Et Pour Quelques Gigahertz de Plus… – Ophélie Bruneau

et pour quelques gigahertz de plusRésumé : Un vaisseau proche du cimetière des astronefs…
Un équipage incomplet et hétéroclite…
Un système inexploré à la veille d’une guerre interplanétaire…
Pour Jean-Frédéric Serrano, commandant du Viking, la meilleure solution serait de quitter le secteur avant le début des embrouilles ! Sauf, bien sûr, si les autochtones impliquent de force les Terriens dans leur conflit.
Pris entre deux feux, privés du soutien de la planète-mère, les soldats du Viking joueront à la roulette russe… à leur façon !
Dans l’espace, personne ne vous entendra bluffer.

Edition : Ad Astra

 

Mon Avis : J’ai décidé de me laisser tenter par ce livre un peu par la faute de Lelf (ce qui arrive fréquemment me direz vous) qui en avait fait une critique des plus intéressantes sur son blog. Ajouter à cela que j’ai rencontré l’auteur lors des dernières Futuriales et je suis reparti avec mon édition dédicacé de ce livre dans ma PAL. Puis bon du Space-Opera, qui plus est français, se fait assez rare pour au moins être découvert. A noter qu’il s’agit du premier roman d’Ophélie Bruneau, l’auteur n’ayant écrit que des nouvelles avant ce livre. Par contre je trouve la couverture, illustrée par Laurent Guillet, certes sympathique, mais loin d’être exceptionnelle.

Le vaisseau spatial Viking est envoyé pour découvrir un nouveau système solaire, mais nos héros vont très vite se retrouver au milieu d’une guerre et vont devoir, par la force des choses, s’en mêler, ce qui n’est jamais bon. L’histoire mise en place par l’auteur ne manque pas de panache et on ne s’ennuie jamais vraiment de la première à la dernière page de ce court Space-Opera (environ 210 pages). Entre diplomatie, trahison ou encore terrorisme l’auteur sait jouer avec le lecteur enchaînant les rebondissements et les retournements de situations de façon efficace. Un livre plein de panache et de surprises qu’on dévore finalement avec un minimum de plaisir. De plus l’auteur décide de gérer son conflit de façon intelligente, par la diplomatie et non par les armes, comme le font souvent les militaires, ce qui change. Alors certes une diplomatie assez sommaire par moment, mais j’ai trouvé cela intéressant.

Ajouter à cela une bonne dose d’humour que l’auteur manie efficacement et sous toutes ses formes, voilà de quoi vraiment plaire aux lecteurs qui cherchent à passer du bon temps et à sourire voir rire. L’univers mis en place par l’auteur est plus que solide, possédant des technologies vraiment intéressantes, futuristes mais pourtant qui restent, d’une certaine façon, assez proche de notre époque ce qui fait qu’on ne se perd jamais vraiment dans ce monde. Mais je trouve dommage que finalement dans cette histoire complètement enlevé et drôle l’univers en lui-même soit si classique et sérieux, comme si l’auteur avait eue peur de vraiment se lâcher pour ne pas faire fuir le lecteur, ce qui est dommage car ça m’a donné l’impression de créer une sorte de décalage. Dommage, car les Ruxis ne manquent pas d’intérêt et l’auteur a vraiment réussie à les rendre intéressant.

Concernant les personnages je dois bien dire qu’ils ne manquent pas de charismes et surtout se révèlent des plus hétéroclites, entre le rude et sévère Commandant Serrano, l’intelligente et sérieuse Lieutenant Artemisia ou encore le playboy et sûr de lui major Tikosh on ne s’ennuie pas. Ajouter à cela des personnages secondaires de haut vol et aussi un peu décalé et vous obtenez un équipage vraiment intéressant. Cette équipe se révèle complètement différente et pourtant tellement complémentaire qu’on ne peut que s’accrocher à elle, même si je trouve que parfois l’auteur en fait un peu trop, surtout pour un équipage qui est considéré comme un équipage militaire, mais rien de vraiment dérangeant tant les dialogues pleins d’humour et de cynismes fusent et nous font régulièrement sourires.

Et pourtant je dois bien avouer je n’ai pas complètement été convaincu par ce livre. Alors attention, il est plaisant à lire, se lit bien et vite, et offre une histoire efficace et assez prenante, mais quelques points ne m’ont pas complètement accrochés. Par exemple j’ai eu du mal à accrocher sur le fait de l’utilisation d’un jeu vidéo pour résoudre un conflit interplanétaire. L’idée ne me parait pas impossible, mais pas complètement non plus et encore moins aussi rapidement, ce qui m’a vraiment surpris. De plus les Ruxis paraissent des êtres intelligents, pourtant parfois on a vraiment l’impression qu’ils sont manipulés comme des enfants. Comme je l’ai dit le roman reste vraiment agréable malgré ces quelques petits points noir et je ne regrette pas ma lecture.

Le style de l’auteur se révèle vif, efficace et captivant dès les premières pages. Elle nous fait rentrer dans son monde futuriste de façon vraiment efficace et on a du mal à lâcher le livre. Un roman qui m’a fait passer un moment de lecture des plus sympathiques et j’espère revoir un jour dans d’autres aventures l’équipage du Viking. Un équipage qui ne manque pas de charisme et de mordant.

En Résumé : J’ai passé un agréable moment de lecture avec ce livre qui nous offre une histoire solide de Space-Opera, on ne s’ennuie jamais du début à la fin et l’humour, vraiment très présent dans ce livre se révèle efficace et fait assez souvent mouche. L’univers mis en place se révèle intéressant, l’auteur nous offrant des technologies futuristes pas si éloigné de ce qu’on connait pour ne pas perdre complètement le lecteur et ne manque pas d’originalité. Dommage que son côté un peu trop sérieux soit en décalage avec l’humour très présent. Les personnages ne manquent pas de charismes et se révèlent attachants et la plume de l’auteur se révèle vive et prenante. Dommage que certaines idées ne m’aient pas complètement emballées et que parfois l’auteur se laissent un peu aller à la facilité dans la manipulation diplomatique des Ruxis. Au final un Space-Opera efficace et prenant qui possède ses qualités et ses défauts et qui m’a offert un sympathique moment de lecture et dont j’espère pouvoir retrouver un jour les personnages du Viking.

 

Ma Note : 7/10

Précédent

Mes Achats du Mois de Juillet

Suivant

La Licorne Tome 3, Les Eaux Noires de Venise – Mathieu Gabella & Anthony Jean

  1. Pas mal, je vais peut-être me laisser tenter. J’admets que je sature un peu des bouquins qui tendent à se prendre trop au sérieux.

  2. cela me fait penser à Abzalon de Bordage, je note, merci

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :