussi le narrateur, se révèle lui vraiment intéressant à suivre, nuancé et plein d’humour on s’accroche rapidement à lui. Je lui reproche juste de rentrer un peu dans le héros invincible qui à force de recevoir des coups on se demande comment il peut encore être debout.

La plume de l’auteur se révèle vraiment, vive, incisive et colle parfaitement à cette histoire sans temps mort. Tout n’est certes pas parfait dans ce roman, mais il offre vraiment un moment de lecture divertissant et plein d’entrain. Par contre pour moi, comme dans la première version, le dernier chapitre est de trop; mais bon il ne s’agit que de mon avis. Un roman au final plaisant à lire pour toute personne qui cherche une lecture sans trop de prise de tête, vive, mais tout en gardant un côté intelligent et construit. Je lirai sans soucis la suite qui est justement déjà dans ma PAL.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman qui nous offre une histoire vraiment divertissante, sans temps mort, pleine d’action et de suspens. L’univers se révèle intéressant et repose sur un postulat de départ efficace et captivant, mais ce qui fascine c’est cette passion que partage l’auteur sur le monde aérien. Les personnages sont intéressants, efficaces, surtout Tom Costa le narrateur qui se révèle attachant. Dommage que certains personnages secondaires tombent un peu dans le classique. La plume de l’auteur se révèle vive, entrainante et incisive et emporte le lecteur. Je trouve juste dommage cette chape d’optimisme qui recouvre tout le roman, ou bien cette amitié indéfectible  qui fait qu’on est prêt à suivre jusqu’à la mort un gars qu’on connait à peine. De plus le dernier chapitre est de trop à mon goût. Mais au final ce roman remplit pleinement son rôle de divertissement fougueux et plein de rebondissement et je lirai la suite.

 

Ma Note : 7,5/10

Les Pilleurs D’Âmes – Laurent Whale

les pilleurs d'amesRésumé : 1666…
« Les grosses balles de plomb claquent sur le bois de la chaloupe. Je prends conscience que j’ai de l’eau jusqu’aux chevilles.
Peu importe : c’est un voyage à sens unique.
Plonger, tirer, plonger, tirer…
Un choc sourd. Nous avons touché.
— Lancez les grappins ! À l’abordage ! »

Suivez les pas de Yoran Le Goff dans ce trépidant roman d’aventures où espionnage intergalactique se mêle à la flibuste du XVIIè siècle,
et à ses marins gouailleurs !

Edition : Ad Astra

 

Mon Avis : Je me suis laissé tenter par ce livre pour plusieurs raisons, premièrement j’ai déjà lu un livre de l’auteur, Les Etoiles S’en Balancent, édition Rivière Blanche et non pas la dernière version de Critic, et j’avais passé un bon moment malgré l’impression que l’auteur en faisait parfois un peu trop (ma chronique ici), ensuite les bonnes critiques lues à droite et à gauche ont jouées aussi fortement sur mon envie de lire ce livre et finalement la couverture, illustrée par Eric Scala, que je trouve vraiment réussie à fini de me convaincre. Par conséquent ce livre est venu rejoindre ma PAL lors du dernier festival des Futuriales.

Ce roman offre une histoire vraiment intéressante, mélange de Space-Opera et de roman historique de piraterie, nous plongeant alternativement dans une sorte de monde parallèle et sur notre bonne vieille terre à l’époque des pirates et des flibustiers. La mayonnaise prend vraiment bien et l’auteur nous offre un véritable roman d’aventure rempli d’actions et de rebondissements qui font qu’on ne s’ennuie jamais dans ce court roman d’environ 200 pages. L’alternance avec des passages plus politiques du monde parallèle est parfaitement bien maîtrisé, ne dérange en rien la lecture et permet même d’augmenter la tension et le suspens au cours de l’histoire tout en ajoutant une touche éxotique prenante, même si j’ai trouvé que, sur la fin, l’auteur se débarrassait un peu trop rapidement de son histoire intergalactique pour se concentrer sur la partie piraterie, mais rien de bien grave. Tout va vite, va très vite à travers un rythme vraiment soutenu et captivant, on sent la tension monter au fil des pages pour aboutir à une conclusion explosive.

Alors voilà, tout le monde ne peut pas faire un roman sur les pirates comme cela et c’est là qu’on sent toute la force de l’histoire, car on remarque très rapidement que l’auteur s’est fortement documenté sur le sujet pour nous offrir une histoire crédible et vraiment cohérente centrée principalement sur un personnage secondaire historique L’Olonnais, un des plus sanglants flibustiers, qui va se révéler avoir une grande importance. Surtout le roman nous rappelle aussi que, malgré les décors paradisiaques de ces îles qui font rêver le lecteur, le monde de la piraterie est un monde plein de violence, sanglant et où la mort règne souvent. Le lecteur n’est pas ménagé du début à la fin, que ce soit lors des scènes de violence, de torture, mais aussi celles plus intimistes il se retrouve emporter, mais surtout l’auteur ne tombe jamais vraiment dans la surenchère ni dans le gore, ne cherchant pas à trop choquer le lecteur, mais plus à l’intégrer dans son monde, dans cet univers qui n’est finalement pas vraiment toujours rose.

Alors bien sûr ne pensez pas qu’il s’agisse que d’un roman sombre et noir, limite déprimant, non loin de là, le livre possède aussi ses bons sentiments, son soleil et ses grands moments de rigolades, même si quelquefois le tout se révèle un peu trop simpliste, mais c’est porté par une gouaille des plus ravageuse qui fait qu’on ne le ressent pas vraiment. Sur la fin le roman devient peut être un peu linéaire et on devine assez rapidement les choses, mais voilà le roman est tellement dynamique et bien porté par les rebondissements et les retournements de situations que c’est vite oublié. Par contre, je trouve dommage que l’auteur reste assez basique sur la notion entre peuple civilisé et barbare, surtout qu’il démontre par les actes que finalement il y a peu de différence, mais il ne rentre pas trop en profondeur. Rien de bien méchant.

Les personnages se révèlent rapidement haut en couleurs, charismatiques et surtout attachants, l’auteur évitant tout manichéisme, présentant des personnages complexes et surtout lié à une époque qui a ses propres règles. Personne n’est véritablement méchant ou gentil et tout le monde peut se révéler mauvais ou bon selon les situations.  Les protagonistes manquent peut être légèrement de densité, surtout concernant leurs histoires passées, mais ça ne les empêchent pas d’être attracteurs et on les suit avec grand plaisir à travers les aventures qu’ils vont rencontrer. La narration à la première personne permet aussi de vraiment découvrir ce monde à travers le regard du novice qu’est Yoran Le Goff ce qui ajoute un plus à l’histoire.

La plume de l’auteur est vraiment captivante, fluide et dynamique rendant l’univers présenté vraiment palpable et très visuel, le tout porté par des descriptions efficaces et soignées. Les dialogues sont portés par une gouaille qui colle parfaitement à l’époque et offre une belle touche d’authenticité. On se laisse vraiment emporter par cette histoire pleine d’énergie et de surprise ou l’auteur manie avec brio les rebondissements et les retournements de situation. Un bon roman qui, certes, à quelques défauts, mais se dévore avec plaisir et si jamais l’auteur décide de réécrire dans cet univers je lirai le livre avec plaisir.

En Résumé : J’ai passé un vraiment bon moment de lecture avec ce roman qui nous offre une histoire, mélange de Space Opera et de roman historique de pirates, plein de fougue, d’action et de rebondissements et où on ne s’ennuie jamais du début à la fin. On sent que l’auteur s’est fortement documenté pour nous poser un univers cohérent, solide et vraiment palpable et qui nous dévoile que le monde de la piraterie est loin d’être rose même s’il se révèle fascinant à découvrir. Les personnages sont vraiment attachants et passionnants à suivre tout au long de cette aventure et surtout l’auteur leur évite tout manichéisme. Alors, bien sûr tout n’est pas parfait l’histoire a parfois ces simplicités et devient un peu linéaire sur la fin mais rien de bien méchant tant on est emporté. Le style de l’auteur est vraiment fluide et captivant et nous emporte du début à la fin.

 

Ma Note : 8/10

© 2010 - 2021 Blog-o-Livre