Étiquette : patrick rothfuss

La Musique du Silence – Patrick Rothfuss

la musique du silenceRésumé : Rares sont ceux qui connaissent l’existence du Sous-Monde, une toile brisée d’anciennes galeries et de pièces laissées à l’abandon qui s’étend dans les profondeurs de l’Université.
Protégée par ce labyrinthe sinueux, confortablement installée au cœur même de ces lieux désolés, vit une étrange jeune femme.
Le silence et les ténèbres semblent être ses seuls compagnons sur le chemin qu’elle se fraie dans cet univers souterrain. À moins qu’elle ne perçoive autre chose. Comme une complainte des oubliés, mêlant douceur et amertume à son existence…
Son nom est Auri. Et sa vie est peuplée de mystères.
Parmi les nombreuses rencontres de Kvothe, la plus attachante est sans nul doute celle d’Auri. Cette jeune femme, au caractère à la fois sauvage, enfantin et précieux, reste voilée de mystère. Le regard qu’elle porte sur le monde semble percevoir bien plus que celui du commun des mortels. Bientôt elle reverra Kvothe et il faudra lui offrir un présent. Il est temps de se mettre en quête.

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Patrick Rothfuss fait partie des auteurs dont j’attends chaque nouveau livre avec impatience. Son premier livre Le Nom du Vent m’avait fasciné par son histoire de Fantasy dense, complexe et portée par un héros charismatique (ma chronique ici). La suite, La Peur du Sage, avait confirmé tout le bien que je pensais de ce cycle (chronique Partie 1 et Partie 2), dont j’attends d’ailleurs le troisième et dernier tome avec impatience. Quand j’ai vu que l’auteur publiait une Novella dans le même univers, qui plus est sur Auri, un des personnages secondaires que j’apprécie le plus, je n’ai alors pas mis longtemps à la faire entrer dans ma bibliothèque. À noter de nouveau une magnifique couverture et des images parsemées au fil des pages, toujours illustrée par Marc Simonetti, ainsi qu’une très belle édition avec couverture reliée.

Alors on va commencer par quelques précautions car, comme l’auteur le dit en introduction, si vous cherchez à découvrir l’univers Chronique du Tueur de Roi ne commencez pas par ce livre. Ce serait une erreur. Il faut au moins avoir lu Le Nom du Vent, voir même La Peur du Sage, avant pour mieux comprendre et appréhender cette histoire. Ensuite si vous cherchez Kvothe vous allez être déçu, on ne fait vraiment que suivre Auri, aucun autre personnage n’apparaît. Enfin si vous cherchez un livre qui bouge, alors il vaut mieux éviter ce livre. Vous êtes prévenu.

Alors que nous raconte ce livre ? C’est bien simple il nous fait plonger dans une tranche de la vie d’Auri, à la recherche d’un cadeau, dans le sous-monde, pour Kvothe qu’elle doit retrouver dans sept jours. Pas de grande histoire, ni de quête, ni de voyage initiatique ou autre. Par conséquent pas vraiment de tension, ni d’action avec plein de rebondissements, simplement la plongée dans la vie, pas toujours facile, de cette jeune fille étrange. Il apparait alors quelque chose de fascinant, pour peu qu’on s’intéresse à Auri et qu’on se laisse emporter, à la suivre à travers ses journées. Elle possède une vision du monde complètement différente de la nôtre, pour elle tout à une logique qui lui est propre et chaque élément, chaque objet, possède son propre esprit, sa propre âme qui varie en fonction de l’évolution du temps ; un peu comme un être humain. Elle se retrouve donc entouré d’objets qui sont, d’une certaine façon, sa famille qu’elle essaie de rendre heureux jours après jours. On est alors fasciné par la vision que nous offre Auri de son monde, de cette légère folie douce qui se dégage d’elle, rendant ses journées à la fois magiques ou tristes, et fait que finalement elle se révèle à part.

Pour peu qu’on l’apprécie, on se retrouve alors à découvrir une héroïne qui est, d’une certaine façon, marquée par la vie, qui nous fait découvrir son monde et dont, finalement, on s’attache assez facilement. On en apprend ainsi plus sur ses émotions, ses sentiments, porté par un travail plutôt efficace et captivant de l’auteur. On sent d’ailleurs bien qu’il l’apprécie énormément, une aura de tendresse se dégage ainsi de cette histoire, mais sans non plus, je trouve, tomber dans une caricature ou un portrait trop parfait de l’héroïne. Une Auri humaine, pleine de failles et de passions, qui ne manque pas non plus de nous offrir quelques mystères et quelques vérités. Le soucis, je trouve, c’est que le côté brisé de l’héroïne reste très magique, touchant et romanesque, alors qu’il ne faut pas oublier qu’elle est un peu « folle ». Un peu comme si l’auteur ne voulait en garder que les aspects les plus féériques des ses troubles tout en oubliant les aspects les plus sombres. Rien de non plus bloquant, mais un peu frustrant je trouve, surtout après ma lecture de La Fille qui se Noie qui offrait une héroïne beaucoup plus saisissante et sans artifices, capable de se faire du mal si elle perd le contrôle.

On en apprend aussi plus sur le sous-monde, ce lieu assez mystérieux dont on entend déjà parler avec Kvothe, qui se révèle finalement être un endroit assez fascinant, enchevêtrement de salles et de pièces toutes, d’une certaine façon, plus magique les unes que les autres. Un labyrinthe qui donne envie d’être découvert. Une certaine poésie se dégage d’ailleurs de ces lieux, alternant aspects lumineux et d’autres plus sombres, mélanges d’égouts, de pièces oubliés et de lieux maudits. Je regrette peut-être juste que finalement ce Sous-Monde soit peut-être un peu trop gentillet, je me souvenais de quelque chose de plus sombre et peut-être plus sauvage dans les Chroniques du Tueur de Roi. Mais bon rien de bien gênant non plus.

Alors après il ne faut pas non plus se leurrer, on est loin d’avoir le meilleur de Rothfuss entre les mains. L’auteur avait clairement envie d’écrire cette histoire. On sent bien, comme je l’ai dit, qu’elle possède quelque chose de particulier pour lui et même si, pour moi, elle s’est révélée plaisante à lire, elle n’arrive pas non plus à offrir plus que cela : un divertissement léger. Un peu comme une petite douceur pour faire patienter le lecteur avant la sortie du troisième tome de son cycle. Le soucis c’est que l’histoire aurait pu, je pense, y gagner déjà en nous en apprenant plus sur le passé d’Auri, qui est toujours aussi nébuleux, vu que cette Novella nous propose simplement de la suivre au jour le jour.  Ensuite il y avait la place pour offrir quelques surprises et rebondissements.

La plume de l’auteur se révèle vraiment intéressante, s’offrant le tour de force de nous offrir un récit sans un seul dialogue sans jamais non plus ennuyer. Une plume qui change complètement de ce qu’il proposait dans ses autres récits, cherchant plus un aspect poétique, féérique et même s’il est encore loin de ce que peut proposer certains auteurs dans ce domaine comme Neil Gaiman, il s’en sort bien arrivant un minimum à emporter le lecteur dans cette histoire étrange. Au final un texte qui se révèle sympathique, pas le plus fascinant ni, selon moi, le meilleur de l’auteur, mais qui possède tout de même un certain charme et une certaine magie . Après à vous de voir si vous vous reconnaissez dans ce que je viens de chroniquer et si vous voulez mettre 20€ dans un livre de 160 pages. Maintenant reste plus qu’à attendre la publication du troisième tome des aventures de Kvothe qui pourrait sortir en 2016.

En Résumé : J’ai passé un sympathique moment de lecture avec cette novella qui nous fait découvrir Auri, personnage secondaires des Chroniques du Tueur de Roi. Un texte étrange, nous faisant découvrir une tranche de vie sur 7 jour de l’héroïne. Se dévoile au fil du récit sa vision du monde, complètement différente de la nôtre, ainsi que son comportement assez protecteur vis-à-vis de ce qui l’entoure et qui possède une certaine féerie et une certaine magie. Par contre si vous cherchez des rebondissements ou de l’action, passez votre chemin. On découvre au fil des pages une jeune fille, marquée par la vie, qui se révèle un minimum attachante et accroche le lecteur, même si je trouve que l’auteur la protège peut-être un peu de trop, surtout concernant sa « folie » dont il ne parait garder que les aspects les plus magiques. Le sous-monde gagne ici en profondeur, offrant un lieu labyrinthique assez intéressant à arpenter. Après ce livre est loin de se révéler être le meilleur de Rothfuss, lui offrant plus de développer un peu un personnage qu’il affectionne, offrant un divertissement agréable mais loin de ce qu’il peut proposer dans son cycle. La plume est complètement différente de ses autres écrits, se décalant ver le poétique, et même s’il n’atteint pas le niveau de certains auteurs il s’en sort honorablement bien. Au final je ne suis pas déçu de ma lecture, même si je m’attendais à mieux, en tout cas de quoi patienter en attendant la publication du troisième tome des aventures de Kvothe.

 

Ma Note : 7/10

Chronique du Tueur de Roi Deuxième Journée, La Peur du Sage Partie 2 – Patrick Rothfuss

la peur du sage 2

Résumé : J’ai dormi des milliers de nuits et parcouru des milliers de kilomètres.

Je m’imaginais que tout serait très facile, une fois que je serais à l’Université. J’y apprendrais la magie et trouverais les réponses à toutes les questions que je me posais. Je croyais que tout se passerait aussi simplement que dans les livres de contes.

Et il aurait pu en être ainsi, si je n’avais pas eu le don de me faire des ennemis et de m’attirer les ennuis.

Cette histoire n’a rien d’une romance enlevée. Ce n’est pas une fable, où l’on revient d’entre les morts. Ce n’est pas un récit épique destiné à galvaniser les esprits.

Non. Nous savons tous de quel genre d’histoire il s’agit.

Quand quelqu’un vous raconte une partie de sa vie, c’est un cadeau qu’il vous fait.

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Voilà enfin la seconde partie du deuxième tome de la Chronique du Tueur de Roi. Les deux mois d’attente furent longs, mais, la patience a fini par payer et il a fini directement dans ma PAL le jour de sa sortie. Il faut dire que je suis véritablement tombé sous le charme de ces chroniques, sur la vie de Kvothe et après un premier tome excellent (chronique ici) et une première partie de second tome tout aussi réussi (chronique ) j’avais hâte de lire la suite et fin de ce deuxième tome pour découvrir où l’auteur allait nous emmener. A noter une couverture, toujours illustrée par Marc Simonetti, vraiment très réussie. C’est d’ailleurs peut être le seul point positif de ce découpage en deux parties de ce tome, c’est d’avoir deux magnifiques illustrations de couverture.

Pas de surprise au début de ce tome, on se retrouve directement après la fin de la première partie, Kvothe se lance dans la traque de pilleurs et va commencer à vraiment entrer dans la légende. On retrouve notre héros qui va, dans ce tome, traverser le monde et en découvrir énormément, que ce soit sur lui, mais aussi sur sa façon de voir le monde, de l’appréhender. Une quête initiatique qui va définitivement faire quitter Kvothe de l’adolescence pour le faire entrer dans le monde adulte. Un voyage qui va complètement le changer que ce soit dans ces connaissances, dans la découverte d’autres peuples mais aussi qui va le changer intérieurement, il va perdre un peu de cette arrogance qui le caractérisait, il va découvrir de nouveaux aspects sur la vie, la magie et les sentiments et comment l’appréhender. Il va aussi évoluer physiquement, il va apprendre à se battre et découvrir toute une nouvelle philosophie liée au combat et au contrôle qui va se révéler vraiment intéressante.

Comme les tomes précédents le rythme est toujours captivant, sans être non plus un rythme effréné où les combats s’alignent, ce qui convient parfaitement au fait qu’il s’agit de Kvothe qui nous conte sa légende, par conséquent on découvre un peu tous les pans de sa vie. Comme dans les tomes précédents je me suis laissé facilement emporter par le récit de Kvothe, on y retrouve un peu tout, de l’humain, de l’aventure, de l’action, des personnages construits et ambigus et l’auteur sait nous emporter dans son histoire. Le roman ne manque pas non plus de surprises, d’aventures, ni de rebondissements qui se révèlent vraiment captivants et maîtrisés par l’auteur. Par contre, j’aurai juste un léger reproche à faire, j’ai trouvé la partie dans le monde des fae légèrement trop longue à mon goût, mais rien de bien méchant. On a vraiment l’impression de partager la vie du héros, d’être son confident.

Concernant l’univers, il continue à prendre de l’ampleur au fil des pages et vu que Kvothe voyage beaucoup dans ce tome on découvre de nouveaux peuples, de nouvelles coutumes, de nouvelles façons de penser, mais aussi le monde des faes qui est un monde parallèle, féerique, certes peu original, mais traité par l’auteur de façon solide, subtile et efficace et qui, surtout, va se révéler avoir son importance. L’univers continue à se densifier, mais apporte aussi certaines réponses que ce soit dans le conte comme dans la partie à l’auberge. On en apprend encore un peu plus, aussi, sur les Amyrs et les Chandrians. Mais ce que j’ai trouvé de plus intéressant dans ce tome ce sont les Adems, leurs façons de voir le monde, de l’appréhender, de le ressentir qui est complètement différente de ce que peut imaginer Kvothe, mais qui se révèle, pour moi, vraiment plaisante et fascinante. En tout cas un univers toujours aussi riche, foisonnant et travaillé par l’auteur qui donne envie d’être partagé et découvert.

Concernant les personnages Kvothe continue à évoluer, comme je l’ai déjà dit il quitte enfin l’adolescence pour entrer vraiment dans le monde adulte. On découvre aussi au fil des pages un Kvothe différent, il possède une part d’ombre qu’il commence à dévoiler, une colère qui le pousse parfois à faire des erreurs. Il va se retrouver à apprendre de ses erreurs, de ses actions et ainsi évoluer de façon intéressante tout au long du récit. Alors, attention Kvothe ne devient pas un monstre, il se révèle juste humain et attachant avec des sentiments parfois forts. Je reprocherai juste une chose au personnage, son passage de héros timide avec les femmes au héros casanova qui fait tomber toutes les femmes dans son lit, ce qui m’a paru un peu surprenant. Concernant les personnages secondaires ils sont toujours aussi solides, soigné et le fait d’en voir régulièrement de nouveaux apporte une fraicheur au récit et de nouvelles découvertes, le tout sans surcharger son histoire de protagonistes.

Le style de l’auteur se révèle toujours aussi prenant, captivant, riche et entrainant. Comme à son habitude on se laisse facilement emporter par la richesse du récit, mais aussi par la vie de Kvothe, héros finalement humain qui possède ses bons comme ses mauvais côtés. Mélange de quête initiatique, de changement, de magie et d’aventures ce tome se révèle vraiment passionnant. J’ai vraiment hâte de découvrir la suite, mais je me pose tout de même une question car, au vu de la fin du second tome, je me demande si l’auteur arrivera vraiment à faire tenir ce qu’il a lancé en trois tomes tant il reste encore pas mal de questions sas réponses, mais ça, seul l’avenir nous le dira.

En Résumé : J’ai encore passé un excellent moment avec cette suite des aventures de Kvothe. L’histoire, pleine d’aventure, de surprises et de magie se révèle passionnante et captivante du début à la fin malgré, j’avoue, quelques légères longueurs surtout sur l’épisode des fae. L’univers continue à s’enrichir, à se dévoiler et on découvre de nouveaux lieux, de nouveaux peuples qui se révèlent vraiment intéressants et enthousiasmants malgré parfois un léger manque d’originalité qui est compensée par une efficacité surprenante. Le personnage de Kvothe continue à évoluer au fil des pages et de cette quête initiatique et il quitte l’adolescence pour entrer dans le monde adulte. On découvre aussi un Kvothe parfois ambigu, plein de colère ce qui n’empêche pas le personnage d’être attachant et humain. Les personnages secondaires sont vraiment soignés et riches. Le style de l’auteur se révèle toujours aussi plaisant et entrainant et j’ai eu du mal à lâcher le livre. Juste encore un léger reproche, j’ai eu un peu de mal à accrocher au changement de Kvothe passant du garçon timide avec les filles au casanova charmeur. Dans tous les cas j’ai hâte de lire le troisième, même si je me demande comment l’auteur va réussir à faire tenir toutes les questions en suspens dans un seul et dernier tome.

Ma Note : 8,5/10

Chronique du Tueur de Roi Deuxième Journée, La Peur du Sage Partie 1 – Patrick Rothfuss

la peur du sage 1

Résumé : J’ai dormi des milliers de nuits et parcouru des milliers de kilomètres.

Je m’imaginais que tout serait très facile, une fois que je serais à l’Université. J’y apprendrais la magie et trouverais les réponses à toutes les questions que je me posais. Je croyais que tout se passerait aussi simplement que dans les livres de contes.

Et il aurait pu en être ainsi, si je n’avais pas eu le don de me faire des ennemis et de m’attirer les ennuis.

Cette histoire n’a rien d’une romance enlevée. Ce n’est pas une fable, où l’on revient d’entre les morts. Ce n’est pas un récit épique destiné à galvaniser les esprits.

Non. Nous savons tous de quel genre d’histoire il s’agit.

Quand quelqu’un vous raconte une partie de sa vie, c’est un cadeau qu’il vous fait.

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Le voilà enfin!! Depuis le temps que je l’attendais, ce roman, il est enfin disponible en version française. L’auteur a pris son temps pour nous offrir cette suite, ce qui ne me dérange pas, je préfère qu’un auteur prenne son temps à écrire et nous offre un bon livre plutôt que l’inverse, mais voilà l’attente fût quand même un peu longue avec près de quatre ans. Mais voilà, je le tiens enfin entre mes mains. Enfin c’est vite dit, je tiens la première partie entre mes mains, l’éditeur ayant décidé de couper le livre en deux pour des raisons de taille trop imposante du livre. En tout cas je dois bien avouer que la couverture, illustrée par Marc Simonetti, donne aussi vraiment envie de le lire, même si je préfère tout de même celle du Nom du Vent.

Lire La Peur du Sage c’est retrouver ce qui avait fait les qualités du Nom du Vent, un peu comme retrouver une vieille paire de chaussure agréable qui nous offre un voyage fascinant et passionnant. L’histoire reprend comme on l’avait laissé, avec Kvothe à l’université, avec ses soucis que ce soit d’argent ou d’animosité avec certains camarades. Notre héros continue à évoluer, passant lentement de l’adolescence à la découverte de la vie adulte avec ses aléas et ses tracas, le tout avec aussi un peu d’humour rafraichissant. Cette première partie apporte peu de grandes révélations, ce qui en dérangera peut être certains, mais ne manque pas de surprise, de péripéties et de rebondissements qui font que je ne me suis pas ennuyé un seul instant et que j’ai dévoré ce livre en quelques jours à peine. L’auteur possède toujours ses qualités qui font qu’on se laisse subjuguer, malgré une réutilisation parfois classique, mais vraiment efficace, des codes de la Fantasy.

On est loin de l’histoire effrénée où tout repose sur l’action, mais plus dans une sorte de conte intimiste ou Kvothe se dévoile lentement, au fil des pages, dévoilant une vie pas toujours facile à dévoiler, où la vérité ne rejoint pas toujours le mythe, mais avec ses aventures, ses combats et ses quêtes qui vont le voir changer, évoluer. Alors bien sûr il y a quelquefois une ou deux facilités qui permettent de relancer les aventures du héros, mais franchement je ne fais que chipoter tant l’histoire est fluide, sans à coups ni ennui et que je me suis laissé porter un peu comme un client privilégié de cette taverne ou le héros nous conte sa vie. Par contre un léger point frustrant, vu que Kvothe raconte son histoire il choisit quels passages sont importants, et lesquels sont moins intéressants, alors certes cela rend le récit plus humain, mais j’ai été un peu frustré de ne pas avoir plus de développement sur le Procés, ou le voyage, notre héros le trouvant plus ennuyeux qu’intéressant. Mais rien de vraiment dérangeant.

L’univers mis en place par l’auteur continue à se révéler petit à petit, que ce soit par sa « Magie », ses différentes cultures, ses religions, sa gastronomie ou encore ses contes et légendes. Un univers qui ne manque pas de richesse, de densité, de surprises où la poésie et la musique continuent à prendre de l’ampleur et emportant le lecteur par un travail soigné et vraiment agréable. Mais surtout les contes et mythologies continuent à se dévoiler et même si on en apprend peu sur les Chandrians, on sent bien que l’auteur a mis beaucoup de temps et a énormément travaillé pour créer son monde. Le fait que notre héros doit quitter l’Université permet aussi de découvrir de nouvelles régions, de nouvelles coutumes et des nouvelles façons de vivre.

C’est avec un très grand plaisir qu’on retrouve les personnages, et pas que Kvothe, mais les autres personnages aussi, tel que Bast, Chroniqueur, Denna, etc… Ils se révèlent toujours aussi soignés, denses et travaillés et on se passionne facilement pour eux, leurs histoires et on en apprend plus sur chacun d’eux au fil des pages. J’étais même, d’un côté, content de retrouver Ambrose, car finalement un héros sans rivaux se révèle vite ennuyeux. Les personnages évoluent au fil des pages, que ce soit par leurs tempéraments, leurs attitudes ou encore leurs sentiments. On les sent glisser lentement de l’âge d’adolescence vers l’âge adulte. La relation entre Denna et Kvothe continue à se complexifier au fil des pages pour le plus grand plaisir des lecteurs. L’auteur a vraiment réussi à créer, je trouve, une alchimie entre eux et une certaine ressemblance, entre non-dits et vérités ils se complètent.

La plume de l’auteur se révèle vraiment entrainante du début à la fin, possédant cette richesse, cette poésie, mais aussi une pointe d’humour qui fait qu’une fois les premières pages entamées on
a vraiment du mal à lâcher ce livre. Entre aventures, découverte de soi, conte et magie ce second tome m’a offert un excellent moment de lecture malgré quelques facilités à peine perçues. Par contre je trouve dommage ce découpage en deux tomes, car on sent à la fin de ce tome que la Légende de Kvothe va vraiment commencer à trouver ces premières faits d’armes dans cette seconde partie et je me sens un peu frustré de ne pas pouvoir la lire avant le mois d’Octobre. Dans tous les cas j’attends cette seconde partie de pied ferme.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment avec ce livre où Kvothe continue à nous raconter sa vie qui va se révéler pleine d’aventures, de surprises, mais aussi de moments calmes et agréables comme n’importe qui. L’intrigue se révèle prenante et ne manque pas de surprises et de rebondissements sans non plus se révéler trop vive. L’univers mis en place par l’auteur continue à gagner en richesse et en développement, on sent que l’auteur a vraiment travaillé dessus. On retrouve avec grand plaisir les différents personnages qui continuent à évoluer, à grandir; des personnages riches et soignés dont on s’attache facilement. L’écriture est vraiment entrainante, pleine de poésie et de magie avec une pointe d’humour qui se révèle vraiment prenante du début à la fin. Mon seul reproche c’est peut-être quelques facilités, mais je chipote, et surtout parfois un manque de développement de parties de l’histoire que Kvothe n’a pas envie de parler, ça rend certes le récit plus humain, mais ça frustre aussi. Mais bon rien de dérangeant et j’attends la suite avec impatience.

Ma Note : 8,5/10

© 2010 - 2020 Blog-o-Livre