Blacksad Tome 4, L’Enfer, le Silence – Diaz Canales & Guarnido

l-enfer--le-silence.jpg Résumé : « Sartre affirme que l’Enfer, c’est les autres. Je veux bien admettre que les autres peuvent nous rendre la vie insupportable, mais ils peuvent aussi être nos
compagnons de Paradis. Pour moi, l’Enfer c’est le néant, un endroit sans mes amis, sans musique, sans paroles qui stimulent l’imagination, sans beauté qui exalte les sens… « 

 

Edition : Dargaud

 

Mon Avis : Je continue ma plongée dans l’univers de Blacksad avec ce quatrième tome, et dernier publié, des aventures du chat détective. Je dois dire que les trois premiers ont véritablement imposé cette série dans mon haut du tableau des séries de Bandes Dessinées policière. J’espérais donc retrouver ce niveau de qualité dans cet opus dont la couverture est cette fois à dominante bleue.

Blacksad va se retrouver à enquêter dans le milieu Jazz de la nouvelle Orléans grâce à Weekly qui lui a dégoté une enquête. Pour cela il doit retrouver un jazzman de grand talent. De nouveau les auteurs vont nous offrir une intrigue vraiment dense et complexe qui se place dans le monde de la musique et plus particulièrement du Jazz, gangrené par les problèmes de drogues et d’argent. Une intrigue vraiment intéressante et qui va vite se révéler passionnante et pleine d’action et de faux-semblants mais, comme dans le tome précédent, elle va se révéler trop dense pour les 56 pages de cette BD. Parfois on a l’impression d’une certaine confusion dans l’histoire, comme si les auteurs allaient trop vite. Rien de bien méchants tant l’intrigue reste captivante, mais ça se ressent.

Comme les tomes précédents les auteurs développent un univers vraiment travaillé et soigné dans les moindres détails. On est vraiment plongé dans ce monde rempli de musique, de souffrances, de fête et de drogues, le tout dans le cadre vraiment lumineux de la Nouvelle-Orléans, berceau du Jazz. Les auteurs nous offrent aussi quelques axes de réflexions intéressantes sur l’époque, principalement sur le monde pharmaceutique. Un univers toujours aussi proche du nôtre et qui se révèle vraiment plaisant et intéressant à découvrir.

Les personnages développés par les auteurs sont toujours aussi réussis et collent parfaitement à l’histoire et à l’univers mis en place. Ils se révèlent vraiment ambigus et complexes, et on a du mal à discerner leurs envies et ce qu’ils recherchent. Amour, pouvoir, souffrances, trahisons tout y passe de façon vraiment efficace et prenante. On retrouve toujours avec plaisir notre héros, Blacksad, qui possède un regard toujours assez cynique sur l’aventure mais qui possède un grand cœur. Un héros vraiment attachant et agréable à suivre.

Concernant les graphismes il s’agit toujours du point fort de la série. L’ambiance mise en place par le dessinateur colle toujours parfaitement à l’histoire et nous plonge vraiment dans l’intrigue. On retrouve dans ce tome plus de couleurs vives et brillantes qui collent parfaitement avec l’image qu’on se fait de La Nouvelle-Orléans et de sa ville toujours en fête. Mais l’obscur n’est jamais très loin que ce soit lors des soit disant séance de guérison ou les milieux  de la drogue ils sont toujours présents. Un trait toujours aussi vif et magnifique qui ne laisse pas le lecteur indifférent. Voilà un quatrième tome toujours aussi réussi qui confirme tout le bien que je pense de cette série, mais, comme le tome précédent, l’intrigue vraiment dense et complexe fait parfois que les transitions sont mal annoncées et on s’y perd un peu.

En Résumé : Voilà encore un nouveau tome de cette série toujours aussi passionnant et réussi. L’intrigue est dense, complexe, nerveuse et on ne s’ennuie jamais mais, comme le Tome 3, certains passages sont assez confus. Rien de bien méchant. L’univers mis en place est toujours aussi soigné et efficaces et les personnages sont vraiment denses, réussis et attachants. Mais le grand point fort de cette série reste quand même la partie graphique qui nous plongé littéralement dans cette histoire et son ambiance. Des traits vraiment efficaces et magnifiques.

 

Ma Note : 8,5/10

Précédent

Les Faucheurs sont les Anges – Alden bell

Suivant

Women in Chains – Thomas Day

  1. J’ai adoré l’ambiance de la Nouvelle-Orléans et j’ai trouvé l’enquête plutôt passionnante malgré une multiplication des fausses pistes qui donnent peut être ce côté confus.

  2. ta d loi du cine

    Blacksad est effectivement une bonne série, qui commence à s’inscrire dans la durée d’un univers avec des personnages susceptibles de réapparaître d’un album à l’autre (le loup commissaire, le
    petit photographe fouineur…). Perso, le scénario ne m’a pas fait souffrir. Est-ce à dire que je ne l’aurais pas lu avec assez d’attention?

  3. ta d loi du cine

    Blacksad est effectivement une bonne série, qui commence à s’inscrire dans la durée d’un univers avec des personnages susceptibles de réapparaître d’un album à l’autre (le loup commissaire, le
    petit photographe fouineur…). Perso, le scénario ne m’a pas fait souffrir. Est-ce à dire que je ne l’aurais pas lu avec assez d’attention?

  4. Blodhorn

    Un album magnifique. L’univers de la nouvelle-orléans colle parfaitement au dessin de Guarnido. Le scénario est bon et l’ensemble donne juste un petit bijoux du 9eme art

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :