Étiquette : roman contemporain

La Vraie Vie – Adeline Dieudonné

Résumé : C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est un chasseur de gros gibier. La mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent.
Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait tout annuler, revenir en arrière. Effacer cette vie qui lui apparaît comme le brouillon de l’autre. La vraie. Alors, en guerrière des temps modernes, elle retrousse ses manches et plonge tête la première dans le cru de l’existence. Elle fait diversion, passe entre les coups et conserve l’espoir fou que tout s’arrange un jour.

Edition : Audible

 

Mon Avis : J’avoue, dernièrement j’en avais un peu marre, avec mon  abonnement audible, de me lancer ou me relancer dans des classiques de l’imaginaire, surtout que mes dernières « écoutes » ne se sont pas révélés très remarquable. J’ai donc décidé de découvrir d’autres types de romans, ceux sur lesquels je passe à côté sans prendre obligatoirement le temps de m’arrêter. Puis, parfois cela fait du bien de changer de ses habitudes. Ainsi j’ai décidé, pour cette fois, de me laisser tenter par le premier roman d’Adeline Dieudonné, dont j’avais pas mal entendu parler comme l’un des succès de la rentrée littéraire, mais aussi suite au retour plus que positif qu’en faisait le blog Just A Word ici et qui m’avait donné envie de le découvrir. La narration de l’audiobook est faite par l’autrice elle-même et je l’ai trouvé réussi et très prenante.

Lire la suite

Yaak Valley, Montana – Smith Henderson

yaak valley montanaRésumé : Dans le Montana, en 1980.
Autour de Pete, assistant social dévoué, gravite tout un monde d’écorchés vifs et d’âmes déséquilibrées. Il y a Beth, son ex infidèle et alcoolique, Rachel, leur fille de treize ans, en fugue dans les bas-fonds de Tacoma, Luke, son frère, recherché par la police.
Et puis il y a Cecil l’adolescent violent et sa mère droguée et hystérique, et ce jeune Benjamin, qui vit dans les bois environnants, avec son père, Jeremiah Pearl, un illuminé persuadé que l’apocalypse est proche, que la civilisation n’est que perversion et que le salut réside dans la survie et l’anarchie. Pearl qui s’est exclu de la société, peut-être par paranoïa, peut-être aussi pour cacher qu’il aurait tué son épouse et leurs cinq enfants.
Au milieu de cette cour des miracles, Pete pourrait être l’ange rédempteur, s’il n’était pas lui-même complètement perdu…

Edition : Belfond

 

Mon Avis : J’avoue, je me suis lancé dans la découverte de ce roman un peu sur un coup de tête. Le récit contemporain n’est pas obligatoirement le genre de lecture que je cherche en premier lieu, mais il m’arrive parfois d’avoir envie de sortir, on va dire, de ma zone de confort et ainsi découvrir d’autres types de romans. Pour éviter tout malentendu, par ce que je viens de dire je ne critique pas les autres genres, juste qu’il y a tellement à lire dans l’Imaginaire que, si je ne me sens pas des envies de découvertes, il est rare que je me lance dans d’autres lectures. Par conséquent quand on m’a proposé de découvrir ce livre au résumé que je trouvais accrocheur dans son aspect rêve brisé, je me suis rapidement laissé tenter. Je remercie donc Babelio et les éditions Belfond pour cette découverte.

Ce roman nous propose ainsi de suivre une tranche de la vie de Pete, un assistant de service social qui nous fait suivre son quotidien, nous faisant découvrir des personnages brisés par la vie. Sauf que Pete n’est pas non plus un héros stable, étant en plein divorce avec une fille en pleine fugue. Le récit suit ainsi trois fils rouges celui de Cecil jeune adolescent troublé, violent qui déteste sa mère, la famille Pearl qui a plongée dans la religion au point de limite devenir des ermites et la fugue de la fille du héros. Ce récit nous offre alors une histoire de désenchantement, il est un peu l’anti rêve américain qui nous propose une image plus nuancée, plus sombre de la grandeur des Etats-Unis. Déjà il faut remettre en place le contexte, on se situe en pleine fin des années 70, Carter va perdre sa présidence au profit de Reagan, les USA sont en pleine crise de récession, les interventions du gouvernement dans la vie des gens sont de plus en plus rejetés, l’influence de la monnaie, mais aussi de nombreuses autres problématiques. Au milieu de tout cela on suit Pete, qui essaie de faire le maximum possible le bien autour de lui, mais qui parait seul, devant couvrir un territoire immense, à tenter avec des astuces et des bouts de ficelles d’offrir un minimum de décence a des familles brisées. Alcool, drogue, folie, voilà le quotidien que rencontre notre héros.

Une fois la dernière page tournée je dois bien avouer que j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre. Certes il faut savoir dès le départ que ce n’est pas le livre le plus joyeux qui soit, même si une petite dose d’espoir transparait toujours, mais il s’est révélé saisissant et poignant. J’ai ainsi été rapidement captivé, attiré que ce soit par notre héros, comme par les différents personnages qu’il croise et rencontre. On est plongé dans le côté rural des USA, avec quelques passages dans des grandes villes, à la découverte de ces grands espaces, de ces petites municipalités où tout le monde se connait. Une véritable grandeur, un sentiment de liberté et de fragilité se dégage des lieux qu’on découvre. Mais c’est principalement dans le portrait des personnages que le roman gagne en intensité et en intérêt. Chaque personnage que l’on découvre est une sorte de plaie ouverte, d’image d’une société en pleine souffrance, qui crée des inégalités, des tensions, des souffrances. Celui qui ressort est bien entendu Pete, qui cherche plus à faire le bien autour de lui qu’à lui-même, lui aussi d’une certaine façon marqué par la vie et qui pourtant continue à se battre. Un héros rempli de défauts et de qualités, dont on s’attache assez rapidement et facilement.

Attention ce roman n’est nullement une critique profonde et acerbe de notre société, ce n’est pas ce que chercher l’auteur, il montre juste à travers nos héros les limites des institutions et ce qui en découle, même quand elles sont bien gérées. Chaque protagoniste est ainsi un être « unique », qu’on découvre au fil des pages dans leurs secrets, leurs tourments, leurs rêves et leurs envies. Ils sont soignés, humains et surtout intéressants à découvrir dans leurs mal-êtres comme dans leurs quelques moments de joies et de bonheurs. L’auteur nous offre aussi, comme pendant, des personnages secondaires, plus « heureux », plus terre-à-terre, comme si la stabilité d’une personne, d’une famille, dépendait de peu de choses. Le récit évite aussi tout manichéisme et tout effet guimauve ce qui est, je trouve, une bonne chose évitant de vous loir nous présenter un Pete trop parfait, ce qui est loin d’être le cas tant il traîne aussi des « casseroles ». Les différents portraits sont ainsi saisissant et nous font clairement réfléchir sur cette misère, cette souffrance et sur la cause. Ce qui m’a le plus marqué et touché c’est la famille Pearl cette lente plongée dans une folie, qui trouve ses origines dans cette époque, et dont je ne dirai rien sur eux pour éviter de trop en dévoiler.

Autre point intéressant ce sont les questions que soulève l’auteur au fil des pages que ce soit sur la notion de liberté, le pouvoir, l’argent, l’anarchie, la famille, l’enfance, la folie ou bien encore sur la collectivité, son utilité, son apport.  Certaines de ses réflexions sont tout de même très typées américaines, mais pour la majorité elles restent d’actualité et ne laisse pas indifférent. Comme par exemple concernant notre vision des autres. La principal question soulevé vient, je trouve, de notre place dans la société. Que ce soit à l’époque du livre, comme maintenant il y a toujours cette idée, ce besoin de se sentir utile sous peine de se perdre. Autre point intéressant du roman c’est qu’il ne prend  jamais parti, ne cherche jamais à nous influencer. Au final chacun y verra dedans ce qu’il a envie de voir, autant synonyme de fin que d’espoir, surtout que vu qu’il s’agit d’un roman que j’appelle « tranche de vie » il n’a pas de véritable conclusion. On s’arrête bien à un moment où beaucoup de choses se résolvent, mais la vie continue.

Après certains points m’ont tout de même légèrement dérangé dans ce récit. Le premier vient que certaines longueurs se font ressentir, principalement je trouve, dans le dernier tiers du livre. Rien de bien méchant, mais je dirai qu’une cinquantaine de pages en moins le roman aurait été encore plus percutant. Ensuite, j’ai trouvé que l’auteur cherchait peut-être un peu trop une sorte de happy end sur la fin. Certes l’ensemble est teinté d’amertume, mais voilà il cherche à trop bien faire, même si ça colle parfaitement à l’idée de seconde chance. Autre point qui pourrait déranger certains, l’aspect religieux est très présent tout le long. Pas dans le sens lourd ou ennuyeux, mais dans la vie des certains et dans l’idée de rédemption. Concernant la construction du récit j’ai bien aimé l’alternance entre le combat de Pete et des passages d’interview sur la fugue de la fille du héros. Ce jeu de questions/réponses laisse ainsi planer le doute comme s’il s’agissait du narrateur qui répondait, apportant ainsi un autre éclairage. Alors sur la fin ça m’a paru légèrement répétitif et un peu longuet, mais dans l’ensemble j’ai trouvé l’idée intéressante et efficace. La plume de l’auteur s’avère fluide, saisissante dans son travail de description et captivante. Pour un premier roman (si j’ai bien compris), il m’a offert un très bon moment de lecture.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui nous propose de plonger dans les Etats-unis du début des années 80, en pleine crise. On suit Pete, assistant de service social, qui va nous faire découvrir de nombreux portraits loin du rêve américain. On est rapidement happé par ses personnages brisés, dévoilant les limites d’un système qui, même bien géré, reste imparfait. Pete, le héros, s’avère vraiment captivant à découvrir, entre ses failles et ses envies il est loin d’être parfait mais cherche à amener du bon aux autres. Les protagonistes qui gravitent autour ne manquent pas non plus d’attraits, entre laissé pour compte et rejeté de tous ou bien ceux stables et plus heureux, il montre que le bonheur ne repose finalement sur rien. L’auteur nous fait découvrir aussi les grands espaces du Montana, à la fois fascinant offrant des décors synonyme de liberté. L’auteur n’oublie pas non plus de nous offrir de nombreuses réflexions que ce soit sur nous-même, la société, la famille, le pouvoir. Alors après je regretterai peut-être certaines longueurs, ainsi qu’une fin cherche un peu la conclusion heureuse, mais rien de vraiment gênant. La plume de l’auteur est saisissante, fluide et prenante nous plongeant facilement dans ce roman percutant et saisissant.

 

Ma Note : 8/10

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre